Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Philippe Claudel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
monilet
Hélice au Pays des Merveilles
avatar

Nombre de messages : 3761
Age : 66
Localisation : Île de France, chtimmi d'origine et de coeur
Date d'inscription : 18/05/2005

MessageSujet: Le rapport de Brodeck - Philippe Claudel.   Lun 19 Nov 2007 - 16:13

Je viens de lire en deux jours " le rapport de
Brodeck" et moi qui n'avais plus lu Claudel depuis quelque temps j'ai
su à nouveau pourquoi il me séduit au plus haut point.
Pour être
honnête je dirais qu'après une très très bonne première moitié ( à mes
yeux) il y a presque cent pages plus convenues (thème de l'étranger et
de son rejet) où mon intérêt a un peu baissé, mais c'est vite racheté
par l'éblouissance des cent dernières.
J'ai même préféré ce livre à celui d'O. Adam dont j'ai dit beaucoup de bien.
Revenir en haut Aller en bas
http://monsite.orange.fr/claude-colson
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Lun 19 Nov 2007 - 16:16


*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Philippe Claudel   Mar 18 Mar 2008 - 12:14

La petite fille de monsieur Linh de Philippe Claudel

Broché: 159 pages Editeur : Stock (1 août 2005)
ISBN-10: 2234057744

Présentation de l’éditeur
Monsieur Linh est un vieil homme. Il a quitté son village dévasté par la guerre, n’emportant avec lui qu’une petite valise contenant quelques vêtements usagés, une photo jaunie, une poignée de terre de son pays. Dans ses bras, repose un nouveau-né. Les parents de l’enfant sont morts et Monsieur Linh a décidé de partir avec Sang Diû, sa petite fille. Après un long voyage en bateau, ils débarquent dans une ville froide et grise, avec des centaines de réfugiés.
Monsieur Linh a tout perdu. Il partage désormais un dortoir avec d’autres exilés qui se moquent de sa maladresse. Dans cette ville inconnue où les gens s’ignorent, il va pourtant se faire un ami, Monsieur Bark, un gros homme solitaire. Ils ne parlent pas la même langue, mais ils comprennent la musique des mots et la pudeur des gestes. Monsieur Linh est un cœur simple, brisé par les guerres et les deuils, qui ne vit plus que pour sa petite fille. Philippe Claudel accompagne ses personnages avec respect et délicatesse. Il célèbre les thèmes universels de l’amitié et de la compassion. Ce roman possède la grâce et la limpidité des grands classiques.

Mon commentaire :
S'il est difficile d'écrire simple, il en est tout autant d'écrire profond. Car de cette maîtrise de la simplicité soulignée dans ce récit de Claudel, n'en ressort qu'un vague travail superficiel.
Relater des faits, notifier des descriptions anodines, décrire la vie de personnages convenus, pincer la corde vibrante du sentimentalisme bon enfant, sans autre surprise que l'arrivée d'un vague rebondissement, nuisent au roman dès lors que le support littéraire ne suit pas.

Une impression d'écriture précipitée transpire entre les lignes.
Faux jugement ? Erreur d'appréciation ? C'est une impression qui n'a pas plus de valeur critique qu'elle n'apporte aucune proposition en retour (qui, de surcroît, ne servirait à rien, puisque le livre est imprimé depuis longtemps).
« et puis là, les deux hommes se disent longuement au revoir en se disant bonjour. ».

Une phrase à retenir de ce livre, avant que l'ennui conforte sa présence au fil des pages.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
gohelan

avatar

Nombre de messages : 1086
Localisation : en l'air
Date d'inscription : 19/12/2007

MessageSujet: Le rapport de Brodeck, Philippe Claudel, ed. Stock   Jeu 15 Mai 2008 - 13:19

« Le rapport de Brodeck. »

On ne sait pas d’où il vient Brodeck. Seulement d’où il revient et d’où il ne devait pas revenir. Il en revient et y est encore dans le camp de la mort. Il n’y niche plus, « le chien Brodeck », mais le camp l’habite toujours.
Brodeck…brodequins…Brodeck marche sa vie aux parcours subis, juif errant de malédictions en souffrances quel que soit le lieu où il se pose. Souffre-t-il encore quand pour survivre, il a dû abandonner sa dignité ?
Brodeck livre son histoire en vrac, d’un lieu à un autre, en avant, en arrière, au présent : il démêle les nœuds de sa pelote de barbelés dont chaque piquant saigne.
Victimes et bourreaux à la promiscuité parfois fraternelle partagent le bien, partagent le mal : le bien qui procède de l’amour, de l’harmonie avec la nature, de la générosité et de la culture ; le mal de l’ignorance, de la bêtise, de la lâcheté, de la cupidité et des peurs.
Mais une fois lancée la toupie du mal, le tourbillon qu’elle entraîne n’a plus de limites que la mort et les atrocités : exit la différence, la vérité, le droit, la dignité, la vie.
L’écriture est belle, simple, sans effet. On en oublie la forme au profit du contenu riche, poignant, chirurgical, sur un moment de réalité d’une communauté villageoise entre guerre et après guerre. Après la réalité paroxystique d’un état d’exception où les pulsions les plus malsaines se sont déchaînées, il s’impose de mettre le couvercle sur la vérité sous peine de conduire la communauté à un éclatement destructeur. Celui qui sait ou a deviné et compris doit se taire, partir ou mourir.
Ne faudrait-il pas que l’espèce humaine disparaisse finalement pour que la terre tourne rond ? L’homme n’est-il pas l’élément de déséquilibre qui conduit le monde à la mort ?
J’ai repensé au « choix de Sophie » et à Kafka. De la poésie en plus, une porte qui reste ouverte en fin.

J'ai aimé ce livre et je vous le recommande: il relativise beaucoup de nos petites peines...Gohelan.
Revenir en haut Aller en bas
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Re: Philippe Claudel   Mer 21 Mai 2008 - 22:48

le monde sans les enfants de Philippe Claudel

Broché : 181 pages Éditeur : Stock (11 octobre 2006)
Langue : Français ISBN-10 : 2234059461

Présentation de l’éditeur

Les enfants aujourd'hui ne s'en laissent pas conter, mais ce sont néanmoins des enfants, avec leurs angoisses, leur naïveté, leurs interrogations, leurs espoirs. Ces histoires, souvent cocasses et drôles, leur ouvrent une fenêtre poétique et parfois philosophique sur le monde. Au fil des pages, on croise des fées maladroites, des balayeuses de soucis, des chasseurs de cauchemars, des fillettes qui inventent des vaccins pour rendre les gens heureux, et d'autres personnages pleins de tendresse.
Toujours avec pudeur et émotion, Philippe Claudel aborde, grâce à eux, des sujets graves ou tabous, comme la maltraitance, la maladie, la guerre, la mort, la différence, mais aussi tout simplement ces petites peurs ou ces complexes que l'on doit vaincre pour devenir grand. Ces histoires à partager en famille sont une invitation au dialogue, au débat avec les adultes une fois le livre refermé car les grandes personnes oublient trop facilement les enfants qu'elles ont été, et leur responsabilité à l'égard des générations à venir. De superbes illustrations de Pierre Koppe accompagnent ce livre touchant et poétique, pour petits et grands.

Biographie de l'auteur
Philippe Claudel est né en 1962. Auteur notamment des Âmes grises (Stock, 2003) et de La petite fille de Monsieur Linh (Stock, 2005). Ses livres sont traduits en plus de vingt-cinq langues.

Mon commentaire
A chaque histoire, une chute, une envolée plutôt.
Poésie, conte, galerie de portraits, le lecteur est charmé par le côté lyrique, à souhait, sa coloration sympathique des mots qui font mouche.

A chaque histoire, un peu de lumière, quelque soit le lieu, même si le chasseur de cauchemar ne rencontre jamais le garçon qui rentrait dans les livres.

A lire à ceux dont les oreilles claires entendent rêver un peu plus chaque soir avant de s'endormir. Ce livre est une belle leçon à cogiter, en parcourant les portraits de ces solitudes d'enfants qui imaginent rencontrer le meilleur, plus vite, plus tôt, plus loin.

Apprendre à accepter son être, c'est grandir dans sa peau, se réjouir de la présence des autres, en acceptant ce qu'ils sont eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Claudel   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Claudel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le rapport de Brodeck - Philippe Claudel.
» LES AMES GRISES de Philippe Claudel
» Philippe Claudel
» Philippe Claudel
» [Claudel, Philippe] Le Monde sans les enfants et autres histoires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: