Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yasmina Khadra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Yasmina Khadra   Ven 30 Juin 2006 - 8:11

C'est la decription de la vie d'une bourgade tranquille avec ses conflits larvés et de l'influence qu'à sur le comportment des uns et des autres la prise de pouvoir par le FIS. Beaucoup se transforment en assassins sanguinaires envers leurs propres voisins, climat de délation etc . Irréversibilté de l'évolution pour certains, opportunisme our d'autres.....
voir http://liensutiles.forumactif.com/viewtopic.forum?p=163660#163660
première phrase

4 ème de couverture:
Quatrième de couverture :
Ghachimat est un village de l'Algérie d'aujourd'hui : on se connaît depuis l'enfance, on se jalouse et on se jauge. On s'affronte en secret pour obtenir la main d'une fille. On déteste ceux qui ont réussi, on méprise ceux qui sont restés dans la misère. On étouffe sous le joug d'une tradition obsolète. On ne s'émeut guère des événements qui embrasent la capitale. Mais il suffit du retour au pays d'un enfant fanatisé, pour que les habitants de Ghachimat basculent dans le crime collectif, portés par le ressentiment et la rancœur. Et c'est ainsi que, progressivement, des garçons bien tranquilles deviennent des tueurs en série...
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Ven 30 Juin 2006 - 11:57

Déjà le titre veut bien dire ce qu'il veut dire.

Je ne crois pas connaître l'auteur. Est-ce que tu en sais quelque chose ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Ven 30 Juin 2006 - 12:19

J'enavais juste entendu parler avant. C'est un homme , officier de l'armée algérienne, et qui au début a dû publié sous pseudo féminin et continue à présent. Belle écriture.

"Né en 1955 à Oran, Mohamed Moulessehoul (il a révélé sa véritable identité en janvier 2001, lors de la publication de son roman L’Ecrivain), a d’abord fréquenté l’école des cadets d’El Mechouar. Son père, lui-même officier, nourrit alors de grandes espérances pour ce fils choyé. L’enfant devra pourtant faire face jusqu’à l’âge d’homme à une double violence. Celle de l’armée d’abord, dont il décrit la dureté, les brimades et les vexations dans l’Ecrivain. Celle que lui infligera son père ensuite en répudiant sa mère, laquelle devra, seule avec sept enfants, faire face à un quotidien traumatisant. Pour le jeune cadet, promu malgré lui au rang de chef de famille, plus question de se dérober, l’armée seule peut lui offrir une perspective de survie et la possibilité de nourrir les siens. Malgré tout, le démon de l’écriture ne cesse de le tarauder. Il s’intéresse d’abord à ceux qu’il croise dans les rues, les humbles, les clochards, les paumés pour lesquels il écrit quelques romans et nouvelles. Mais l’armée n’est guère accueillante pour les hommes de lettres. Et lorsque le besoin d’écrire se fait plus exigeant encore, le commandant Moulessehoul n’a d’autre choix que de prendre un pseudonyme pour échapper aux incontournables comités de lecture militaires."
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Ven 30 Juin 2006 - 15:39

Il aurait pu choisir un pseudo masculin, il n'a pas choisi la facilité !! Donc, si j'ai bien compris, tout le monde s'attendait à voir débouler une femme, et hop, c'est monsieur qui s'est pointé. Les lectrices : raviiiiiiies !!! Laughing

Quelle expérience ! On sait s'il y en a d'autres, qui ont vécu ce genre de chose ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Dim 13 Mai 2012 - 14:49

L'équation africaine




4ème de couverture :

Médecin à Francfort, Kurt Krausmann mène une existence ordinaire, limitée à ses allers-retours entre son cabinet de consultation et son appartement bourgeois. Jusqu'au drame familial qui va le précipiter dans le désespoir. Afin de l'aider à surmonter son chagrin, son meilleur ami, Hans, un riche homme d'affaires versé dans l'humanitaire, lui propose de l'emmener sur son voilier jusque dans les Comores, pour les besoins d'une bonne cause. Au large des côtes somaliennes, leur bateau est assailli par des pirates. Kurt et Hans sont enlevés puis transférés dans un campement clandestin. Dans leur geôle improvisée, se trouve déjà Bruno, un otage français que tout le monde semble avoir oublié, et qui tente péniblement de concilier sa passion pour le continent africain avec l'angoisse de sa captivité. Une détention à l'issue incertaine, des conditions de vie innommables, une promiscuité dangereuse avec des mercenaires sans pitié, c'est le début d'une descente aux enfers dont personne ne sortira indemne. Mais parce que le drame est propice aux revirements de situation, c'est aussi pour Kurt le début d'une grande histoire d'amour.
En nous offrant ce voyage saisissant de réalisme, qui nous transporte, de la Somalie au Soudan, dans une Afrique orientale aux multiples contradictions - tour à tour effrayante, irrationnelle, sage, fière, digne et infiniment courageuse -, Yasmina Khadra confirme une fois encore son immense talent de narrateur. Construit et mené de main de maître, ce roman décrit la lente et irréversible transformation d'un Européen, dont les yeux vont, peu à peu, s'ouvrir à la réalité d'un monde jusqu'alors inconnu de lui. Un hymne à la grandeur d'un continent livré aux pires calamités.


J'ai achevé la lecture hier soir, bouleversée par l'humanité que j'y ai trouvé, et séduite à mille pour cent par le talent de Khadra pour décrire la transformation de l'être face à l'exceptionnel d'une situation et les conséquences que les circonstances laisseront à jamais courir dans les veines de celui qui les a vécues.

Nombreuses sont les prises d'otages dont nous prenons connaissance par les médias. Le petit bout de la lorgnette. En réalité, cela cache des réseaux, des trafics, des raisons, des spéculations âpres et l'on sait que des années peuvent se passer avant de trouver une issue fatale ou chanceuse. Mais quoiqu'il en soit, l'otage n'en sortira jamais indemne.

Par les yeux de Kurt, personnage principal (le livre est écrit à la première personne du singulier), l'Afrique surgit brutalement et brutale, insoutenable même, au point de distiller à la fois un malaise et une aversion dont je me suis dit qu'il sera désormais difficile de m'en défaire. Si toutefois j'avais l'envie de la visiter, plus question de rêver y mettre les pieds un jour. C'était sans compter sur l'évolution du récit fourmillant de détails, un zoom au bout du stylo, un zoom dans les yeux.

La cruauté des mercenaires fait froid dans le dos. Pire, elle semble surréaliste ; comment peut-on arriver à un tel degré de barabarie ? Mais voilà, chacun d'eux était à l'origine un homme ordinaire, amoureux de son petit village, exerçant un métier, ayant fondé une famille, entouré d'amis, immergé dans une vie d'africain lambda. Jusqu'au jour où tout bascule. Alors le poète aux mots tendres et magiques se transforme en tortionnaire et plus rien ne peut arrêter l'escalade de cette barbarie dont ses victimes font les frais. Les réseaux de l'horreur se multiplient, ils sont même gradés selon leur importance, ils se livrent à un marché impitoyable. La marchandise, c'est d'autres hommes ; journalistes, médecins, humanitaires, peu importe. De l'importance de leur patrimoine dépendra leur sort. Plus ils sont riches, plus ils sont intéressants. Les négociations prennent leur temps, l'important est la rançon. Moins ils sont riches, plus ils font l'objet de bestialité puisqu'il n'y a rien à attendre d'eux. L'Afrique prend alors des allures d'un insoutenable chaos fait de haine et la vie d'un homme ne pèse pas plus lourd que la plus petite des poussières.

L'auteur donne une chance à Kurt et à son compagnon de geôle, Bruno. Nous entrons alors dans une autre phase, en proximité immédiate avec le sort subi par les villageois disséminés de très loin en très loin sur l'immense territoire désertique et inhospitalier qui compose Le Darfour. Dans les villages pillés, ravagés, dévastés jusque dans leurs moindres recoins, tout n'est plus que désolation ou pire : sidération. Les quelques survivants, parfois un seul, n'ont plus de larmes pour pleurer le massacre. C'est là que s'opère la magie à laquelle on ne s'attendait pas ; l'amour de la vie, cette chose sacrée et intouchable prend le dessus. La rencontre de ces êtres tendus vers la vie quoiqu'il arrive est un choc quasi incompréhensible et pourtant... et pourtant c'est par eux que se dessine le chemin initiatique.

Nous pénétrons dans l'enceinte d'un camp humanitaire de la Croix Rouge comme si nous venions mettre le pied dans un paradis. Un paradis peu conventionnel, il faut l'avouer, puisque les moyens sont comme ils peuvent, mais n'empêche, nul autre paradis ne saurait délivrer autant de tendresse, autant de partage, autant d'humanité.

Le retour à Frankfurt ne sera pas ce qu'il avait laissé espérer. Plus rien ne sera jamais pareil. La civilisation du leurre et des miroirs n'opère plus sur le survivant, le charme et la fascination qu'elle exerce pour qui ne l'a jamais quittée. Le regard ne peut plus accepter les chimères, quand le coeur connaît l'essentiel. Depuis le tournant pris sous la plume de Khadra, je suis tombée amoureuse de l'Afrique. Elle m'a permis d'entrer dans la profondeur de l'humain, dans ce tunnel creusé à mains nues pour atteindre le coeur nu de l'humain en ce qu'il contient de pire et de meilleur, de grand et misérable.


Au début de ma lecture, j'ai été gênée par le caractère quasi impassible des descriptions faites par l'auteur. On commence tout de même par un événement familial brutal, le suicide de l'épouse de Kurt. Une description quasiment clinique des circonstances et des conséquences. Je me suis dit que je ne tiendrais jamais jusqu'au bout, s'il ne m'était pas permis d'entrer dans les émotions du personnage parce que je ne conçois que très difficilement et au prix de beaucoup d'efforts qu'un être traverse des circonstances sans un bouillonnement intérieur. Mais justement, tout vient à point, subtilement et dans une force magnifique. Le personnage et le lecteur commencent à se sentir bouger en dedans lorsque vient le temps de la vraie rencontre avec l'Afrique, coeur à coeur. Plus jamais ils ne se départiront du séisme émotionnel.

Khadra est un magicien, qu'on se le dise. Sa tactique d'écrivain était la bonne ; nous passons du froid au chaud, puis du chaud au brûlant et du brûlant à l'apothéose. Remarquable.


Extraits :

Pour lui, je ne suis qu'un Européen embourgeoisé et retranché dans sa bulle, aussi inattentif aux chahuts du monde qu'un poisson rouge dans son bocal ; un médecin formaté, aux ongles manucurés, narcissique à loger dans un miroir, qui ne verrait qu'exotisme de façade là où il y a d'autres mentalités et d'autres vérités à explorer. Il m'a même manifesté du mépris quant à l'étroitesse de ma culture et à mon absence de curiosité quand il s'agit de regarder un peu plus loin que le bout de mon nez, martelant avec fermeté qu'une personne qui ne sait pas aimer de chaque folklore un chant et de chaque croyance un saint n'aura vécu sa vie qu'à moitié. "L'Africain, m'a-t-il révélé un soir, c'est un code. Déchiffrez-le, et vous accéderez au discernement".

La plus grande des solitudes, on la contracte face à un peloton d'exécution. Vous ne pouvez pas savoir. On y mesure la stricte étendue de l'éternité. Et l'éternité se contient entre les deux ordres : "En joue !" et "Feu !". Ce qu'il y avait avant et ce qu'il y aura après ne compte pas.

.../...

Devant nous, la file de rescapés se traîne comme elle peut, un balluchon sur la tête, un bébé sur le dos, me livrant en vrac la hideur d'un monde dont je ne mesurais guère l'infamie et auquel, à aucun moment de ma vie, je ne m'étais préparé. Un monde où les dieux sans miséricorde n'ont plus de peau aux doigts à force de s'en laver les mains.

.../...

Il n'y a pas d'enfer sur terre, Docteur Krausmann, seulement des démons, et ils ne sont pas invincibles.

.../...

... Les hommes sont e que la nature a engendré de pire et de meilleur ; les uns meurent pour un idéal, d'autres pour des prunes ; certains périssent de leur générosité, d'autre de leur ingratitude ; ils s'entredéchirent pour les mêmes raisons, chacun dans son camp, et dans cette ignoble mise en scène, l'ironie du sort joue aux bons auspices jusqu'à réconcilier, dans une même fosse putride, l'éclairé et l'enténébré, le vertueux et le pervers, le martyr et le tortionnaire rendus à la mort éternelle comme des siamois dans le ventre de leur mère.

Je suis tombée amoureuse de l'Afrique.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gérard hocquet

avatar

Nombre de messages : 2724
Date d'inscription : 16/03/2009

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Mer 16 Mai 2012 - 22:55

eh bien, ça donne envie de le manger ce livre ! Je vais essayer de l'avoir dans ma petite médiathèque locale.
Et puis, chapeau pour ton travail d'écriture cherchant à nous rendre la "moelle" du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Jeu 17 Mai 2012 - 0:19

Merci Gé. Tu me diras, lorsque tu l'auras trouvé et lu, s'il t'a plu et pourquoi.
L'auteur fait l'objet de critiques opposées, soit dans l'excellence, soit dans la froideur. Il faudrait pouvoir se rendre compte en lisant plusieurs de ses ouvrages.

Je possède de lui un autre ouvrage que j'avais acheté dans une gare pour lire pendant le voyage, et dont je n'ai pas eu l'occasion de lire plus d'un chapitre. Impossible de remettre la main sur ce bouquin (Les sirènes de Bagdad, ou quelque chose comme ça, me semble-t-il), j'ai du l'oublier quelque part.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Jeu 17 Mai 2012 - 0:46

http://www.yasmina-khadra.com/biblio.php?id=22

bisou
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Jeu 17 Mai 2012 - 1:04

Exact, Mimi ! (il faut absolument que je retrouve ce bouquin !) Tu l'as lu ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mihou
Palala hi hou
avatar

Nombre de messages : 1150
Date d'inscription : 18/04/2008

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Jeu 17 Mai 2012 - 1:10

non, pas lu, mais intéressé par le fil, j'ai consulté pour savoir: comme Gé je dis que ton post met en appétit!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Jeu 17 Mai 2012 - 1:15

Après, ça dépend sans doute des sensibilités et du regard que chacun porte sur le monde et sur l'humain. Au Marque-Page de la médiathèque, dont je fais partie, les avis sont partagés, voire opposés, à l'image des critiques. Mais la plus belle ânerie entendue de la part d'une dame (qui tenait autrefois une bibliothèque !) : je n'ai pas du tout aimé, parce que moi, ce que j'aime, c'est les histoires qui parlent de l'humain..... Ben dis donc, si elle n'a pas trouvé de l'humain dans celui-là, elle n'en trouvera jamais nulle part !

Ceci dit, je suis déçue par ces rencontres mensuelles ; les lecteurs passent leur temps à raconter le contenu du livre. Moi, ce qui m'intéresse, c'est l'incidence de la lecture dans le cheminement personnel de la pensée, parfois par association d'idées. Si c'est juste pour raconter l'histoire, on lit et basta... Je suis donc très dubitative sur ces rencontres.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   Ven 13 Juil 2012 - 14:49

Comment ne pas penser à l'Equation Africaine en lisant cet article :

Citation :
L'épouse de Denis Allex, agent français de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) retenu en otage en Somalie depuis trois ans, a lancé vendredi un appel sur Europe 1, disant son espoir de le voir rentrer et l'assurant de l'amour et du soutien de sa famille. "Denis, c'est moi, c'est ta femme qui te parle. Je passe ce message à la radio en espérant que tu m'entendes là où tu te trouves, quelque part en Somalie", déclare cette mère de famille qui, depuis l'enlèvement de son époux le 14 juillet 2009, à Mogadiscio, par des insurgés islamistes somaliens, élève seule leurs trois enfants.

"Je veux te rassurer, te dire que nous allons tous bien. Les enfants vont bien, ils sont solides, ils travaillent très bien à l'école et sont en parfaite santé. Ils pensent beaucoup à toi", poursuit cette femme qui jusqu'ici n'était pas sortie de sa réserve. "Tes parents vont bien également. Nous sommes tous très entourés, on prend soin de nous et surtout n'aie aucune inquiétude là-dessus", assure-t-elle. "Nous t'aimons et tu nous manques énormément alors prends soin de toi, Denis, et surtout de ta santé. J'ai confiance en toi, en ton mental et en ta solidité. Tout cela tu nous l'as transmis, j'espère que ce message arrivera jusqu'à toi et t'aidera à tenir, nous sommes tous avec toi, on ne lâchera rien", souligne-t-elle.

Mais dans ce message transparaît aussi l'espoir que ce calvaire se termine. "Il te faut rentrer maintenant, nous attendons tous ton retour, tu nous manques. Nous t'embrassons bien fort, nous t'aimons, je t'aime Denis, je suis avec toi chaque jour qui passe, aie confiance", dit son épouse. Les autorités françaises et la DGSE restent très discrètes sur cet agent, considéré comme "très solide", et les efforts entrepris pour tenter de le faire libérer. En juillet 2011, Gérard Longuet, alors ministre de la Défense, avait déclaré que la situation de Denis Allex était difficile à appréhender. "On a du mal à avoir les bons interlocuteurs" et "il y a un vrai problème technique en Somalie", avait-il reconnu.
http://www.lepoint.fr/societe/l-emouvant-message-de-l-epouse-de-denis-allex-otage-en-somalie-13-07-2012-1484998_23.php

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yasmina Khadra   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yasmina Khadra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yasmina Khadra, un écrivain algérien
» LES HIRONDELLES DE KABOUL de Yasmina Khadra
» Ce que le jour doit à la nuit de Yasmina Khadra
» L'EQUATION AFRICAINE de Yasmina Khadra
» Yasmina KHADRA (Algérie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: