Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eric-Emmanuel Schmitt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
almalo

avatar

Nombre de messages : 3341
Age : 43
Localisation : ici et maintenant !
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 21 Mar 2008 - 14:36

J'ai lu quelques articles de lui dans la revue "Livres", et j'aime beaucoup ce que cet écrivain et homme de théâtre écrit sur sa vision de l'écrivain...

Alors j'ai foncé à la biblio et trouvé "La Secte des égoïstes"...je ne l'ai pas fini, mais j'adore.
Et j'ai hâte d'en lire d'autres de lui...

je vous mets une petite fiche de lecture que j'ai trouvée sur internet...

La Secte des égoïstes

Auteur : Eric-emmanuel Schmitt
Genre : Roman


Toute l’histoire commence lorsque le personnage en ‘ je’ est épuisé après son travail de recherche et qu’il se décide à transgresser les règles : il va lire juste, et rien que, pour le plaisir. Il prend un livre au hasard et l’ouvre : la page montre la définition d’égoïsme, philosophie fondée par un certain Languenhaert Gaspard. Il est intrigué et commence sa recherche. Mystérieusement, celle-ci s’avère plus que difficile : les seules traces qu’il obtient sont une phrase explicative dans un recueil de portraits, l’image même manque bien entendu, un texte de Diderot et un article de presse, interview y compris, sur Languenhaert.

Il faut attendre l’arrivée d’un étranger sans nom pour l’aider dans une recherche vertigineuse à travers l’histoire, le passé d’un personnage, Languenhaert et au travers de lui-même !


Le développement de la philosophie égoïste se déroule en 2 « phases » :
- La naissance de la philosophie et la définition des pensées de Gaspard.
- La deuxième phase est directement issue de la première car elle s'avère inévitable une fois que Gaspard est arrivé au bout du développement de ses idées. Cette dernière phase peut se subdiviser en 2 parties différentes : lui et dieu.

1 – Naissance des idées égoïstes et le développement primaire :

L’idée d’un monde irréel fondé sur les apparences se forme petit à petit dans l’esprit de Gaspard. Il développe cette théorie en expliquant que le monde considéré comme réel n’est en fait rien d’autre que l’ensemble des perceptions traduites en image, en illusion.

2 – La théorie égoïste poussée à l’extrême :

Créateur du monde :


Si le monde qui l’entoure traduit l’image de ses perceptions et de ses sensations, alors le monde est fait selon sa personnalité, alors forcément, Languehaert est l’auteur de ce monde. Son passé, son présent et son futur sont déterminés par lui. Il est tous les personnages et toutes les personnalités en un car tout ceux-ci découlent d’une même source ; lui.

Dieu :

S’il est l’auteur, le créateur du monde, il ne peut être qu’une seule « personne » : Dieu.


La théorie de Platon :


L’idéalisme : tendance philosophique qui considère la pensée( les idées, l’esprit) comme la seule réalité irréductible.


La philosophie égoïste développée au cours de l’histoire est directement basée sur celle de Platon. Selon Platon, le monde qui nous entoure n’est pas la réalité, il n’existe que dans nos Idées. Par le terme Idée, il voulait dire nos perceptions, nos sensations. Le monde n’est pas une chose matérielle mais un ensemble créé par notre esprit. L’esprit se forme une image par rapport à ce qu’il reçoit comme informations de l’extérieur, donc de nos sens.

Gaspard reprend cette idée et la développe à son goût. Comme le monde qui l’entoure n’existe qu’au travers de et grâce à ces propres perceptions, il est le créateur de son monde. Il est donc la seule personne à exister réellement. Ce qui engendre qu’il est donc toutes les personnes qui ont existées, qui existent et qui existeront. Il est le passé de son monde, tout comme il est le présent et qu’il sera le futur, l’avenir. S’il est à lui seul le monde et qu’il a créé celui-ci grâce à ses Idées, alors il doit forcément être Dieu.


Mythe de la caverne :

Un certain nombre d’hommes est enchaîné depuis leur enfance dans une grotte. Ils tournent le dos à l’ouverture de manière à être face au mur. Toute leur vie, ils ne voient que ce mur et les ombres qui bougent, reflets du monde dehors qu’ils ne peuvent pas apercevoir. Personne n’est jamais sortit de la grotte. Pour eux, la noirceur de la grotte et les ombres au mur représentent la réalité ; ils n’ont rien connu d’autre et, en se basant sur ce que leurs sens leur disent, ils en déduisent que ce qu’ils voient et ressentent présente la réalité.

Puis un jour, un des hommes arrive à se détacher et sort de la grotte. Au début, la lumière lui fait mal aux yeux, il voit flou et ne souhaite qu’une seule chose : retourner dans la caverne, dans le milieu qui lui est familier. Mais, puis après quelques minutes, ses yeux s’habituent à la lumière du soleil et il commence à observer les choses qui l’entourent. Il voit que les ombres qu’il avait vu dans la grotte ne sont qu’une représentation sobre de la vraie réalité car ces choses ont une apparence nette et déterminée, et non pas flou et indéterminée. Elles ont une couleur, une odeur, lorsqu’ils les touchent il sent de la douceur ; il commence à comprendre que ce qu’il avait pris pour réel n’était rien d’autre qu’une réflexion de ce réel. Il avait interprété les choses par rapport à ce qu’il pouvait définir.

Après quelques heures, quelqu’un le rattache dans la grotte, à la même place qu’avant, face à son mur monotone coloré de gris et de noir, animé d’ombres déformées, retirées de leur environnement et de leur contexte. L’homme décide alors à expliquer la réalité à ses amis. Il leur décrit le monde tel qu’il l’a vu quand il était dehors. Il leur explique les sensations de douceurs qu’il a eues quand il a caressé les animaux alors qu’il n’avait connu que la dureté de la roche. Il décrit la variation de couleurs, la lumière. Il leur explique qu’il y a des animaux, des plantes, …

Mais ses amis ne le croient pas. Comment peut-il leur dire que ce qu’ils vivent n’est pas la réalité ? Ils n’arrivent pas à se faire une image lumineuse et vive du monde vue qu’ils n’ont connu que l’obscurité. Ils le prennent pour un fou.



Platon nous montre par ce mythe que l’homme voit son monde comme il le perçoit. Ce qu’il voit consiste en la vérité pour lui, or, comme le montre ce mythe, cette vérité peut être trompeuse. Elle peut parfois n’être qu’une ombre de la réalité.



Languenhaert remarque comment sa création, l'être humain, se détache peu à peu de son créateur. Il commence à Paris, plein d’espoir et de bonne volonté. Il fonde son école mais voit très vite qu’enseigner à des Egoïstes est loin d’être évident : chacun des élèves se croit maître de son monde, ce qui implique que chacun croit qu’il est le seul à exister et que les autres ne sont qu’illusions. Désespéré, il ferme son école et part pour rejoindre de la famille émigrée. La situation passe de mal en pire ; il connaît l’amour corporel, l’amitié et la beauté physique mais ceci est de très courte durée, il connaît une amitié forte envers son petit cousin qu’il enseigne or, il est encore trop jeune pour comprendre l’importance des choses, il est trompé par son servant qui lui prend pour un vieux fou, plutôt que pour Dieu, sa famille n’a des yeux que pour son argent, étant elle-même dans une situation financière difficile.

Gaspard décide alors de se renfermer dans sa chambre et travaille sur son cahier rouge( tient… pas la Bible par hasard… ou du moins un évangile !). C’est alors qu’il prend la décision de révéler sa vraie identité, sa vraie personnalité. Il se montre dans une Eglise où on lui demande de réaliser un miracle ; il fait voir le comique du coin qui était tout sauf aveugle !

Il ne lui reste plus qu’une seule chose à faire : punir sa création. Il se crève les yeux et croit ainsi plonger le monde dans l’obscurité totale et éternelle. Mais rien n’y fait, l’Homme ne reconnaît toujours pas ses fautes.
C’est alors que Gaspard décide de tuer son identité corporelle et avec celle-ci, l’humanité entière. Son esprit sera libéré, ses pensées et son savoir survivront dans l’espace et au travers le temps( notion bien variable) jusqu’à ce qu’il juge bon une nouvelle tentative de création.

Le narrateur découvre petit à petit que les pensées de Gaspard ont réellement survécues. Ne sont-elles donc pas plus importantes que l’inventeur de celles-ci ?


La vraie identité de Gaspard :


Le personnage de Gaspard a très peu d’importance ; on le découvre notamment lorsque le Vieillard lui dit que la page manquant dans le recueil n’a jamais existée. Le portrait de Languenhaert apporterait très peu, ce sont ses idées qui ont changé le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 21 Mar 2008 - 15:21

Tout à fait le genre de bouquin qui me plairait !!

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
almalo

avatar

Nombre de messages : 3341
Age : 43
Localisation : ici et maintenant !
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 21 Mar 2008 - 15:24

C'est pas très épais et écrit assez gros, et c'est un délice.incl36
Revenir en haut Aller en bas
meley

avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 36
Localisation : on dirait le suuuuuuuuuuuud!!!
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 21 Mar 2008 - 15:34

Si tu as aimé "La secte des égoïste", tu aimeras aussi "La part de l'autre" et "lorsque j'était une œuvre d'art" Ces deux bouquins sont géniaux, je te les recommande vivement!
Revenir en haut Aller en bas
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 21 Mar 2008 - 16:57

Du théâtre de Schmitt, il faut ABSOLUMENT lire "Variations énigmatiques" : une pièce pour 2 personnages remarquablement écrite et impressionnante littérairement.
Et aussi "Frédérick" et l'hotel des deux mondes, de superbes pièces également.

"Si j'étais une oeuvre d'art", j'ai lu, c'est savoureux et pareil un style inimitable, entre philosophie et métaphysique. J'aime beaucoup...
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
lyana79

avatar

Nombre de messages : 16
Date d'inscription : 04/06/2008

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Mer 4 Juin 2008 - 21:25

J'ai lu "l'enfant de Noé" de cet auteur , un petit roman mais un grand hymne à la paix.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Mer 9 Juil 2008 - 20:06

J'ai lu la secte des égoïstes et j'ai beaucoup aimé. avec humour, l'auteur nous ballade d'un concept philosophique le solipsisme jusqu'au délire mégalomaniaque.
comme psy, je n'ai pu m'empêcher de relier cela avec le mode de pensée égocentrique du jeune enfant qui est persuadé d'abord que c'est lui qui crée le monde au fur et à mesure qu'il le découvre. Il faut tout l'art et l'amour d'une mère pour le sortir de cette première forme de pensée qui peut devenir aliénante.
Avoir une mère "suffisament" bonne prônait Winnicott.
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Mer 9 Juil 2008 - 22:00

E E Schmidt a l'art de transcrire en mots simples et en histoires accessibles à chacun les concepts les plus ardus.
Il met son savoir philosophique à la portée de tous dans une écriture facile qu'on peut approcher à différents niveaux de lecture.

Et qui plus est, je sais de source sûre (une amie qui l'a rencontré) qu'il est le même homme que l'écrivain. Chaleureux, aimant, désireux de donner de l'espoir à chaque lecteur en partageant sa vision de la vie.

Homme de théâtre autant et même plus que littérateur, il met dans ses pièces une touche inimitable. Je vous conseille vivement "L'évangile selon Pilate" (entres autres)

Je l'ai découvert avec "Oscar et la Dame rose" qui est un petit bijou de délicatesse, de tendresse et de profondeur sans chichis.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 23 Juil 2010 - 15:50


L'Évangile selon Pilate



Critique de l'Express
(que j'ai gardée parce qu'elle correspond bien à mon ressenti)

Il a fallu huit ans à Éric-Emmanuel Schmitt pour mener à bien l'écriture de L'Évangile selon Pilate, l'un des romans les plus excitants, les plus iconoclastes, de cette rentrée [2000]. D'une écriture sèche, sans fioritures, le romancier Schmitt a le bon goût d'éviter les reparties calibrées des dialogues qui ont fait son succès au théâtre. Avec, pour fil rouge, la question suivante: le Christ avait-il la conscience de sa messianité ? Depuis deux mille ans, la tradition est partagée entre deux positions. Selon les uns, Jésus savait dès le départ qu'il était le Messie; pour les autres, il l'a découvert peu à peu. Schmitt opte pour une troisième voie - pascalienne : le Christ fait un double pari. D'abord, qu'il est d'invention divine et non satanique ; ensuite, qu'il est bien le fils de Dieu. Mais pour le prouver, il doit passer par l'épreuve de la Croix et de la Résurrection.

Le titre du roman n'est pas tout à fait exact : le premier tiers du livre se présente sous la forme d'un prologue intitulé “Confession d'un condamné à mort le soir de son arrestation”. C'est seulement dans la seconde partie que Pilate rapporte sa version des faits dans une série de lettres adressées à "son cher Titus". Jésus, donc. Dans cette Judée qui rend fous les Romains, prophètes et messies pullulent. Jésus, lui, consterne les rabbins. Il aime rire, boire, manger, on lui prête mille liaisons féminines. A traîner avec des vagabonds, des ivrognes et des filles perdues, il fait honte à ses propres frères. “Qu'est-ce qu'on va faire de toi?” s'interroge le rabbin de Nazareth. Surtout, il professe une religion de l'amour qui subvertit les normes. Pour être un vrai messie, il faut avoir une stratégie, une ambition, un but. Lui n'a que de l'amour en partage. Et c'est insupportable. “Mon petit Yéchoua, lui dit sa mère, il ne faut pas trop aimer. Sinon tu vas beaucoup souffrir.” Elle n'avait pas tort. Jésus souffrira. Beaucoup.

“Mauvais charpentier”, “mauvais juif”, son avenir s'annonce plutôt sombre. En désespoir de cause, il rend visite à son cousin Jean-Baptiste, qui lui paraît franchement bidon avec ses pauses de prophète allumé. Mais voilà que Jean-Baptiste le reconnaît comme le Messie ! Et les ennuis de Jésus ne font que commencer, avec toute cette série de miracles qu'on lui attribue chaque fois. Lui n'y croit pas trop, il soupçonne même ses disciples de monter des arnaques en son nom ! D'ailleurs, ses fidèles se fichent pas mal de son enseignement ; ils se contentent de ses conseils de bon sens qui leur simplifient la vie.

Jésus le provincial doit “monter” à Jérusalem.
Jésus, plus que jamais, doute. “Depuis trente ans, tout le monde avait un avis sur mon destin, sauf moi.” À ceux qui lui demandent: Es-tu le fils de Dieu ?, il répond seulement par un énigmatique: “C'est toi qui le dis !”. À Judas, son disciple préféré, il confesse : “Je ne sais qui je suis.” Judas, en revanche, a compris. Jésus le provincial doit “monter” à Jérusalem pour accomplir les Écritures. Il ne doit pas se livrer au Sanhédrin, ce qui reviendrait à reconnaître sa culpabilité, mais être trahi par ses proches. Judas est prêt à se sacrifier pour le succès de l'entreprise. Aussi, quand Jésus prévient : “L'un de nous doit me trahir”, il se dévoue.

Le problème de Pilate est tout autre. Garant de l'ordre romain, imperméable à la “folie juive”, détestant ce trou perdu de Judée où on l'a envoyé, et, par-dessus tout, cette capitale du mensonge qu'est Jérusalem, il s'apprête à passer une Pâques plutôt plan-plan, avec quinze arrestations et trois crucifixions à peine. Sauf que, par la faute d'un rabbin contestataire, un bouseux galiléen nommé Jésus, dont tout le monde semble s'être entiché, et, en particulier, sa propre épouse, la très aristocratique Claudia, tout part à vau-l'eau. Pour sortir de ce guêpier, une seule solution : retrouver le corps du crucifié - mort ou vif ! - afin d'étouffer la rumeur qui en fait déjà un ressuscité. Est-ce Hérode qui a fait le coup ? Joseph d'Arimathie est-il complice de l'escamotage ? Que cache l'association contre nature entre Caïphe et le Sanhédrin ? Claudia est-elle la mystérieuse quatrième femme au pied de la Croix? Jésus est-il vraiment apparu à la fantasque Salomé ? Bref, y a-t-il un “mystère Jésus”» ou simplement une “affaire Jésus” ? À mesure que Sherlock Pilate avance dans son enquête, le doute s'insinue dans son esprit. Et avec le doute, l'idée de foi.


Morceaux choisis


Je tombais… Je dégringolais en moi. Comment aurais-je soupçonné qu'il y avait de telles falaises, un précipice aussi vertigineux, dans un seul corps d'homme ? Je traversais le vide.

Sa [Claudia] constitution lui permet de passer d'un extrême à l'autre : elle s'indigne profondément puis elle s'endort, tout aussi profondément. Ce flux et ce reflux me sont interdits, j'ai un tempérament plus lent, plus modéré, sans ballottement d'un contraire à l'autre. Si je m'indigne moins, je me repose moins. Le gouffre de la grande colère ou celui de sommeil réparateur me demeurant inaccessibles, je marche sur une planche étroite, moyennement confortable, entre les deux. Parfois, j'aimerais faire un faux pas.

La seule attitude intellectuelle honnête concernant l'existence de Dieu ou du Christ consiste à dire : ”Je ne sais pas.” L'agnosticisme doit demeurer notre base, à tous. Lorsque l'on dit ”Je crois”, on ne dit pas “Je sais”. Ce que je crois n'est pas ce que je sais. Lorsque l'on dit “Je ne crois pas”, on ne dit pas non plus ”Je sais que ça n'est pas”. Dans l'ordre de la vérité, ne pas croire à quelque chose ne donne aucun mérite supplémentaire. Restons humbles et mesurés. Une croyance athée ou une croyance chrétienne demeurent des croyances. Jamais une science. Et chacune mérite le respect qu'on doit adresser à toute conviction.

...


Et puis je suis bien d'accord avec Meley : La Part de l'autre est un livre incontournable.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
almalo

avatar

Nombre de messages : 3341
Age : 43
Localisation : ici et maintenant !
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 23 Juil 2010 - 17:38

Je ne me rappelais plus avoir posté ici !! Les messages postés après mars correspondent au moment où j'étais trop occupée par mon capes...je lis donc avec délectation le partage de vos impressions sur cet auteur qui me ravit de livre en livre.
En plus, Farouche nous dit qu'il est le même dans la vraie vie !!! Alors là, je mets une photo de lui à côté de mon lit. AngeR

Oui, tous les livres que j'ai lu de lui sont de purs enchantements, j'ai hâte de lire les autres...
Revenir en haut Aller en bas
Belaruska

avatar

Nombre de messages : 510
Date d'inscription : 15/02/2010

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Jeu 30 Sep 2010 - 21:25

C`est avec un trés grand plaisir que j`ai lu le livre «Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran». C`est une histoire touchante de l`amitié d`un ado de 13 ans et d`un homme agé. Vraiment, cet auteur sait dire beaucoup de choses dans un petit volume.
Je peux dire aussi

almalo a écrit:
C'est pas très épais et écrit assez gros, et c'est un délice.incl36
Revenir en haut Aller en bas
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Ven 1 Oct 2010 - 0:09

J'en ai parlé sur un autre fil. Vrai que c'est excellent.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Dim 4 Déc 2011 - 17:55

La part de l'autre




Synopsis
8 octobre 1908 : Adolf Hitler est recalé.
Que se serait-il passé si l'École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde...

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Part_de_l%27autre

Le livre commence à cette date du 8 octobre 1908, minute symbolisant la direction prise par un homme, et dont les conséquences s'étendront à la terre entière. A partir de ce moment, le récit divise Adolf Hitler en deux.

Schmitt dresse simultanément les deux portraits :
- Hitler tel que nous connaissons le déroulement avéré des événements
- Adolf H., reçu au concours de l'Ecole des Beaux-Arts, et son chemin de vie d'artiste.

Je poste déjà ces quelques mots, j'y reviendrai plus tard, il y a beaucoup à dire.
Et je remercie au passage mon cher ami Mihou de m'avoir aiguillée sur ce bouquin !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Dim 23 Fév 2014 - 15:04

Les deux messieurs de Bruxelles



Une série de nouvelles sous la plume alerte et bouillonnante de l'auteur. Quatre en tout, chacune très très chouette. A chaque fois je me suis dit "je vais deviner la suite", à chaque fois j'ai été surprise par la chute. Un bon moment de détente, pas de prise de tête, une ambiance toujours singulière, décidément E.E Schmitt est plaisant à lire !
Je n'ose pas aborder le thème des nouvelles, de crainte d'en dire un peu trop. Il faut laisser la magie opérer Bad)
Quelqu'un connaît ce bouquin ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
blue note

avatar

Nombre de messages : 8002
Age : 54
Localisation : Paris
Date d'inscription : 20/09/2009

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Dim 23 Fév 2014 - 23:42

Non mais j'aime bien cet auteur, j'achèterai le livre quand il paraitra en livre de poche.
Revenir en haut Aller en bas
http://eaux-douces.bloxode.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   Mer 5 Mar 2014 - 3:13

Tu ne seras pas déçue, ma Blue. L'écriture est toujours aussi belle, un régal de divertissement dans une atmosphère bien particulière.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eric-Emmanuel Schmitt   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eric-Emmanuel Schmitt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Rêveuse d’Ostende - Eric-Emmanuel Schmitt
» LE SUMO QUI NE POUVAIT PAS GROSSIR de Eric-Emmanuel Schmitt
» LA FEMME AU MIROIR de Eric-Emmanuel Schmitt
» LA REVEUSE D'OSTENDE d'Eric Emmanuel Schmitt
» eric emmanuel schmitt vs amelie nothomb !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: