Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 comment honorez-vous vos morts ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 6 Avr 2008 - 23:12

Chalendon me permet de m'interroger sur la manière dont nous nous séparons des personnes décédées.
De mon côté, je n'ai jamais connu cette proximité avec la mort.
Elle a toujours rejoint les sujets tabous dont on ne parle pas.

Pourriez-vous (sans que cela ne remue trop de souvenirs difficiles pour vous) m'éclairer sur vos coutumes familiales ?
Portez-vous le deuil, et ce, combien de temps ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 7 Avr 2008 - 2:00

Par ici dans le Sud-Ouest, le rapport avec la mort est on ne peut plus simple. On meurt à la maison, ou si on meurt à l'hosto, on est rapatrié à la maison, dans une chambre que l'on prépare soigneusement à cet effet : une housse blanche, un drap blanc brodé par les anciens, que l'on garde plié sur une chaise en attendant le corps, lequel est accompagné d'une plaque réfrigérante qui sera posée au préalable sur la housse, pour y placer le corps ensuite recouvert du drap.
Il faut une coupelle d'eau bénie, un rameau de buis ou de laurier béni.

Alors les amis viennent rendre visite. Le café les accueille, réconfortant, accompagné de pâtisseries. Nous nous installons autour de la table, après être passés dans la chambre aux volets clos, dont la porte peut très bien rester ouverte sur la vie. Un mort ne dérange pas, il est ce qu'a été la personne vivante au sein de la famille, de la communauté. Et on peut vivre autour, sans que ce soit gênant.

On garde les plus proches pour le repas, chaud, convivial, chaleureux. On parle beaucoup du défunt, on se raconte des anecdotes, on rit et on pleure comme on veut, resserrés les uns les autres, liés par ces souvenirs et les liens affectifs. On veille tard, très tard, et on prépare en même temps la maison pour le jour du grand départ.

Ce jour là, la mise en bière est faite dans la chambre, et personne n'y assiste. Il n'est pas rare que tout le village soit présent dans la maison, débordant de partout. La cafetière ne fournit pas tout le monde en même temps, alors on se relaie pour le faire, ce café qui va réchauffer les coeurs.

Quand le cercueil est prêt, il est amené dans la grande salle, où chacun peut venir, entrer et sortir, poser quelque chose dedans, un objet, une fleur, un dessin d'enfant... on lui parle, à celui qui nous quitte, on lui dit adieu, chacun à notre manière, comme on le ressent. On peut aussi ne pas venir, mais dans nos campagnes, rares sont ceux qui n'osent pas, pour la simple raison que la mort est aussi naturelle que la vie, dans l'esprit des gens. Faut pas croire, mais les gens de la campagne sont souvent bien plus mûrs que ceux des villes, en tout cas bien plus en relation avec les choses naturelles de la vie. La mort en fait partie....

Et on part tous en même temps à l'Eglise. Un ami de confiance est chargé de fermer la maison pour que la famille puisse suivre prioritairement le cortège. Après la cérémonie, quand le mort est en terre, beaucoup reviennent à la maison, et on reprend du café, ou l'apéritif, et le repas du soir mitonne pour les intimes et les invitations improvisées, il y a toujours assez pour tout le monde, même si on est plus que prévu on se serre et on partage.

Voilà.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Sam 19 Avr 2008 - 23:28

Bertrand, je serais intéressée à savoir ce qu'en auront dit d'autres témoignages, si tu as l'occasion ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 11:52

Chez moi il n'ya pas de tradition familliale en ce domaine. Personnellement, je les honore en silence,en secret, en intimité et parfois en écrits. chinois
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Nos morts   Dim 20 Avr 2008 - 12:40

Chez nous, à Genève, on ne fait plus grand-chose. Les cimetières ont été rationalisés depuis longtemps car ils prenaient trop de place, et en général nos restes finissent dans celui appelé Saint-Georges, immense et dépourvu de recueillement et de mystère. Tout le monde ou presque meurt à l'hôpital et les Pompes funèbres se trouvent juste en face. On pourrait invoquer l'excuse d'une ville qui s'étend sur presque toute la surface de son canton, mais je crois que cela serait de mauvaise foi. Le protestantisme ayant toujours autorisé la crémation, tous mes ancêtres protestants, c'est-à-dire la moitié, sont partis en fumée et en cendre. Mon père a fait disperser les siennes sans cérémonie ni témoin sur un carré anonyme situé dans un coin dudit cimetière Saint-Georges, alors que moi je les aurais emmenées se promener au pays de ses rêves, mais enfin soit. Je lui en ai voulu un certain temps de n'avoir aucun endroit où me tenir pour me sentir plus proche de lui, mais c'est fini maintenant. Il est mort en 1987, il y a prescription.

Les parents de ma mère, catholiques de la campagne genevoise, ont émigré dans les années 1920 dans un canton beaucoup plus traditionnel, le Valais. Là-bas les traditions sont très riches. Les enterrements se font dans les églises de montagne, il y a un monde pas possible, le paysage splendide est à liquider les survivants quand c'est au printemps ou en octobre, ou aux autres saisons c'est la dureté du climat. Le corps est souvent exposé, sans fards, mais au milieu de montagnes de fleurs, dans une crypte où l'on a le droit de ne pas se rendre avant la fermeture du cercueil. Il reste quelque chose de l'esprit de village, et lorsque tout se termine au bistrot, c'est l'occasion d'un resserrement voire d'un renouvellement des liens entre les vivants. Vous aurez compris que je préfère cette seconde formule à la première, quoique je ne sois pas un amateur d'enterrements. Quelques mois plus tard il y a encore une messe dont le nom m'échappe dans l'instant, avec les plus intimes.

Petite précision à propos du Val d'Anniviers, dont j'ai pu apprendre certaines traditions grâce à une amie qui en est originaire. J'ai assisté à l'enterrement de son père, mais aussi à son mariage à elle, avec un sympathique Lyonnais, dont la famille urbaine fut apparemment enchantée de l'accueil et de l'expérience ethnographique. Après le mariage proprement dit, grande fête dans la maison communale, séculaire, dont les caves recèlent le vin et le fromage des morts, qu'on ressort pour l'occasion. Car on a mis de côté, année après année, dans un petit endroit réservé, un peu du produit de la terre des ancêtres les plus récents, et on les ressort et les consomme au moment où une nouvelle famille se fonde, ce qui instaure une convivialité entre grand-père et petite-fille, et aussi petit-gendre et nouveaux alliés, et ainsi de suite.

Je suis l'heureux parrain d'une filleule valaisanne par sa mère, et après le baptême on retrouve également le vin et le fromage, sans doute dans le même esprit.

En conclusion, si j'étais mort, j'opterais pour la terre valaisanne - qui est d'ailleurs celle de mon coeur, depuis tout enfant, quand les vieux parlaient encore souvent un patois francoprovençal qui semble avoir aujourd'hui complètement disparu. Durant les années où mon travail ne cessait de me faire voyager, et dans des coins improbables, je disais toujours que je souhaitais qu'on laisse à jamais mon cadavre là où il aurait trouvé son dernier sol. Au fil des années, cependant, et sans guère songer à moi individuellement, mais à l'aura sociale et culturelle qui environne la mort et aussi les instants clefs de la vie, génératrice de sens et de désir de vivre, je suis certain que c'était une sottise que de croire que tout était aussi simple.
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 13:45

Comme Bloody.
Déjà je n'aime pas les rites, traditions, etc... mais en plus je considère qu'un corps mort n'est plus qu'un corps mort.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 14:41

J'adore le témoignage de Diego parce qu'il ressemble à ce qui se fait par chez moi, et oui, j'y retrouve aussi des gestes de transmission, comme cette bouteille... Cette transition naturelle d'un état à l'autre, qui n'a plus rien à voir avec la peur ou l'horreur, simplement la continuité de quelque chose, normale, évidente. Pour avoir vécu les deux manières, ville et campagne, je préfère ces traditions dédramatisantes et chaleureusement-familiales-amicales.

Filo, bien sûr que nous aussi, nous considérons que le corps mort est un corps mort, quelle idée ! Mais vous en faites bien quelque chose, quoique je me demande si à Montpellier, ce n'est pas comme dans toutes les grandes villes : très impersonnel et assez rapide.

Blood, l'un n'empêche toujours pas l'autre, nous aussi on y repense en silence ou pas, en écrits ou pas. Là, le sujet était sur les funérailles, donc difficile de rester dans son coin, on est au milieu de la famille dans une cérémonie. Mais comme je le dis à filo, et vu que vous êtes tous deux d'une ville assez grande, je suppose que les traditions sont amoindries, forcément.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 15:24

J'avais bien comprit rom'bichette mais je ne parlais pas de Montpell' précisémment, je parlais de tradition familliale. Qui est inexistante dans ma famille d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 15:32

Tiens à ce propos, sais-tu comment ils procèdent en Italie ?

Et puis j'en profite pour vous livrer ce lien, qui fut l'interview passionnant d'une thanatopractrice, ce qui est assez rare.
http://liensutiles.forumactif.com/metiers-f103/thanatopractrice-interview-t11115.htm

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Dim 20 Avr 2008 - 23:18

Dans ma famille, pour répondre à la question de Bertrand, je n’ai pas vu deux enterrements se passer de la même manière…

Un proche mort jeune (16 ans) a été mis en bière au domicile, cercueil fermé, puis veillé. Enterrement avec cortège (tout le village) derrière le corbillard à cheval.

Une très proche morte à l’âge de 33 ans. Enterrement plus que sommaire pour éviter la pompe risquant de traumatiser encore davantage sa fille de 7 ans, et aussi pour raisons d’athéisme total assumé jusqu’au bout. Rassemblement de la famille, une dizaine de personne, au cimetière. Arrivée du cercueil en ambulance en provenance de l’hôpital et inhumation immédiate en caveau sans cérémonie et sans un mot. Eh bien, je peux vous dire que c’est affligeant. Nous avons tous respecté la volonté du mari qui agissait pour le bien de sa fille, c’était la priorité. Je ne suis pas sûr que ce soit la meilleure manière. Je n’attache pas d’importance particulière au corps, moi non plus, mais entre des funérailles nationales et un enterrement à la sauvette, il y a de la place pour quelque chose de plus digne. Il y a besoin d’un hommage, d’un adieu partagé, d’un minimum de rite. Sur ce point je ne rejoins pas Filo. Il ne faut pas rater la traversée des événements essentiels, parce qu’on n’a pas le loisir de les recommencer. Non, c’était très moche.

Son mari, plus récemment, a eu la chance, si j’ose dire, d’être exposé en chambre funéraire pendant la demi-journée précédant l’inhumation. C’est une tradition dans sa région mais pas dans la mienne. Je me demandais si ça n’allait pas être un peu sinistre voire déplacé. Pas du tout. C’est une façon de permettre à tous, famille et amis, de saluer le défunt une dernière fois. Il est entouré de fleurs. C’est sobre et émouvant. Pas d’autre cérémonie mais quelques mots, au cimetière.

Le corps d'un grand-père a été transporté jusqu’à son domicile en ambulance à une époque où c’était interdit mais couramment pratiqué. Maintenant, la pratique a été légalisée. Entre parenthèses cela pouvait aboutir à l’établissement de faux certificats puisque le décès était réputé avoir eu lieu à l’endroit où le corps était amené, afin d’éviter les histoires. Mise en bière immédiate à la maison. Cérémonie religieuse. Mise en terre.

Un autre a passé quatre jours à la morgue de l’hôpital. Culte avec beaucoup de monde, chants, piano, belles paroles, sobre et simple mais très chaleureux. Transport au cimetière en voiture, chacun de son côté. Encore quelques mots, brièvement. Rassemblement au bistrot du coin, réservé pour la circonstance. C’est la tradition. Café, pâtisseries.

Pour un troisième, nous avons posé un problème au protocole en réclamant une exposition, afin que la famille venue de loin puisse le voir une dernière fois, comme elle le demandait. Il n’y a pas de chambre funéraire… Finalement, le corps a été exposé dans l’entrée d’un bâtiment du cimetière, pendant une demi-heure.

Quant au deuil, chez nous chacun fait comme il veut. Jusqu’à présent je n’ai vu personne afficher de signe vestimentaire. On entretient les tombes. On se raconte les souvenirs, avec attendrissement ou réprobation. On parle librement, sauf pour les deux plus jeunes dont la mort prématurée a été un drame inconsolable dans un cas, une conspiration du silence dans l’autre.

Voilà, mon cher Bertrand, une réponse à options.


Mais où sont les funérailles d’antan ?
Les petits corbillards, corbillards, corbillards, corbillards de nos grands pères
Qui suivaient la route en cahotant,
Les petits macchabées, macchabées, macchabées, macchabées, ronds et prospères.
Quand les héritiers étaient contents
Au fossoyeur, au croque-morts, au curé, aux chevaux même ils payaient un verre.
Elles sont révolues, elles ont fait leur temps
Les belles pon-pon-pon, pon-pon-pompes funèbres.
On ne les verra plus, et c’est bien attristant
Les belles pompes funèbres de nos vingt ans…
Revenir en haut Aller en bas
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 0:18

Ce que nous faisons dans les Ardennes natales de Maman ressemble pour beaucoup à ce que tu racontes, Romane.

La tristesse du deuil est là, mais elle est rendue bien plus légère par ces trois jours où on n'est jamais seuls, où l'agréable de ce qui faisait les souvenirs des uns et des autres se mêle à ce plaisir d'être ensemble.

Puis je peux vous dire que, même si son corps est dans la pièce à coté, c'est avec nous que le défunt passe ces trois jours. Le café coule à flot, mais aussi le Pèket, pour les hommes, (et pour moi, le soir, à l'occasion...faut bien que quelqu'un leur tienne compagnie...)

C'est vrai que le soir de l'inhumation, quand tout le monde est reparti, après la vaisselles que les femmes du village nous ont aidé à faire et la remise en ordre de la chambre mortuaire que les hommes désinstallent pour ne pas que la mort reste là, on ressent comme un vide. Viens le temps de l'absence.

Mais ce temps est en général aussi celui où les bonnes volontés se donnent le mot pour montrer qu'on n'est toujours pas seuls : le temps de "rendre visite". Visite qu'il est bon de rendre d'ailleurs...

C'était bien la vie de village.

Mais j'en connais qui réussissent à faire de certains coins de ville comme un nouveau village. Et Léon Shwartsenberg avait raison en 1980 quand il disait que réintégrer la mort dans le naturel de la vie est plus sain pour tout le monde. De toutes façon, je n'ai jamais aussi près de ma mort que maintenant...

non maintenant...
maintenant...
...

Puis, Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 0:25

Citation :
réintégrer la mort dans le naturel de la vie est plus sain pour tout le monde

Voilà. Sain. C'est exactement cela. Je crois que c'est en se bouchant les yeux et les oreilles, qu'on se monte le plus terrible enfer sur le thème de la mort.

Je rejoins aussi Selmer, dans ses témoignages. Le dernier voyage de cette femme de 33 ans a du être horrible, et dieu sait ce qu'a absorbé sa petite fille, dans sa mémoire... J'en ai froid dans le dos.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 1:22

Selmer a écrit:
il y a de la place pour quelque chose de plus digne. Il y a besoin d’un hommage, d’un adieu partagé, d’un minimum de rite.
Oui, nous ne sommes pas d'accord dans le sens où tu parles de dignité, de rite.
Je place la dignité ailleurs, et je ne considère pas l'enterrement comme un rite, mais comme une façon de se débarrasser d'un corps encombrant qui n'est plus la personne qui nous manque, mais une enveloppe vide, crevée et bientôt puante. Il faut regarder les choses en face et se laver de nos tabous et de nos rites.
En plus de gens de ma famille (dont la seule personne qui m'ait aimé enfant), j'ai perdu deux amis très proches, mon meilleur ami dans un accident de voiture, puis plus récemment un ami très cher atteint de la maladie de Hotchkin qui est mort dans mes bras.
Le premier, je ne suis pas allé à son enterrement car c'était des bondieuseries qui m'auraient mis hors de moi malgré le respect que je garde envers ce genre de croyances (mais là il m'était trop cher pour que je supporte qu'on assimile ce qu'il était aux restes qu'on encensait, avec force textes solennels et impersonnels), le second désirait se faire incinérer, et sa famille n'ayant pas daigné se déplacer, c'est moi qui m'en suis occupé.
Ces jours n'ont pas spécialement été marquant pour moi, ce que j'ai conservé, c'est leur souvenir d'avant.
Je ne suis pas indigne pour autant dans mon attitude, je pense, sauf aux yeux peut-être de ceux qui ont besoin d'aller dans le cimetière pour parler à leurs morts et pleurer, ou à l'église. D'avance pardon à ces derniers.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 1:43

Je ne le vois pas du tout comme ça, en fait. Je ne vois pas le côté "pour se débarrasser de", mais "le dernier accompagnement" qui nous permet à nous d'extérioriser par le biais d'un rituel, des gestes, des mots, un au revoir en quelque sorte (primaires, peut-être, mais nous en avons besoin), et surtout, surtout, une dédramatisation de la mort par un fil-lien entre la présence de la personne et son absence. C'est très sain, il me semble, car nous jetons un sale regard sur la mort, alors que par logique, quand on nous offre à naître, on nous offre à mourir.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Eros en Thanatos   Lun 21 Avr 2008 - 7:40

Mais, Filo et Romane, vos positions ne me paraissent pas du tout incompatibles. Par manque de temps je n'ai pas raconté d'autres honneurs rendus. Voir le film de Wim Wenders sur la fin de ce cinéaste génial qu'il affectionnait et faisait figurer dans quelques-uns de ses propres films, vous voyez qui, voyons, un petit effort. Dernièrement une infirmière qui travaillait pour les migrants est morte, et je me suis rendu à la non-cérémonie encadré de deux de nos patients communs, un Sri Lankais et un Albanais, qui n'auraient jamais osé s'y rendre seuls. Il n'y avait ni prêtre, ni croix, ni décorum, mais la salle était pleine de gens comme moi, vêtus de couleurs gaies, alors que nous ne nous étions pas passé le mot. La fille cadette, huit ou neuf ans, a commencé par chanter une chanson que sa mère avait trouvé super. Larmes dans la voix au début et distributions de mouchoirs au sein de l'assemblée, mais après quelques strophes la gorge se desserre et c'est comme si le toit s'était envolé, on traverse un petit moment de bonheur de par le partage de cette intimité entre mère est fille qui est, on l'apprend et le réalise sur le moment, le bonheur par excellence à cet âge. Ensuite les plus grandes : "Je ne sais pas vous, mais quand elle s'était mis quelque chose dans la tête il fallait assurer, hein". Ici rires, franchement. Elle partait un mois par an organiser le creusement de puits en Inde, mais le reste du temps elle emmerdait tout le monde à Genève. Je l'appréciais tout naturellement à ce titre. Ensuite la trappe a avalé le cercueil et l'a emmené dans les fours crématoires, tandis qu'on se passait encore à plein tube ses morceaux préférés. Ses goûts n'étaient pas de chiottes et nous avons encore là passé un moment heureux. Dehors il faisait un froid de canard et le bistrot choisi, Le Tivoli sur La Rampe Qui-Dort, se trouvait à au moins un kilomètre, que nous avons parcouru comme si nous venions de faire une course d'école. J'ai trouvé cette option pas mauvaise, non plus. Et je serais curieux de savoir ce que ses amis de l'Inde ont pu inventer de leur côté.
Revenir en haut Aller en bas
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 8:33

J'abonde dans ton sens Diego.

Lors de l'enterrement de ma Grany, nous avons fait une fête dont les photos me remémorent les étapes. elle était l'âme de notre famille, elle présidait toutes nos retrouvailles. Puis c'était ma Marraine et une vrai bonne fée.

Bien sûr, il y a eu la messe et l'accompagnement au cimetière, mais au retour, mon oncle, qui ne va à la messe que pour le mariage de ses enfants, nous attendais avec la plus belle célébration pour Grany, le plus bel hommage qui puisse avoir lieu : il avait sorti un Bergerac moelleux de 1962, (nous étions en 1986), et nous avons fait une des fêtes familiales les plus réussies que je n'ai jamais vécue : partie de Poker menteur à 8, puis à 10, éclats de rire et plaisir d'être ensemble, repas froid mais délicieux, vins fins, puis partie de whist qui a duré jusqu'au départ du gros de la troupe, 5 Mais non, T..., ce n'est pas toi... ni moi non pus d'ailleurs, (à l'époque))) Mais nous sommes restés, les inconditionnels de la fête familiale : les deux cousins de Papa, Robert et Raoul, et moi, nous avons refait le monde et, vers 20h, quand il a fallu partir à notre tour, c'est dans la Cage au lions, petit quartier d'Outremeuse gastronomique, que nous avons prolongé cela à 4, avec l'épouse de Robert (psychiatre, l'épouse, pas Robert ;-)) qui était venue nous rejoindre.

J'ai un souvenir de cette journée ébloui. Je crois que c'était vraiment l'Adieu à rendre à Grany, la seule célébration à laquelle elle pouvait tenir. Et elle a été magistrale.

Je file, je dois bosser, il paraît, mais je voulais vous laisser cela.
Bisous
Mahaut
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 9:39

Si tu parles bien de la personne à qui je pense, Diego, je pense que son ami et collaborateur à Bénarès, Yves, a dû faire une puja à l'indienne, à moins qu'il soit rentré en France pour être présent.
J'évoque Yves >>ici<< (après la 6e photo)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole


Dernière édition par filo le Lun 21 Avr 2008 - 10:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
almalo

avatar

Nombre de messages : 3341
Age : 43
Localisation : ici et maintenant !
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 10:16

Chez nous, veillée du corps dans une des chambres de la maison, c'est ce que j'ai pu voir pour mon grand-père, ma grand-mère, ma soeur aînée.
Bien sûr, pas la même peine pour les deux premiers que pour ma soeur, morte à 19 ans.
Pour mes grands-parents, la famille est là, le ou la veuve en noir, le café coule pour qui en veut, c'est assez sobre mais les enfants courent partout et la vie est là. Ensuite cérémonie religieuse pour tout le monde, chez nous ça se passe comme ça du baptême à l'enterrement. Là, il y a beaucoup de chants, de musiques. D'ailleurs cela m'avait choquée pour ma mamie, mes tantes et mes cousins préparaient ça comme s'il s'agissait d'une messe ordinaire, mais ça ne m'avait pas empêchée d'y participer. On n'imagine pas dans ma famille une cérémonie, quelle qu'elle soit, sans chanter. Et à plusieurs voix en plus, malgré les larmes. Souvent, celles-ci arrivent après, quand le voix se tait, ou pendant, quand une parole vient tout chambouler. Ensuite mise en terre dans les caveaux familiaux.

Pour ma soeur, il a fallu attendre que le corps arrive de Paris dans le cercueil pas fermé. Mes parents ont écrit jusqu'au Procureur de la République (voire le Président, je ne sais plus) pour obtenir son rapatriement dans notre Sud-Ouest. Si on meurt à Paris, faut fermer le cercueil à Paris. Quelle connerie, je vous jure. Lorsqu'elle est arrivée le soir, la famille était déjà à la maison. Veillée pendant trois jours, chacun va dans la chambre où elle est allongée quand il veut, comme il veut. Silencieusement, forcément, sauf pour les enfants qui, là encore, ont tous les droits pour vivre. Mon souvenir le plus triste : mon cousin, 15 ans comme moi à l'époque, que ma mamie traînait par le bras (mais traînait, vraiment !!) pour aller voir ma soeur. Il était en larmes, ne voulait pas. On a fini par le laisser tranquille. Mon souvenir le plus doux : un bisou que je lui ai donné sur sa bouche froide, avant de lui tenir sa main froide aussi, en regardant sa poitrine vide et en espérant qu'elle allait se soulever. Sous le beau chemisier que ma mère lui avait mis, je sentais le plastique. On a donné la plupart de ses organes, à part le cerveau tout était bon.
Mon souvenir le plus choquant : ses amis venus là la veille des obsèques, et qui rédigeaient une véritable dissertation pour faire un hommage à ma soeur, avec verbes conjugués correctement, et "ah ben non là on a déjà dit ce mot", et "oh ça c'est nul, on va pas mettre ça". Jusqu'à tard dans la nuit. Et à 2h du mat mon père qui s'agenouille et frappe le carrelage de ses poings en disant "allez-vous en, tous. Laissez-nous dormir un peu".

Mon fils : mort à l'hôpital de Toulouse, service de réanimation. Les infirmières ont fait des photos, depuis plus d'un an je pense à aller les récupérer. Puis on nous fait signer un papier comme quoi le cercueil ne sera pas fermé quand ils nous reviendra. En effet, il est décédé un 31 décembre, le lendemain est férié, et il faut attendre le mardi 2 janvier pour pratiquer la biopsie du poumon qu'il devait avoir à son réveil. Or après 24h à l'hôpital, on ne peut pas transférer un corps d'un département à un autre. Mes parents ont eu gain de cause, pas nous. Le mardi, on nous annonce que la police vient de celler le cercueil. Il me manque cette étape, elle me manquera toujours : ne pas avoir pu veiller mon enfant après que son coeur se soit arrêté de battre. Et que les autres membres de ma famille, nos amis, n'aient pas pu le faire non plus. Chez nous, c'est important, on y amène même les enfants qui le veulent. Pour ma mamie j'avais emmené mon fils qui avait 3 ans, c'est lui qui l'avait demandé, et on avait parlé de cette vieille dame qui avait l'air de dormir.
Là, personne n'a pu le voir. Mon mari et notre pneumologue m'ont affirmé qu'avec toute la cortisone qu'il avait pris il n'était plus beau à voir, de toute façon. Mieux valait garder de lui son visage de poupée. Mais quand même.
Ma belle-mère était choquée de savoir que je voulais que mes enfants voient leur petit frère. Elle était soulagée de voir qu'on ne pouvait pas de toute façon. Mais je montrerai les photos à mes enfants, si leur père est d'accord.
Je me rappelle d'une cousine de mon père, morte à 34 ans d'une crise cardiaque, et de son mari qui avait refusé que leurs quatre enfants voient leur mère morte. la petite de 5 ans répétait "mais elle est où, maman ?" et à l'époque ça l'avait bousculée pour elle.
Ensuite, préparation de la cérémonie pour mon fils, avec l'ami prêtre qui nous a mariés, et ma tante qui bosse avec lui et avec qui j'anime maintenant aussi certaines messes avec mon clavier et ma voix. c'est avec ça que je pense à tous ceux que j'aime. Je n'écoute pas le reste, je me concentre sur mon chant. Non parce que c'est vrai, quand je me plante, c'est quand même un grand moment de solitude...
Redevenons sérieux, comme dans la chanson de Bénabar. ON choisit les musiques, les chansons, on fait cette cérémonie à notre image, avec tout l'espoir dont nous sommes capables. Une chanson de Noah "j'y crois encore", quelques autres musiques dont la BO de Forrest Gump (la partie piano de la fin, lorsque la plume s'envole) que nous mettons lorsque nous entrons avec le cercueil. C'est mon mari et moi qui le portaons, nos enfants sont à côté de nous. Je n'aurais laissé personne d'autre le faire. Et ce n'est vraiment pas lourd.
Nous finissons la cérémonie par la chanson" tout le bonheur du monde", on voulait souhaiter ça à tous, c'était la période...
Mise en terre : pendant les quelques mots du prêtre, je demande aux Pompes Funèbres de mettre mon fils moi-même dans le trou. Ma tante me regarde en équarquillant les yeux me traitant de folle, et puis elle se retourne en disant "mais oui forcément". Mon mari et moi attrapons le tissu blanc qui est sous le cercueil de la même couleur et nous nous baissons pour accompagner notre enfant jusqu'au bout. Je l'ai souvent dit après, je l'ai écrit dans mon manuscrit : j'avais porté mon fils dans mon ventre, il fallait que je le porte jusqu'au bout.

C'est après tout ça, comme le dit Mahaut, que le silence vient. Après le repas froid pris en famille, debout ou assis, là où il y a de la place. Le soir, nouveau repas avec ceux qui restent. Je crois qu'on a chanté, même.
Pour ma famille, ce sont ces chants et cet amour qui porte dans ces moments-là, ce qui n'exclut pas la souffrance bien sûr, on n'est pas cathos culs-bénits le sourire aux lèvres parce qu'il a gagné le Paradis.
Mais ça me plaît de penser que nos morts sont quelque part, les uns avec les autres.
ça doit être une belle pagaille...

pardon j'ai été longue.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 10:44

Non, pas longue. Emouvante. Beaucoup de tes gestes portent un symbole puissant, et ton témoignage explique bien la nécessité de ces gestes et des mots, d'aller jusqu'au bout, comme tu dis. Un premier apaisement, une étape importante, très. Merci pour tout ça, almalo. bisou

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 11:33

Je serais un peu comme bloody. Je fuis comme la peste tout ce qui concrétise la mort et les cérémonies de funérailles m'emmerdent religieusement (c'est le cas de le dire !).
Je n'aime pas exposer mon chagrin en public, je trouve qu'il n'appartient qu'à moi. Si je comprends qu'on puisse vouloir se réunir pour accompagner le défunt jusqu'au bout, je n'arrive pas à m'inscrire dans cette démarche. Je viens aux obsèques que quand mon absence serait trop incomprise, mais je préfère ne pas y assister. Je pleure dans mon coin. Je m'invente des tombes symboliques pour ceux qui n'en ont pas. Et quand je suis aux enterrements, j'ai l'impression que tout glisse sur moi et que je suis une étrangère.
Depuis le décès de mon oncle alors que j'avais 14 ou 15 ans et où la cérémonie au cimetière m'avait occasionné quelques années de cauchemars effroyables où j'étais enfermée dans un caveau tendu de violet pourpre, je ne suis plus jamais rentrée dans un cimetière. Je m'arrêtais toujours à la porte. Et puis j'ai grandi, j'ai "accompagné" mon grand-père au cimetière, enceinte de 8 mois de ma deuxième fille, puis ma grand-mère maternels, deux ans plus tard... une semaine après mon IVG.
Mais mon émotion reste sèche dans ces lieux-là. Etrangère, oui, c'est précisément ça. Quant à la veillée, je ne l'ai jamais faite, parce que je refuse de voir un mort et je n'en ai pas "besoin". Ce refus m'a occasionné quelques belles prises de têtes avec ma belle-famille qui ne comprend pas ma position. Mais moi je n'ai pas besoin de voir le mort pour me dire qu'il est mort.
Du coup, pour revenir au sujet, j'ignore un peu quels sont les rites familiaux et les traditions en la matière, puisque je ne m'y attarde pas et je crois que je ne m'y intéresse pas. La seule chose qui m'effraie, c'est lorsque la mort va frapper à ma porte pour de vrai, pour quelqu'un qui m'est proche (mes parents, mes enfants peut-être...) et là je ne sais pas du tout comment je vais réagir...
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 11:46

On est donc à peu près d'accord, Lily, même si tu l'exprimes de façon plus diplomate que moi (parfois je manque de tact, désolé encore).

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
almalo

avatar

Nombre de messages : 3341
Age : 43
Localisation : ici et maintenant !
Date d'inscription : 19/08/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 12:21

Lily, je suis comme toi dans les cimetières...Je n'y ai jamais pleuré, sauf une fois. Depuis un an et demi, j'ai dû aller cinq ou six fois sur la tombe de mon fils qui pourtant est à 5 mn de chez nous. Et lorsque nous aurons vendu notre maison pour aller ailleurs, cela me fera quelque chose, mais ça ne me traumatisera pas de m'éloigner de sa tombe. peut-être même faut-il nous en éloigner un peu. Tout comme celle de ma soeur, où ma mère va parfois arranger les plantes, mais depuis quelques années elle a investi dans de belles fleurs artificielles.
Pour moi les morts ne sont plus dans ces lieux-là. Ce n'est qu'un morceau de granit posé sur de la terre qui abrote quelques planches de bois renfermant de la poussière.
Pour moi nos petits fantômes ne doivent pas être tout pour nous, parce que la vie serait trop lourde à porter pour les vivants, sinon. Mais bon, les rituels pour moi c'est aussi important. Dans mon boulot, je commence les séances de la même façon. Le soir, avec mes enfants, je ne m'imagine pas ne pas lire une histoire et chanter une berceuse.
Pour les enterrements, c'est pareil.

Sauf que pour mon fils, on l'avait mis dans une chambre funéraire la veille de l'enterrement parce que mon mari ne voulait pas avoir le cercueil chez nous, et comme il n'a pas voulu assister à la veillée organisée par quelques membres de ma famille, je n'y suis pas allée non plus. Je ne le regrette pas, il fallait que je sois aux côtés de mon mari.
le lendemain, en allant chercher le cercueil, mon mari a espéré que mes proches n'aient pas mis de photos ou quelque chose comme ça.
Bingo. Un portrait (très moche d'ailleurs) agranbdi et un peu flou de Maxime cet été. La photo bien posée, encadrée, sur le cercueil.

Bref. Pareil pour les messes du 1er novembre, je n'y suis jamais allée, sauf pour les animer. Un jour une amie a été choquée que je n'aille pas me recueillir sur la tombe de ma soeur ce jour-là. Je lui ai répondu que si je devais y aller, ce serait tous les jours sauf ce jour-là. Je déteste cette marque de dévotion bigote qui fait le bonheur des fleuristes et des quêtes.

Nous avons quand même fait dire une messe d'anniversaire pour notre fils début janvier, avec quelques proches qui étaient là. Très émouvant, mais sans repas après ni tralalas. On pense, on fait, on pleure un peu, et on vit. Et il n'y en aura pas d'autres.

Pour la messe dont tu parlais filo, avec les proches un peu après les obsèques, c'est sans doute la messe de neuvaine : on prie pour le défunt que l'on a enterré quelques temps plus tôt. ça, je ne l'ai pas fait. C'est bon, un enterrement coûte déjà les yeux de la tête, alors ça va bien.
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 12:38

Oui Lily tu t'es exprimé plus clairement que moi ...
Reste que si le cérémonial funèbre ne représente rien pour moi, je ne supporte pas de voir quelqu'un qui méprise les réactions des autres. Si je ne suis pas du genre à extérioriser en public, je comprends que d'autres en ai besoin et je respecte ça profondément. (au point d'avoir piqué un colère mémorable après un de mes proches un jour de funérailles à la sortie du cimetierre. Dans une autre circonstance ça aurait peut-être été comique mais là, non !)
Almalette je comprends ô combien que vous ayez voulu mettre votre petit en terre ensemble, d'une certaine manière c'était boucler la boucle et je pense que j'aurais voulu en faire autant dans cette situation.
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 13:05

Tout à fait d'accord, bloody : je respecte tout à fait les gens pour qui ces cérémonies sont importantes. Et je me souviens être allée à l'enterrement du grand père de mon mari parce que je savais que pour sa mère c'était important (mais je ne suis pas allée le veiller).
Quant à ne pas pleurer dans les cimetières, c'est plus fort que moi parce que le chagrin est contagieux, mais je déteste exposer ça en public et quand l'émotion est plus forte que moi ça m'énerve royalement, en fait.
Pour ce qui est des tombes, je n'y suis pas accrochée non plus, et je ne ressens pas le besoin d'y aller régulièrement. Sauf que je m'invente des lieux symboliques pour celles qui sont trop lointaines (genre mettre une bougie dans une chapelle perdue sur une île).
J'ai un coté agnostique qui dispute au mystique...
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   Lun 21 Avr 2008 - 14:36

Citation :
J'ai un coté agnostique qui dispute au mystique...
Idem d'ailleurs ça me rappelle un anecdote qui illustre bien ceci...

En fait pour ce qui est des tombes je pense n'être allée qu'une fois dans ma vie y poser une fleur. C'était une situation particulière : mon ex belle soeur avait perdu son bébé in utero à 8 mois de grossesse.
L'enfant mort né a eu une sépulture mais les parents ne sont pas venus à l'enterrement ; ils étaient très secoués et j'ai compris que c'était au-dessus de leurs forces. Mais du coup personne n'y est allé et j'ai trouvé ça atrocement triste.
C'était leur premier enfant, une petite fille, tous leurs espoirs, leur enfant "rêvé" comme l'est toujours le premier. L'enterrement (civil) a eu lieu en octobre et savoir que personne n'avait accompagné la dépouille de cet enfant... Je ne sais pas ça m'a hanté.
Pourtant je n'avais aucune affinité avec ma belle soeur. Alors le premier novembre, j'en ai parlé avec ma belle-mère qui m'a confié qu'elle souffrait de ne pas avoir suivi le cercueil (elle était très croyante). Face à sa tristesse à elle, j'ai réalisé qu'il fallait faire un geste, même symbolique. J'ai décidé d'aller au cimetierre et je le lui ai dit. La pauvre femme était toute retournée. Elle essaya de m'en dissuader, prétextant que sa fille m'en voudrait ect... Je lui ai dit qu'elle n'en saurait rien et du coup, elle m'a donné de l'argent pour que j'achète une plante à poser sur la tombe de sa part. Il n'était pas question de religion pour moi, mais pour elle cela avait surement une autre portée.
Bref je suis allée toute seule au cimetierre, j'ai posée la plante de ma belle mere et un petit bouquet de ma part et j'ai dit à la petite Julie que sa grand mere pensait à elle. Je lui ai dit au revoir et je suis partie. 5 minutes montre en main, mais cela a suffit à me rendre la paix.
Environ 3 ans plus tard j'ai dit à ma belle soeur ce que j'avais fait. Elle a été très émue, c'est la première et dernière fois qu'elle m'a remercié pour quelque chose. Elle avait eu un autre enfant et évoquer Julie redevenait possible.

Donc comme toi Lily... Un reste de rituel se débat au fond de ma tête entre le "mange-soutane" et le "ne pas oublier la vie"
Compliqué...
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: comment honorez-vous vos morts ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
comment honorez-vous vos morts ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» comment honorez-vous vos morts ?
» Comment voulez vous que l'on perçoive votre travail?
» Comment avez-vous découvert vos mangas...vos sentiments!!
» Comment trouvez-vous le personnage de Lockart?
» Comment Dormez vous ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: