Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Andreï Makine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre Bachy

avatar

Nombre de messages : 183
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 06/08/2004

MessageSujet: Andreï Makine   Sam 10 Fév 2007 - 9:55

L'amour humain

Vingt-cinq ans après l’accession de l’Angola à l’indépendance et sa plongée dans la guerre civile, un homme, le narrateur, revient dans le pays où il a rencontré Elias Almeida, pendant l’enfer d’une nuit de captivité. Convié en tant qu’écrivain à un colloque sur le développement durable, il s’absorbe dans ses souvenirs, relatant le parcours de son ami, jeune Angolais idéaliste engagé dans l’insurrection du communisme.
L’histoire commence en 1979 dans un village angolais à la frontière du Zaïre. Depuis août 1975, la guerre fait rage entre les mouvements de libération qui se sont retrouvés dans un bref gouvernement de transition, après le départ des troupes de l’ancien colonisateur portugais. C’est ainsi que le MPLA marxiste d’Agostinho Neto s’affronte à l’UNITA de Jonas Sawimbi. Dans la pénombre d’une case, deux instructeurs soviétiques capturés par l’UNITA, attendent leur exécution. Le narrateur est l’un de ces deux hommes. Un troisième personnage gît à leurs côtés. D’entrée de jeu, l’Histoire s’installe sur le devant de la scène. Atroce, sans grand rapport avec les discours qui la théorisent. Ce sera le leitmotiv de ce roman. Le supplicié inerte vit encore. Au matin, avec ses deux compagnons, il est libéré par une unité cubaine engagée dans le conflit. Un solide lien d’amitié se tisse avec le narrateur, qui évoque maintenant la destinée de cet Angolais, Elias Almeida, né en 1950.

Il a onze ans au début des années soixante. Il vit dans la chaleur sensuelle et protectrice de sa mère, le père ayant pris le maquis. Il a entraperçu cette mère se prostituer pour le nourrir, puis être arrêtée par la police avant de revenir, clavicule cassée, corps broyé, mourante et bientôt morte. La scène de cet amour piétiné orientera sa vie pour toujours. Haine et révolte. L'enfant s'engage dans la Révolution, dans les guerres de libération africaines, côtoie Che Guevara et devient un redoutable agent militaire au service de l'Union soviétique. La Havane, Moscou, Zaïre, Somalie. On suit son destin tragique, de séances d'entraînement en coups de force, de coups d'état en coups fourrés. Sans illusion sur la cruauté humaine qui siège autant dans le camp des oppresseurs que des opprimés, il n'en continue pas moins de combattre sans relâche et avec héroïsme, y compris pour des causes perdues, même lorsqu’étant à Moscou, il vivra la mort de son président.

L'écriture s'engouffre dans le gouffre des révolutions, guerre froide, guerres civiles, dans les atrocités et absurdités de ce monde. Andreï Makine nous livre les images déroutantes d’une Afrique aux entrailles déchirées, aux membres dépecés entre tensions ethniques et idéologiques, morcelée par des combats que pilotent à distance les colosses de la guerre froide. Loin des ravages absurdes que provoquent l’affrontement des blocs, Cuba apparaît comme le pays de la mise en scène révolutionnaire où des idoles de carton pâte, montées sur de grands panneaux publicitaires, servent de décor à la harangue des orateurs.

http://users.skynet.be/pierre.bachy/makine_andrei_amour_humain.html

http://bachy.skynetblogs.be/
Revenir en haut Aller en bas
http://users.skynet.be/pierre.bachy
 
Andreï Makine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Andreï Makine
» Andreï Makine
» Andreï Makine
» Andreï MAKINE
» [Makine, Andreï] Le testament français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: