Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Éric Chevillard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Éric Chevillard   Mer 21 Mai 2008 - 23:02

Éric Chevillard,
né un 18 juin à la Roche-sur-Yon, anciennement Napoléon-Vendée, il ne s'endort pas pour autant sur ses lauriers puisqu'on le voit encore effectuer bravement ses premiers pas cours Cambronne, à Nantes. Il a deux ans lorsqu'il met un terme à sa carrière de héros national. Il brise alors son sabre sur son genou puis raconte à sa mère qu'il s'est écorché en tombant de cette balançoire et elle feint gentiment de le croire.

Ensuite, il écrit. Purs morceaux de délire selon certains, ses livres sont pourtant l'œuvre d'un logicien fanatique. L'humour est la conséquence imprévue de ses rigoureux travaux.

Il partage son temps entre la France (trente-neuf années) et le Mali (cinq semaines). Hier encore, un de ses biographes est mort d'ennui.

Éric Chevillard

Cette notice est extraite du
Dictionnaire des écrivains contemporains de langue française par eux-mêmes
sous la direction de Jérôme Garcin
Éditions Mille et Une Nuits - avril 2004 - 24 €
ISBN 9782842057422

blog de Eric Chevillard
http://www.eric-chevillard.net/biographie.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
bertrand-mogendre
Bienveneur bucolique
avatar

Nombre de messages : 3001
Age : 62
Localisation : ici et là
Date d'inscription : 09/03/2006

MessageSujet: Oreille rouge de Éric Chevillard   Mer 21 Mai 2008 - 23:04

Oreille rouge de Éric Chevillard

Broché : 158 pages Éditeur : Minuit (4 février 2005)
ISBN-10: 2707318949

Présentation de l'éditeur
Cet écrivain aime sa chambre, sa table, sa chaise, dans la pénombre : on l'envoie en Afrique où sont les lions, dans le soleil. Que va-t-il chercher là-bas ? Un grand poème, dit-il. Ou ne serait-ce pas plutôt l'inévitable récit de voyage que tant d'autres avant lui ont rapporté ? On l'a lu déjà, et relu. L'auteur va prétendre que des indigènes l'ont sacré roi de leur village. Il aura percé à jour les secrets des marabouts et appris de la bouche d'un griot vieux comme les pierres quelque interminable légende avec métamorphoses. Le pire est à craindre. Par bonheur, l'aventure tourne court. L'hippopotame se cache. L'Afrique curieusement ne semble guère fascinée par le courageux voyageur. En revanche, celui-ci prend des couleurs : est-ce le soleil ou la honte ? Nous l'appellerons Oreille rouge.

Mon commentaire
Son écriture transporte le souffle de la savane, tantôt gonflé par l'humidité rare des nuits noires où hurlent les animaux sauvages, sans doute effrayés dans l'obscurité contraignante, tantôt accablé par l'immobilité écrasante des jours, trop chauds pour se nourrir, trop lourds pour réfléchir.

Il n'est pas question d'une seule histoire. L'invitation au Mali lui permettant d'écrire un livre découverte sur ce pays, n'est en fait qu'un prétexte. Car se sont toute une série de petites historiettes « conteuses » de déconvenues « raconteuses » d'images insolites pour l'européen, « banales » pour l'africain. Tirées de son carnet de moleskine et mises bout à bout, elles dépeignent cette atmosphère imprégnant les étrangers que nous sommes dans ces pays surprenants.
Où sont nos balises habituelles, nos repères rassurants, notre besoin de nous débattre face aux plus élémentaires des situations ? Ici, le savoir se transmet des yeux à la bouche, puis aux oreilles, en passant par les réflexions nourries de croyances ancestrales, entretenues comme une bibliothèque que l'on époussette quotidiennement.

J'aime bien l'idée de ne pas tuer les tortues destinées à la fabrication des instruments de musique. Dans le même sens, j'imagine les sacs à main, les chaussures en peau de crocodiles. Impensable, me direz-vous ? C'est exactement de l'absurdité de l'objet qui est en cause.
Prédateur n'est pas exterminateur. Savoir prélever sans détruire, c'est entretenir un vaste garde-manger. Ainsi, lion, chacal, vautour, serpent, mouches, trouveront nourriture en abondance. Une affaire d'équilibre régit la bonne conformité de ce monde où tout excès puni les suivants sur la chaîne.

Le guide africain de l'écrivain poète, lui apporte les éléments nécessaires à la compréhension de ses mouvements d'ombres, décryptés par les connaisseurs d'histoires à fables, de contes éthiques, et de rituels noyant les gris-gris dans une aura de méfiance.

Entre chaque paragraphe, il y a le temps, gorgé de soleil, qui passe, dérangé par les seuls grognements des chiens se disputant un os. Les mouches semblent embauchées pour réduire la densité de l'air. Le gris du ciel côtoie la couleur des végétaux. Il n'y a rien de démonstratifs dans ce récit.

Tout cela n'est qu'une ambiance que diffuserait un fétiche accroché au mur des souvenirs à ne pas oublier.
Les lecteurs curieux qui daignent s'arrêter un moment, découvriront les détails visibles par lui seul, sous le rire cynique des hyènes à l'affût. Il est un temps d'adaptation nécessaire pour accueillir cette écriture qui, n'en déplaise aux grisés de la littérature classique, transmet une certaine force colorée de la terre africaine.

Petits traits d'humour aidant, l'apprentissage de l'Afrique s'acquiert avec autre chose que des mots. Le naturel ne se complaît pas seulement dans le seul mimétisme s'il ne génère pas la créativité. (bertrand-môgendre).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.flickr.com/photos/mogendre/
 
Éric Chevillard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eloge d'Eric Chevillard
» Eric Chevillard.
» [Chevillard, Eric] Oreille Rouge
» Chevillard 2012
» Eric Chevillard.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Biblio LU :: Salon des auteurs connus-
Sauter vers: