Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du sens des choses en christianisme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Selmer
Perturbateur de masses en fils


Nombre de messages : 4270
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mar 13 Mai 2008 - 1:51

Mahaut a écrit:
en terme technique, on appelle cela des "conférences iréniques". Chacun y essaie de placer ses arguments jusqu'à voir où se trouve le point irréductible d'incompatibilité
Arriver à ce stade est déjà une sorte d'idéal, pour ne pas dire un exploit. Sur un forum, c'est rarissime car les deux attitudes les plus répandues sont l'affrontement pour avoir raison ou le regroupement par partage d'une pensée commune.
J'exagère un peu car il arrive que des opinions exprimées ici fassent réfléchir. Alors, on se dit qu'on a bien fait de venir.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mar 13 Mai 2008 - 14:00

Il faut quand même avouer que parfois la polémique peut être agaçante. C’est le cas, par exemple, lorsqu’on affirme Blanc en argumentant trois pages durant et que, le lendemain, on retrouve un post qui dit Noir sans aucune argumentation, sans aucune justification, sans aucun raisonnement. Juste : « ah ben moi je pense que c’est Noir. »

Ca m’apprendra à m’étaler sur mes posts.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mar 13 Mai 2008 - 14:24

Comme quoi, il faut aussi accepter que tout soit fait de tout-et-son-contraire. tong

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mar 13 Mai 2008 - 21:13

Romane a écrit:
Comme quoi, il faut aussi accepter que tout soit fait de tout-et-son-contraire. tong

C'est la base de la foi qui vit en Judaïsme. D.ieu se tait, le Ciel nous est bouché, comment parler de lui sans casser son mystère, sans en limiter l'âme, l'essence et le réel, à moins de dire toujours et cela et le total contraire pour être sûr que nul ne lui manque de rspect.

Mais si on peut tout dire, il n'en reste pas moins vrai qu'A.donaï Ehed et que pour rendre compte de cette unicité , le tout, celui dans lequel tout est et qui est aussi dans tout, la pratique sera unique et deviendra prison...

Tu demandais Diego, de parler de L'Esprit Saint. C'est cela qu'il veut casser : la pratique peut devenir plurielle, l'Esprit souffle où il veut, mais C'est D.ieu qui se révèle, lui le silencieux, dans le coeur de croyant.

Dès lors, le corps du Christ deviendra corps social. Et le sens de la Foi, le sensus fidei garanti par le peuple au sein d'une liturgie. C'est cela qui fera le coeur de nos conciles (Dans l'Eglise indivise, on est bien loin du compte). Le Peuple ne peut jamais se tromper quand il prie, quand il est en entier inconditionnellement ouvert à ce qui vient de D.ieu

Il n'est plus en danger, et entre en dialogues avec des sagesses et les autres fois qu'il rencontre. Car elles aussi connaissent dans leur parcours d'histoire cette communion ultime qui au-delà des formes, unit D.ieu et son Peuple, ses Peuples.

Mais cela ne se fait qu'au delà de la transfiguration de toutes réalité terrestre et humaine. Un Corps en liturgie.

Je l'ai vécu de façon extraordinaire dans le rite byzantin. Nos curés de paroisse ne sont plus formés au transcendant. Bien des fois, j'ai hurlé devant des idioties qui tuaient le symbole et empêchaient les gens d'accéder au mystère.

Mais je laisse la place..

Bon appétit tout le monde mèche bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 5:17

Intéressantes remarques, Mahaut !

Mais pourquoi places-tu un point après l'initiale du nom de Dieu ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 9:15

Parce qu'en Judaïsme, nul ne peut prononcer le nom de D.ieu sans en restreindre le mystère.

Quand on lit la Bible, le tétragramme YHWH se trouve partout, mais un juif ne le lira pas, d'ailleurs c'est le seul mot qui n'est pas vocalisé. (l'hébreu ne connait pas de voyelles, c'est le sens du texte et c'est la tradition qui les place et donne le sens des mots). Un homme respectueux de la tradition lira YHWH mais dira Adonaï, ce qui pourrait se traduire par "Le Saint, béni soit-il" (Certains cathos diraient "le Seigneur" et oublieraient vite la notion de bénédiction et révérence : un seigneur, c'est juste bon à rester au château)

Petite remarque à ce propos : Jéhovah n'existe pas en hébreu, Il s'agit de la confusion d'un ignare qui prend les lettres du tétragramme YHWH et la vocalisation qu'on en fait dans AdonaÏ => Y a H o W a H, mais en début de mot, avec l'accent tonique le premier A devient un "e" muet => YeHoWaH.

Jésus rend compte de cela dans une de ses réponses, il faudrait que je retrouve la référence pour la citation exacte, je suis un peu rouillée : mais en substance, "Qui es-tu pour, du NOM, enlever une partie du mystère" Je vous recherche cela et vous donne la précision plus tard. A moins que ce ne soit une question de "iota", c'est à dire Yod, la première lettre du tétragramme... Trou de mémoire...

Bon, je file, au boulot, je vous retrouve cet après-midi

Bisous à tous
M

Rêve
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
LylaTsB

avatar

Nombre de messages : 4714
Age : 58
Localisation : Entre allanguie & languissante ...
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 12:58

Selmer a écrit:
Oui, il existe d'ailleurs des communautés dites "pentecôtistes" qui se distinguent des autres mouvements évangélistes par le fait que certains de leurs membres ont ce don des langues (glossolalie) et, dans la prière, parlent une langue qu'ils ne comprennent pas. Dans ces communautés, la chose est courante. J'ai eu l'occasion d'assister à ces manifestations, c'est assez impressionnant.
Elles sont très actives dans le Gard, supplantant le protestantisme d'origine.
Dans mon errance adolescente, après avoir tourné le dos au catholicisme, j'ai pratiqué quelques années sous la houlette de ma tante. J'aimais bien chanter les cantiques, avec mes cousines, en canon ou à plusieurs voix. les rassemblements y sont très gais. Mais je n'ai jamais reçu l'esprit saint. Une seule fois il m'a foudroyé, lors d'un rassemblement de jeunes, sorte de colonnie de vacances religieuses où l'on devait se recueillir souvent, et surtout le soir, après le sermon (culpabilisant au possible en première partie, puis après un grand "coup de gueule", nous propulsant au firmament de la foi comme solution à tous nos maux). Cela faisait trois semaines que j'étais "emportée" et, lors d'une séance de prière, je me suis mise à pleurer. On m'a isolée dans une autre pièce, avec un "moniteur" qui priait "en langue" puis traduisait en "français" la parole de dieu s'adressant à moi par sa bouche. ben le malheureux ne m'a pas convaincue, après cinq heures à genoux sur le plancher, il m'a dit : tu n'es pas encore prête, l'esprit saint viendra la prochaine fois, ouvre ton coeur, et quand tu "parleras", tu pourras demander le baptême". A la fin du séjour (juillet, août), l'esprit n'avait toujours pas voulu de moi ! lol !
Mais je respecte ces gens. Ils n'ont pas essayé de m'endoctriner, ils ont toujours été ouverts, ils ne demandent pas d'argent, le pasteur est marié, il y a même des femmes qui officient, ce n'est pas une religion qui enferme, ils sont solidaires. Leur foi est profonde.

Je suis curieuse de connaître d'autres religions, d'autres pratiques.
Ce fil est une bénédiction chinois MerciMahautSourire
Revenir en haut Aller en bas
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 14:10

Tu sais Lyla, je suis tellement aidée et soutenue par vous tous, comment ne pas donner un peu de ce que j'ai...

Je pense comme toi que ces communautés sont sincères et croyantes. La difficulté réside dans le côté culpabilisant.

Je crois qu'on n'est jamais prêt pour le Saint Esprit, parce que c'est une force qui ne se mérite pas, qui est gratuite, du registre de la Grâce, qu'on ne doit pas préparer : cadeau.

Je pense que croire qu'Il est lié à une manifestation, glossolalie ou autre, c'est encore réduire son mystère. Bernanos le voyait aussi dans la petite fille Espérance.. Comme Elie, je crois qu'il est autant dans le vent léger qui vous effleure la joue et permet de marcher.

Je crois profondément quee cette pentecôte que votre accueil m'a permis de vivre, (et qui me permet aussi de faire ce chemin), est une vraie pentecôte. Et que dans l'aventure, le Saint Esprit, c'est vous qui le véhiculez...

Je t'embrasse très fort bisou
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 18:29

Je savais pour Jéhovah...

Mahaut a écrit:
Parce qu'en Judaïsme, nul ne peut prononcer le nom de D.ieu sans en restreindre le mystère.
Là tu m'intrigues. Bien sûr ça je le sais (et je me doutais que ça avait un rapport avec ça). Mais ce qui me questionne, c'est pourquoi le faire à l'écrit aussi, puisque c'est un tabou oral ?
Deuxième questionnement : pourquoi le marquer de façon plus ostensible qu'un juif lui-même ?

Quant à ton dernier post ci-dessus, il semble être celui d'une croyante, alors que tu nous as dit que tu ne l'étais pas ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Mer 14 Mai 2008 - 23:30

Parce que dans ce post, je parlais du judaïsme. Il me semblait important de laisser la place à cette révérence par respect de la tradition qui la porte.

Un juif ne dit jamais "Dieu". Quand il parle, comme quand il écrit, il dit "Le Saint, bénit soit-il.

Mais dans notre échange, je ne voulais pas deux choses :

Remplace tous les D.ieu dans mes messages par "Le Saint béni soit-il" et regarde ce que cela ferait si tu l'avais lu comme cela. Ce deviendrait un discours de propagande à cause de ce que notre urticaire occidental plaque sur un langage de cet ordre. Donc il me fallait dire "Dieu"

Et en même temps, je voulais marquer le respect que les juifs portent à ce nom divin. J'ai vu cette façon d'écrire D.ieu sous la plume d'un juif, je l'ai donc reprise.

Quand je parle de Dieu, en chrétienne, comme il s'est incarné, il s'est laisser toucher, a restreint son mystère, un choix d'incarnation qui le rend accessible. Et on peint des icônes. Et on parle de Dieu. Pas ee problème.

Filo, si je t'ai laissé croire que je ne suis pas croyante, je me suis mal exprimée. Je t'en demande pardon. Là n'est pas ma démarche. Croyante, je le suis bien, et je ne renie rien.

Mais, je me suis retirée des obédiences ecclésiales professionnelles. Je ne suis plus employée de l'Église, d'aucune instance ecclésiale. Et, pour autant que cela ne change dans l'avenir, je le veux plus non plus.

Je reste enracinée à Chevetogne.
Je ne reviendrai pas sur cette charte d'oblature que j'ai signée un jour et à laquelle je resterai fidèle. Mais Chevetogne a pour vocation propre l'œcuménisme et les relations, les dialogues entre les traditions... chrétiennes d'abord, mais aussi les autres traditions. En cela, nous nous sommes trouvés, cette abbaye et moi. Depuis ma jeunesse, j'ai multiplié les recherches, les rencontres et les approfondissements de ce qui peut nourrir et les uns et les autres. C'est ce chemin-là qui est le mien. Pour entrer en dialogue, il faut être à l'aise avec soi. Je sais les richesses que portent les traditions chrétiennes. Et parce qu'elles me nourrissent, je peux dialoguer sans me sentir en danger avec tout autre position. C'est alors que le dialogue devient possible.

Parfois, quand je vois combien ces échanges deviennent passionnés voire conflictuels, je me dis que je ne suis pas normale. Quand plus rien n'est possible d'un dialogue serein, alors vaut mieux se taire.

Mas ce que j'ai reçu des uns et des autres restera une richesse qui me fonde et parfois me conforte dans ma foi, même si cela vient d'un autre.

Un ami très proche était New Age. Il arrivait parfois qu'on ne puisse pas aller au bout de ce que nous commencions. Mais le respect mutuel a permis à chacun de faire un chemin ensemble. C'est de cela que je rêve.

Il y a plusieurs demeure dans la maison du Père.

Et le chemin du non croyant est aussi respectable et profond que le mien.

Je pense qu'il a aussi quelque chose à m'apprendre. Alors j'écoute chinois

Merci de ta question. Je ne me rendais pas compte que je n'avais pas été claire.

Bonne soirée à toi
Bisous
Marianne
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Jeu 15 Mai 2008 - 0:39

Tu pouvais écrire "Dieu" comme tout le monde ici. Je ne pense pas qu'un juif t'en aurait tenu rigueur.

Mahaut a écrit:
je devais me convertir ou admettre que je n'obéissais pas à l'Esprit.
(...)
Mais certains m'ont obligée à un choix que je ne voulais pas faire... déjà le souci d'oecuménisme.
Oui c'est ce post qui m'avait laissé croire que tu n'était pas croyante... Je m'aperçois que je me suis trompé en mal l'interprétant, et à la lumière de ton discours général, c'est vrai que ça ne collait pas.

Citation :
Il y a plusieurs demeure dans la maison du Père.

Et le chemin du non croyant est aussi respectable et profond que le mien.
En effet, une incroyante ne pourrait pas s'exprimer ainsi. Mais j'avoue me méfier de ce genre d'affirmations pour les avoir trop entendues dans la bouches de prosélytes.
En tout cas tes efforts d'ouverture t'honorent, vu de quel milieu tu viens, et vu l'enracinement dont tu parles.

Etrange tout de même de voir que tous les théologiens sont croyants, ainsi que tous ceux qui parlent d'oecuménisme.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 15:58

Filo, un théologien incroyant, ça pourrait exister selon toi?
Ethymologiquement "Théo"= dieu et "logos"= science.
Quoique...en y réfléchissant, un "logien" même "théo" est un chercheur, un savant, alors on peut chercher sans croire... dans l'absolu, parce que "chercher" c'est vouloir trouver, et qu'on ne cherche pas n'importe quoi n'importe comment, même si on trouve souvent des choses auxquelles on ne s'attendait pas.
L'essentiel et de ne pas les rejeter comme gênantes ou non conformes au postulat de base, de ne pas les occulter, mais de les prendre comme de nouvelles pistes qui ouvrent des perspectives imprévues.
Je suis claire?
Oecuménisme: oikoumenê gê= terre habitée, le mot a le sens d'universel sans aucune conotation religieuse à l'origine. etre "oecuménique" c'est reconnaître toutes les formes de pensées comme respectable et méritant d'être exprimées et connues.
On ne peut débattre (ou polémiquer) qu'avec ce qu'on se donne la peine de connaître. Ca concerne tous les domaines de pensées.
Dans l'Eglise (par "Eglise" j'entends la catholique)le mot appliqué à un concile signifie que tous les èvêques sont convoqués.
L'oecuménisme préconise l'union de toutes les églises chrétiennes en une seule, ce qui paraît logique puisque tous les chrétiens sont censés adorer le même Jésus...
Il a débuteé avec la Confèrence internationale protestante d'Edimbourg en 1910.
En 1948, a été créè le COE: "Conseil Oecuménique des Eglises".
la première reconnaissance de ce mouvement par l'Eglise catholique, a été le Concile Vatican II de 1962 à 1965. Initié par jean XXIII: 2000 participants dont des théologiens et des observateurs non catholiques.
une initiative destinée à renouveler l'Eglise. qui provoqua bien des réactions contre, et malheureusement cet esprit s'est perdu parce que l'Eglise s'est de nouveau refermée et c'est pas Benoît XVI un théologien ex directeur de la "Commission du contrôle de la foi" ou approchant, autrement dit le dernier avatar de l'Inquisition, qui va "ouvrir".
Le mot "catholique" veut dire "Universel" et cette prétention des cathos occulte pour le grand public l'existence de bien des église chrétiennes (entre autres les orientales) et contribue à faire des protestants des gens à part. En gros pas des chrétiens "dignes".
leur tort aux yeux de l'Eglise? Avoir pensé (et mis en pratique) que chacun pouvait lire et interpréter les textes sacrés comme il le sentait.
Alors que l'Eglise avait décidé que le commun des mortels était trop obtus pour comprendre et que seul les prêtres avaient cette capacités...
Avec toutes les dérives qu'on connaît et un jeu de manipulations des esprits qu'aucune secte ne peut renier.

La parole "D'Evangile" est souvent obscure et c'est volontaire car certains mystère ne sont accessibles que par un petit nombre, disons les "Elus" ceux qui sont prêts.
Mais l'Eglise s'est constituée en "Pouvoir" oh combien temporelle, a coupé, y compris en son sein toutes les têtes qui dépassaient et a confisqué cette parole qu'elle ne respecte absolument pas.
Oui, et c'est un des sens de la Pentecôte, j'avoue que grâce à ce que dit Mahault je découvre les autres, Jésus avant de monter au ciel a envoyé les apôtres prêcher de part le monde "je vous envoie comme des brebis au milieu des loups", et par les "Langues de feu" leur a accordé le don de comprendre et parler toutes les langues.
Mais il n'a jamais dit qu'il fallait flinguer ou cramer ceux qui n'étaient pas d'ac ou comprenaient autrement... D'ailleurs que tous soient pas convaincus, il l'avait prévu...
"Secouez la poussière de vos pieds" autrement dit: "S'ils n'écoutent pas, n'insistez pas, tant pis pour eux"...
Mais l'Eglise n'a supporté ni les contradictions,ni ceux qui ne pensaient pas comme elle voulait l'imposer et s'est comporté comme une vraie dictature.
Je bosse sur la question en ce moment (entre deux voyages, lol) et je livrerais bientôt le résultat. je me suis replogée dans les Evangiles et les "Pères de l'Eglise", ceux qui ont réfléchis sur les textes sacrés et ont construit la Doctrine de l'Eglise.
De grands penseurs, certes, de grands théologiens, mais pas vraiment des esprits ouverts et tolérants...
La dérive originelle de l'Eglise c'est ça: la volonté de pouvoir et, classique chez les dominateurs, le refus absolu de toute pensée non conforme à ses dogmes, le dogme fige.
Mais l'Eglise est faite et tenue par des hommes, trop humains...
tare qui malheureusement n'est pas le propre des catholiques, ni des chrétiens...
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 16:33

Je connais la signification de l'oecuménisme, je remarque seulement que seuls les chrétiens en parlent, et ils y mettent un concept d'ouverture aux autres spiritualités alors qu'il s'agit souvent en effet de chrétiens entre eux.
Pour moi le vrai oecuménisme prendrait un sens en rassemblant vraiment toutes les tendances spirituelles de l'humanité, y compris l'agnosticisme.

Je sais aussi ce qu'est un théologien. Je regrettte seulement que quelqu'un censé étudier la spiritualité soit déjà engagé dans une.
Comme je l'avais déjà dit quelque part, à Montpellier nous avons une faculté de théologie, protestante.
C'est comme si une faculté de politique était mettons communiste. Quid de la neutralité nécessaire à l'étude sans à priori ?

Donc oui, je trouverais effectivement normal qu'un théologien n'appartienne pas à une tendance religieuse.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 22:04

Merci Triskel, de dire en d'autres mots ce qui sous tend ma pensée.

Filo, soyons pragmatiques : un théologien est amené à devenir un professionnel. Tu as déjà vu un professionnel dans une branche, mettons un ingénieur, polyvalent au point de ne prendre aucun parti pour une théorie scientifique ou une pratique technique précise ? Engage-t-on dans un poste informatique un ingénieur en "ponts et chaussées" ?

La difficulté consiste aussi à la base dans l'organisation des études. Chaque faculté prêche pour sa paroisse et ne voit pas toujours d'un bon œil arriver un membre d'une autre "discipline". Je vous parlais d'Héverlée, faculté des Églises évangélistes libres : je ne vous raconte pas les anathèmes et les étroitesses d'esprit de leur cours sur l'Église catholique romaine, suppôt de Satan.

A contrario, je ne vous raconte pas non plus les piques lancées lors des cours d'écclésiologie de la Catho de Lille.

Mais !

Rien n'empêche ensuite tous les théologiens de mettre leur tête sur le billot de ce dialogue. Certains y seront d'ailleurs muselés des années, Yves Congar par exemple. Mais d'autres feront avancer le shmilblick et permettront ensuite aux premiers de retrouver une parole et un place qui fera mettre en route, le Cardinal Mercier, premier initiateur des futurs conseils œcuméniques des églises, pour ne parler que de lui.

Je suis d'accord, Filo, que l'œcuménisme doit dépasser le cadre du christianisme. Et ce chemin est en marche. (Quoique, on pourrait en douter avec Benoît XVI)

Mais pour entrer en dialogue, il faut se connaître ou l'affaire est biaisée, très vite entachée du soupçon de récupération. Connaître son seuil irréductible permet d'accepter l'autre dans ses différences et de reconnaitre en elles des richesses qui ouvrent des perspectives.
Sans cela, cela reste au niveau de l'affect, des émotions, des passions et très vite deviennent des bagarres. "Je ne sais pas pourquoi je suis bien, alors je me construis contre". (C'est un mal très français Chuuttt ).

D'autre part, il n'y a pas que les chrétiens qui en parlent. Les bouddhistes en sont proches aussi. Mais comme les chrétiens, cela se passe au-delà des spiritualités, à condition d'être inconditionnellement ouvert, sans attache ni passion, sans lourdeur... (Diego, je me trompe ?).

Voilou.

Diego, je suis consciente de n'avoir pas encore vraiment abordé le coeur de ta question. Permets que je te fasse encore languir jusque demain. Faut qu'je bosse pour mes cours. Merci Ange
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 22:15

à titre tout à fait perso, l'alliance de plusieurs églises, a fortiori de plusieurs religions, ne me dit rien qui vaille.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 22:18

Il ne s'agit pas d'alliance Alejandro, mais de dialogue.

Le syncrétisme est toujours une cata...
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 23:07

Mahaut a écrit:
Filo, soyons pragmatiques : un théologien est amené à devenir un professionnel. Tu as déjà vu un professionnel dans une branche, mettons un ingénieur, polyvalent au point de ne prendre aucun parti pour une théorie scientifique ou une pratique technique précise ? Engage-t-on dans un poste informatique un ingénieur en "ponts et chaussées" ?
Mauvais exemple, Mahaut. Tu compares des disciplines scientifiques à des courants spirituels (religieux de surcroît, donc dogmatiques). Or les différentes disciplines scientifiques sont complémentaires, et les différentes théories confrontées jusqu'à l'application, qui en entérine l'efficacité.
Alors que les religions prétendent toutes détenir la vérité sur l'inconnaissable, à partir de mythes, de récits oraux mis par écrit en des temps où la magie expliquait ce que la science a trouvé ensuite, en des temps où la société avait besoin de bases, et où la crédulité rassemblait les masses : que de l'imprécis en somme, mais défendu farouchement et reposant sur des vieux livres et des croyances (disons la foi).
Tu ne peux pas comparer ces éléments !

Mais rassure-toi, j'ai bien compris ton raisonnement tout de même !

Le problème, c'est qu'étudier une discipline où la croyance est la base, lorsqu'on est soi-même dans la croyance (celle qu'on étudie ou une concurrente) ne me paraît pas objectif, et donc pas digne d'une étude en libre-arbitre.
Je suis effectivement pour des théologiens agnostiques ou vraiment oecuméniques.
Mais c'est une utopie. Surtout parce que le sujet des religions n'intéresse en général que ceux qui en pratiquent. Les autres vivent et s'en fichent, finalement.

Citation :
La difficulté consiste aussi à la base dans l'organisation des études. Chaque faculté prêche pour sa paroisse et ne voit pas toujours d'un bon œil arriver un membre d'une autre "discipline".
Justement !
Abolissons les "paroisses" (de toute façon, les monothéismes sont tous issus de la même base en gros) et travaillons main dans la main à une étude sur le fond.
Je sais c'est utopique aussi.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Mahaut

avatar

Nombre de messages : 396
Age : 57
Localisation : Boulogne-sur-Mer
Date d'inscription : 20/04/2008

MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   Ven 16 Mai 2008 - 23:51

Je suppose, Filo, que tu commences à un peu me connaître.

Oui, j'ai comparé des choses incomparables, mais par analogie, pour effectivement me faire comprendre.

Filo a écrit:
des courants spirituels (religieux de surcroît, donc dogmatiques).

C'est là où un postulat de base nous sépare. Je n'avais pas compris.

Pour moi, un courant spirituel n'est pas dogmatique. Il porte en sa racine une part qui dépassera le dogme.

Les religions sont dogmatiques, nous sommes bien d'accord, mais si Dieu est Dieu, chaque dogme en contient un visage, une incarnation limitée. Mon incarnation de femme ici et maintenant, faite de ce qui me fonde et de ce que je suis, se sentira plus à l'aise dans une façon de concevoir, vivre et célébrer, (chrétien oriental, byzantin pour moi), mais ma recherche spirituelle admet que ce courant où je me sens bien a aussi ses limites et qu'il peut se faire interroger par d'autres chemins, d'autres visages incarnés.

C'est dans ma fidélité aussi que je n'ai pas nié (par exemple) la possibilité d'une réincarnation. Est-elle vraiment incompatible avec l'idée de résurrection. Et si Dieu s'incarne pour épouser l'histoire, cela ne veut pas dire qu'il ne peut pas se faire connaître dans une transcendance qui englobe tous les mondes, ou bien dans une sagesse où il n'existe pas en tant que force divine.

Tu dis :
Citation :
Le problème, c'est qu'étudier une discipline où la croyance est la base, lorsqu'on est soi-même dans la croyance (celle qu'on étudie ou une concurrente) ne me paraît pas objectif, et donc pas digne d'une étude en libre-arbitre.

Voilà un autre postulat : sont-elle bien concurrentes ? Pour les prosélytes, certes, mais vraiment ?

C'est faire injure à la possibilité d'ouverture qui est en germe en tout homme. J'ai fait un choix de route, et - jusqu'à preuve du contraire - elle me semble cohérente, et elle me convient bien... . Mais je reste ouverte à la preuve du contraire. En la rencontrant, je la reconnaitrai si je reste inconditionnellement ouverte à ce qui me vient de Dieu, si je ne ferme pas ma quête spirituelle.

Parce que j'ai décidé de me faire un nid dans une maison, je deviendrais sépulcre blanchi ou racine desséchée ?

J'ai un toit, c'est peut-être un peu plus confortable que de douter sans fin, quoique... il exige de lutter contre les risques d'enfermement, de repli sur le dogme.

Dans ce domaine, rien n'est objectif, ni la foi ni la gnose, ni l'agnose... tout est choix - jusqu'à preuve du contraire.

Et je te reconnais le droit d'être agnostique dans la fidélité à ta quête spirituelle tout aussi inconditionnellement ouvert que moi qui suis croyante.

Jusqu'à preuve du contraire... mais cette preuve-là, je ne la connaitrai qu'au-delà de la mort, et même en suis-je sûre ?

Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://blog.bebook.fr/mahaut/index.php/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du sens des choses en christianisme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du sens des choses en christianisme
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Du sens des choses en christianisme
» Il y a des choses qu'on ne peut pas combattre
» J'aime deux choses
» [Levy, Marc] Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites
» Sixième sens...ou pas ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Religions-
Sauter vers: