Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 8:25

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 12:13

Au-delà du contexte "éditeur/auteur"... cela a été un vrai plaisir de lecture ! Je me suis régalée...

j'adore ce genre de remise en place !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 15:19

Un sacré bel article !!!

Louis DUBOST

LETTRE D'UN EDITEUR DE POESIE
A UN POETE EN QUETE D'EDITEUR


Editions DELEATUR
2001

Une première version de ce texte a paru, en 1998, dans la revue FICELLE dirigée par Vincent Rougier (Les belles Rives, 24150 PORT DE COUZE), lors du Marché de la Poésie de Paris.


Louis Dubost,
Directeur des éditions Le Dé bleu


Chaillé sous les Ormeaux
Un soir d'été 2001


Cher Poète,

Je réponds enfin à l'envoi de votre manuscrit intitulé Gisèle ou le vit du sujet, et je vous prie d'excuser le retard de cette réponse. Le cumul du métier d'éditeur et de celui d'enseignant me laisse trop peu de loisir pour lire les manuscrits que je reçois quotidiennement (et les vacances du prof sont fort utiles à l'éditeur pour faire le ménage dans les "urgences" - lire les manuscrits n'en est qu'une parmi mille, et pas la plus essentielle dans la gestion d'une maison d'édition - accumulées durant l'année !). Cette situation qui perdure depuis 27 ans ne me satisfait guère, vous vous en doutez bien.

Sachez cependant que je privilégie, dans mes relations avec les auteurs, ceux qui, manifestement, n'ont pas envoyé leurs manuscrits "à l'aveuglette", et qui ont effectué cette démarche en toute connaissance de cause, c'est à dire après avoir longuement fréquenté, en qualité de lecteurs attentifs et réguliers, les auteurs de mon catalogue. Ce qui n'est pas, semble t'il à première vue, votre cas.

Et c'est bien regrettable ! Chaque éditeur, avec un tempérament et une sensibilité qui lui appartiennent en propre, entretient, dans l'ensemble des publications auxquelles il donne sa marque, un climat (et non une "ligne", comme certains le prétendent indûment sans rien en connaître : le temps des "écoles" est révolu, et je n'ai ni le goût ni la vocation à me réfugier frileusement dans un cénacle de sourde auto-complaisance ni à jouer les gourous dogmatiques d'une secte, fût-elle littéraire) que le lecteur peut taster, comme l'on fait d'un vin, et convenir ou non s'il s'y sent à l'aise, si son écriture pourrait y respirer librement. Le climat Dé bleu diffère du climat Brémond, les deux se distinguent des climats Cadex, Cheyne, La Bartavelle, Gallimard, Flammarion, Castor astral, P.O.L., Tarabuste, L'Estocade, Obsidiane, etc…, même si parfois quelques auteurs se retrouvent dans plusieurs catalogues : chacun peut aimer l'océan, mais aussi la montagne, les escargots et la choucroute, le chiroubles et le Saint-Emilion, le polar et la poésie, Spielberg et Truffaut, le métro et le dodo, Bouvard et Pécuchet… Vous savez aussi bien que moi que les goûts ne relèvent pas d'une hérédité, mais résultent d'une patiente fréquentation sensitive qui initie à une pratique sûre et à un plaisir vivifié.

Je reçois quelque 500 manuscrits chaque année. Hélas ! trop peu d'auteurs s'inquiètent de mon mode de fonctionnement éditorial. Et ne veulent rien en connaître : pas dix achètent au moins un livre, ne serait-ce que pour s'informer de l'aspect matériel (l'objet-livre) de mes productions. Ce manque d'intérêt n'est pas très dynamisant pour moi (on réclame mon attention, alors que l'on n'en accorde aucune au travail que j'ai déjà accompli !), ni bien raisonnable de la part d'un auteur : quand j'ai besoin des services d'un artisan, quand je fais des achats chez un commerçant, j'aime bien d'abord me rendre compte par moi-même des compétences du premier et vérifier la qualité de la marchandise du second ; ça m'évite des surprises désagréables ! Vous savez, le "principe de précaution" ou la "traçabilité", ça vaut aussi pour les poètes : bouffer de "la vache enragée" est une chose, se faire refiler de "la vache folle" par un boucher peu scrupuleux en est une autre. Et à l'égard d'une attitude aussi ignorante des choses de la vie éditoriale, je ne me sens pas vraiment enclin -ni n'ai la disponibilité de temps et d'esprit nécessaire- à accorder ma sollicitude à ces auteurs et à leurs manuscrits.

Il est vrai que les poètes, contrairement à un préjugé qui fait long feu, ne lisent pas les poètes ; le slogan soixante-huitard qui psalmodiait "50 000 poètes, 500 lecteurs, 5 éditeurs" est toujours d'actualité, à ceci près que le nombre des poètes a quadruplé, celui des lecteurs diminué de moitié et que les éditeurs mettent la clé sous le paillasson (fortement épaulés, il est vrai, par des distributeurs régulièrement en liquidation judiciaire). Et pourtant, les auteurs ne cessent d'exiger de l'éditeur qu'ils sollicitent un professionnalisme -ce qui est légitime !- qu'eux-mêmes ne montrent guère en tant qu'écrivains. Ecrire est une chose, éditer en est une autre : la démarche vers l'édition s'inscrit dans une autre logique que celle de l'écriture, les paramètres n'étant pas tout à fait les mêmes.

Chez les grands éditeurs (industriels), le dernier mot revient presque toujours au directeur commercial : ils lancent un produit sur le marché et le marché obéit à des lois économiques, les mêmes pour n'importe quel produit, retiré de la vente lorsqu'il est périmé, c'est-à-dire lorsqu'il n'y a plus de demande (en général, pour le livre, de trois à six mois, pas plus) et les invendus sont détruits, "pilonnés" comme on dit dans la profession. Chez les petits de mon acabit, si l'aspect commercial n'est pas négligé (il faut quand même vendre un livre pour espérer investir dans le suivant…), le livre est d'abord le support du poème, et le poème n'est pas une denrée périssable : nous lisons aujourd'hui les poètes des siècles passés, je peux encore livrer la commande d'un ouvrage paru il y a vingt ans (j'ignore, pour l'instant, le pilon) ; c'est donc toujours le texte qui guide mes choix. Encore faut-il que le texte existe !

En effet, m'intéresse une écriture qui dérange mes routines de lecture, dont l'auteur se soit approprié de manière toute particulière les mots et le langage de tout le monde, "les mots de la tribu" (Stéphane Mallarmé), pour les inscrire dans une parole authentique, autrement dit un style reconnaissable entre tous. Ce n'est hélas ! pas le cas de 95% des manuscrits qui me parviennent, où l'imitation indigente voire le plagiat redondant s'exhibent parfois de façon quasi obscène.
Votre manuscrit n'est est pas exempt. Si on peut lui reconnaître une volonté et un parti pris au demeurant sympathiques (érotisme un tantinet torride, éloge des blasons du corps féminin…) mais pas très nouveaux et guère inédits, en revanche l'écriture est décevante, n'entraîne pas le jouir attendu du propos annoncé. Très franchement, et trivialement parlant, on s'emmerde -le vit en berne- sur le motif. Voyez-vous, faire "reluire" Gisèle sur votre canapé est une chose, mais amener toutes les "gisèles-lectrices" (et leurs copains) à la jouissance poétique en est une autre : c'est pourtant là que l'édition d'un texte trouve une éventuelle justification. La sensualité vécue doit être transformée en sensualité écrite (je songe à Gaston Bachelard) et vous disant cela je n'invente rien, les poètes et les amateurs de poésie l'ont dit bien avant moi, et bien mieux, tel, pour ne citer qu'un grand contemporain, Julien Gracq : certes, dit-il, un livre se nourrit "des matériaux que lui fournit la vie (et c'est le cas de votre manuscrit), mais aussi et peut-être surtout de l'épais terreau de la littérature qui l'a précédé. Tout livre pousse sur d'autres livres, et peut-être que le génie n'est pas autre chose qu'un apport de bactéries particulières, une chimie individuelle délicate, au moyen de laquelle un esprit neuf absorbe, transforme, et finalement restitue sous une forme inédite non pas le monde brut, mais plutôt l'énorme matière littéraire qui préexiste à lui". Notez bien : tout livre pousse sur d'autres livres… Lisez-les ! Et alors, seulement, vous pourrez espérer faire du neuf.

Et puis, une démarche éditoriale me paraît un acte trop grave pour l'entreprendre à la légère. Même si le mot peut vous surprendre, voire vous choquer, je crois qu'il faut parler de stratégie éditoriale, avec une logique et une cohérence propres. Donc, commencer par le commencement. En clair, publier vos poèmes dans des revues -il n'en manque pas d'excellentes, les plus modestes n'étant pas les moins créatives. J'en reçois pour ma part une soixantaine (à quatre numéros par an, ça fait de quoi s'occuper) que je lis très attentivement, pour y dénicher les nouveaux auteurs à qui je demanderai un manuscrit complet pour l'une ou l'autre des collections que j'édite : en effet, depuis plus de vingt ans (ça commence à se savoir !), je préfère solliciter moi-même un manuscrit auprès d'un auteur ; cela explique peut-être la qualité de mon catalogue que l'on se plaît, de-ci de-là, à trouver pas trop inintéressant ; d'ailleurs, c'est sans doute pour cette raison que vous avez su dénicher mon adresse sur un journal, chez un libraire ou dans une bibliothèque.

C'est seulement après de régulières collaborations à des revues que vous pourrez songer à la publication d'un livre. Et pourquoi pas tenter alors une candidature à l'un ou l'autre des quelques prix de poésie sérieux, dont le lauréat voit son œuvre accueillie par un éditeur qui donnera à l'ouvrage une diffusion réelle (encore qu'il ne faille pas en attendre monts et merveilles : l'édition de la poésie -cumulée avec celle du théâtre- représente, selon les statistiques publiées récemment, quelque 0,2% du "marché" de l'édition en France). Bref ! Si un auteur honore toujours un éditeur, un éditeur pour un auteur, ça se mérite.

Enfin, prenez garde aux officines de publication à compte d'auteur. Elles pullulent, font leurs choux gras de la naïveté complice des gogos prêts à tout sacrifier pour inscrire leur nom sur la couverture d'un livre. Ici, on vous trouvera génial, forcément génial, vous serez le nouveau Rimbaud, votre poésie sera saluée comme vraiment révolutionnaire, votre ego lustré à la brosse à reluire, et cela vous coûtera… le versement d'un chèque substantiel destiné, bien entendu, à couvrir les frais d'impression… et à payer le séjour du flagorneur sur une île des Caraïbes ! Un éditeur véritable ne vous demandera jamais d'argent (libre à vous, une fois publié, d'acheter un certain nombre d'exemplaires pour votre usage personnel : il s'agit là d'un acte commercial entre un consommateur et un producteur) ; ceux qui font du chèque un préalable à toute publication sont de faux éditeurs et de vrais escrocs (si vous voulez avoir une petite idée de la filouterie de ces gens-là, lisez donc Le Pendule de Foucault d'Umberto Eco qui, en quelques pages, dresse le portrait époustouflant et cocasse d'une de ces crapules !).

Et si vous désespérez de trouver un éditeur, publiez vous-même votre livre : d'une part, parce que la liberté de publication est en France une liberté constitutionnelle et tout citoyen peut en user, il suffit d'aller chez un imprimeur ou encore de fabriquer le livre avec un traitement de textes, un photocopieur, une agrafeuse et pas mal d'huile de coude ; d'autre part, parce que l'auto-édition est souvent une excellente propédeutique à l'édition, dans la mesure où un auteur est amené à prendre en compte la réalité des problèmes d'un éditeur. Bon nombre d'auteurs gagneraient à entreprendre cette démarche salutaire : ils écriraient et publieraient beaucoup moins, mais tellement mieux !

Voilà ce que je voulais vous dire. Ne prenez pas ombrage de ma franchise un peu brutale : c'est que je vous considère comme un individu majeur, un adulte capable, s'il est vraiment habité par la démangeaison de l'écriture, de se donner les moyens de produire une œuvre personnelle. A condition, bien entendu, que vous laissiez l'auteur en coulisse et que vous hissiez l'écrivain sur le devant de la scène : les auteurs grouillent de partout qui médiatisent un "moi" boursouflé, impudent, graphopathe (le cher Pivot a su habilement les utiliser, en grand professionnel du spectacle qu'il est, pour bâtir ses shows à la télévision) et qui, du même coup, soufflent, à s'essouffler ainsi dans les à-côtés de l'écriture, l'étincelle ténue d'universel que chacun porte en soi; les écrivains sont rares, trop rares, qui savent oublier leur ego ("le moi est haïssable" disait, il y a déjà quelques siècles, un certain Pascal) pour aviver et faire flamber cette étincelle de sorte qu'elle embrase les autres hommes car, vous ne l'ignorez pas, une œuvre forte transforme le monde, même si personne ne s'en avise sur le moment. Aussi, aurez-vous sans doute bien saisi que d'un auteur je n'ai vraiment rien à cirer (la com', les médias et l'industrie de l'imprimé sont faits pour ça), que seul m'intéresse l'écrivain. Que, par conséquent, j'édite peu (12 à 15 titres par an), avec pour seule liberté hautement revendiquée de pouvoir me tromper dans mes choix ; et pour droit inaliénable, consubstantiel au métier d'éditeur, de refuser un manuscrit, a fortiori lorsque je ne l'ai pas sollicité, et ce, sans avoir à justifier les raisons de mon refus : au bistrot de mon village, il m'arrive de refuser un verre de vin sans avoir pour autant à faire état de mon foie surchargé ou de la piètre qualité de la bibine si avantageusement offerte. Pour moi, c'est non. Pour d'autres, ce peut-être oui : à vous de jouer !
Je vous laisse donc le champ libre. Je vous serai néanmoins très reconnaissant de transmettre à votre muse Gisèle mes hommages empressés et de bien vouloir agréer l'assurance de mes sentiments les meilleurs.



Louis Dubost



POST SCRIPTUM

1. Merci de me faire parvenir des timbres si vous souhaitez que je vous retourne votre manuscrit (que je conserve, comme le veut l'usage, à votre disposition pendant trois mois) ; imaginez ce que représente, pour moi, le coût annuel de cette banale opération postale multipliée par… 500 envois ! Je préfère consacrer davantage d'argent à la publication des livres.

2. J'ajoute, pour votre information, un bulletin de commande pour les "Guides" publiés par le CALCRE (BP 17, 94404 VITRY SUR SEINE Cedex) : je vous recommande la lecture de l'Annuaire AUDACE (dont la dernière édition présente plus de 1000 éditeurs à l'aide de fiches très efficaces, qui aident à cibler au plus juste les éditeurs susceptibles de lire votre manuscrit) et l'Annuaire ARLIT (qui recense quelque 500 revues, dont un grand nombre sont ouvertes à la poésie). Ce sont des instruments de travail pas moins utiles que la machine à écrire ou le traitement de textes pour un auteur en quête d'éditeur ; ils permettent d'économiser de l'argent (en n'envoyant pas les manuscrits là où ils n'ont aucune chance d'être lus) et de l'énergie, qu'il faut consacrer à un tenace travail d'écriture.

3. Voici quelques prix de poésie (prix Colportage, prix Max-Pol Fouchet, prix Ilarie-Voronca, prix de la Ville d'Angers, prix des Rencontres de Molsheim, prix de la Vocation…) qui ne sont pas des attrape-couillons avec médailles en chocolat et diplômes de pacotille. Fuyez les "Jeux Floraux" qui n'ont d'autre but que de flatter la vanité des organisateurs -souvent de très médiocres lecteurs et faiseurs de poésie- et à bercer d'illusions les auteurs sur des qualités d'écriture qu'ils n'ont guère. De plus, il faut payer, souvent très cher, pour concourir ! Pigeon plumé, vous serez Plume d'or des Poésiades de Trifouillis-les-Oies : ça habille le croupion et enlumine la carte de visite !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 15:29

J'ai souhaité retranscrire ici l'intégralité, et j'ai surligné ce qui à mon sens ne devrait jamais être oublié.

En fin de compte, on pourrait inviter tout lemonde à lire ça.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 17:49

Salutaire.

J'espère que Priskan et son copain vont le lire.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 17:50

Tout ceux qui se posent un tas de question aussi. Mais surtout ceux qui ne s'en posent pas !!!!!

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Priskan

avatar

Nombre de messages : 276
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 18:33

filo a écrit:
Salutaire.

J'espère que Priskan et son copain vont le lire.

C'est fait, mais ça ne modifie en rien mon avis... (Je suis breton !)

1 - Tout le monde n'est pas capable de s'auto-éditer (on pourrait avoir le même débat sur la vidange de la voiture qui est une opération on ne peut plus simple à réaliser. Pourtant, de nombreuses personnes font faire leur vidange chez un garagiste. Le garagiste est-il un escroc pour autant ? ...heu ! Pardon, c'est un mauvais exemple !)
2 - Le compte d'auteur est une alternative qui peut s'apparenter à du vol lorsqu'un tirage minimum est demandé en dépit de ce que peut vendre l'auteur ou lorsque la somme demandée est extravagante. En revanche, lorsque des précommandes sont demandées avant toute édition, ou lorsque le nombre d'exemplaires est librement choisi par l'auteur lui-même, je ne vois pas où est le vol.
3 - Je suis d'accord pour nommer différemment les éditeurs à compte d'auteur et ceux à compte d'éditeur. maintenant, je n'ai aucun pouvoir sur l'Académie française.
4 - Si on considère que le compte d'auteur est du vol, alors il faut aussi considérer que les petites maisons d'édition à compte d'éditeur (telle que la mienne ou celle dont parle l'article) n'en sont pas moins mensongères puisqu'elles ne diffusent pas ou très peu les oeuvres qu'elles éditent. Dans ce cas, ne restent d'honnêtes que les grandes maisons d'éditions qui éditent à compte d'éditeur et mettent du pognon pour assurer la vente de leurs auteurs. Pourtant, je pourrais vous citer quelques passages de livres que j'ai lus (chez Stock entre autres) qui valent le détour ! Comment ce livre a t'il été retenu ? Parce que l'auteur est journaliste, fils de, ou connait le sous-directeur de...
Au final, il ne reste plus grand monde d'honnête dans l'édition.

Je persiste donc à croire que tout ce petit monde peut se cotoyer, que chacun a sa place, et qu'il existe un marché pour chacun d'entre eux. Maintenant, cela n'empêche aucunement qu'il y ait de vrais voleurs parmis les éditeurs.

Pour en revenir à l'éditeur de cet article, je m'étonne simplement qu'il se dise débordé de travail et qu'il prenne pour autant le temps de rédiger une si longue réponse... à moins que ce ne soit pour se faire un peu de pub...? Pas très correct dans ce cas...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jackyblandeau.123.fr
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 19:39

Il en avait simplement peut-être un peu ras le bol d'être inondé de manuscrits...
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 19:57

Citation :
Pour en revenir à l'éditeur de cet article, je m'étonne simplement qu'il se dise débordé de travail et qu'il prenne pour autant le temps de rédiger une si longue réponse... à moins que ce ne soit pour se faire un peu de pub...? Pas très correct dans ce cas...

Je pense qu'il a donné la forme d'une réponse, à un article qu'il lui tenait à coeur de rédiger. Peut-être a-t-il profité de l'un pour faire l'autre. Il est des moments ainsi où l'on a besoin de faire un point, un vrai point.

Citation :
Il en avait simplement peut-être un peu ras le bol d'être inondé de manuscrits...

Inondé de manuscrits ne serait rien s'ils étaient bons.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Gérard FEYFANT

avatar

Nombre de messages : 1342
Localisation : 45.12 N - 0.41 E
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:06

Priskan a écrit:

...
4 - Si on considère que le compte d'auteur est du vol, alors il faut aussi considérer que les petites maisons d'édition à compte d'éditeur (telle que la mienne ou celle dont parle l'article) n'en sont pas moins mensongères puisqu'elles ne diffusent pas ou très peu les oeuvres qu'elles éditent...

Un éditeur (j'entends par là un éditeur à compte d'éditeur), prend à sa charge l'intégralité des frais de fabrication d'un livre. Et aujourd'hui, pour moins de 10 000 euros, tu n'as plus rien. (je ne parle pas de l'édition numérique au compte goutte). Je ne vois pas au nom de quoi, à moins d'être suicidaire, un tel éditeur ne diffuserait pas ou très peu, délibérément, les oeuvres qu'il édite.
L'éditeur a comme objectif minimum de rentrer dans ses sous. Eventuellement, de dégager une marge pour continuer à éditer d'autres oeuvres. Pour cela, il fait tout ce qu'il peut pour que le livre qu'il a choisi et couru le risque financier d'éditer, se vende.


Dernière édition par le Mer 29 Aoû 2007 - 22:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:13

je suppose Gérard que tu as voulu écrire "compte d'éditeur" et non d'auteur !

le compte d'éditeur qui investit de sa poche a effectivement tout à gagner en diffusant et en vendant au maximum le bouquin édité... du moins s'il veut rentrer dans ses sous.
Le compte d'auteur, lui, travaille sans risque... La participation de l'auteur couvre les frais d'impressions et sa propre marge bénéficiare... Faire des frais supplémentaires pour la diffusion n'est pas dans son intérêt car ils grignoteraient d'autant son propre profit....
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:19

reGinelle a écrit:
je suppose Gérard que tu as voulu écrire "compte d'éditeur" et non d'auteur !

Oui. Wink

Je dirais que tout travail mérite salaire. Et je rejoins la démo de Gé, pour les mêmes arguments.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Gérard FEYFANT

avatar

Nombre de messages : 1342
Localisation : 45.12 N - 0.41 E
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:21

reGinelle a écrit:
je suppose Gérard que tu as voulu écrire "compte d'éditeur" et non d'auteur !

Oui tout à fait. Pardon mille pardons. je vais rectifier pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté.
Revenir en haut Aller en bas
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:24

Romane a écrit:

Citation :
Il en avait simplement peut-être un peu ras le bol d'être inondé de manuscrits...

Inondé de manuscrits ne serait rien s'ils étaient bons.

Ce serait un autre problème, mais un problème réel. Mais je ne crois pas que le risque soit grand.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:26

Justement. C'est là qu'on aborde l'édition à compte d'auteur et ce qu'en dit très justement notre homme.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:33

Oui, Louis Dubost parle juste.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Gérard FEYFANT

avatar

Nombre de messages : 1342
Localisation : 45.12 N - 0.41 E
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 22:35

Priskan a écrit:
Pourtant, je pourrais vous citer quelques passages de livres que j'ai lus (chez Stock entre autres) qui valent le détour ! Comment ce livre a t'il été retenu ? Parce que l'auteur est journaliste, fils de, ou connait le sous-directeur de...
Cite des titres, des auteurs ainsi que leur profession, leur filiation et leurs fréquentations, cite les passages en question, mais ne reste pas conditionnel et évasif. Sinon ce n'est pas un argument mais du commérage.
Revenir en haut Aller en bas
Georges

avatar

Nombre de messages : 193
Age : 69
Localisation : Village de Normandie
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Mer 29 Aoû 2007 - 23:53

Tu as raison Priskan tout le monde n'a peut être pas la capacité de s'éditer, c'est pour cette raison qu'ils rentre dans une coopérative d'édition où ils seront aidés par une bande de copains.

Une petite histoire, en réponse au dernier message de Gérard FEYFANT :
Il y a quelques années un groupe d'étudiants ont recopié un roman écrit deux ou trois années plus tôt par un journaliste connu. Le roman de ce journaliste fût publié par un des "grands" de l'édition.
Leur manuscrit terminé avec un nouveau titre, les étudiants l'on envoyé à une dizaine d'éditeurs des plus connus dont celui qui avait édité ce manuscrit. Résultat que des lettres de refus. Evidemment le signataire manuscrit était un inconnu.
Ou se roman était bon et les lecteurs de ces éditeurs étaient peu compétent, ou le roman était mauvais et l'éditeur qui l'a accepté en se disant que de toutes façon vu le nom de l'auteur, le roman ferait du fric. Je crois plutôt à cette deuxième version.
Cela donne tout de même à réfléchir sur la qualité des "comités de lecture" de ces éditeurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.georges-hubel.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 0:04

Il ne faut pas, à mon avis, parler en se basant sur du 100%. Et il faut garder en mémoire qu'il n'y a jamais une mais des raisons.
Ce qui relativise le tout.
Tu parles là d'une exception, Georges. Et bien sûr qu'elle n'est pas la seule.
Mais majoritairement, les manuscrits envoyés doivent être loin de pouvoir se faire qualifier de "bons".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Gérard FEYFANT

avatar

Nombre de messages : 1342
Localisation : 45.12 N - 0.41 E
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 0:04

Georges a écrit:
Tu as raison Priskan tout le monde n'a peut être pas la capacité de s'éditer, c'est pour cette raison qu'ils rentre dans une coopérative d'édition où ils seront aidés par une bande de copains.

Une petite histoire, en réponse au dernier message de Gérard FEYFANT :
Il y a quelques années un groupe d'étudiants ont recopié un roman écrit deux ou trois années plus tôt par un journaliste connu. Le roman de ce journaliste fût publié par un des "grands" de l'édition.
Leur manuscrit terminé avec un nouveau titre, les étudiants l'on envoyé à une dizaine d'éditeurs des plus connus dont celui qui avait édité ce manuscrit. Résultat que des lettres de refus. Evidemment le signataire manuscrit était un inconnu.
Ou se roman était bon et les lecteurs de ces éditeurs étaient peu compétent, ou le roman était mauvais et l'éditeur qui l'a accepté en se disant que de toutes façon vu le nom de l'auteur, le roman ferait du fric. Je crois plutôt à cette deuxième version.
Cela donne tout de même à réfléchir sur la qualité des "comités de lecture" de ces éditeurs.

Je ne suis pas en désaccord avec Priskan sur le fait que nombre d'ouvrages sont édités, qui n'ont que piètre valeur littéraire. Ils créent même des embouteillages dans les librairies.
Je voulais seulement préciser à Priskan qu'il n'y a pas de bon argumentaire sans références précises.
De même, cette anecdote que tu avances est peut-être vraie. As-tu des références précises à avancer ou "quelqu'un te l'a-t-il raconté qui l'avait appris de quelqu'un qui..." ?
Revenir en haut Aller en bas
Georges

avatar

Nombre de messages : 193
Age : 69
Localisation : Village de Normandie
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 0:27

Gérard FEYFANT a écrit:
Georges a écrit:
Tu as raison Priskan tout le monde n'a peut être pas la capacité de s'éditer, c'est pour cette raison qu'ils rentre dans une coopérative d'édition où ils seront aidés par une bande de copains.

Une petite histoire, en réponse au dernier message de Gérard FEYFANT :
Il y a quelques années un groupe d'étudiants ont recopié un roman écrit deux ou trois années plus tôt par un journaliste connu. Le roman de ce journaliste fût publié par un des "grands" de l'édition.
Leur manuscrit terminé avec un nouveau titre, les étudiants l'on envoyé à une dizaine d'éditeurs des plus connus dont celui qui avait édité ce manuscrit. Résultat que des lettres de refus. Evidemment le signataire manuscrit était un inconnu.
Ou se roman était bon et les lecteurs de ces éditeurs étaient peu compétent, ou le roman était mauvais et l'éditeur qui l'a accepté en se disant que de toutes façon vu le nom de l'auteur, le roman ferait du fric. Je crois plutôt à cette deuxième version.
Cela donne tout de même à réfléchir sur la qualité des "comités de lecture" de ces éditeurs.

Je ne suis pas en désaccord avec Priskan sur le fait que nombre d'ouvrages sont édités, qui n'ont que piètre valeur littéraire. Ils créent même des embouteillages dans les librairies.
Je voulais seulement préciser à Priskan qu'il n'y a pas de bon argumentaire sans références précises.
De même, cette anecdote que tu avances est peut-être vraie. As-tu des références précises à avancer ou "quelqu'un te l'a-t-il raconté qui l'avait appris de quelqu'un qui..." ?

C'est paru à l'époque dans plusieurs journaux dont le monde et ouest-France, repris par le nouvel obs. Les maisons d'éditions, plutôt génées ont refusé de répondre. Si je retrouve l'article que j'avais découpé, je ne manquerai pas de le mettre sur le forum.
Ce n'est pas une exception d'autres plaisantins avaient déjà fait cette expérience avec un roman de E. Troyat, A. France, Balzac et autres auteurs célèbres, mais là, je pense que les "comités de lecture" devait avoir de la merde dans les yeux; l'un deux avait même répondu au copieur du roman de troyat, qu'il n'avait pas de style.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.georges-hubel.com
Gérard FEYFANT

avatar

Nombre de messages : 1342
Localisation : 45.12 N - 0.41 E
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 9:51

Merci. Ces infos sont tordantes:mdr: je vais en rechercher la source.
Revenir en haut Aller en bas
Priskan

avatar

Nombre de messages : 276
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 11:52

Gérard FEYFANT a écrit:
Priskan a écrit:
Pourtant, je pourrais vous citer quelques passages de livres que j'ai lus (chez Stock entre autres) qui valent le détour ! Comment ce livre a t'il été retenu ? Parce que l'auteur est journaliste, fils de, ou connait le sous-directeur de...
Cite des titres, des auteurs ainsi que leur profession, leur filiation et leurs fréquentations, cite les passages en question, mais ne reste pas conditionnel et évasif. Sinon ce n'est pas un argument mais du commérage.

Ah là là ! Mais faut tout prouver sur ces forums !!! (Notons au passage que le fait de rester évasif n'est en aucun cas du commérage. La définition la plus usuelle de commérage est "bavardage indiscret". Cela n'implique pas la notion de preuves.)

Bref, je m'execute pour saint Thomas :

"Birth days" de Sibylle Grimbert, édité aux éditions Stock

"Sa première impression fut celle d'un frôlement de tissus, alors elle ouvrit les yeux. Des filles en robes claires, évasées à partir des hanches, passaient près d'elle - ses premiers pas avaient été un peu hésitants de sorte qu'elles n'avaient pas réussi à l'éviter aussitôt dans la rue. Puis les filles avancèrent et disparurent dans la foule tandis que d'autres arrivaient derrière, avec toujours ces tenues sans couleurs qui paraissaient dessinées sur le même modèle, et cette fois Muriel leur emboîta le pas. Bientôt elle s'aperçut qu'elle aussi avait une robe vert d'eau légère et bouffante à la hauteur des hanches, puis elle aussi avançait d'un pas déterminé pareil au leur."

Magnifique, non ? Je n'ai repris qu'un passage du début du bouquin (p10) car je n'ai pas voulu chercher plus longtemps. Il y a des passages encore beaucoup plus mal écrit que celui-là...

Tiens, en ouvrant une page au hasard... (p82)

"Aujourd'hui elle se souvient d'une route, et il fait beau, chaud comme jamais, et tout autour d'elle est sec à cause de cette chaleur, quand bien même au loin elle voit la mer. Elle se souvient aussi d'appartements où en hiver elle restait confinée, et dehors il pleuvait, depuis déjà une semaine il pleuvait, mais peut-être était-ce à Londres, de sorte que c'est banal."

Promis je n'invente rien !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jackyblandeau.123.fr
Priskan

avatar

Nombre de messages : 276
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 17/07/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 12:23

J'avais oublié : Cette dame est attaché de presse dans la mode !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.jackyblandeau.123.fr
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   Jeu 30 Aoû 2007 - 22:49

Priskan a écrit:
1 - Tout le monde n'est pas capable de s'auto-éditer (on pourrait avoir le même débat sur la vidange de la voiture qui est une opération on ne peut plus simple à réaliser. Pourtant, de nombreuses personnes font faire leur vidange chez un garagiste. Le garagiste est-il un escroc pour autant ? ...heu ! Pardon, c'est un mauvais exemple !)
Mais si, au contraire, c'est un bon exemple ! sauf qu'ici le garagiste est l'imprimeur.
L'éditeur à compte d'auteur serait plutôt quelqu'un qui proposerait le "service" vidange et la ferait faire en fait par l'imprimeur le garagiste. À la limite, pour dire qu'il a servi à quelque chose, il emmènerait lui-même le véhicule chez le garagiste et donnerait un coup de chiffon sur la voiture, pour le rendu final, et mettrait un auto-collant à son nom.

Citation :
Le compte d'auteur est une alternative qui peut s'apparenter à du vol lorsqu'un tirage minimum est demandé en dépit de ce que peut vendre l'auteur ou lorsque la somme demandée est extravagante.
Non, juste lorsque ce que paye l'auteur est supérieur au tarif de l'imprimeur. Pas besoin de somme extravagante.

Autre exemple, ces soi-disant "agence de location" qui sont en fait des éditeurs de listings d'offres de locations ont bien compris l'avantage de la fonction d'intermédiaire et entretiennent la confusion chez leurs clients en leur faisant croire qu'ils sont agences immobilières. Comme YTY par exemple ou d'autres qui choisissent des noms-clés pour les petites annonces qui envahissent les journaux spécialisés, comme APL.
Mais eux au moins ont le mérite de mettre locataires et propriétaires en rapport, malgré le côté douteux de la confusion entretenue.

Les intermédiaires malins entre auteurs et imprimeurs abusent du mot "éditeur", et je ne peux croire que ce ne soit en connaissance de cause.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Point de vue d'un éditeur. A lire avant de songer à publier.
» Mise au point sur plusieurs plan
» [Hugo, Victor] Hernani
» Sol 1791 T inédit sans point sous le D de Ludov et sans points avant et après REX
» Mary Hooper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Edition-
Sauter vers: