Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jean Paul Dubois

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
LuluBerlue



Nombre de messages : 5082
Date d'inscription : 04/01/2005

MessageSujet: Jean-Paul Dubois - Une vie française.   Mar 3 Mai 2005 - 20:53

Sur un fond de vie politique française : De Gaulle, mai 68, Poher, Pompidou, Giscard, les deux septennants Miterrand puis Chirac, se déroule celle de Paul Blick. Soit un demi siècle, il a 54 ans.
Son grand-père était berger. Ses parents : elle correctrice et lui concessionnaire Simca à Toulouse.
Paul se cherche et fait quelques études. 68 et les années suivantes savoureusement relatées nous replongent (les 50 ans et plus) dans ce que fut vraiment cette période. Hors des extrapolations qui commencent à se faire jour.
Il devient, se laissant porter par les circonstances et opportunités faciles, journaliste sportif. Sans surprise il épouse Anna la fille du patron. Celle-ci se montre maîtresse femme brillante, et gère sa propre entreprise. Deux enfants naissent. Paul gère la vie domestique et passe des après-midi érotiques en compagnie d'autres "mamans" à la maison.
Il éprouve une passion pour les arbres et les photographie. Contacté par un éditeur, il fera le tour du monde. Un livre luxueux, la gloire, l'argent.
Et puis la malchance. Sa femme meurt dans un accident d'avion. Non en voyage mais dans un avion de tourisme piloté... par son amant pour qui elle a secrètement dilapidé sa fortune. La belle maison de Toulouse vole en éclats. Sa fille malade pensionnaire d'un hôpital psychiatrique. Ses parents morts.
Plus rien ne va mais est-ce si important pour Paul ? La vie continue à défiler. Il fera du jardinage pour subvenir à ses besoins. Retournera nostalgique vivre dans la maison de ses parents.

Toute une époque est ainsi restituée, servant de toile de fond à cette vie. La traversant et l'accompagnant sans pour autant y changer grand-chose. Une traversée d'un demi-siècle racontée sur un rythme qui ne se relâche pas. Et de beaux moments d'émotions.

Jean-Paul Dubois a obtenu le prix Femina 2004 pour son roman.
Revenir en haut Aller en bas
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Jean Paul Dubois   Mar 27 Mar 2007 - 23:02

Hommes entre eux de Jean Paul Dubois édition de l’olivier 19 euros

Présentation de l'éditeur
Paul Hasselbank et Floyd Paterson n’ont aucune raison de se rencontrer.. L’un vit à Toulouse. Il est gravement malade. L’autre habite North Bay (Ontario). Il sillonne les grands espaces et chasse à l’arc en solitaire.
Pourtant, à leur insu, quelque chose relie ces deux hommes. Quelque chose, ou plutôt quelqu’un. L’un et l’autre ont aimé la même femme, Anna, qui les a quittés. Dès lors, leur rencontre devient inévitable. Entre Hasselbank, le français au bout du rouleau, et Paterson l’homme des bois, une relation violente et subtile se noue. Dans le huis clos d’une maison rouge isolée par le bizzard, au bord d’un lac gelé, ils vont connaître , enfin, leur heure de vérité.
Ces hommes entre eux peuvent-ils survivre dans un monde transformé en désert par la disparition d’une femme ? Hanté par les archers invisibles d’Agairre ou la colère de Dieu, ils tentent d’échapper aux flèches que leur réserve le destin.
Porté par la beauté des paysages glacés du Grand µNord canadien, ce roman étincelant nous conduit jusqu’à cette part animale qui gît au fond de chacun d’entre nous, faisant de l’un une proie et de l’autre un chasseur.


Vous y trouverez, le mâle avec son exigence brute du rut, du sang dans les rapports « bestials ».
L’écriture est fade. Je n’ai pas de surprise ni d’intérêt dans l’intrigue trop téléphonée. Tout y est : la violence des combats de coqs, les filles nues qui dansent, cruelles. La beauté promise par l’éditeur n’existe pas.

Commencez le livre à partir de la page 130, vous économiserez votre temps et vous ne manquerez rien. A partir de ce chapitre, l’auteur est au meilleur de sa forme. Je suis persuadé qu’il a du commencé à écrire son livre à partir de cette idée originale, puis, pour étoffer sa nouvelle, il a certainement sur-rajouté des chapitres inutiles.
La rencontre des deux hommes est fort bien décrite. La chute, décevante ressemble au reste du roman : je n’y crois pas un seul instant, devant tant d’incohérence.

Au meilleur de son œuvre, l’auteur cite une croyance indienne à propos des tempêtes :
« Les indiens disent que la seule chose que l’on ait à craindre pendant le blizzard, c’est que le vent soulève la mauvaise part que chacun porte en soi et que, lorsque tout s’apaise, apparaisse à la lumière ce que l’on a parfois essayé d’enfouir tout au long d’une vie. »

Un autre extrait du même acabit (pas très loin de l’Acadie…) :
« Je crois qu’il ne faut jamais regarder trop longtemps en soi. C’est là que se trouve notre pire visage, celui que nous essayons de dissimuler pendant tout une vie. »

Amis lecteurs, gardez votre énergie pour chevaucher d'autres skidoo, plus bondissant.
Un document « au trait » pour flèche brisée dans cœur gravé sur du bois.(bertrand-môgendre)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
 
Jean Paul Dubois
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jean-Paul Dubois
» Jean-Paul DUBOIS: Je pense à autre chose
» Jean-Paul DUBOIS: Les poissons me regardent
» Jean-Paul DUBOIS: Jusque là tout allait bien en Amérique
» Jean-Paul DUBOIS: Kennedy et moi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: