Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De la parole.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Vic Taurugaux



Nombre de messages : 4816
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 9:27

pascaltruchet a écrit:
. La majorité d'entre eux reste pudique quant à la sexualité, et heureusement.

Je crois que l'amour est affaire de confidences, de mots doux échangés. Il se crée alors une relation particulière à deux. Une intimité que protège le secret. Raconter ses exploits sexuels, c'est autre chose. Dans la compétition à être devant les autres, on en vient vite au registre des performances comme si, découvrir l'autre, se découvrir soi dans les yeux et le désir de l'autre était un abîme où les plus vantards craignent de tomber.
Les jeunes sortent de leur famille avec plus ou moins d'embarras car quand on est adolescent, la désillusion de l'enfance est souvent très pénible. Les parents adorés deviennent vite des vieux cons, et au lycée, il s'agit rester à la hauteur, non seulement des attentes des profs, ces presque vieux, mais surtout des pairs, de la dictature des looks pour celui ou celle qui tente à tout prix de rester branché(e).
Une relation amoureuse, hors compétition, ce serait l'espérance d'une île qui ne dépendrait que d'elle et de moi, un lieu de Robinson mais qu'elle viendrait visiter faisant de moi quelque chose auquel j'aspire, que je connais pas encore et qui serait du plus que moi ...
Vous voyez bien comment tout celà fout le frisson!
Revenir en haut Aller en bas
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 10:53

pascaltruchet a écrit:

Cela étant, ils sont bien plus doués que les adultes pour créer toutes sortes de textes dans lesquels ils parlent d'amour (enfin, de leurs conceptions de l'amour en tout cas), c'est même leur sujet favori.

A l'adolescence , passage de l'enfance à l'état d'adulte , la parole engage , à la différence de la parole de l'enfant qui n'engage pas , même si elle a valeur et nous dit beaucoup .
Les écrits des jeunes sont plus beaux que leurs paroles pour parler d'amour . Dans leurs écrits , l'autre entre dans un processus d'idéalisation jusqu'à le porter au rang d'un dieu ,mais qui ne fait pas lien avec la réalité . ( la déesse ne rencontre à aucun moment la meuf , la meuf n'est qu'un orifice , la déesse une perfection à respecter ).Il n'y a pas réunification . Il y a clivage entre l'amour idéal ( l'ile de Robinson cf Vic ) et le sexe . L'amour pur et le sexe cru .
Et à ce titre là , on peut faire une tournante et écrire en même temps un texte sublime à celle qui dort sur l'ile de Robinson .
Si l'amour parle de sa relation à l'autre , de la relation à soi , le langage des jeunes est symptome .
Autrefois dans le générationnel se pérénisaient les idées par les paroles transmises . Paroles humaines .
Aujourd'hui entre les enfants et les parents il y a le virtuel . Espace sans limite , sans repère . Autre forme de communication , de langage , de nourriture . Et de pensée .
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 14:02

[quote="lafanette"]
pascaltruchet a écrit:

Autrefois dans le générationnel se pérénisaient les idées par les paroles transmises . Paroles humaines .
Aujourd'hui entre les enfants et les parents il y a le virtuel . Espace sans limite , sans repère . Autre forme de communication, de langage , de nourriture . Et de pensée .

Que d'amertume! Aujourd'hui, dès qu'une tournante a été identifiée dans une cité, la France entière en est informée dans l'heure. Autrefois, les journalistes en moins, existait le secret des maisons. Je n'ai pas les statistiques d'une époque à l'autre mais à mon avis la violence du désir amoureux ne doit guère changer d'une génération à l'autre.

Ce matin, j'ai reçu à la consultation une mère de famille qui a été battue pendant plus de quinze ans par son mari. Et aussi, ces deux fils dont l'aîné treize ans est à l'IME, débilisé par tout les coups de martinets qu'il a reçu. Cette famille a toujours été suivi par une cohorte de travailleurs sociaux en région parisienne. Depuis un an seulement, le père est déchu de ses droits parentaux et Madame grâce à l'association "femmes battues" a pu être mise au vert, contre son gré, dans notre joli Périgord.
Il viennent chez nous chercher une aide psychologique car, Monsieur a fait appel...
Les enfants rêvent d'une télé et Oh folie! D'une console de jeux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 14:21

rectification Vic, ce n'est pas moi qui ai écrit les phrases citées. Il n'y a qu'à lire la préface au recueil de textes de mes secondes dans laquelle j'implore qu'on cesse d'accuser la tv et autres sms de tous les maux.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 14:26

pascaltruchet a écrit:
rectification Vic, ce n'est pas moi qui ai écrit les phrases citées. Il n'y a qu'à lire la préface au recueil de textes de mes secondes dans laquelle j'implore qu'on cesse d'accuser la tv et autres sms de tous les maux.

Pardon pour le bug. Juste une erreur de manip...C'est effectivement Lafanette qui est citée.
Revenir en haut Aller en bas
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Sans voix   Ven 11 Juil 2008 - 14:42

Merci, Vic, de nous traduire en paroles ton expérience épaisse et percutante d'artificier sommé pour sa vie de conserver des doigts de fée alors que tout dans de telles affaires inciterait à la sueur et aux tremblements.

Venant de lire le fil, dont certains contours sont admirables, je le suis donc en me centrant sur son sujet de départ : "De la parole".

Dans ma pratique, je suis souvent médusé par certains fonctionnements familiaux et institutionnels qui se figent d'une pièce dans le silence, alors point méditatif, mais littéralement chape de plomb. Quinze ans de sévices, dis-tu, et ensuite un père déchu tard, une mère mise au vert contre son gré, un fils de treize ans handicapé par les coups - et tu ne mentionnes encore rien du cadet, menace de révélations et d'angoisses plus lourdes si cela se peut, dans l'avenir.

Que les enfants souhaitent avant tout la télé et les jeux n'est que logique, car en effet, quelle confiance pourraient-ils encore placer dans les jeux de verbe et de silence, au sein du monde où ils ont vécu jusqu'à présent ? On peut imaginer que la parole y fut presque toujours la pire plutôt que la meilleure des choses, tout autant que le silence. Paroles de colère avant les coups, d'amertume ensuite, fausses paroles données, silences complices des assistants sociaux [handicapé par les coups : pas sans traces corporelles], serments de secrets, relations muettes d'emprise, de destruction.

Pour t'avoir un peu lu ici, j'espère que tu auras le temps de rencontrer cette famille, enfin ce qu'il en reste, et de partir du niveau zéro, à commencer par celui qui se trouve au fond de l'homme thérapeute et par lequel il nous faut repasser, souvent, pour trouver la première esquisse d'une communication avec les blessés sans voix. Et ensuite, patient travail d'assortiment des pavages, de les "suivre" comme on dit, ce qui implique bien davantage, comme les contenir, ménager un abri aux vacillements de la petite flamme. J'espère que cette famille aura de son côté le temps de te rencontrer, et qu'elle ne sera pas dispersée au tout vent des placements en foyers et en maisons, avant qu'aucun mot ne puisse être posé, par la vertu d'institutions et de règlements automatiques, officiellement pour le bien de chacun, mais souvent pour la misère de tous.

Tu viens de nous présenter le résultat d'un monde privé de parole, pour lequel paraît s'entrouvrir la possibilité d'une "guérison par la parole". La parole, cet outil qui prolonge l'homme comme les cinq doigts de ses deux mains, afin d'investir le monde.
Revenir en haut Aller en bas
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 15:44

Vic Taurugaux a écrit:


Que d'amertume! Aujourd'hui, dès qu'une tournante a été identifiée dans une cité, la France entière en est informée dans l'heure. Autrefois, les journalistes en moins, existait le secret des maisons. Je n'ai pas les statistiques d'une époque à l'autre mais à mon avis la violence du désir amoureux ne doit guère changer d'une génération à l'autre.

Les enfants rêvent d'une télé et Oh folie! D'une console de jeux...

Plusieurs réflexions Vic .

_ je le suppose aussi : la violence du désir amoureux doit remonter aux premiers matins de l'humanité et n'est pas un phénomène nouveau .
Mais le travail de sociabilisation ( avec l'intégration des limites , des interdits ) permet ( plus ou moins ) à chacun de pouvoir mettre en parole plutôt qu'en acte sa violence . La violence des jeunes est d'une autre souche . J'y entends beaucoup de tristesse , de douleur ,de désarroi .
_ Du secret des maisons on est passé à une surexposition médiatique des faits susceptibles d'être accrocheurs . L' info utilise le voyeurisme , le misèralisme pour nous toucher . Ca été le cas des femmes battues , sujet largement " vendu " , puis reconnu fait de société par tant de battage médiatique . Mais tout n'est pas mauvais dans cette surexposition médiatique , car au final le législateur a dû rendre copie .
_Je ne priverai aucun enfant de console jeux , de tv , de net .
Ce n'est pas le potentiel du moyen qui m'inquiète mais son utilisation .


Dernière édition par lafanette le Ven 11 Juil 2008 - 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91107
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 16:16

Citation :
La parole, cet outil qui prolonge l'homme comme les cinq doigts de ses deux mains, afin d'investir le monde.

Je n'ai pas le temps de relire tout ce fil, mais il m'intéresse et nul doute ; j'y reviendrai bien plus tranquillement dès que possible.
Je relève juste cette phrase qui me semble essentielle, et qui me fait brutalement penser que la perte de la communication, de l'habitude de communiquer, je veux dire, ressemble à une grande pièce vide sans consistance. Une sorte d'isolement intolérable.

Je suis en réapprentissage verbal (franchir le cap des petits détails quotidiens genre "passe moi le sel", pour aller bien plus loin, comme en écriture, par exemple), et je me suis aperçue de la difficulté que cela représente. Je pense soudain à filo qui disait l'autre soir que la concision extrême mène à "il n'y a plus de mot". Ce doit être cela. Réapprendre alors à détailler (merci Diego, c'est entre autres la raison pour laquelle les longues interventions sont précieuses), ne pas hésiter à bifurquer, à revenir, un peu comme parcourir plusieurs chemins à la fois pour revenir à l'avenue principale.

Et puis "le choix des mots". Dire et ne pas dire, dans la liberté de ce que l'on souhaite ou non partager (comme le nudisme, entre autres).

Zut, je n'ai ni le temps ni la tête prête pour étayer davantage, mais j'aurai au moins posé cette première pierre avant d'y revenir plus tard.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 18:02

Peu importe la façon d'exprimer l'amour : l'important c'est qu'il existe.

Débattre entre un "Souffrez que je vous dise, Madame, l'amour infini que j'ai pour vous" et un "je t'M" est moins essentiel que de le penser.
Parfois un regard ou un geste suffit, jeune ou vieux.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: De la parole.   Ven 11 Juil 2008 - 20:46

filo a écrit:

Débattre entre un "Souffrez que je vous dise, Madame, l'amour infini que j'ai pour vous" et un "je t'M" est moins essentiel que de le penser

Faut-il encore le penser , l'éprouver pour l'exprimer .( cf les divers commentaires ici )
Mais en effet l'essentiel c'est de savoir le dire .
En alexandrins , verlan , argot , sms , patois , javanais , jargon , dialectes divers et autres .
Et même en espéranto ( mi amas vin ) , en créole ( mo content toi ) en catalan ( t'estimo ) , en basque ( mi klôa ) , en ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De la parole.   

Revenir en haut Aller en bas
 
De la parole.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» [Dowd, Siobhan] La parole de Fergus
» [Chaudeler, Laurent] Parole de tueur!
» les murs ont la parole
» Suivez Le porte parole des Patriotes Resistants Live Now!!!
» Parole d'évangile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: