Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pouvoir d'achat.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Pouvoir d'achat.....   Lun 6 Aoû 2007 - 11:36






Edition du 06 Août 2007






L’inévitable hausse des prix de l’alimentation




Les ménagères, de même que tous les consommateurs français, en
auront pour leurs frais. Producteurs, industriels et distributeurs se
sont réunis récemment et sont tombés d’accord pour juger « inévitable »
une hausse des prix alimentaires dans les prochains mois.[/size]
Nombre de produits tels que les volailles, les céréales ou les produits laitiers ont déjà augmenté de 4 à 5 % en juillet.
A un mois de la rentrée, les consommateurs sont avertis : faire les courses leur coûtera désormais plus cher.
Cet emballement des prix va donner du grain à moudre au
gouvernement, lequel avait fait de la hausse du pouvoir d’achat des
Français sa priorité.
Dossier : Emmanuel VALETTE





Inflation modérée : 1,2 % sur un an en juin. La hausse globale des
prix en France est faible. Soit, à un niveau bien inférieur à celui de
2006 (+ 1,9 %). Selon l’Insee, ces prix à la consommation seront en
hausse de 1,4 % en décembre sur un an. Un impact limité ? Reste que ce
sont les prix des produits de grande consommation
qui flambent le plus.



Les produits laitiers : + 5 %.

La production laitière a bien du mal à suivre la demande
croissante, notamment du marché chinois. Conséquence, les prix du
fromage, des yaourts ou du beurre devraient croître de 4 à 5 % d’ici la
fin de l’année. Le lait, de plus en plus boudé par les consommateurs,
serait en revanche épargné par cette hausse.

Comme en Allemagne, la demande ne cesse aussi d’augmenter en
France : + 8,7 % en volume depuis 2002 sur les fromages et les produits
frais.



Les viandes : de + 6 à + 10 %.

Le kilo de poulet fermier pourrait bientôt voir son prix augmenter
de 10 % conséquemment à la flambée du cours des céréales (+ 50 % en un
an). A mêmes causes, même effets pour le porc dont le coût d’élevage
est passé de 1,25 à 1,50 € le kilo en un an. Le prix de la côte de porc
pourrait s’élever de 5 % alors que le prix de certains jambons subirait
une hausse de 7,5 %. Les viandes rouges, elles, devraient être
épargnées de toute augmentation significative de leur prix de vente.



Le pain : + 2,5 %.

La fameuse baguette traditionnelle de 250 g devrait augmenter de 2 centimes et enregistrer ainsi une hausse de 2,5 %.

Même si le prix du blé a doublé, il ne justifie pas, ou très peu,
la hausse du prix du pain. En effet, selon le Modef, syndicat
d’exploitants agricoles familiaux, l’augmentation du prix du blé n’a
qu’une « très faible incidence sur le coût de fabrication » du pain.

Et de citer l’exemple d’une ficelle de 150 g qui vaut 0,60 € : «
En 2007, il faut compter 3 centimes d’euros de blé dans une ficelle,
contre 2 centimes en 2006, soit une augmentation de 1 centime ».



Les fruits et les légumes : + de 10 % à + 30 %.

Ce sont aux primeurs que revient la palme des plus conséquentes
flambées de prix. Mais cette envolée n’avait pas attendu 2007. Les
courgettes se négociaient fin juillet à un prix 80 % supérieur à celui
de l’année dernière. Quant aux tomates, elles ont vu leurs prix
enregistrer un bond de 9 % depuis l’été dernier. Le maïs doux est plus
cher que l’an dernier, de 20 %.

Fraises et framboises, selon leur origine, coûtent de 15 à 30 % plus cher qu’en 2006.

Les produits dérivés (surgelés...) devraient être touchés.



Les autres produits alimentaires en hausse

Produits de la mer, oléagineux, œufs, chocolats,etc. ont déjà vu
leurs prix croître de manière significative au début de l’année 2007.
Le cours du cacao a notamment progressé très rapidement : + 25 % depuis
le début de l’année.



Et bien sûr cigarettes et essence

Dès aujourd’hui, le paquet de cigarettes vaut 6 % de plus, soit une hausse d’environ 30 centimes d’euros.

Le litre d’essence ne devrait pas baisser à la pompe, le brut ayant
même atteint récemment un record en dépassant les 78 dollars le baril à
New-York. Une tendance qui, si elle se confirmait, ferait encore
grimper le super 95. A 1,30 € le litre aujourd’hui, il a déjà augmenté
de 12,3 % depuis janvier.


Source: Midi libre du 6 aout 2007
[/size]

grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr grrrrrrrrrrr
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Pouvoir d'achat.....   Dim 3 Mai 2009 - 19:40

reste savoir ce qui est opérant, en terme de réaction individuelle, à ça :

1° considérant que c'est une réalité inexorable :

- accepter de se rapprocher ou s'éloigner (selon que l'on soit initialement au delà ou en deçà) du seuil de pauvreté.

- manifester avec la gauche-isf (jadis on l'appelait caviar, mais c'est has-been) et la gauche jean-basketts pour mendier du pouvoir d'achat, de la sécurité de l'emploi, etc... (toutes ces choses qui semblent en définitive avoir pour seul effet de renforcer le modèle capitaliste et ses sempiternels rapports de forces, à savoir le pouvoir des puissants et donc l'impuissance des autres)

- exiger un re calcul des seuils de pauvreté et du concept vaporeux de "pouvoir d'achat (qui ne tiennent pas compte, outre les variations tarifaires, les variations qualitatives à prix égal, dans l'agroalimentaire tout spécifiquement), face à des réalités prises en compte par des organismes de veille aux conclusions d'apparences douteuses (dans le cas inverse, le relèvement des minimas sociaux, et notamment du SMIC, auraient quelque chose de plus... significatif disons).

2° considérant que, même insoupçonné ou mésestimé, le plus grand nombre dispose d'un pouvoir d'action crucial (qu'il est le seul à ne pas voir, si l'on en juge par les efforts faits pour l'occulter, précisément) :

- organiser un consensus populaire de modification des comportements, tel que (suggestions non exhaustives) :

. boycott des majors (grande distribution, télécoms, mass-media, etc.) et favorisation des commerces de proximité et échelles de distributions locales et directes (coopératives, marchés locaux, producteurs... services postaux plutôt que téléphonie - et à fortiori téléphonie mobile... presse papier plutôt que télévision ou internet, etc.) les recettes directes et indirectes (publicitaires) affectées à hauteur de la mobilisation, le choix pour les majors sera, à court ou moyen terme : changer ou mourir...

. révision des comportements de consommation par type de biens ou services, par la cessation durable d'un certain nombre de consommations superflues au profit d'un investissement sur les pôles les plus importants comme l'alimentation, la santé, etc. (histoire qu'on entende plus : "j'ai plus rien à bouffer, mais par contre je me suis acheter le dernier i-phone et une paire de tennis hors de prix") et, idéalement, des transactions échappant à l'impôt (travail au noir, produits de contrebande - contrefaçons et illégaux...) ainsi que de l'épargne (mais en liquidité et non en placements bancaires. ainsi, le système, vite déréglé, se verrait contraint de prendre en compte ces réalités... qui d'ailleurs pourraient préfigurer, tant qu'on y est, des modes de vie plus sains et durables (enfin entendre plus souvent des propos du style : "moi, la crise ?.. rien à faire, au final je mange mieux que jamais pour pas plus, car j'y suis plus vigilant")

. encombrer les mails, téléphones, faxs, boîte au lettre des personnes d'influence et des bureaux de directions des grandes sociétés, afin de les rendre inopérants (matraquage inspiré de Nicolas Sarkozy, soit un juste retour des choses en définitive)

. saturer le système juridique, par des dépôts de plaintes collectives contre l'anpe (pour des propositions de postes incohérentes, avilissantes, etc.), la sécurité sociale (pour non assistance à personne en danger, concernant tous les vides de remboursements de problèmes reconnus comme d'une importance cruciale dans l'équilibre à long terme (yeux, dents, et tant d'autres choses pour lesquelles les remboursements sont d'une indigence intolérables), le patronat (pour toute offre d'emploi sous forme de stage non rémunéré, ou rémunéré de façon insuffisante ou pour des postes à responsabilité correspondant naturellement à des rémunérations supérieures), etc.

. refus de travail pour motif déontologiques (une grève éthique, pour faire simple) dans les secteurs et entreprises où la masse salariale est en désaccord avec l'usage qui est fait de sa force de travail (chercheurs de l'industrie pharmaceutique, chercheurs et enseignants, police, commerce, etc... il y a des dysfonctionnements de cet ordre partout !)

je m'arrête là, mais je compte sur vous pour compléter, les moyens de pressions sont légion, pour peu qu'on ne se cantonne pas à ce que l'on veut nous faire croire, à savoir qu'on "y peut rien"...
Revenir en haut Aller en bas
 
Pouvoir d'achat.....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pouvoir d'achat à kinshasa
» Pouvoir d'achat en baisse
» Pouvoir d'achat d'un Denier argent Octave
» Le pouvoir d'achat chinois dans l'antiquité
» Voici le système monétaire romain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: