Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elever des enfants (*)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
aristée
Dard-d'Art
avatar

Nombre de messages : 1449
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 14/07/2005

MessageSujet: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 11:14

ELEVER DES ENFANTS

L’homme vit en Société. Il ne peut vivre qu’en Société.
Avez-vous remarqué, que pour rendre son histoire crédible, Daniel de Foë avait bien pris la précaution de ne pas faire couler entièrement et immédiatement le bateau de Robinson Crusoé ?
Ce qui a permis à Robinson de revenir chercher sur le bateau, des armes des munitions, des outils divers, des graines etc.. ;toutes choses qui avaient été produites par d’autres hommes.
L’homme ne peut vivre qu’en Société et pour cela doit s’astreindre à certaines régles.
Certains parents de nos jours estiment qu’il est normal, qu’il est naturel de considérer les enfants comme des égaux, des copains.
C’est à mon sens une erreur profonde.
Une Société ne peut fonctionner harmonieusement que si chacun tient son role, est à sa place. Des parents sont des parents. Les enfants sont des enfants. Les parents qui veulent jouer aux papas copains ou maman copines font de la démagogie , et en fuyant leurs responsabilités sont des laches.
Elever des enfants. Qu’est ce que cela signifie ?
Les enfants, des leurs naissances ont des caractéristiques ( qualités et défauts) innés. Ces qualités subsisteront toute la vie. Mais ce que le petit individu ne sait pas encore, c’est que pour vivre en Société, il faut respecter certaines régles.
Le but de l’éducation c’est de donner aux enfants des principes , qui a coté de leurs qualités innées formeront sa personnalité. Il y a en tout être une partie innée et une partie acquise.
Un enfant égocentriste le restera. Mais l’éducation pourra faire en sorte que dans certains cas au moins, il s’efforcera à s’occuper de son prochain, ne serait ce que….Pour recevoir en retour.
La vie en Société restreint obligatoirement la liberté de chacun.
Si on élève un enfant en lui faisant croire que tout lui est permis, si on ne lui inculque pas l’idée qu’il existe des bornes que l’on ne doit pas dépasser, il deviendra plus tard un inadapté à la Société, un marginal.
Les parents qui , soit par lacheté, soit parce qu’ils croient bien faire, n’inculquent pas à leurs enfants le respect des autres, seront responsables de l’inadaptation de leurs enfants à la vie en Société
Bien entendu, certains se montreront en désaccord avec moi.
Je regrette qu'ils soient dans l'erreur, mais bien sur, ils peuvent s'éxprimer duel
Revenir en haut Aller en bas
http://bon.livre.free.fr/
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 13:46

Coucou Aristée, ca fait longtemps que je ne t'avais pas lu !
Ca me parait impossible, même à moi mdr de ne pas être d'accord avec toi.
Mais n'est-ce pas un peu trop général, ton message ?
Il y a bien sûr des parents qui sont des délinquants pédagogiques, mais ceux-là ne sont pas intéressants pour la règle générale. D'une part, il y a les laxistes et d'autre part il y a les autoritaristes. Je le dirais comme ça.
Tu as le sentiment d'une dérive générale ? Tu peux donner des exemples pratiques ?
Revenir en haut Aller en bas
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 15:10

J'ai eu deux garçons. C'est vrai qu'à l'arrivée du deuxième j'ai constaté immédiatement et avec étonnement à quel point les enfants pouvaient avoir des caractères innés. Par comparaison avec son frère, cela sautait aux yeux. Jusque-là je pensais que l'acquis avait une part plus grande. Mais il est indéniable que certains traits de la personnalité sont là dès la naissance. Dans leur cas cela s'est entièrement confirmé par la suite.

En revanche je ne crois pas que l'égocentrisme soit inné. Ça me semble au contraire un travers entièrement dû à la relation sociale et affective.

Au titre de l'éducation, ce que je retiendrais essentiellement de mon expérience c'est que l'exemple a mille fois plus de valeur que le discours. Profondément, un enfant retiendra (inconsciemment) et reproduira les comportements qu'il aura vus et non ceux qu'on aura tenté de lui inculquer.

Enfin, même lorsque les parents sont défaillants pour enseigner quelques règles sociales élémentaires, la vie de groupe (au plus tard l'école) peut venir rectifier le tir, dans une certaine mesure. Heureusement.
Revenir en haut Aller en bas
rizlabo
Saigneur des Grands Crus
avatar

Nombre de messages : 7973
Localisation : Poireaux et blaireaux, it's my way
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 20:29

J'ai vécu la même expérience et le même étonnement avec mes jumeaux Romain et Charlotte. Sa mère et moi-même étions entièrement d'accord de ne pas faire de différence marquée au jeune âge. Peine perdue, ils sont aussi dissemblables que possible après 12 ans de vie commune 24/24. Depuis deux ans, ils sont d'ailleurs séparés à l'école, Romain voulant prendre ses distances avec une soeur attentionnée mais très... autoritaire (comme sa mère). C'est elle le jumeau dominant, de toute évidence.
D'accord aussi pour le reste : les enfants ne sont pas dupes, et un comportement non exemplaire ne peut être masqué par les beaux discours.
Toutefois, l'égocentrisme ou plutôt le centrement sur soi-même me parait très puissant jusqu'à l'age adulte.
Je note aussi que la notion d'enfance est une idée neuve, une idée du début du XXème siècle. On sait que tout le monde trouvait normal le travail des enfants. Et que les filles étaient nubiles très jeunes, espérance de vie oblige.
La législation spéciale concernant la protection des enfants est très très récente et n'a connu ses pleins développement qu'après 1945.

Freud disait que toute éducation est nécessairement erronnée, puisqu'on ne peut juxtaposer deux méthodes.
Je pense que le monde d'aujourd'hui avec le nombre affolants de stimuli conduit naturellement les parents à douter, à tatonner car rien ne peut plus être admis comme certain et impérissable.
Qui aurait imaginé il y a 20 ans que nos enfants seraient tentés par le GSM, les jeux de console et Internet ? Absolument personne ! Nous jouions avec deux bouts de bois, et eux ont des claviers, il faut s'y faire ou périr.
Je ne rechigne pas à jouer de temps à autre avec Romain à des jeux vidéos, et ca me permet de sonder son monde : est-ce mal ? Suis-je un coquin de copain ?
Revenir en haut Aller en bas
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 21:14

il faut absolument qu'en septembre je revienne donner mon avis sur ce fil
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Jeu 27 Juil 2006 - 23:45

Deux fils, trois ans et des poussières entre eux, mais surtout, lorsque l'aîné a eu 10 ans et le plus jeune 7 ans, 850 km entre eux. L'un chez son père, l'autre chez sa mère.
Deux caractères totalement différents.
Julien, mon grand est d'une méticulosité et d'une sagesse remarquables, et doit ramer en cours parce que tout lui est plus difficile. Il bosse depuis des années sur le marché le week end, s'est payé son ordi, son portable, son internet, son permis, se paye aujourd'hui ses fringues et trouve le moyen de faire des économies, tout en sortant un peu avec les amis.
Florent, mon ado de 17 ans, est bordélique, bruyant, panier percé, charmeur (ça répare les conneries), n'a rien foutu en classe les trois dernières années de secondaires bien qu'ayant des facilités hallucinantes, bref, l'opposé de son frère.

Deux parents à 850 km l'un de l'autre, pour moi un nouveau compagnon, pour leur père une nouvelle épouse (gnrk), deux éducations foncièrement différentes dans la mesure où rien que le contexte géographique/climatique est différent (deux modes de vie différents).

Pourtant, je suis restée égale à moi même avec l'un et l'autre. Pour florent à longueur d'année, pour Julien, à chaque fois qu'il est venu en vacances.

On fait ce qu'on peut, nous parents, avec AUSSI ce que l'on est. Or il se trouve que je suis à la fois aussi sage que Julien et aussi déjantée que Flo. Bawi, c'est comme ça, je n'y puis rien et croyez moi, ce n'est pas facile à vivre, je m'épuise toute seule avec moi-même.
C'est ainsi que je tente de me frayer un chemin dans le parcours "maman" ; les protéger sans les étouffer, les conseiller sans les castrer, les respecter en jetant un oeil, conseiller le mieux possible, ENCOURAGER en toute circonstance, me protéger de leur envahissement, parler à coeur ouvert avec les mots qui conviennent selon les âges, etc....

Avec Julien, je suis tour à tour discours maternel et discours féminin. Il a beaucoup mûri lors de son premier échec sentimental, et a eu besoin de parler en toute confiance avec une femme plutôt qu'une mère. Il s'est tourné vers moi, il a bien fait ; je sais revêtir l'habit de circonstance, en toute situation.

Avec Florent, la difficulté réside dans le fait qu'ici, je suis intervenante théâtre ou écriture pour les jeunes. Les jeunes, c'est-à-dire des jeunes de son âge. Il a beau éviter soigneusement mes ateliers (ce qui est normal), il ne peut éviter de fréquenter des jeunes qui m'appellent par mon prénom, me tutoient, me sautent au cou et me racontent leurs histoires de coeur ou leurs résultats scolaires. Il se garde bien de me le dire ouvertement, mais je sais qu'il est fier de moi.

En réalité, on fait ce qu'on peut. Eux avec leurs parents adultes, qu'ils rejoignent chaque jour un peu plus parce qu'ils prennent le chemin des adultes. Nous avec nos tâtonnements, nos erreurs, nos réussites, et si par bonheur on a gardé un peu de l'enfance au fond de soi, on peut aussi faire un pas vers eux.
L'important, c'est de ne pas leur raconter n'importe quoi, d'être capable de parler de tout sainement, et de ne pas hésiter à redoser chaque chose, inlassablement, selon le moment, la circonstance, l'état de l'un et de l'autre, la maturité, le danger, la naïveté, l'apprentissage de la responsabilisations, etc... etc.... etc....

Il faut bien sûr leur apprendre ce qu'est la vie, mais il faut soi-même définir clairement ce qui est bon, absurde, mauvais, à éviter, à conserver, à conseiller, etc...

En bref, nous faisons tous comme nous pouvons... j'imagine.
Et le monde, autour de nous, n'est pas si facile et ne nous aide pas tant que ça...

Ne pas lâcher le morceau. Ne jamais renoncer. Et le faire avec amour.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   Lun 16 Oct 2006 - 14:45

(*)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elever des enfants (*)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elever des enfants (*)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» COMMENT NE PAS ELEVER DES ENFANTS PARFAITS de Libby Purves
» Elever des enfants (*)
» Avez-vous (ou côtoyez-vous) des enfants insupportables ?
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Les recettes préférées des enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: