Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ZAZA 54
Ouillette D'Inde
avatar

Nombre de messages : 6571
Localisation : Sur mon ile au soleil
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 12:57

L'alcool et les femmes
L'alcool endommage plus rapidement le cerveau des femmes que celui des hommes, selon une étude conduite en Russie et dont les résultats viennent d'être publiés aux Etats-Unis. Des recherches précédentes avaient déjà montré que l'alcool détruisait le foie et le coeur chez les femmes plus vite que chez les hommes, même avec moins de quantité consommée, rappellent les auteurs de cette recherche parue dans l'édition de mai du journal « Alcoholism : Clinical and Experimental Research ». Pour mesurer les effets comparatifs de l'alcool chez les deux sexes, ces chercheurs ont soumis 102 alcooliques, 78 hommes et 24 femmes, âgés de 18 à 40 ans, à une batterie de tests pour mesurer leurs fonctions mentales. Un groupe de contrôle de 68 hommes et femmes non-alcooliques a aussi été soumis aux mêmes tests. Avant de participer à ce test, tous les alcooliques s'étaient abstenus de boire de l'alcool pendant trois à quatre semaines. Comparées aux hommes, les performances des femmes alcooliques ont été plus mauvaises sur les tests de mémoire visuelle, de raisonnement et de solution de problèmes. L'organisme de la femme métabolise l'alcool différemment que celui des hommes pour un poids équivalent, explique le docteur Barbara Flannery, du centre de recherche RTI International à Baltimore (Maryland, est), principale auteur de ces travaux. Une des raisons avancées est que les hommes ont plus d'eau que les femmes dans leur corps, ce qui leur permet de mieux diluer les effets de l'alcool.

j'étais si bien partie, en plus je commençais ma cave perso mdr que du blanc bien sur ma préférence Gaga Je fais une semaine avec une bouteille mdr ça va pas me détruire le cerveau hein docteur mdr mdr Si j'ai bien compris les hommes sont des sacs à eau, mais ils peuvent devenir sacs à vin sans probléme Mr.Red mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
C'est ainsi que je veux écrire. Avec autant d'espace autour de peu de mots. Je hais l'excès de mots. Je voudrais n'écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer le silence. En réalité, les mots doivent accentuer le silence. »

Etty Hillesum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 13:16

pour répondre à ta question, non, les femmes ne doivent pas arrêter de boire mais arrêter de devenir alcooliques. on peut en dire autant pour les hommes. comme pour toute chose d'ailleurs, l'excès ne conduit jamais à rien de bon... je ne suis pas ascète pour autant...
Revenir en haut Aller en bas
zoé sporadic
Jasmine calamardesque
avatar

Nombre de messages : 1596
Localisation : "j'étais pas là"
Date d'inscription : 02/05/2007

MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 13:21

Jour Zaza, je note que pour qu'un test soit valide, il faut observer le comportement de trois fois plus d'hommes que de femmes... D'où je suis tentée de conclure que les hommes seraient plus simulateurs puits
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 13:25

zoé sporadic a écrit:
Jour Zaza, je note que pour qu'un test soit valide, il faut observer le comportement de trois fois plus d'hommes que de femmes... D'où je suis tentée de conclure que les hommes seraient plus simulateurs puits


mmm, je crois surtout -sans en être sûr- qu'il s'agissait de respecter les statistiques, ça n'étonnera personne qu'il y ait trois fois plus d'alcooliques chez les hommes que chez les femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 14:29

Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   Jeu 3 Mai 2007 - 14:59

Alcool et femmes

La femme alcoolique
L'anxiété, la dépression et la solitude se retrouvent chez la majorité des femmes alcooliques. Près de 80 % d'entre elles sont âgées de 35 ans et plus, dont 51 % de 35 à 50 ans. Près de 80 % des femmes justifient leur alcoolisme suite à des problèmes psycho-affectifs.

Vulnérabilité de la femme face à l'alcool
A âge et poids égaux et pour une même quantité d'alcool, l'alcoolémie de la femme est supérieure à celle de l'homme. L'explication de ce phénomène provient de l'enzyme impliquée dans le métabolisme de l'alcool qui présente une activité moindre chez la femme. Par ailleurs, la quantité d'eau dans le corps de la femme étant plus faible, la concentration de l'alcool dans les tissus et dans le sang s'effectue plus rapidement que chez l'homme. Les fluctuations des hormones ovariennes durant le cycle menstruel affectent également le métabolisme de l'alcool et la prise de contraceptifs oraux et la ménopause augmentent la vulnérabilité de la femme face à l'alcool.

Problèmes de santé associés à l'alcoolisme féminin
Pour une même consommation journalière d'alcool, la cirrhose apparaît plus rapidement chez la femme que chez l'homme. Un plus grand nombre de femmes alcooliques que d'hommes alcooliques meurent de cirrhose du foie sans pour autant que les causes en soient élucidées. La combinaison d'oestrogènes et d'alcool peut être néfaste pour le foie. Une consommation chronique d'alcool augmente le risque de cancer du sein et une intoxication chronique peut être source de stérilité chez la femme alcoolique.

La femme alcoolique et la dépression
A la différence des hommes, la femme alcoolique est fréquemment sujette à dépression. Près de 50 % des femmes alcooliques ont fait au moins une tentative de suicide. Certaines femmes semblent plus vulnérables, notamment celles appartenant à la tranche 35-49 ans, les célibataires et les divorcées.

Le Syndrome d'Alcoolisme Foetal


On considère que le syndrome d'alcoolisme foetal représente la troisième cause de retard mental congénital et est à l'origine d'un tiers des naissances prématurées.

On lui associe :

* des malformations crânio-faciales : caractérisées par une réduction de la taille du crâne, un nez et une lèvre supérieure de petite taille, une mâchoire inférieure plus petite et en retrait, un rétrécissement des paupières. Ces malformations persistent à l'âge adulte.

* un retard de croissance global affectant la taille, le poids et le crâne. En général, les enfants resteront de petite taille à l'âge adulte.

* des anomalies du système nerveux : causées par une atrophie du cerveau et un développement incomplet de certaines parties de celui-ci, elles se traduisent par un handicap intellectuel sévère.

* des malformations d'organes. Elles sont nombreuses, mais il n'est pas clairement prouvé que l'alcool soit seul responsable. Les malformations les plus fréquentes concernent le coeur, les organes génitaux externes et les articulations. Les enfants atteints du syndrome d'alcoolisme foetal, à l'âge adulte ne sont pas affectés par la stérilité. Les femmes, si elles sont abstinentes, donnent naissance à des enfants sains. Les hommes, alcooliques ou non, mariés à une femme sobre, ont une descendance normale.

Consommation d'alcool et risques pour la grossesse
Une consommation modérée d'alcool, de l'ordre de deux à trois verres par jour, génère un risque pour le développement de l'enfant : accouchements prématurés, poids de naissance plus faible (de 80 à 160 grammes en moyenne), nombre d'anomalies crânio-faciales, comparables à celles observées dans le syndrome d'alcoolisme foetal, et surtout retard dans le développement intellectuel et neurologique.

Une consommation importante d'alcool, d'au moins 100 grammes d'alcool par jour, pendant toute la durée de la grossesse, expose l'enfant à un risque élevé (30 à 40%) de syndrome d'alcoolisme foetal.

L'alcoolisation au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse affecte la formation du système nerveux. L'arrêt total de consommation d'alcool permet d'éviter la formation d'anomalies. A partir d'une consommation quotidienne de 48 grammes, il semble que l'on puisse déceler un risque de malformations congénitales, notamment au cours du premier trimestre de la grossesse.

Lorsqu'une femme donne naissance à un enfant présentant un syndrome d'alcoolisme foetal, pour les grossesses suivantes si elle reste abstinente, il n'y a aucun danger pour l'enfant à venir.

Source :
http://www.alcoweb.com/alcoweb/front/Controller?controller=InterligoController&action=loadPage&codeRubrique=98

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mince, Ro faut-il que nous les femmes arrêtions de boire?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il faut arrêter la fumette.
» On n'est pas aidée nous les femmes
» a nous offrir..... a nous, vos femmes.....
» Pour nous les femmes- Lire et transmettre
» Nous les femmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: