Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Travail et littérature (Anti)

Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90100
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

Travail et littérature (Anti) Empty
MessageSujet: Travail et littérature (Anti)   Travail et littérature (Anti) EmptyLun 26 Mar 2007 - 19:32

Je vous livre ici un article très intéressant.

http://www.larevuedesressources.org/article.php3?id_article=257

Le travail à l’oeuvre
place et valeur du travail dans la création et la réception de la littérature
(extraits)
lundi 5 janvier 2004 par Pierre Verdrager

[...] La référence au travail est loin d’être négligée par les créateurs qui en font, pour nombre d’entre eux, une modalité explicative de la mise au monde des textes particulièrement puissante. On peut dater cette revendication du travail, pour les écrivains, du milieu du XIXe siècle. Certes, il est possible de remonter plus loin dans le temps pour trouver des valorisations du travail dans l’exercice de la littérature. Cependant celles-ci étaient plus occasionnelles. En effet, si Boileau privilégiait le travail plutôt que le don, ce à quoi son statut de bourgeois le prédisposait (voir les vers si célèbres de L’Art poétique : " Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, / Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage : Polissez-le sans cesse et le repolissez "), c’était, paradoxalement, pour mieux admirer l’aisance de Molière qui semblait guidé par les rimes mêmes qu’il avait produites.
C’est, entre autres mais exemplairement, Flaubert qui a commencé à revendiquer le travail sans lequel, d’après lui, il n’était pas possible de produire une littérature de valeur. Flaubert rompait ici avec la doctrine de l’inspiration qui constituait, depuis bien avant le Romantisme, le point de référence obligé de toute création littéraire. Ce qui était nouveau, ce n’était pas tant le fait qu’un écrivain travaille à ses textes, c’était plutôt qu’il le revendique haut et fort en identifiant là une des causes efficientes de la qualité littéraire, comme le socle génétique de la littérature. L’inspiration était disqualifiée, par mise en croyance, comme relevant des " images ", des " représentations " ou des " mythes ". L’exigence d’abandon véhiculée par la topique de l’inspiration était, en outre, considérée comme trop " féminine " : manifester le contrôle de soi, la maîtrise de sa volonté et la rigueur du travail n’était, en effet, pas seulement le moyen de montrer qu’on était un bon écrivain et qu’on se dissociait de ce qui était considéré comme de " l’imagerie romantique ", c’était également une manière de montrer qu’on n’était pas une femme, potentiellement manipulée à ses dépens par les exigences incontrôlées du corps et des humeurs, ainsi que le suggèrent, en d’innombrables occurrences, les rappels à l’ordre culturels qui relèguent la femme dans les zones les moins enviables de la division des facultés. Ainsi, George Sand et Gustave Flaubert opposaient deux modèles de la création littéraire qui faisaient directement écho à la division sexuelle des facultés. Quand l’un défendait le contrôle, le travail, en bref se situait en " régime de volition ", l’autre défendait, tout à l’opposé, le laisser-faire, la nonchalance, se situant en " régime d’inspiration ". Il reprochait constamment à son autre correspondante privilégiée, Louise Colet, de se " laisser aller ", de s’abandonner à ses " penchants naturels " dans sa création. Se situer en régime de volition, c’était aussi montrer qu’on est un homme, et un homme viril qui, seul, affronte son texte dans une économie actantielle que ne connaît pas l’auteur inspiré dont la présence est diluée dans le collectif de création que forment inspirateur et inspiré. C’est très vraisemblablement parce qu’il y a une circularité des causes et des effets qu’il n’est pas très aisé de distribuer clairement les faits dans la structure causale : ainsi, il est difficile de savoir si la misogynie de Flaubert, maintes fois exprimée, est la cause ou la conséquence de l’inscription de Flaubert en régime de volition. En tout état de cause, la référence à la dimension sexuée de la revendication du travail ne peut pas ne pas être mentionnée, à l’heure où parallèlement, à partir du milieu du XIXe siècle, s’amorce un long processus de valorisation sociale du travail, lequel rend dorénavant possible sa revendication dans les récits visant à expliciter le processus créatif.[...]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90100
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

Travail et littérature (Anti) Empty
MessageSujet: Re: Travail et littérature (Anti)   Travail et littérature (Anti) EmptyLun 26 Mar 2007 - 19:33

C’est ainsi que, un siècle plus tard, le volitif Claude Simon (Propos recueillis par C. Paulhan, Les Nouvelles, 15 au 21 mars 1984), répondant aux questions de Claire Paulhan, évoque la création littéraire en rabattant la topique de l’inspiration sur la sphère des " mythes " en en constatant, avec regret, la permanence :

" C. Paulhan - Comment travaillez-vous ?

C. Simon - Avec beaucoup de peine, comme ouvrier, ou plutôt comme un artisan : en me mettant à la table tous les jours, à la même heure... Et sans abandonner quand ça ne marche pas.

C. Paulhan - Cette réalité de votre travail ne vous sert-elle pas de contrepoids aux mythes romantiques ou contemporains de l’écriture ?

C. Simon - Je fais parfois une conférence que j’ai intitulée "fabrication de La Route des Flandres", parce que c’est très précisément de cela qu’il s’agit : fabriquer, faire, poiein, en grec. Vous connaissez cette appréciation railleuse de certains critiques lorsqu’ils veulent ridiculiser un livre : "ouvrage laborieusement fabriqué". C’est assez drôle. Tout d’abord ce mépris hautain (mépris de classe ont avancé certains) du labeur, du travail. On se demande d’abord d’où sortent ces gens. Est-ce qu’ils n’ont jamais vu d’épreuves corrigées par Balzac, par Proust, et les manuscrits de ce dernier ? [...] C’est bouffon. Peut-on croire qu’il existe encore dans le monde des lettres des gens qui perpétuent l’image populaire de l’artiste aux longs cheveux écrivant fougueusement, d’un jet, sous la dictée de l’"inspiration", de la Muse ? Et pourtant oui, ça existe ! Incroyable, mais vrai : je me rappelle l’interview d’un de nos romanciers contemporains (Henri Troyat, si mes souvenirs sont exacts) déclarant sans rire qu’il écrit "sous la dictée des masses". "

Les valeurs du régime de volition ne se sont pas, comme on le voit, diffusées dans tout l’espace littéraire : le conflit entre, d’un côté, les " inspirés ", privilégiant une conception où prévalent les transes, les délires ainsi que la facilité ; et, de l’autre, les " travailleurs ", perdure encore aujourd’hui, comme le regrette C. Simon.

Mais comment peut s’expliquer la distribution entre " inspirés " et " volitifs " ? N. Heinich, a discuté le modèle que nous avons proposé (in P. Verdrager, La réception de la littérature par la critique journalistique : le cas de Nathalie Sarraute, 1999, Thèse, Université Paris III), en tentant de rendre coextensifs, d’une part, régime de volition - ou " régime artisanal " - et discours savant et, d’autre part, régime d’inspiration - ou " régime vocationnel " - et discours profane (N. Heinich, Etre écrivain, La Découverte, 2000, p. 301) : " La symétrie de cette opposition ne doit pas dissimuler une dynamique fondamentalement dissymétrique, puisque c’est par réaction au régime "vocationnel" de l’inspiration que s’est développé l’appel au régime artisanal du travail. Cette dissymétrie d’origine se double d’une dissymétrie hiérarchique, l’inspiration étant devenue une topique de sens commun alors que le travail est plutôt invoqué par les spécialistes : c’est, typiquement, l’usage lettré de la référence à l’artisanat, devenue une ressource privilégiée dans l’opposition "artiste" à la désingularisation par le lieu commun inspiré. "

S’il paraît difficile de contester ces affirmations, tant elles sont corroborées par les innombrables déclarations des acteurs, elles ne sont pas toutefois en mesure d’éclipser, par exemple, les références au travail du discours profane, telles que pouvait les mentionner Pierre Bourdieu dans La Distinction. Aussi paraît-il justifié de considérer le recours à la topique du travail comme étant transversal aux divisions de l’espace social. En effet, c’est dans leur manière et pour des causes différentes que profanes et savants se différencient en faisant référence au travail, les premiers sollicitant la topique du travail faute de disposer de catégories spécifiques et, en l’occurrence, esthétiques, lesquelles leur permettraient d’appréhender les ouvrages de l’art et de l’esprit autrement qu’avec des schèmes de la vie quotidienne [...] ; les seconds privilégiant le travail pour refuser toute assignation aux topiques inspirées, particulièrement vulnérables aux accusations désingularisantes qui visent à dénoncer un stéréotype - conformément à la description heinichienne dans laquelle la référence au travail exprime le rejet de l’inspiration. C’est sans doute une des vertus du régime de volition que de pouvoir prendre en écharpe la double référence, profane et savante, au travail, non en la mettant, par réduction au régulier, en équivalence, mais afin de mettre en évidence une affinité jusqu’ici inaperçue qui rend proches, dans leurs conclusions, ceux-là mêmes que tout, par ailleurs, sépare.
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
Romane

Nombre de messages : 90100
Age : 64
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

Travail et littérature (Anti) Empty
MessageSujet: Re: Travail et littérature (Anti)   Travail et littérature (Anti) EmptyLun 26 Mar 2007 - 19:33

Les écrivains du Nouveau Roman, qui sont les héritiers structuraux directs des écrivains de l’Art pour l’Art du siècle dernier, ont abondamment repris à leur compte la topique du travail. C’est la raison pour laquelle ils vont fournir un terrain particulièrement bien adapté à notre enquête sur le travail littéraire : " En ce qui me concerne, affirme N. Sarraute, j’ai toujours essayé de centrer ma vie sur le travail. C’est indispensable autant pour les femmes que pour les hommes " (N. Sarraute, " Ne sommes-nous pas tous un peu fous ? ", La Galerie 114, mars 1972). Dans une lettre à André Billy, Jérôme Lindon, éditeur de Tropismes aux Éditions de Minuit en 1957, écrivait que les auteurs du mouvement " ne sont pas des génies délirants : ce sont des écrivains lents et méticuleux et parfaitement conscients. Alain Robbe-Grillet a écrit Le Voyeur en travaillant dix heures par jour pendant deux ans " (cité in P. Fisson, " Où va le roman ? ", Le Figaro littéraire, 29 septembre 1962). R. Pinget, de même, insistait sur l’importance de la quantité de travail : " On travaille, on travaille sur des mots, des heures et des heures, des heures et des jours [...]. C’est abominable, c’est long, c’est long " (cité in Fisson, 1962). En régime de volition, on met l’accent moins sur le savoir comme avoir, que sur la recherche pour savoir. En régime d’inspiration, en revanche, le savoir est un acquis et non une conquête, et c’est pourquoi l’inspiré pourra privilégier moins la nouveauté garantie par personne (au double sens d’une seule personne et d’une absence de personne), que la conformité aux modèles, garantie par la communauté. En régime de volition, le travail au présent devient la référence absolue. Il est ce par quoi il devient possible de se détacher de la conformité et de faire émerger la nouveauté. C’est aussi la quantité de travail qui permet de faire accepter la lenteur du geste créatif, toujours vulnérable au soupçon d’oisiveté ou de paresse, soupçon disqualifiant qui hante l’expérience des hommes depuis des siècles (J. Delumeau, Le péché et la peur : la culpabilisation en Occident, XIIIe-XVIIIe siècle, Fayard, 1983, p. 255-264). En régime de volition, la lenteur est un opérateur capable de construire la grandeur du geste producteur tant il est vrai que la bonne littérature, dans ce régime, doit être le fruit d’un " travail bien fait " effectué sur un tempo soustrait aux exigences de l’urgence. En régime de volition, la facilité d’écriture est, précisément, une facilité à laquelle succombent ceux qui, naïfs, s’imaginent mal que fluidité puisse ne pas nécessairement rimer avec qualité : " J’écris avec difficulté, je travaille et je dois dire que c’est pour ça que j’écris. Pour moi, écrire, c’est le travail par excellence ", affirme ainsi Michel Butor (" J’aime beaucoup la peinture de Bosch ", propos recueillis par D. Odier, Gazette de Lausanne, 6 et 7 mai 1967). De même, le travail est présenté par N. Sarraute comme un moment terrible qui renvoie aux difficultés de l’épreuve héroïque : " Naturellement, le travail d’un écrivain, c’est forcément une épreuve, il affronte quelque chose d’inconnu, il ne sait pas où il va, il a toujours peur de manquer son but, même pas de manquer son but, parce que de but, au départ, il n’y a pas de but précis, il a toujours peur de ne pas arriver à transformer en mots, en écriture, quelque chose de ressenti, qui est assez difficile à saisir, par conséquent, c’est toujours très angoissant, c’est un effort qui est très difficile " (N. Sarraute, Archives du XXe siècle, entretien, réalisation de P. Collin, SFP, 1973). En régime de volition, la facilité d’écriture devient suspecte puisque l’effort y est valorisé. À la question de la revue Tel Quel, " Pensez-vous avoir un don d’écrivain ? ", N. Sarraute répond : " Je croyais avoir un don d’écrivain, quand j’écrivais en classe, mes devoirs de français. Je le reconnaissais à l’aisance et la joie avec lesquelles je les écrivais. Hélas, depuis, j’ai perdu, et, je crois, pour toujours l’une et l’autre " (N. Sarraute, " La littérature aujourd’hui ", II, Tel Quel 9, 1962). Ceci s’oppose aux valeurs inspirées qui font correspondre le volume du texte à celui du talent car, en régime d’inspiration, la facilité d’une écriture qui coule à flot est ce qui définit la grandeur. La facilité peut se combiner avec la quantité, présumant, en régime d’inspiration, de la qualité. A contrario, un auteur tel que M. Butor pouvait trouver comme insultant le fait qu’on le considère comme " prolixe " dans la mesure où cette conception de l’activité littéraire viole l’éthique de rareté qui caractérise le régime de volition. La grande quantité de texte produite constitue donc, en régime de volition, un point faible qui fait comprendre pourquoi celui-ci rejette violemment l’idée de cette prolixité, comme le rapporte J.-P. Barou : " Oui, Butor travaille beaucoup. Mais est-il un écrivain prolixe ? Grave question qui le fait bondir alors qu’il ouvre ce matin son courrier. Quelqu’un qui lui écrit le taxe en effet d’"écrivain prolixe" ! Butor n’est pas d’accord. Mais pas du tout " (in M. Butor, " Rencontre : Butor et les machines à lire ", propos recueillis par J.-P. Barou, Le Monde, 11 décembre 1993). [...]

La propension à rejeter une littérature qui requiert parfois d’importants efforts de compréhension est, pour une part, fonction du caractère plus ou moins structurant de l’opposition entre " loisir " et " travail ", lequel dépend très étroitement du degré de pénibilité de ce dernier ou de la faible satisfaction personnelle qu’il est susceptible de donner aux personnes. En effet, lorsque le travail n’est qu’un moyen, le cas échéant ennuyeux ou franchement désagréable, de subvenir aux besoins, le " loisir ", pour être jugé pleinement recevable et estimable, ne doit pas ressembler, dans la mesure du possible, à un travail fastidieux. Or tout laisse penser que l’acceptation des conceptions et des oeuvres des Nouveaux Romanciers repose, en définitive, sur la faiblesse de cette opposition, comme c’est le cas dans beaucoup de professions intellectuelles où les personnes ont une expérience du travail assez hors du commun puisque la limite entre le temps du travail et le temps du loisir n’est jamais parfaitement étanche. L’opposition entre " travail " et " loisir " a une force structurante bien plus importante pour les personnes qui pratiquent une profession non intellectuelle, dans la mesure où " occupation " et " vocation ", pour reprendre les termes de J. Schlanger (La vocation, Le Seuil, 1997), sont fortement disjointes. C’est ainsi qu’il devient possible de comprendre que le niveau de rejet d’une pareille littérature est fonction de la force structurante de l’opposition travail/loisir qui doit la plupart de ses propriétés à la nature plus ou moins intellectuelle du travail occupant la personne. Aussi n’est-il guère étonnant que la littérature sérieuse proposée par les auteurs du Nouveau Roman, lisible en régime d’effort, était bien faite pour plaire aux revues et journaux intellectuels et, symétriquement, déplaire aux périodiques populaires de grand tirage ou les quotidiens régionaux. [...]

En régime d’inspiration, cette littérature est parfaitement sinistre puisqu’elle requiert du lecteur un effort considérable, injustifié à fonder l’existence d’un ouvrage romanesque. Ainsi dans Le Planétarium de N. Sarraute, " il ne s’agit plus de plaisanter. Si vous espérez oublier enfin votre journée, quelque lancinant problème de fiscalité, de législation ou même de circulation, adressez-vous aux maisons d’à côté : le roman policier, la science-fiction ou la science tout court. Lisez un ouvrage de balistique ou d’économie politique. N’attendez pas que le roman vous guérisse de la vie, il a d’autres chiens à fouetter. Abordez-le tendus et mobilisés, toute attention dehors. Et ne vous plaignez pas surtout. Pensez à l’auteur. Malheureux. Pensez à sa peine, à ses sourcils froncés, à sa main droite crispée " (J. Mogin, " Nathalie Sarraute : Martereau ", Le Soir, 20 février 1954). Ceux qui privilégient non la création mais la récréation, non l’effort, mais le confort, voient dans le Nouveau Roman plus un tourment qu’un délassement. Celui qui veut être diverti ne trouvera que de l’ennui : " C’est du travail, nécessaire et utile sans doute. L’écueil en est l’ennui. Aussi est-ce une lecture à recommander aux seuls curieux de la chose littéraire, mais absolument contre-indiquée pour qui ne cherche qu’une détente, même de qualité " (Anonyme, " Nathalie Sarraute : Le Planétarium ", Sélection des Libraires de France, août-septembre 1959). L’augmentation de la difficulté du texte se caractérise par une élévation simultanée de la tension de lecture. Une telle " dramatisation " de l’expérience lectorale est refusée car la lecture littéraire ne justifie pas un tel investissement d’effort, d’un côté (celui de l’auteur) comme de l’autre (celui du lecteur). Comment, de ce point de vue, aimer un texte littéraire qui, à ce point, " sent la lampe " et manque de noblesse ? Au rejet du caractère " travaillé " de l’œuvre, s’ajoute le refus de l’aspect " intellectuel " de la démarche. Valorisable comme manifestation de " l’intelligence " et comme distance à la naïveté, l’aspect intellectuel des oeuvres du Nouveau Roman est disqualifié, en régime d’inspiration, comme étant une preuve d’intellectualisme. Le travail intellectuel est condamné, également, parce qu’il prouve un déficit de noblesse et d’élégance de ces " besogneux cérébraux " (Mogin, 1959) qui, faute de trouver, cherchent et, cherchant, se perdent - et leur lecteur avec. C’est ce qui vaut aux écrivains du Nouveau Roman leur rétrogradation d’artistes à artisans : " Le Nouveau Roman me semble, en effet, un genre assez étroit. Les écrivains qui l’illustrent sont plutôt des artisans, ce qui est certes fort honorable, mais un peu ennuyeux. Ils s’y prennent pour écrire un roman, comme un menuisier pour fabriquer un buffet en bois blanc. On ne peut pas les chicaner sur le travail, qui est en général très sérieux. Le buffet est bien raboté, bien lissé, les tiroirs ne grincent pas. Mais un buffet, ce n’est pas très intéressant " (R.-M. Albérès, " Le procès du Nouveau Roman ", Les Nouvelles littéraires, 9 juin 1966). Aux livres en chantiers, on préfère les livres entiers, le côté " pas fini " étant disqualifié comme " pas fin " : " Les chantiers sont nécessaires, mais une littérature de chantier donnée pour l’égale et la remplaçante désignée d’une littérature de cathédrale et de palais, non, non, non, et non ! " (H. Clouard, " la vie littéraire, la littérature ", Beaux-Arts, 20 juin 1958). L’inflation de la réflexion, donc du travail intellectuel, ne fait que lester les inflexions spontanées du corps qui, seul, est capable de trouvaille. Ceux qui sont possédés par les idées sont, avant tout, dépossédés de génie : " Comment ne pas être rebuté par la pauvreté de l’inspiration ? Les états obsessionnels se diluent dans la virtuosité ; le ton se trouve plus d’une fois faussé par l’esprit de système " (T. Louis, " Dix récits de Nathalie Sarraute : L’Usage de la parole ", La Libre Belgique, 26 mars 1980). L’excellence en régime inspiré est avant tout incorporée car il convient de prendre la littérature à bras le corps.

La dénonciation du travail intellectuel peut prendre forme dans l’opposition, si souvent rencontrée, du " théorique " (négatif) et du " pratique " (positif). Le recours à la " théorie " est une manière de faire de nécessité (pauvreté de l’imagination) vertu (primauté de la réflexion) : les hardiesses théoriques tenteraient, en effet, de compenser les faiblesses romanesques. C’est faute de pouvoir bénéficier d’un réel talent subjectivé dans une personne que les auteurs du Nouveau Roman sont obligés de recourir à des techniques et à des formules qui apparentent leur production à des objets de laboratoire, par où l’on retrouve, par l’étymologie, le labeur. Ce sont des palliatifs qui dissimulent mal leur absence de don, manifestée par une présence, paradoxalement, bien trop envahissante, de la volonté, stigmatisable comme velléité maligne. Or c’est parce que ces éléments renvoient aux règles et à la régularité du " monde industriel " (cf. L. Boltanski et L. Thévenot, De la justification : les économies de la grandeur, Gallimard, 1991), qu’il convient de disqualifier cette " littérature mécanisée " (J. Majault, " Points de vue sur le roman moderne ", L’Éducation nationale, 12 novembre 1959) dont la " réflexion sémantique [est] proche de celle d’un ordinateur " (R. Kanters, " Parmi les livres ", Revue de Paris, août-septembre 1968).
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




Travail et littérature (Anti) Empty
MessageSujet: Re: Travail et littérature (Anti)   Travail et littérature (Anti) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Travail et littérature (Anti)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quizz : Les méchants de la littérature à l'honneur
» Littérature frénétique
» Dictionnaire des personnages populaires de la littérature
» Littérature appliquée...
» La littérature "sale"...?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Ecrire un roman-
Sauter vers: