Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
sindbadboy

avatar

Nombre de messages : 236
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Dim 4 Mai 2008 - 20:23

Premier concours des éditions Volpilière.

Ce premier concours est ouvert à tout participant majeur débutant, amateur ou professionnel soumis au même règlement.

Chaque auteur devra présenter une seule nouvelle originale et inédite rédigée en police 12, caractère Times Roman.
Elle devra comprendre entre 12 000 signes et 15 000 signes (espaces compris) au maximum
Les pages devront être numérotées.
La nouvelle proposée devra être inédite. Elle ne devra donc pas avoir fait l'objet d'une publication ailleurs (format papier, Pdf ou web).

Thème : Un parfum d’enfance.

Le droit d'inscrïption est fixé à 20 €.

1 exemplaire sera offert aux 3 auteurs lauréats dont la nouvelle aura retenu particulièrement l'attention du comité de lecture.

Chacun des auteurs édités touchera 3% de droits d'auteur et aura un contrat établi à CE chez les éditions Volpilière.

Vos textes sont à envoyer :
• Par courrier postal à EDITIONS Volpilière
32 rue de Berne
78990 ELANCOURT (le cachet de la poste faisant foi)
Le chèque libellé à «Editions VOLPILIERE» devra être joint à l'envoi des textes.

• Par mail à editionsvolpiliere@gmail.com (la date d'envoi affichée faisant foi)
Inscrïption officielle au concours après réception des 20€ par courrier (chèque uniquement) dans les 8 jours à partir de l'envoi du manuscrit.

Les inscrits devront faire parvenir aux Éditions Volpilière, en plus de leurs textes et leur paiement :
• Le titre de leur nouvelle,
• Nom, prénom
• Date de naissance,
• Copie de la carte d’identité
• Adresse complète,
• Adresse email (si possible)
• Règlement de l'inscrïption signé.

REGLEMENT

JURY ET DOTATION DU CONCOURS :
Rappel : le concours sera clôturé le 4 juillet 2008.

Dès le 05 juillet 2008, un jury présidé par Elisabeth Robert, éditrice et gérante des éditions Volpilière, ainsi que d'auteurs déjà publié et de journalistes…
Vanessa Mattin
Jérôme Cayla
Isabelle Ménétrier ?
Richard Keller
Benoît Luciani
Nathalie Seguenot
Marie Ziglioli
David Abiker
François Alquier
Tatiana de Rosnay
Membres du jury bientôt disponible sur
http://www.editionsvolpiliere.com


DATE DE PUBLICATION DU RECUEIL :
Courant décembre 2008.

LES PRIX :
• Publication de la nouvelle retenue dans un recueil collectif édité par les Éditions Volpilière.
• Les trois premiers lauréats retenus par le jury se verront remettre un exemplaire du recueil de nouvelles de ce concours, dès sa parution.

Les résultats seront proclamés le 04 octobre 2008 et seront consultables les jours suivants sur le site Internet des Éditions Volpilière.

Le jury se réserve le droit de ne pas attribuer tous les prix, en fonction du nombre et de la qualité des textes présentés.
Les organisateurs du concours se réservent tout droit pour diffuser, éditer et utiliser les textes primés pendant un an.
Les gagnants autorisent gracieusement la citation de leur nom, la reproduction de leur photo ainsi que la publication à des fins de promotion ou d'information liées au présent concours.

Les textes retenus seront publiés à compte d'éditeur par les Éditions Volpilière en décembre 2008.
Le livre « Un parfum d’enfance » regroupera les 7 plus belles nouvelles.

La participation au concours vaut autorisation tacite de reproduction du texte dans le recueil et sur le site des éditions Volpilière.
Les auteurs autorisent que leur nouvelle soit publiée sur tous les supports destinés à la promotion du concours.
Droit d'auteur :
Aucun droit d'auteur ne sera versé concernant cet ouvrage, toutefois les auteurs conserveront l'entière propriété de leur texte pour le diffuser ou le faire éditer par la suite.

La participation au concours entraîne la pleine adhésion à ce règlement et l'acceptation sans réserve des décisions du jury.

ATTENTION : Les auteurs déjà publiés chez les éditions Volpilière pourront participer à ce concours.

Fait à :
Le :

Signature obligatoire :


Dernière édition par sindbadboy le Lun 5 Mai 2008 - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://editions-sindbadboy.wifeo.com/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Dim 4 Mai 2008 - 21:56

sindbadboy a écrit:

Thème : Un parfum d’enfance.

A chaque fois, les concours me posent un problème majeur : le sujet imposé Confused
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
BARBELL

avatar

Nombre de messages : 488
Age : 44
Localisation : fond de la cour
Date d'inscription : 18/12/2007

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 0:43

alejandro a écrit:
sindbadboy a écrit:

Thème : Un parfum d’enfance.

A chaque fois, les concours me posent un problème majeur : le sujet imposé Confused

J'ai le même souci ... grrrr09
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 0:54

Si je pige bien ces clauses, les éditions volpilière vont pouvoir se faire du fric sur le dos des auteurs et sans contre-partie aucune...

L'auteur aura même le droit de payer une inscription... Mais c'est parfait ça !!

Moi j'appelle ça une couillonade.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 1:01

C'est bien, parce que c'est quelqu'un qui n'écrit pas, qui fait la remarque.

Nous sommes bien d'accord, Jok, et la plupart des concours sont basés sur le même principe. J'ai même vu certains concours faussés d'avance, car ils ne priment que les gens de la ville ou de la région.

C'est strictement le même principe que certains festivals de théâtre. Tu viens, ça meuble, voire enrichit la manifestation, mais quand bien même la troupe de coin jouerait comme un pied et la tienne comme une déesse, tu repartirais comme tu es venu, parce que c'est la troupe locale qui remporte de toute manière.

Il s'agit donc bien d'un système assez répandu, dans lequel pas mal de monde se fait piéger une, deux, dix ou cent fois, selon la persévérance...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 1:59

"La littérature n'est pas un concours de beauté!" (De Terres et d'Ecumes) Smile
Revenir en haut Aller en bas
Mena

avatar

Nombre de messages : 421
Localisation : TOULON
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 10:27

Salut tout le monde!
J'arrive après deux jours sous un soleil d'été! A la Cadière d'Azur, petit village haut perché, près de Toulon, là il y a eu lieu le 17ème salon du livre de ce charmant coin provençal, avec pleins de copains écrivains provençaux, beaucoup du bon vin de Bandol (s'il vous plaît!)et un bon repas offert par la mairie! J'ai même fait ma p'tite sieste, appuyée sur mon bras! Une ambiance bon enfant... pendant que "les clients" étaient à la plage! Bon, j'ai vendu 3 bouquins, c'est étonnant, ce chiffre me poursuit, à chaque fois j'en vend par trois! et pas plus!
C'est intéressant cette histoire que vous racontez, au sujet des concours divers et variés. Imaginez-vous que moi, qui ai continué d'écrire grâce à un concours... ouais, mais il s'agit du temps des croisades et j'étais encore au Chili et en plus j'avais 13 ans!(rire) Bon, je vous disais, moi je suis allergique aux concours. Et les pays hispanophones sont de spécialistes pour monter des trucs comme ça! Allez sur le Net espagnol et vous verrez, de plus l'Espagne a autant des municipalités que des concours! Il y a même un article sur le Revue électronique qui publie un copain du Venezuela, d'un auteur espagnol qui a gagné 160 concours! et il est encore un parfait inconnu! c'est seulement pour le record, je pense. Comment se fait-il que aucun éditeur ne l'ait encore repéré?
Avec la Revue Arcoiris, vous pensez bien que j'en reçois des manuscrits de toute sorte, et comme des bons hispanisants, les auteurs (qui ne me connaissent pas encore) joignent des pages et des pages citant des concours qu'ils ont "gagnés" Il y a eu même un qui en avait joint 3 pages, et je ne plaisante pas! Il, soit disant, avait participé à nombreux et variés de toute sorte,( prose, poésie, etc) dans plusieurs, évidemment, et il est tombé quand je m'étais levée du pied gauche, je lui ai pas très gentillement répondu, lui disant que de ses concours je n'avais rien à faire, que si j'acceptais sa collabo. seuls son nom prénom, lieu de naissance et 3 lignes max. sur son parcours, grand ou petit, suffiraient... Et les auteurs à l'affût des revues font comme les élèves des écoles, ils diffusent très vite les nouvelles ou... les rumeurs, un jour j'en reçois un manuscrit d'un autre qui commence en me disant, "je vous sais "allergique " aux concours, alors je n'en parlerai pas..."
Cela pour vous dire, que, à part le mien, quand j'ai participé à l'âge de 13 ans, un concours n'est pas du tout le reflet de la valeur d'un écrivain, il y en a même qui sont des "pompes à fric"! Des escrocs quoi! Même ceux qui récompensent l'éditeur qui, soit disant a publié "une perle" style Goncourt. J'ai une copine, qui n'habite pas très loin de chez-moi, qui a longtemps publié chez Grasset et Hachette, elle me racontait qu'ils y en a avaient un "chargé" surnommé, "Monsieur Concours", chez Grasset, et... je ne vous dirai pas le nom (était aussi un auteur publié par la maison), après je risque d'être poursuivie... quoique je m'en fiche... bof. Alors sa mission, faire les autres maisons d'éditions, ou alors, le jury, pour "offrir" des éditions chez Grasset si on votait pour son candidat!
Comme quoi! Mais il est vrai que dans ce monde de l'édition, il y a de ces crabes! Et c'est pire encore pour les soit disant éditions, complètement inconnues....! Quant à celle-ci, la vache! Imaginez qu'ils reçoivent une cinquantaine des manuscrits, à 20 euros l'inscription, cela fait... 1000 Euros gagnés en un rien de temps!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.literaturismena.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 13:57

J'ai moi aussi gagné un concours à l'âge de 13-14 ans, poésie et dessin, deux billets aller-retour pour New York mais... c'est mon frère qui avait fait le dessin, chuuut faut pas le répéter... et quand j'ai montré mon poème à mon prof de français (qui depuis est devenu mon maître absolu, la figure du poète dans De Terres...) il a regardé et a dit "pfff t'as gagné un truc avec ça??" Excellent!! Une vraie pub pour air france mon poème! Ca reflète bien l'esprit d'un concours!
Revenir en haut Aller en bas
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 14:11

Idem, le Prix Sergent-Major Chabot, pour un texte sur l'amitié en classe de 5ème...

Je serais curieuse de le relire aujourd'hui...

D'autant plus que le prix fut remis à la caserne d'Outremeuse, lieu de garnison dudit sergent de son vivant. Aujourd'hui, je préfère d'Outremeuse le 15 août et son enterrement de Matthis l'ohè...

Avou un pèkèt... tchin
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
sindbadboy

avatar

Nombre de messages : 236
Localisation : Rennes
Date d'inscription : 29/04/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 20:21

Comme quoi c'est bien de dire à une organisatrice novice de revoir sa copie. La charmante jeune femme a ajouté ceci à son réglement :

"Chacun des auteurs édités touchera 3% de droits d'auteur et aura un contrat établi à CE chez les éditions Volpilière."

Mais oui, 20 euros, c'est toujours un peu élevé à mon goût.

PS : nan, je n'ai pas de billes dans l'affaire, mais elle est trop mimi la patronne de Volpilière.

Les femmes me perdront... mdr
Revenir en haut Aller en bas
http://editions-sindbadboy.wifeo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 21:57

3%?? On n'est pas des mendiants! Quel mépris!
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Lun 5 Mai 2008 - 22:49

7 auteurs jamais publiés qui toucheront 3% de droits d'auteurs sur chaque ouvrage vendu ce n'est pas du mépris mais une chance de se faire connaître.

On ne gagne pas beaucoup plus en étant publié pour un ouvrage complet chez les grands éditeurs!
Ni même chez les petits, je suis publiée à CE et je ne gagne pas ma vie avec mes droits d'auteurs!

C'est dommage de dénigrer sans réellement savoir de quoi l'on parle, le métier d'éditeur n'est pas un gagne pain efficace, il faut vraiment aimer les livres et les auteurs pour se lancer dans cette entreprise.

Personnellement je ne me rémunére même pas alors que j'ai des taxes professionnelles à assumer, des frais de création et d'envois postaux.
Il faut cesser de lancer des rumeurs lorsque l'on ne connaît pas les tenants et les aboutissants.

Sur ce chacun est libre ou non de participer à ce concours sans pour autant s'amuser à jouer les détracteurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://robertelisabeth.neuf.fr/
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 0:21

Elisabeth a écrit:
7 auteurs jamais publiés qui toucheront 3% de droits d'auteurs sur chaque ouvrage vendu ce n'est pas du mépris mais une chance de se faire connaître.

7 x 3 = 21 % ce qui veut dire que les 79 % restants "restent" chez l'éditeur...

Les droits d'auteur ne sont qu'une infime partie des revenus de cet éditeur. Et donc je reste sur mon point de vue accusateur.

Désolé, Elisabeth, malgré tout le respect que j'ai pour vous, il me semble que ça reste toujours une "arnaque".
Que toi tu ne gagnes pas ta vie avec ça, c'est dommage. Mais que tu y sois de ta poche pour que eux gagnent du fric...

Ensuite, il me semble que nous vivons dans un pays où j'ai "encore" le droit de penser et dire ce que je veux.
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 0:30

Chacun est libre de dire ce qu'il veut sauf que le raisonnement que vous tenez est faux puisque le libraire prend 40%, si l'on ajoute un diffuseur, ajouter encore 15 à 20%, alors refaisons le calcul:
21% pour 7 auteurs + 40% pour les libraires + 15% diffuseur donnent: 76%.
Reste alors une part de 24% sur lesquels ont peur enlever les charges et taxes, envois postaux aux librairies, enregistrements et exemplaires presse, partie imprimeur...
Au final l'éditeur ne rentre pas dans ses frais.

La logique est donc de bien noter tous les paramétres avant de dénigrer une opération qui n'a pour but que de donner de la visibilité à une nouvelle maison et de permettre à des auteurs de tenter leur chance.

Tout comme vous je peux m'exprimer librement et surtout justifier ce concours qui me tient à coeur.
Revenir en haut Aller en bas
http://robertelisabeth.neuf.fr/
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 1:09

Pourrais-je savoir depuis quand les droits d'auteurs couvrent les frais d'édition et distribution d'un bouquin ?
Revenir en haut Aller en bas
Elisabeth

avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 30/03/2006

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 1:16

Là je ne saisis pas la remarque et vous déformez mes propos!

Les droits d'auteur font partis de la vente d'un ouvrage.
Ils ne couvrent pas, il s'agit là d'une fourchette.

Vous pensez en toute sincérité que ce n'est pas sur la vente d'un livre que l'on peut payer des droits d'auteur? Le libraire? L'imprimeur? L'éditeur, le diffuseur?...
Alors avec quoi?
Les droits d'auteurs sont payés un an après la première mise en vente, ils sont calculés en fonction des ventes!

Si un livre ne se vend pas, l'auteur ne touche rien, s'il se vend un peu: il touche un peu, s'il se vend beaucoup il touche beaucoup. Je ne vois pas le souci?

Enfin j'ai l'impression que même si j'apporte des explications, vous avez déjà votre idée sur ce concours.
Alors si vous pensez que c'est une arnaque, effectivement ne participez pas.

Bonne nuit à tous.
Et merci Sind d'avoir parlé du concours! chinois
Revenir en haut Aller en bas
http://robertelisabeth.neuf.fr/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 1:30

Bonjour Elisabeth. Wink

Je vois que les esprits s'enflamment et c'est tant mieux, ça permet aux arguments de s'afficher et ça nourrit le débat, peut-être même il finit par éclairer, ce débat.

Pour ma part, ce n'est même pas une question d'argent, je ne vais pas si loin, voici ma propre expérience et les réflexions qu'elles m'a inspirée.

Ma propre expérience : quand on commence à griffonner, on met le pied dans le brouillard. "Qu'est-ce que ça vaut ?" (sous-entendu, "parmi tout ce qui s'écrit", parce qu'évidemment on ne peut se mesurer que grâce aux comparaisons).

Nous portons sur notre propre écriture un regard trop "loupe" pour pouvoir être objectif. Besoin des autres.

C'est ainsi que j'ai commencé ; quelques concours. Pas beaucoup, juste un tour d'horizon "pour voir". Poésie libre. Poésie classique. Nouvelle. Ecriture à quatre mains.

Primée à chaque fois, j'aurais pu crier victoire. En fait non. J'ai emporté les prix, me les suis rangé quelque part dans un petit coin de la maison, et vogue la galère, j'ai continué mon petit bonhomme de chemin.

Quelques années plus tard, je suis retombée sur les textes qui avaient reçu cet honneur, et ô horreur, en ai saisi immédiatement les défauts. C'est que j'avais grandi, depuis... on grandit toujours. Du coup, je suis retournée voir les recueils auxquels je m'étais abonnée du temps des concours (oui, ils s'arrangent pour vous vendre des trucs, ça vous étonne ?) et je me suis plongée dans leur lecture. Navrante lecture. Vraiment. Et ne me dites pas que j'ai trop grandi, je ne vous croirais pas. Simplement réaliste.

Bien. A côté de ça, avez-vous remarqué le côté ampoulé genre cul coincé, de ce genre de manifestations ? Sourires classe, déplacements glissés-coulés (ne pas faire de bruit, c'est indécent), ambiance feutrée, raides comme des baguettes chinoises, le micro passe, discours, le micro passe, discours, le micro passe eh merde... discours, discours... l'un lit son texte sans avoir appris à lire, sur un ton monocorde, l'autre récite sa poésie 1 2 3 4 5 6 - 1 2 3 4 5 6 (des fois 7, mais personne ne s'en aperçoit, on n'est plus à un pied près).... et je m'emmerde, et je m'emmerde.

Alors tout ça, au feu.

Moi, ce que j'aime, voyez, c'est quand les mots vivent, libres, joyeux, tragiques, sans vouloir grimper sur les mots des autres, juste s'envoler et danser là-haut, parmi, au-dessus, plonger-remonter-s'échapper, et quand ceux qui les disent ne les disent pas mais les vibrent, lâcher l'image de soi et rentrer dans leur sens à eux, leur joie, leur tragédie, les vibrations de leurs émotions, de la nôtre et donner, donner, donner à mains ouvertes sans retenue, en claquant du talon s'il le faut, en fermant les yeux, en gueulant, en murmurant, mais bon sang, les faire vivre !!

Sans médaille, qui ne vaut que ce que le jury décide. Parce que le jury... pfiou... sait-il au moins ce que vibrer veut dire ?

Bah, foutaises tout ça. Juste un petit point de repère de démarrage, juste pour tenter l'expérience, et puis après, se libérer de ces mascarades. Je n'y crois plus depuis belle lurette.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
gudule

avatar

Nombre de messages : 40
Age : 70
Localisation : maine et loire
Date d'inscription : 11/04/2008

MessageSujet: Ecriture   Mar 6 Mai 2008 - 19:49

Les concours de nouvelles fleurissent depuis quelques années et c'est un bon moyen pour ceux qui les organisent de gagner "quelques petites piécettes", et cela fonctionne à merveille. Après tout, les jeux de hasard existent aussi et celui qui écrit vit pendant quelques semaines un rêve comme celui qui fait la queue dans un débit de tabac pour gratter, gratter, cocher des cases dans l'espoir de voir son compte en banque se remplir. Je me contente de fréquenter ces endroits pour acheter mes "clops", en jetant un regard narquois sur les candidats à la fortune qui se pressent devant la caisse.
Utiliser les rêves, la crédulité pour remplir sa bourse n'est pas très moral mais cela ne risque pas de s'arrêter demain.
Avec des amis, on a trouvé un moyen de partager nos élucubrations écrites. Nous écrivons chacun dans notre petit coin des nouvelles sur des thèmes variés et après avoir récolté toutes les copies, je fais fonctionner ma photocopieuse et chaque participant reçoit une copie de tous les délires. Pas de jury, pas de médaille, seul le plaisir de participer nous anime. Les "écrivailleurs" du dimanche acceptent même dans leur petit cercle les "auteurs" qui délaissent ou sont délaissés par leurs éditeurs et les peintres qui après avoir exposé dans des citadelles comme Beaubourg viennent modestement déposer leurs mots... je suis la seule à savoir qui a écrit quoi... et l'harmonie règne parmi les amoureux de la belle langue française.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 22:00

Alors ça c'est génial et totalement en accord avec le principe du partage-plaisir ! Bravo pour cette organisation gratuite, qui permet aux mots de vivre sans carotte ni médaille ! chinois

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mar 6 Mai 2008 - 22:09

La notion même de littérature est incompatible avec celle de concours. Imaginez un concours réunissant mon pote Arthur Rimbaud, Victor Hugo, Charles Baudelaire et disons Chrétien de Troyes: qui aurait la connerie de dire que untel est meilleur qu'untel?? Ca n'a aucun sens! Les concours sont le reflet d'un monde où il faut être "meilleur", où il faut devancer, éclipser, jeter de l'ombre pour soi-même avoir les projecteurs sur soi... l'art échappe et échappera toujours à ça! C'est ce qui me donne du plaisir à exister, qu'ily ait encore ce refuge où l'on est dans le partage, la possibilité de créer et de partager, de vivre ensemble des émotions. Je plains les auteurs qui font l'apologie du travail et qui doivent publier trois livres par an pour vivre car ils sont condamnés à produire de la merde. Jamais on a vu un artiste, un vrai, être dans la production. Ce terme n'a aucun fondement artistique. Mais si l'on raisonne en termes de reconnaissances, production, gains, rentabilités, tirage, succès, alors oui, vive les concours (et encore...). Mais rien à voir avec l'art!

Ce que fait Gudule est passionnant et d'une grande liberté. Avec l'impression à la demande, plu besoin de photocopier. Le livre est accessible, vous en fixez le prix, vousle vendez tant mieux, vous ne le vendez pas aucun problème, vous ne perdez rien. Et vous avez un livre d'une belle qualité.

Echanger. Aimer. Ne pas aimer. Dialoguer. Tout ça est possible sans les concours, nous en sommes la preuve vivante!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mer 7 Mai 2008 - 13:04

Je pense à peu de choses près la même chose que toi, Pascal. Mais je conçois quand même le besoin de se frotter aux concours, ne serait-ce que pour tenter de savoir où se situer. Attention, je ne dis pas que le résultat est fiable, je dis "le besoin de savoir où se situer". C'est donc un moyen comme un autre.

Pas facile de se positionner, face à son écriture. Qui dit que les lecteurs sont sincères, ou aptes à dire si un bouquin est bon ou pas ? Une fois qu'on sait que les concours ne valident pas forcément les meilleures oeuvres, on n'a plus qu'à se mettre dans la tête qu'on est dans le brouillard et qu'on marche sans arrêt sur un fil.

Les goûts et les couleurs, c'est très subjectif, au fond.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mer 7 Mai 2008 - 17:03

Tu entends quoi par"se situer"?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mer 7 Mai 2008 - 17:23

Te situer par rapport aux autres, en écriture, bien sûr. Sa qualité, son impact. On ne peut pas faire autrement que comparer, seul on n'est rien qu'un électron libre, ça ne va pas, on a besoin de savoir où on est et comment.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Invité
Invité



MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mer 7 Mai 2008 - 17:46

Je ne pense pas qu'un écrivain doive se comparer à un autre écrivain. Impossible d'établir un top50 des auteurs (tant mieux d'ailleurs). Vendre beaucoup n'est pas le critère. Pas plus que vendre peu d'ailleurs. L'écriture est affaire de lecteurs, pas d'auteurs. Avoir l'avis detous sur ses écrits est nécessaire, mais pas dans une optique de "comparaison, mieux, moins bien, concours".
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   Mer 7 Mai 2008 - 20:01

Ce n'est pas la question de comparer un auteur à un autre, mais le légitime besoin de ceux qui écrivent de savoir où se situe la qualité de leur écriture. C'est complètement différent et n'engage aucune concurrence. C'est comme si tu sortais un linge blanc de ta machine, et que tu compares la blancheur à un autre, pour voir s'il te faut le relaver ou si ça suffit.

Nous avons forcément besoin de nous situer, nous avons forcément des doutes sur ce que nous produisons, ou bien nous ne nous posons pas de questions, nous ne nous remettons jamais en question, et là c'est pas bon, on se doit de faire une sorte de bilan.

Il y a donc des gens qui s'inscrivent à des concours dans ce but là, de même qu'un jour on passe les textes du tiroir à la diffusion sur le Net par exemple, et on reçoit donc des commentaires.

Se posent tant pour les concours que pour les commentaires, le problème de la sincérité, celui de la capacité du lecteur à apprécier une qualité d'écriture, celui de la capacité d'un organisateur de concours à évaluer les textes en concurrence, etc.

Même dans le domaine de l'édition, je parle de la vraie édition, pas du compte d'auteur ou de l'auto édition évidemment, on sait que le marché est ficelé par l'esprit commercial, donc encore une fois c'est faussé. La mode existe aussi dans ces boîtes là, c'est bien connu.

Donc ma conclusion est que nous sommes en perpétuel brouillard, mais qu'il n'en demeure pas moins que nous avons le besoin inné de nous situer. Littérairement, pour ce sujet, mais pas que. Si tu regardes la vie en général, besoin de comparer les salaires, les capacités quelles qu'elles soient, etc. Et cette nécessité fait partie de notre genre humain.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance   

Revenir en haut Aller en bas
 
04-07-08, éditions Volpilière, parfum d'enfance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel (s) parfum(s) d'été portez vous ?
» Le parfum de la dame en noir...
» Les éditions Belfond
» Tom-Pouce (éditions de Montsouris)
» éditions Métal

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: A propos de l'écriture & infos concours littéraires-
Sauter vers: