Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Michael Connelly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aristarque

avatar

Nombre de messages : 815
Date d'inscription : 24/12/2003

MessageSujet: Michael Connelly   Sam 14 Aoû 2004 - 23:13

Wonderland Avenue par Michael Connelly Seuil Policiers 2002

**En 1914 les restes d'une femme assassinée furent exhumés des Fosses à bitume de la Bréa. Vieux de 9.000 ans, ils faisaent d'elle la première victime de meurtre conue dans la zone de Los Angeles. Les Fosses à bitume ne cessent de baratter le passé et de faire remonter des ossements à la surface. La découverte d'une deuxième victime dont je parle dans ce livre est, elle, pure fiction** (note de l'auteur).
Connelly imagine donc la trouvaille d'osements d'un enfant, dans un bois, sur les pentes d'un canion, dans une partie boisée de Los Angeles. Il confie l'enquête à son inspecteur préféré, bien qu'atypique, Hiéronymus (Jérome) dit Harry Bosch. Celui-ci qui avoue ** qu'il n'y a rien de plus éprouvant que d'enquêter sur la mort d'un enfant **, s'aperçoit tout de suite que l'enfant semble avoir été la victime d'un assassinat prémédité et, contradiction majeure, avoir été enterré à la va vite.. Le légiste le confirme: le garçonnet battu depuis l'âge de deux ans, des fractures sur les os en sont la preuve, est mort d'une blessure sur l'arrière du crâne. A l'âge de douze ans environ. Et les faits remontent à une vingtaine d'années.
Les recherches, minutieusement distillée au lecteur, agrémentées des états d'âme habituels chez notre détective qui est toujours en butte à l'hostilité larvée de ses supérieurs et à des amours souvent contrariées, aboutiront après maints et maints rebondissements. Elles provoquent la mort d'une femme-policier proche de notre héros et celle d'un suspect qui harcelé par la police se suicide. Et tout çà parce qu"il y a vingt ans, un gamin de 13 ans en a tué un autre de 12 pour lui voler sa planche à roulettes. Le meurtrier était mineur au moment des faits, il peut échapper aux poursuites de la justice.....à moins que......
A la fin, en proie au découragement ..** Harry posa son badge et sa carte d'identification dans le tiroir.. Puis il sortit son arme de son étui, la regarda longuement et la remit elle aussi dans le tiroir. Et le ferma à clé.(...) Sur le bureau de son chef, il posa la clé de son tiroir et celle de sa voiture de fonction.(...) Il comprendrait (le chef) qu'il ne reviendrait plus. Ni au commissariat de Hollywood Division ni aux Vols et Homicides. Il rendait son badge. Il passait en code 7. Il en avait terminé.**
Ce n'est pas le meilleur polar de Connelly. Loin du "Dernier coyote" ou "Les égouts de Los Angeles" Mais les suspense est au bout : Hiéronimus dit: Harry Bosch reviendra t'il pour continuer à aider la justice à appliquer le "Jugement Dernier" qui rendit célèbre son homonyme du XVème siècle.
Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Michael Connelly   Dim 23 Juil 2006 - 9:34

La défense Lincoln

A Los Angeles, Michael Haller est un avocat de la défense, doué mais de morale douteuse et cynique. Pour lui, le récidiviste est quelqu’un qui revient le voir et qui lui assure une sorte de rente, si bien que cohérent avec lui-même, sa clientèle est peu recommandable : dealers, bikers, chauffards, escrocs… Tous sont bons à défendre, tant qu’ils le paient ! Pour les dénicher vite, Haller paie des garants de caution, ce qui lui vaut l’opprobre de tout le barreau de Californie, lequel n’attend que l’occasion de le coincer… Il roule en Lincoln ( voiture haut de gamme ) conduite par Earl, un ex-client qu’il engagea comme chauffeur en échange des honoraires qu’il ne put lui payer, lui offrant du même coup une sorte de réinsertion sociale. Sa vie sentimentale est chaotique : divorcé par deux fois, sa première femme Margaret MacPherson, dite Maggie McLaféroce et mère de sa fille unique, Hayley, est l’adjointe du procureur qui incarcère les coupables. La seconde est devenue son assistante : Lorna Taylor s’assure que tout client potentiel sera un client qui paie...Il vit néanmoins dans la hantise de tomber sur un client innocent car, à la différence d’un coupable, si on se trompe, il va en prison et cela le marque à vie. Le client « pactole » tant espéré se présente enfin en la personne d’un riche fils de famille, Louis Ross Roulet. Arrêté pour tentative de viol et de meurtre sur une prostituée, Regina Campo, ce dernier clame son innocence et se déclare victime d’un coup monté : les indices d’ailleurs sont en sa faveur… Roulet est la chance de sa vie, et Haller Mickey saisit cette occasion en or. Mal lui en prend ! A mesure que le procès avance, Roulet lui avoue qu’il a tué des gens dont une certaine Martha Renteria. Haller avait défendu plus tôt Jesus Menendez qui avait été jugé coupable du meurtre de cette femme.

Connelly décrit les méthodes de l’avocat américain. Haller incarne l’homme pour qui la notion de Droit n’existe que dans les livres : pour exercer son métier, il doit entrer dans le système et ses malversations, et abandonner ses illusions.

Dans ce roman bien charpenté, nous avons affaire à un avocat vif roublard face à des personnages forts, dans un style incisif et un humour caustique qui concourent à brosser sans complaisance un édifiant portrait du système judiciaire et carcéral américain. La manipulation est le thème récurrent du roman, lequel montre comment chacun manipule autrui : procureur, juge, avocat, accusé, détenu, policier, journaliste... Connelly sait de quoi il parle. Pas¬sionné de polar depuis l’enfance, il a d’abord été journaliste, spécialisé dans les affaires criminelles et les comptes rendus de procès. Aujour¬d’hui, toute l’expérience acquise du¬rant cette période lui permet de construire des intrigues en béton et de nous dévoiler, de manière pas¬sionnante, l’envers du monde de la justice aux Etats-Unis. Du grand art qui séduit un public avide de suspense mais désireux d’aller au-delà des histoi¬res de serial killer produites en sé¬rie. Tou¬te l’ambiguïté de la nature humaine est au coeur de son oeuvre.

http://users.skynet.be/pierre.bachy/connelly_defense_lincoln.html
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 25 Juil 2007 - 17:26

Pas lu ce qui précède mais je viens de terminer ce roman : je l'ai trouvé absolument sublime du début à la fin, au point que j'ai volontairement ralenti la lecture pour faire durer le plaisir (remarquez, il y a de quoi : 577 pages de bonheur).
Je lis fort peu de polars ou "du genre" : parfois Vargas, et assez bien Pascal Garnier (romans noirs).
C'est le troisième Connely que je déguste, après Le Poète, et Los Angeles River. J'aime beaucoup et je trouve très bien traduit et écrit (le dernier).
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 25 Juil 2007 - 17:32

Je crois comprendre qu'il s'agit d'un polar. Je suis perplexe quand je lis ton commentaire qui m'interpelle carrément. Peux-tu dire pourquoi à ce point ce livre t'a plu, et ce qui en fait la magie, à ton avis ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 25 Juil 2007 - 17:36

Je ne suis pas très fort pour ce genre d'exercice : l'écriture , je pense, on y est et c'est haletant car l'intrigue rebondit sans cesse dans des directions complètement opposées de sorte qu'on ne sait absolument pas ce qui va se passer. La langue soutient très bien cet exercice et le rend très agréable à parcourir.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Anna Galore



Nombre de messages : 8401
Age : 55
Date d'inscription : 24/06/2006

MessageSujet: Re: Michael Connelly   Mer 25 Juil 2007 - 18:15

Je suis fan absolue de Michael Connelly, dont j'ai tous les livres. Superbe écrivain, romancier noir (pas sa peau, celle de l'âme de ses personnages), à la limite le genre qu'il a choisi est presque secondaire.

Il faut le lire parce qu'il écrit magnifiquement bien. Aucune autre raison n'est nécessaire.

J'abonde dans le sens de ce que vient de dire Claude, y compris en ce qui concerne la qualité de la traduction (j'ai lu certains de ses livres dans les deux langues et mon plaisir a été le même).

Je vous recommande également, dans la même veine de polars noirs de très haut niveau littéraire, les livres de Dennis Lehane, auteur entre autres du splendide "Mystic River".
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Michael Connelly   

Revenir en haut Aller en bas
 
Michael Connelly
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Echo Park de Michael Connelly
» LE POETE de Michael Connelly
» VOLTE FACE de Michael Connelly
» [P] A genoux - Michael Connelly
» Les livres de Michael Connelly: Harry Bosch et Mickey Haller

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: