Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Vous sentez?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
meley

avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 35
Localisation : on dirait le suuuuuuuuuuuud!!!
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Vous sentez?   Jeu 12 Juin 2008 - 17:41

"Notre langage ne vaut rien pour décrire le monde des odeurs."
Patrick Süskind "Le parfum"

Essayons quand même...

Quelles sont les odeurs, les parfums que vous aimez? Que vous rappelle t il?

Je vous laisse commencez l'exercice? C'est à vous!
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Jeu 12 Juin 2008 - 20:06

"Silences" de Caron. Ce parfum léger, discret, fruité reste très longtemps présent sur la peau de celle qui l'a porté.
Tu l'auras deviné, il me rappelle Une femme. Celle à laquelle je l'ai offert.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 0:00

Tu as ouvert un sujet inépuisable, Mel'. Car les odeurs font partie des points de repère de ma mémoire et si j'en cite quelques exemples, il est bien évident que ce n'est qu'une bribe.

Comme ça, de but en blanc, je dirais ;

L'odeur des sous-bois, terre humide, mousses, feuillages, champignons, la Ro-Elsa s'en allait chaussées de bottes, un bâton à la main pour écarter les fougères et fouiller sous les feuilles. Il y avait des rires, et l'accent du Sud Ouest, trêves heureuses de vacances insouciantes.

L'odeur de l'humidité, bois mouillé, ciment mouillé, nourriture trempée, papiers buvards, et un tas de fourbi dont l'odeur naturelle se mêla à cette eau-là, un tout assez difficile à décrire mais que je sens parfaitement depuis ma mémoire, Ro-submergée par cette nuit infernale d'un été torrentiel qui emporta beaucoup, beaucoup, en ravageant la maison dans un raz de marée plus haut que ma petite personne.

Amour-Amour, Câline, Joy, et tout Patou défile sous mes paupières d'enfant tapi quelque part dans un petit coin de l'adulte. Associés au toucher, soies, velours, satins, dentelles, voiles, perles, laines, j'en passe bien sûr, ces parfums et eaux de toilette me rappellent mes rêves mais aussi me lancent des flashs de jadis, auxquels s'ajoute la poudre de riz et l'odeur du cou de ma mère quand, les bras autour de lui, je me laissais pendre comme un collier d'amour.

Le café fraîchement moulu du matin, répandu dans le bruit du moulin, pendant que tout dormait autour, les jours où il faisait bon.
Les jours où c'était triste, c'est l'odeur de ce pot de machin aux pruneaux, et j'aimais pas, et j'aimais pas.

Les senteurs du sapin qui appellent Noël, l'odeur particulière du métro, chauds les marrons (dieu qu'ils sentaient bon et me faisaient saliver de bonheur), le mélange orange/clous de girofles qui parfume les armoires lingères, l'odeur de la maison de mes parents, que je ne sais pas décrire, et celle de mes deux bébés, particulièrement douce, et tant encore, quand l'été diffuse ses senteurs de chèvrefeuille et de roses, et encore, et encore, toutes celles que je ne dis pas et...

...et celles à venir, que j'aime déjà.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
ZAZA 54
Ouillette D'Inde
avatar

Nombre de messages : 6571
Localisation : Sur mon ile au soleil
Date d'inscription : 23/03/2005

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 18:44

L'odeur de sauce tomate au basilic quand maman la faisait de bon matin.
L'écorce d'orange qu'elle faisait griller pour ses petits gâteaux.
Quand je retourne au pays, l'odeur des figues et du raisin bien mûr.
L'odeur de la terre après la pluie.
Comme Ro le parfum du café qu'elle moulinait et aussi les marrons qu'elle faisait griller dans la poêle à trous dans sa cheminée et j'en passe lol.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
C'est ainsi que je veux écrire. Avec autant d'espace autour de peu de mots. Je hais l'excès de mots. Je voudrais n'écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer le silence. En réalité, les mots doivent accentuer le silence. »

Etty Hillesum
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 18:46

Ah ! ici, on utilise toujours la poele à trous pour les chataignes ! mmmh !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 21:34

Chouette fil qui me fait pétiller les souvenirs !!

Les premiers qui me viennent sont l'odeur de gasoil et d'asphalte chaud du camion de mon père et aussi le parfum de bois coupé, l'odeur particulière de la sciure qu'il promenait partout après ses heures passées dans son "blockos" ; j'entends encore le banc de scie...

Et il y a aussi l'odeur du buis l'été quand il transpire, dès que je flaire ça j'ai l'impression que je vais voir arriver mon grand pere au bout d'une allée...
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 21:41

Tu me fais penser à l'huile de ricin et les courses de hors-bord. Pfiou, c'est loin tout ça...!

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Scapinocchio de la Mancha

avatar

Nombre de messages : 1708
Localisation : Gallardon
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 21:49

Lorsque j'étais enfant, j'élevais des souris blanches. J'aimais bien l'odeur d'urine des souris.
Un jour, ma souris blanche préférée s'est enfui. Je ne l'ai retrouvée qu'une semaine plus tard, grâce à son odeur : elle s'était fait prendre dans un piège à souris grises caché sous un meuble. L'odeur qui m'avait conduit jusqu'à elle, c'était l'odeur de la souris en décomposition.
Vous avez déjà humé le parfum d'une souris morte en décomposition ?
Depuis, j'adore l'odeur des cadavres, animaux ou humains : ils me rappellent ma souris blanche que j'ai tant aimée.
Pour cette raison, je garde toujours un cadavre ou deux, à la maison, dans un placard.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:01

Moi c'était les cafards, dans les immeubles de la banlieue parisienne. Ils dégagent une odeur très particulière, quand ils brassent des pattes. Et dieu sait qu'ils brassent, ça cavale vite, un cafard. Imaginez quelques centaines. Une cavalerie de cafards. Bref, toujours est-il que morts, c'est la même chose.
Depuis, je vis dans une maison sans cafards. C'est pourquoi je m'achète des vaporisateurs parfum cafards.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Scapinocchio de la Mancha

avatar

Nombre de messages : 1708
Localisation : Gallardon
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:05

L'odeur d'une colonie de cafards morts de surpopulation dans un conduit de vide-poubelles qui n'a pas été désinfecté depuis quelques années, c'est vrai que c'est particulièrement agréable. Mais je t'assure, ça ne vaut pas le parfum d'une souris putréfiée, quand elle grouille de beaux asticots bien gras.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:07

Je vois. L'odeur dont tu parles est une odeur vivante. La mienne une odeur morte. Où se situe l'entr-odeur ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:46

Va probablement me falloir "modérer" ce fil... Moi aussi je "sens" ça...
Revenir en haut Aller en bas
meley

avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 35
Localisation : on dirait le suuuuuuuuuuuud!!!
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:47

Dommage c'était bien partit, je lancerais plus de sujet je crois... Confused
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:49

Loule AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Ven 13 Juin 2008 - 22:59

Le sujet est génial. En fait nous sommes attachés à mille petits signes que laissent les instants en nous, parfois même des instants anodins. L'odeur de l'herbe fraîchement coupée, l'odeur d'après l'orage, l'odeur du foin (à se rouler dedans), l'odeur de l'océan....

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 13:29

Je confirme, ce sujet est génial et les attirances olfactives de Scapinocchio sont pour le moins originales et m'amusent beaucoup. Merci pour ces occasions supplémentaires de rire.
J'ai beaucoup de "nez", il sait même bouché identifier des odeurs. Sûr que je l'aurais retrouvée ta souris Scapinocchio, sans attendre qu'elle soit en décomposition, mais je me serais privée d'une expérience.
Ce sujet m'amène à poser une autre question. Les odeurs peuvent-elles nous aider dans la vie de tous les jours ? En les utilisant, n'est-il pas possible de faire remonter notre moral quand il est au plus bas ?
Exemple perso. : à un moment où je n'étais pas bien, où je ne pouvais plus sentir ma vie, une odeur s'est imposée à moi, partout je la sentais, il fallait que je l'identifie...oui...c'était un parfum, un parfum que j'avais porté lorsque j'avais 18 ans. Comme j'écoute toujours mon intuition, j'ai obéi à cette sensation subjective, je suis allée chez un parfumeur demander ce parfum, il n'était plus fabriqué, même réponse chez tous les parfumeurs de la ville qui m'ont demandé de revenir, le temps qu'ils se renseignent...j'ai finalement réussi à avoir un flacon. Depuis, ce parfum m'habille et me protège...et la production a repris, avec une formule légèrement modifiée, je le sens bien mais elle me convient.
Que voilà une histoire futile pour un subtil parfum !
Alizé
Revenir en haut Aller en bas
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Odeurs réminiscentes   Sam 14 Juin 2008 - 18:45

Eh bien, il y en avait un qui a écrit des phrases et des phrases sur le sujet que tu viens d'évoquer, Alizé :

Citation :
Il en est ainsi de notre passé. C'est peine perdue que nous cherchions à l'évoquer, tous les efforts de notre intelligence sont inutiles. Il est caché hors de son domaine et de sa portée, en quelque objet matériel (en la sensation que nous donnerait cet objet matériel) que nous ne soupçonnons pas. Cet objet, il dépend du hasard que nous le rencontrions avant de mourir, ou que nous ne le rencontrions pas. Il y avait déjà bien des années que, de Combray, tout ce qui n'était pas le théâtre et le drame de mon coucher, n'existait plus pour moi, quand un jour d'hiver, comme je rentrais à la maison, ma mère, voyant que j'avais froid, me proposa de me faire prendre, contre mon habitude, un peu de thé. Je refusai d'abord et, je ne sais pourquoi, me ravisai.

Elle envoya chercher un de ces gâteaux courts et dodus appelés petites madeleines qui semblent avoir été moulés dans la valve rainurée d'une coquille de Saint−jacques. Et bientôt, machinalement, accablé par la morne journée et la perspective d'un triste lendemain, je portai à mes lèvres une cuillerée du thé où j'avais laissé s'amollir un morceau de madeleine. Mais à l'instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d'extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m'avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m'avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu'opère l'amour, en me remplissant d'une essence précieuse : ou plutôt cette essence n'était pas en moi, elle était moi. J'avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D'où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu'elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu'elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature.

D'où venait−elle ? Que signifiait −elle ? Où l'appréhender ? Je bois une seconde gorgée où je ne trouve rien de plus que dans la première, une troisième qui m'apporte un peu moins que la seconde. Il est temps que je m'arrête, la vertu du breuvage semble diminuer. Il est clair que la vérité que je cherche n'est pas en lui, mais en moi. Il l'y a éveillée, mais ne la connaît pas, et ne peut que répéter indéfiniment, avec de moins en moins de force, ce même témoignage que je ne sais pas interpréter et que je veux au moins pouvoir lui redemander et retrouver intact, à ma disposition, tout à l'heure, pour un éclaircissement décisif. Je pose la tasse et me tourne vers mon esprit. C'est à lui de trouver la vérité. Mais comment ? Grave incertitude, toutes les fois que l'esprit se sent dépassé par lui−même ; quand lui, le chercheur, est tout ensemble le pays obscur où il doit chercher et où tout son bagage ne lui sera de rien. Chercher ? Pas seulement : créer. Il est en face de quelque chose qui n'est pas encore et que seul il peut réaliser, puis faire entrer dans sa lumière. Et je recommence à me demander quel pouvait être cet état inconnu, qui n'apportait aucune preuve logique, mais l'évidence, de sa félicité, de sa réalité devant laquelle les autres s'évanouissaient. Je veux essayer de le faire réapparaître. Je rétrograde par la pensée au moment où je pris la première cuillerée de thé. Je retrouve le même état, sans une clarté nouvelle. Je demande à mon esprit un effort de plus, de ramener encore une fois la sensation qui s'enfuit. Et, pour que rien ne brise l'élan dont il va tâcher de la ressaisir, j'écarte tout obstacle, toute idée étrangère, j'abrite mes oreilles et mon attention contre les bruits de la chambre voisine. Mais sentant mon esprit qui se fatigue sans réussir, je le force au contraire à prendre cette distraction que je lui refusais, à penser à autre chose, à se refaire avant une tentative suprême. Puis une deuxième fois, je fais le vide devant lui, je remets en face de lui la saveur encore récente de cette première gorgée et je sens tressaillir en moi quelque chose qui se déplace, voudrait s'élever, quelque chose qu'on aurait désancré, à une grande profondeur ; je ne sais ce que c'est, mais cela monte lentement ; j'éprouve la résistance et j'entends la rumeur des distances traversées. Certes, ce qui palpite ainsi au fond de moi, ce doit être l'image, le souvenir visuel, qui, lié à cette saveur, tente de la suivre jusqu'à moi. Mais il se débat trop loin, trop confusément ; à peine si je perçois le reflet neutre où se confond l'insaisissable tourbillon des couleurs remuées ; mais je ne peux distinguer la forme, lui demander, comme au seul interprète possible, de me traduire le témoignage de sa contemporaine, de son inséparable compagne, la saveur, lui demander de m'apprendre de quelle circonstance particulière, de quelle époque du passé il s'agit.

Arrivera−t−il jusqu'à la surface de ma claire conscience, ce souvenir, l'instant ancien que l'attraction d'un instant identique est venue de si loin solliciter, émouvoir, soulever tout au fond de moi ? Je ne sais. Maintenant je ne sens plus rien, il est arrêté, redescendu peut−être ; qui sait s'il remontera jamais de sa nuit ? Dix fois il me faut recommencer, me pencher vers lui. Et chaque fois la lâcheté qui nous détourne de toute tâche difficile, de toute oeuvre importante, m'a conseillé de laisser cela, de boire mon thé en pensant simplement à mes ennuis d'aujourd'hui, à mes désirs de demain qui se laissent remâcher sans peine. Et tout d'un coup le souvenir m'est apparu. Ce goût, c'était celui du petit morceau de madeleine que le dimanche matin à Combray (parce que ce jour−là je ne sortais pas avant l'heure de la messe), quand j'allais lui dire bonjour dans sa chambre, ma tante Léonie m'offrait après l'avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul. La vue de la petite madeleine ne m'avait rien rappelé avant que je n'y eusse goûté ; peut−être parce que, en ayant souvent aperçu depuis, sans en manger, sur les tablettes des pâtissiers, leur image avait quitté ces jours de Combray pour se lier à d'autres plus récents ; peut−être parce que, de ces souvenirs abandonnés si longtemps hors de la mémoire, rien ne survivait, tout s'était désagrégé ; les formes − et celle aussi du petit coquillage de pâtisserie, si grassement sensuel sous son plissage sévère et dévot − s'étaient abolies, ou, ensommeillées, avaient perdu la force d'expansion qui leur eût permis de rejoindre la conscience. Mais, quand d'un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l'odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l'édifice immense du souvenir. Et dès que j'eus reconnu le goût du morceau de madeleine trempé dans le tilleul que me donnait ma tante (quoique je ne susse pas encore et dusse remettre à bien plus tard de découvrir pourquoi ce souvenir me rendait si heureux), aussitôt la vieille maison grise sur la rue, où était sa chambre, vint comme un décor de théâtre s'appliquer au petit pavillon donnant sur le jardin, qu'on avait construit pour mes parents sur ses derrières (ce pan tronqué que seul j'avais revu jusque−là) ; et avec la maison, la ville, depuis le matin jusqu'au soir et par tous les temps, la place où on m'envoyait avant déjeuner, les rues où j'allais faire des courses, les chemins qu'on prenait si le temps était beau. [...]

Marcel Proust, A la Recherche du Temps Perdu, Du Côté de chez Swann

[C'est donc lui qui a écrit ça, et pas Ortiz. Alors pour le bureau des plaintes, des longues phrases et des coquilles - pour une fois - circulez].
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 19:03

Citation :
Les odeurs peuvent-elles nous aider dans la vie
de tous les jours ? En les utilisant, n'est-il pas possible de faire
remonter notre moral quand il est au plus bas ?

Oui, tout à fait, Alizé ! Et même j'ajoute que j'ai essayé aussi "l'attention aux odeurs, aux couleurs et aux bruits", c'est-à-dire essayer de saisir toutes les nuances de ces trois, au point de capter mon attention au maximum (du coup on oublie ce qui tracasse) et de réaliser que trois mondes infinis absolument extraordinaires sont là, à portée, et que nous savons si peu les explorer, par inattention je crois (entre autres)

Il y a quelque chose de fascinant dans ces multiples possibilités. J'en étais arrivée à me dire que si nous avions la capacité d'entrer dans toutes leurs subtilités, il y aurait de quoi devenir fou par overdose.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 19:05

Diego Ortiz a écrit:
[C'est donc lui qui a écrit ça, et pas Ortiz. Alors pour le bureau des plaintes, des longues phrases et des coquilles - pour une fois - circulez].

ah ah ah ! (pardon)
N'empêche que le pavé est rudement intéressant ! Il a l'avantage de dire beaucoup en l'exprimant beaucoup.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 21:23

Merci Diego pour le rappel de l'épisode de la madeleine de Proust, je l'avais un peu oublié, toute occupée à mes propres souvenirs olfactifs.
Romane, je voulais te citer mais je n'y arrive pas avec les balises.
" Il y a quelque chose de fascinant...il y aurait de quoi devenir fou par overdose"
Affiner ses sens, accueillir les odeurs, les identifier d'accord mais la priorité est de rester ancré dans le réel, si on n'est pas prêt, si ça nous agace, si on est trop enthousiasmé, si on joue trop à remue-méninge, stop ! Observer sans analyser, et puis revenir à son quotidien, être à nouveau présent aux autres. Cela équivaut à une petite pause de dégustation, le plaisir du goût, pardon de l'odeur, sans l'ivresse. Le plaisir, pas le délire !
Alizé.
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 21:31

Pour la balise :

Clic sur le bouton juste au dessus de la zone de texte message ou réponse marqué => 'Citer' puis coller le texte à citer. Puis encore un clic sur ce même bouton => 'Citer'* pour que la balise se referme et soit utilisable.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Sam 14 Juin 2008 - 21:35

Je voulais dire par là, Alizé, que la prise de conscience des possibilités est époustouflante et que quand nous prenons la peine d'être attentif, il n'y a plus qu'une chose qui compte ; la beauté du monde.

Bien sûr, ne pas décrocher du réel, juste apprendre à l'observer. Ici, nous sommes sur les odeurs. Je viens de me régaler d'une tarte aux pommes que j'ai préparée tout à l'heure. Armagnac, pommes, sucre, vanille, beurre, un délice pour les narines, un délice pour les papilles, un délice pour l'âme aussi. En même temps, dans le couchant, ces petits insectes suspendus dans la douceur de l'air et le chant des oiseaux et la ville qui s'ensommeille, quelques voix qui trainent encore...

Bonheur.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Dim 15 Juin 2008 - 0:08

Oui, les bons petits plats, les mélanges de saveurs judicieux, chaque bouchée révélant un arôme qu'on tente de définir, la découverte nous rendant silencieux pour mieux humer, savourer et... suivre le trajet de la divine "madeleine", s'il s'agit d'une madeleine.
Suis-je encore dans le sujet Meley ? Les odeurs dans l'atelier cuisine précèdent et aiguisent notre sens du goût.
Par ce sujet Meley tu nous invites à révéler notre côté Epicurien, les odeurs sont intimement liées aux autres sens qui se répondent pour nous servir à mieux apprécier la vie.
Mais là je n'ai parlé que des odeurs plaisantes, peut-être aurait-il fallu rester dans les odeurs que nous avons tendance à repousser...
Alizé
Revenir en haut Aller en bas
meley

avatar

Nombre de messages : 2659
Age : 35
Localisation : on dirait le suuuuuuuuuuuud!!!
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Dim 15 Juin 2008 - 0:23

Je parlais des odeurs que nous aimions... Mais libre à chacun de parler des odeurs qu'il veut!

Et je me rends compte que je n'ai moi même pas parler des odeurs que j'aimais.

Personnellement Et comme tout le monde je crois que se sont souvent les odeurs d'enfance qui nous marque le plus.
Moi ce sont ces effluves amenées par le vent de l'usine de café de Pignan. Quand je me suis installer définitivement à Montpellier, j'ai ressentis cette odeur. J'avais 10 ans d'un coup! Et c'est divin.
Encore la "madeleine"! Wink
D'autres odeurs bien sur, des parfums, celui de ma mère, le même depuis que je suis petite. Celui que j'aime avoir sur un vêtement prés de moi, malgré mon âge.
Celui de mon premier petit ami aussi, j'étais une ado, mais encore maintenant quand je le sens dans la rue, je me retourne tout sourire.

Mais aussi des odeurs naturelles, celui d'un corps, , sans artifices, et tellement personnel à chacun.

Et tellement d'autres en fait!
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Vous sentez?   Mar 17 Juin 2008 - 20:54

ELOGE À L'ODEUR DE CHATTE

C'est lorsqu'il est parti que j'en commençai la quête
Ce parfum si précieux, ce fumet entêtant
Qui mettait aussitôt tous mes sens à la fête
Lorsqu'elle ouvrait ses jambes à mon désir vibrant

Son odeur d'entre-cuisses, du meilleur millésime
M'évoquait l'ambre rare humée à bon escient
D'une coupe sacrée, d'un subtil graal intime
J'en avais privilège, en prêtre déférent

J'abreuvais son désir en soulevant sa jupe
Tandis que ses effluves encourageaient le mien
Humant l'humidité de ses humeurs de stupre,
Puis à sa source affine je m'abreuvais enfin

Elle s'en est allée : un parfumeur de Grasse
L'a séduite et depuis son con fleure la rose
La rose vous dis-je ! Quelle insulte à la grâce
Dont mes pauvres narines firent l'apothéose.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous sentez?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous sentez?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel est le personnage de dessin animé dont vous vous sentez le plus proche ?
» Vous sentez-vous intégré ?
» Quels sont les domaines du dessin où vous vous sentez le plus faible?
» De quel personnage de Kate vous sentez-vous le plus proche?
» Vous sentez-vous inspirées par le printemps?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Detente :: Blabla-
Sauter vers: