Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 DON JUAN : le mythe ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Romane
Administrateur


Nombre de messages : 91106
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 21:31

J'extrapole, parce que je pense que tout est lié par des lois de vie. Qu'un exemple (ici la séduction) en amène un autre, et qu'une fois qu'on a une chaîne d'exemples, on se rend compte que tout se tient et que quand on parle de l'un, on parle de l'autre, quand on solutionne l'un, on solutionne l'autre.

Sauf si on cloisonne. Mais à mon avis, le cloisonnement est un zoom du regard.

Je peux concevoir que je vais si loin, que mon explication n'est peut-être pas perceptible pour tout le monde.

Pour être plus terre à terre, selon moi, le séducteur est un être en manque.
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 21:32

Bon, je vais mettre mon grain de sel moi aussi.

Don Juan, personnage réel sur lequel on a pas mal d'informations. Ce jeune noble espagnol carambola une jeune mais expérimentée chambrière. SA rapidité de puceau fit éclater de rire la donzelle. Les femmes sont parfois cruelles. Le pauvre don Juan ne s'en remit jamais. En découla une éjaculation précoce et une solide haine des femmes. Désolé pour Brassens et sa gloire à don Juan. Le donjuanisme est d'ailleurs considéré comme une pathologie à l'instar de la nymphonie. Ces malheureux (ses) sont incapables de vivre des relations affectives et sexuelles satisfaisantes. Et ils passent leur vie à chercher le ou la partenaire idéal(e) qui naturellement n'existe pas.

Au fond, la véritable gloire de don Juan est d'avoir inspiré Molière, Mozart, Baudelaire, entre autres. Pauvre de lui!

Parlez - moi plus del Signor Casanova! Lui, oui il aimait et savait aimer les femmes. Il aimait trop la jouissance pour ne pas la partager.

Allez,

En attendnat je vais préparer le repas pour ma chérie. Ni don Juan, ni Casanova votre petit camarade. Mais la belle n'a pas l'air de se plaindre. mdr

François
Revenir en haut Aller en bas
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 21:53

Casanova : l'homme qui fit de son nom le symbole de la séduction plurielle. Il savait user aussi bien de charme que de perfidie pour conquérir les femmes ... qu'elles soient belles ou laides... Ce n'était pas non plus un collectionneur qui se détourne de sa conquête dès lors qu'elle s'est abandonnée à lui, un insatiable

Don Juan : Don Juan recherche et vit dans le plaisir et la jouissance de l’instant présent, en s'opposant aux contraintes et aux règles sociales morales et religieuses, et en ignorant volontairement autrui. C'est donc à la fois un jouisseur et un libertin, également égoïste et destructeur.

Finalement lequel est le plus sympathique ?

Casanova, semble plus apprécié par ses pairs que Don Juan... exécuté par des moines franciscains... AngeR
Revenir en haut Aller en bas
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 22:17

Romane a écrit:
Pour être plus terre à terre, selon moi, le séducteur est un être en manque.

Là, nous sommes d'accord.

Un être en manque... et un manque "permanent"... puisque jamais satisfait.

Et c'est cette insatisfaction permanente qui peut être considérée comme un trouble psychique...

au même titre que la boulimie, par exemple...

Mais, dans ce cas, je ne vois pas de ressemblance entre ce séducteur et le Don Juan décrit plus haut, qui lui agissait en toute connaissance de cause... juste pour satisfaire à ses désirs.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91106
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 22:34

Et puis il faut ajouter le vice de fabrication. Le truc "malgré soi" qui fait qu'on est complètement hors acceptation. Il existe plusieurs types de vices de fabrication et peut-être même que ça ne peut pas se solutionner.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91106
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 22:36

Citation :
del Signor Casanova! Lui, oui il aimait et savait aimer les femmes. Il aimait trop la jouissance pour ne pas la partager.

Ce qui peut aussi faire souffrir, pour qui ce genre de partage n'est pas possible à concevoir, encore moins à vivre.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 22:39

Casanova disait ... parait-il... les hommes sont faits pour donner et les femmes pour recevoir !

mdr mdr

il donnait beaucoup ! mdr
Revenir en haut Aller en bas
reGinelle

avatar

Nombre de messages : 5860
Age : 66
Localisation : au plus sombre de l'invisible
Date d'inscription : 23/02/2006

MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   Ven 14 Déc 2007 - 23:41

Sganarelle.
En ce cas, Monsieur, je vous dirai franchement que je n'approuve point votre méthode, et que je trouve fort vilain d'aimer de tous côtés comme vous faites.

Dom Juan.
Quoi ? Tu veux qu'on se lie à demeurer au premier objet qui nous prend, qu'on renonce au monde pour lui, et qu'on n'ait plus d'yeux pour personne ? La belle chose de vouloir se piquer d'un faux honneur d'être fidèle, de s'ensevelir pour toujours dans une passion, et d'être mort dès sa jeunesse à toutes les autres beautés qui nous peuvent frapper les yeux ! Non, non : la constance n'est bonne que pour des ridicules ; toutes les belles ont droit de nous charmer, et l'avantage d'être rencontrée la première ne doit point dérober aux autres les justes prétentions qu'elles ont toutes sur nos coeurs. Pour moi, la beauté me ravit partout où je la trouve, et je cède facilement à cette douce violence dont elle nous entraîne. J'ai beau être engagé, l'amour que j'ai pour une belle n'engage point mon âme à faire injustice aux autres ; je conserve des yeux pour voir le mérite de toutes, et rends à chacune les hommages et les tributs où la nature nous oblige. Quoi qu'il en soit, je ne puis refuser mon coeur à tout ce que je vois d'aimable ; et dès qu'un beau visage me le demande, si j'en avais dix mille, je les donnerais tous. Les inclinations
naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables, et tout le plaisir de l'amour est dans le changement. On goûte une douceur extrême à réduire, par cent hommages, le coeur d'une jeune beauté, à voir de jour en jour les petits progrès qu’on y fait, à combattre par des transports, par des larmes et des soupirs, l’innocente pudeur d’une âme qui a peine à rendre les armes, à forcer pied à pied toutes les petites résistances qu'elle nous oppose, à vaincre les scrupules dont elle se fait un honneur et la mener doucement où nous avons envie de la faire venir. Mais lorsqu’on en est maître une fois, il n'y a plus rien à dire ni rien à souhaiter ; tout le beau de la passion est fini, et nous nous endormons dans la tranquillité d'un tel amour, si quelque objet nouveau ne vient réveiller nos désirs, et présenter à notre coeur les charmes attrayants d'une conquête à faire. Enfin il n'est rien de si doux que de triompher de la résistance d'une belle personne, et j'ai sur ce sujet l'ambition des conquérants, qui volent perpétuellement de victoire en victoire, et ne peuvent se résoudre à borner leurs souhaits. Il n est rien qui puisse arrêter l’impétuosité de mes désirs : je me sens un coeur à aimer toute la terre ;et comme Alexandre, je souhaiterais qu’il y eût d'autres mondes, pour y pouvoir étendre mes conquêtes amoureuses.

Acte I, scène 2, Dom Juan, Molière, 1665.

Dom Juan... défini par lui-même !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DON JUAN : le mythe ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
DON JUAN : le mythe ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» DON JUAN : le mythe ?
» Don Juan de Marco
» Le mythe de la Daytona
» [Collection] Don Juan (EAF)
» [résolu]Mythe et legende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: