Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 ben, coup de gueule, quoi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 10:57

Ça m’énerve ! Et encore je reste polie.
Votre « lucidité » me fout le bourdon. Je me balade dans un tas de fils et de quoi m’aperçois-je ? Que le débat démarre sur n’importe quel sujet, ça dérive presque toujours sur la calamité permanente que nous vivons. Les jeunes, la société, la vie en général, tout est immonde, pourri, dégueulasse et j’en passe.
Et ne venez pas me dire qu’il faut être lucide et que je ne le suis pas ! Je suis tout autant que chacun de vous consciente de l’imperfection de ce monde. Non, je ne suis pas béate, ni aveugle, ni sourde, ni stupide. Je ne suis pas non plus une douce illuminée, ni une autruche. Je ne professe pas la passivité.
Pourtant, quand vous racontez vos vies, c’est plein de jolies choses, de sentiments purs et vrais, d’amitié, d’amour, de compassion, de partage, de beaux et nobles idéaux. Et ça me fait chaud au cœur.
Alors pourquoi ai-je envie si souvent de vous demander : « Mais pourquoi continuer ? Pourquoi ne pas se faire tous sauter le caisson une bonne fois ? Si tout est si moche, et surtout si désespéré ; si rien ne vous fait penser que nous pouvons emprunter le chemin d’un mieux, alors pourquoi s’obstiner ? Pourquoi faites-vous ou avez-vous fait des enfants dans ce monde-là ? C’est dégueulasse pour eux. Vous les avez projetés de force dans un univers de désolation qui empire chaque instant, dont vous pensez pis que pendre. Il eût été plus judicieux de les laisser dans les limbes. C’est ce que j’aurais fait si je regardais le monde avec vos yeux. J’aurais opté (comme certains aborigènes) pour l’extinction de la race.
Vous allez encore me coller dans le groupe des personnes qui préfèrent se voiler la face et dire cui-cui les pti zoziaux. Ce n’est pas vrai, mais je m’en fous si vous pensez ça. C’est mon coup de gueule du jour.
Ce monde est tel qu’il est mais je vis dans ce monde et ce monde est le mien. Et putain, je l’aime ! Comme ces parents qui ont un sale môme qui ne fait que des conneries mais à qui, par amour, ils donnent toujours et encore une nouvelle chance.
Allez-y, défoulez-vous Wink

Romane, s’il te plaît, ne m’en veux pas, c’est sorti tout seul.
Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 12:09

Farouche, c'est un joli coup de gueule et je le partage tout à fait.

Oui ce monde est con, moche, plein d'atrocités, d'injustices et que sais-je d'autre. Mais, en ce qui me concerne, je remercie chaque fois que je peux mes parents de m'avoir donné la vie.
Je me dis aussi que j'ai une putain de chance d'être vivante, d'avoir une bonne santé (y compris les petits aléas pas graves qui m'arrivent), d'avoir un toit sur ma tête, un boulot pour le payer, un mec pour s'occuper de moi (quoique ce soit souvent l'inverse AngeR !), des gamines pour m'occuper le soir, des parents, des amis, des voisins, des éclats de rires, du soleil pour bronzer, de la pluie pour avoir de l'eau dans les jardinières...*
Relativisons. Comme dit un proverbe africain : "si tu avances, tu meurs ; si tu recules, tu meurs aussi. Alors pourquoi reculer ?".

Je suis viscéralement optimiste et passionnément positive. Alors, Farouche, bravo pour ce coup de gueule (et tant pis pour les pessimistes, toc !).

(En même temps, j'ai une grosse pensée pour tous ceux pour qui c'est vraiment dur en ce moment, que ce soit au niveau santé, famille, boulot... A côté de ces grands blessés de la vie, moi je m'écrase en me disant que je suis une sacrée chanceuse et que mes petits bobos ne sont rien du tout).

Bisous les LUs
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 12:25

Moi je pense qu'il faut être en colère, qu'il faut être vigilant, qu'il faut manifester, qu'il faut se révolter, le dire, l'écrire... et qu'il faut dans le même temps, à chaque même page, célébrer, faire s'élever, louer le seigneur ouh merde c'est la Ingrid qui me contamine, louer les forces vitales, le feu pas sacré du tout justement. Bref, être dans le paradoxal et la contradiction qui est au coeur de l'humanité.
Revenir en haut Aller en bas
Laety

avatar

Nombre de messages : 1168
Age : 37
Localisation : A l'ouest
Date d'inscription : 19/09/2006

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 12:26

Ce n'est pas parce qu'on a de la chance, qu'on a une vie convenable qu'on ne doit pas penser à toutes les personnes en souffrance. Ce n'est pas parce qu'on a à manger dans nos assiettes qu'on ne doit pas se battre pour que tout le monde puisse manger à sa fin... Je ne vais pas m'étendre, mais des coups de gueule pour des choses qui en valent la peine, on peut en faire tous les jours et certains ici, en dénonçant des méfaits de la société ou autre, se battent réellement pour des sujets qui leur tiennent à coeur et ça je trouve ça admirable.

Moi, ce qui me révolte ce sont les personnes qui émettent des jugements sur les "autres" et en l'occurrence ce genre de phrase:
Farouche a écrit:
C’est ce que j’aurais fait si je regardais le monde avec vos yeux. J’aurais opté (comme certains aborigènes) pour l’extinction de la race.
Mr.Red

me débecte et me fatigue!
Revenir en haut Aller en bas
Lilylalibelle

avatar

Nombre de messages : 867
Age : 42
Localisation : Bretagne
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 12:39

Laety, je suis d'accord avec toi, mais positiver (ou relativiser, serait plus juste) ne veut pas dire qu'on ne se bagarre pas contre les mochetés.

Je ne pense pas que Farouche ait voulu juger, mais plutôt qu'elle ait fait part d'une incompréhension quant à l'incohérence de l'attitude des gens "pessimistes" et qui continuent quand même à vivre.
Moi ce qui m'énerve souvent, ce sont les gens qui passent leur temps à se plaindre alors que leurs malheurs sont des clopinettes par rapport à ceux qui souffrent vraiment. Je trouve que les mochetés qu'on voit dans le monde devraient nous apprendre l'humilité et justement relativiser nos propres bleus, tout en se battant pour que ces mochetés reculent, le plus possible.
Ce qui me gonfle aussi souvent, c'est le "ah mais tout fout le camp, ma pov'dame" systématique de certaines personnes que je côtoie tous les jours (et alors que ces personnes n'ont vraiment rien pour se plaindre).
Revenir en haut Aller en bas
http://espacedudehors.wordpress.com
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 12:55

Intervention digne de mes "coups de gueule".

Ainsi donc je ne suis pas la seule à ramer à contre courant, en gardant malgré les vicissitudes de la vie, l'espérance chevillée au corps...témoignage pour ceux qui m'entourent, pour les jeunes qui me parlent, et pour mon propre équilibre bien sûr.

Jamais je ne pourrai me taire :
" une petite colère de maman !" disent mes fils en riant.
ou
" Maman, tu as dû intervenir, tu n'as pas pu te taire..."
Ils savent que rien ne peut endiguer les mots qui cherchent à se faire entendre.

L'être se construit à longueur de vie, parfois, certains ont trop le nez dans le cambouis pour voir et comprendre leur participation à la noirceur du monde, aveuglement qui risque de les conduire à l'auto destruction, entraînant à leur suite ceux qui leur sont chers.
Attention, je n'ai pas dit que je ne contribue pas moi même à cette noirceur, puisque je suis de ce monde. J'essaie en général de limiter les dégâts, et je n'interviens que lorsque je suis sûre de ce que j'avance en me gardant d'humilier qui que ce soit même mes détracteurs-pas facile-

Face à l'aveuglement, je n'ai trouvé que la parole, l'ouïe ne souffre pas de défaillance, même si le mental est libre ensuite d'interpréter les mots à sa convenance, libre de les rejeter.

On peut me qualifier de "gentille", mais ce que l'on pense de moi n'a pas d'importance. La parole dérange, mais elle peut aussi aider, en la donnant on se met en danger, mais si elle peut guider une personne ou faire bouger une situation intolérable il faut avoir le courage de l'engager, et aller au bout de cet engagement.

Je ne me prends pas pour plus sage qu'un(e) autre, je vois simplement où j'en suis, et j'ai encore une très longue route à parcourir pour comprendre mieux les hommes et moi même...et comme je ne veux pas mourir idiote, ni à moitié idiote j'ai de quoi m'occuper jusqu'à un âge très avancé !

J'aime ce monde aussi, et il y naît toujours des enfants...alors pour eux, des voix doivent s'élever au quotidien, afin qu'ils ne soient pas contraints d'attendre la lecture de certains auteurs, ou l'étude des philosophes pour découvrir un sens à la vie.

Plein de choses à dire sur ce sujet...mais j'ai quelques petits ajustements à réaliser en ce moment dans ma propre vie.

Alors, bonne journée à vous tous.

PS : C'est parole contre parole, comment reconnaître la plus juste ?
Regarder les résultats ; la façon dont certaines personnes font face, non pas en restant dignes mais en demeurant aimants et joyeux encore et encore...
Revenir en haut Aller en bas
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Yin Yang Yin Yang   Ven 11 Juil 2008 - 14:03

D'accord avec toutes et tous, Diego, et en particulier avec la formulation courte de pascaltruchet. Oui, paradoxe, voilà un bon mot pour qualifier ce qui nous arrive à tous, et dans différents domaines de notre vie.

Pour ma part j'hésite toujours entre repli et engagement. Si je tourne la tête et regarde ma vie, je la vois littéralement labourée par les suites d'engagements successifs, que je ne renie pas, dans l'humanitaire par exemple, qui ont constitué à la fois des temps forts et des occasions perdues, pour le meilleur et pour le pire. Il y a eu d'autres périodes où je marquais une pause, misanthrope quasi mélancolique, cherchant avant tout à me soustraire à tout le négatif du monde, par besoin de tranquillité et de bonheur. Il se trouve que ma vie fut comme cela, et je me garderais bien de la donner en exemple à qui que ce soit, et aussi bien en contre-exemple. Une multitude de facteurs ont pu "me" faire comme cela, si tant est qu'on investisse l'ego en tant que réalité particulaire, avec un style de nage qui fut celui-là, lié à des moments, des époques, et surtout, des personnes, leurs idées, et les modèles que j'ai cru saisir au travers de cela.

La génération cocooning, années 1980-1990, a pratiqué avec bonheur le repli et l'indifférence au monde extérieur, ai-je trouvé, et je reconnais que je porte sur ce processus - et non sur cette génération et les individus innombrables qui la composent - un regard assez critique. Car c'est pendant le même temps que s'est installée une qualité particulière de silence au sein des sociétés civiles occidentales. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes, semblait-on mouliner dans les nuages, pour autant qu'on puisse conserver un statu quo. La fin de la guerre froide, divine surprise, succédant à la glasnost de Gorbatchev, paraissait de bon augure. Le système économique tournait à plein régime et il y avait un monde à construire. Le modèle libéral, par opposition au dirigisme étatique sur le modèle soviétique ou cartellaire, paraissait un bon compromis. Sa forme et son style, d'ailleurs, s'harmonisaient bien avec ceux de notre société, tiédeur des foyers, confiance dans le monde. Il n'y avait vraiment pas de quoi se prendre la tête. Il aurait fallu être paranoïaque pour lancer des coups de gueule. Contre quoi nous serions-nous insurgés, alors que tout suivait son bonhomme de chemin ?

Eh bien tout cela a changé. Lorsqu'on se penche sur le passé on en retrouve les prémisses surtout dès le début des années 1990, mais il serait bien naïf de s'en tenir là : il s'agit d'un processus long et complexe, aboutissement de milliards de décisions souvent minimes, dont les racines seraient à trouver dans la construction de notre culture tout au long du XXe siècle au moins. Et du XIXe avec le début de l'ère industrielle et l'abolition de la libre pâture. Bref.

Certains adhèrent à la thèse du complot, ourdie par une minorité de milliardaires crocodiles contre tous. D'autres, comme moi, voient plutôt le phénomène comme l'émergence d'un long cheminement collectif, inconscient, irresponsable et incoupable au sens traditionnel, judéo-chrétien du terme.

Les faits sont là. L'aide au développement n'a cessé de diminuer. Le nombre des exclus n'a cessé d'augmenter. La polarisation des revenus a explosé [pauvres de plus en plus pauvres, riches de plus en plus riches, et au milieu de moins en moins]. La dure loi économique, un credo appliqué littéralement et aveuglément dans presque tous les cas, a pris le pas sur le politique. Cela fait des morts. Combien ? Incomptables. Beaucoup, en tout cas. Regardez l'industrie pharmaceutique Novartis, qui produit les antirétroviraux contre le VIH. L'Inde a ses millions et millions de séropositifs et de sidéens. Les produits de Novartis sont absolument hors de portée pour ce pays. L'Inde se met à en produire sous forme générique, pour usage intérieur - et non afin de concurrencer Novartis sur le marché international. Novartis engage immédiatement un procès, met en branle toutes les représailles qui sont à sa portée. L'industriel veut faire rendre gorge à l'état indien, le faire cracher au bassinet comme tout le monde. Le fait que le rationnement subséquent en antirétroviraux provoquera des millions de morts prématurées ne compte absolument pas. Il est question de principes : les principes néolibéraux, requins contre lapinots.

Mais il y a eu coups de gueule. Entre beaucoup d'autres celui de Médecins sans frontières chère à mon coeur. Une association, justement, dont l'un des objectifs depuis ces années où la loi du commerce l'a emporté sur celle de l'humain, est justement de lutter par tous les moyens pour que les malades du monde entier puissent avoir accès aux médicaments nécessaires pour les traiter. Le procès a été remporté. Novartis a perdu. Des actionnaires ont certainement dû se serrer la ceinture côté soupe au caviar. Tandis que là-bas des Indiens conservent leur sourire, continuent de respirer, et cherchent pour eux-mêmes et pour leurs proches, tout comme nous autres, la meilleure harmonie possible avec les défis et les bonheurs de l'existence.

On va encore dire qu'Ortiz fait trop long, mon brave, des placards et des placards. Mais il y a un détail, dans les échanges de ces dernières heures, qui pose question : il est dans le titre même de ce fil. Il semble indiquer que les coups de gueule non seulement n'ont pas de substance ("ben, coup de pub, quoi"), mais pire, qu'ils exerceraient une sorte d'effet toxique sur ceux qui y seraient exposés : une invitation à la mélancolie, au pessimisme, à la critique facile, voire une incitation pernicieuse. Le message implicite, tel que je l'ai reçu, serait qu'il vaudrait mieux se taire. Se taire. Pas péter dans le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 14:14

Farouche a écrit:
Votre « lucidité » me fout le bourdon.

Mr.Red

A mon avis, il y a un rapport entre l'intelligence et le pessimisme. Les paranoïaques sont des gens extrémement brillants. Ils réfléchissent tout, calculent tout. Pour eux, seuls les imbéciles sont heureux. Aussi, nos fils discussions qui se veulent sérieux sombrent parfois dans la mélancolie.
Maintenant, ils existent aussi sur Lu des fils marrants, idiots où chacun peut se fendre la bedaine sans non plus se prendre pour un demeuré...
Revenir en haut Aller en bas
patou



Nombre de messages : 5
Date d'inscription : 25/06/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 14:19

Je prends la parole pour la première fois. Je déduis ce que je pense avoir compris du coup de gueule de Farouche :
Ne pas TOUT penser de façon sombre, ne pas voir QUE CELA.

Il me semble que sa revendication est importante. Pour aller de l'avant et aider (pour ceux qui le souhaitent) et s'investir dans ce monde, il est nécessaire de regarder soi-même la vie avec une bonne dose d'optimisme. Ensuite seulement, faire la part des choses, agir.

Nul jugement, un sens des valeurs différents.
Le résultat change-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 15:04

Peut-être, Patou [bonjour, moi c'est Diego], une partie de la question réside-t-elle dans l'impact qu'on laisse donner, en soi, à telle ou telle chose lue ou parlée. En tant qu'humain, je traverse sans cesse toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, au niveau moral, et cela se reflète bien sûr dans mes attitudes, mes gestes, mes paroles et mes écrits.

Lorsque c'est un coup de gueule, ce n'est pas comme dans un album de famille : les photos ne sont pas tout sourire. Mais enfin, la couleur revendicative, noire, ne dure que le temps d'une écriture et de quelques lectures, et le sentiment lui-même, mélancolique si l'on veut, coexiste avec bien d'autres de couleurs plus plaisantes. Je me demande si l'optimisme bien tempéré, pour demeurer optimisme, n'a pas vitalement besoin de ses petites crises et de ses coups de gueule, surtout si ceux-ci sont offerts en partage, comme ici, plutôt que de se transformer en actes Molotovs ou en infractus de cocarde.

Je ne crois donc pas qu'il faille s'abstenir de décrire, à l'occasion, des situations pénibles auxquelles s'associent des pensées tristes puis des actes éventuellement réparateurs. Je ne crois surtout pas, pour autant que l'on ne s'adresse à une audience captive, ce qui n'est pas le cas ici, que quiconque se verrait poussé à la mélancolie par nos petites grimaces sonores - tout le contraire. Je crois au contraire à l'utilité de certains mots et de certaines prises de position aux moments où cela est possible, même si aucun acte positif n'en découle directement.

Les affiches géantes vues les derniers temps, sur les routes le long des zones dites d'activités, qui nous proposent sur trois ou six mètres carrés d' "augmenter notre pouvoir d'achat", et les images roses qu'elles nous présentent, d'une vie de couple et de famille entièrement équipée à la moderne, je ne sais pas vous, mais moi elles me font sourire. Car je ne les vois pas tant comme une intrusion importune, alors que nez sur elles je me trouve emprisonné dans un embouteillage, mais comme une manifestation de la créativité sans borne des publicistes et de leurs phraseurs et de leurs graphistes, tous salariés au lance-pierre, soumis à des relations hiérarchiques pénibles, et désolés de voir, comme vous et moi, le pouvoir d'achat qui s'érode... Tout est dans le regard, en somme, et dans une position intérieure, comme tu le soulignes, qui intègre le noir comme le blanc de la vie.
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 16:01

Je suis tout à fait d'accord avec toi Farouche en ce qui concerne ce qui est dit sur certains fils et la réalité de la vie.
En ce qui me concerne je suis une optimiste forcenée mais avec un regard réaliste sur les choses. Et les gens qui déforment nos aléas politiques/institutionnels/sociaux/culturels pour vomir des extrapolations alarmistes me donnent la gerbe. Alors bien sûr, je dois être complètement stupide puisque je ne suis pas du tout parano... Ou je joue l'autruche ? Je leur laisse (à ces gens) le choix, leur jugement m'indiffére totalement. La seule chose qui m'importe c'est d'apprendre à mes enfants que la vie est une chienne certes, mais les chiens ne sont pas des loups.
Pas de raison de leur faire peur de quelque chose avant même qu'il n'ai commencé à y prendre place.
Bref, je suis d'accord avec Farouche et je comprends que les avis puissent autant différer, encore heureux d'ailleurs !
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 17:51

Je suis d'accord aussi, avec la réserve du paradoxe lancée par Pascal et développée par Diego.

Mais alors, c'est qui qui est contre ? C'est qui les pas bien ? Qui est concerné par ce coup de gueule ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 21:39

Quand la coupe est pleine , elle déborde .
Farouche pousse un coup de gueule et s'en excuse en même temps : contradiction , paradoxe ? . Un coup de gueule c'est ça aussi .
Le bénéfice du coup de gueule est son effet libératoire immédiat . C'est une saine manifestation pour peu que chacun lui rende sa juste place et qu'elle ouvre à la parole .
Je le differencie de la colère froide plus meurtrière qui laisse l'autre sur le carreau .
Que ce monde soit foutu , gangréné jusqu'à la moelle est une idée assez répandue .
Mais comme le constate Farouche , on continue de faire des enfants et ce n'est pas que par instinct de survie .
Peut-être est ce parce que la foi sous ses formes les plus diverses nous anime encore . Toujours .
Foi en des jours meilleurs , à un monde plus beau , à des hommes plus " grands " .
Aujourd'hui notre relation au monde , à la société , à l'autre s'est tant complexifiée que tout est devenu difficile et qu'il nous faut lutter sur tous les fronts .
Mais au fond de nous l'espoir persiste et se nourrit tel un feu de la moindre brindille . Malgre tout nous avons froid souvent .


Dernière édition par lafanette le Sam 12 Juil 2008 - 8:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Scapinocchio de la Mancha

avatar

Nombre de messages : 1708
Localisation : Gallardon
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 22:57

Quoi ! On ne pourrait pas être heureux et en colère à la fois ? On devrait se satisfaire de nos petits bonheurs quotidiens et, sous ce prétexte, ne pas pousser de coups de gueules en réplique à toutes les injustices et toutes les misères que notre société produit ? On ne devrait pas s'insurger sous le prétexte qu'il fait bon le matin marcher dans l'herbe humide de rosée en se disant que la journée qui commence va être une magnifique journée.
Bien sûr qu'il y a de la place sur ce forum pour s'esbaudir à la douceur angevine chère à Du Bellay !
N'empêche ! Qu'il serait triste ce forum - et combien inutile - si nous nous contentions de chanter le ciel bleu, l'amour et les petits oiseaux.

Henri Bertaud du Chazaud, dans son excellent "Dictionnaire de synonymes et mots de sens voisin" associe "égoïsme" et "indifférence".

Alors oui ! Poussons des coups de gueule à s'en faire péter le clavier, foutons des coups de pieds dans la fourmilière à se mettre en sang les arpions ! Dénonçons ! Provoquons ! Bousculons ! Dérangeons !
Toujours soyons insatisfaits ! Et toujours en colère !

Tant que je serai un homme en colère je serai un homme libre !
Donc heureux !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Revenir en haut Aller en bas
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 23:18

Scapinocchio de la Mancha a écrit:


Tant que je serai un homme en colère je serai un homme libre !
Donc heureux !

euh ?
Illusion ?
" l'homme est né libre et pourtant il est dans les fers " J.J. Rousseau

La colère peut-elle nous libérer de nos fers ?
Revenir en haut Aller en bas
Scapinocchio de la Mancha

avatar

Nombre de messages : 1708
Localisation : Gallardon
Date d'inscription : 21/10/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Ven 11 Juil 2008 - 23:33

On pourrait réunir ce fil et celui-ci :

http://liensutiles.forumactif.com/societe-f51/lois-anti-terroristes-t15227.htm

Le même débat y est mené.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.
Revenir en haut Aller en bas
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 0:06

Scapinocchio de la Mancha a écrit:
On pourrait réunir ce fil et celui-ci :

http://liensutiles.forumactif.com/societe-f51/lois-anti-terroristes-t15227.htm

Le même débat y est mené.

Peut-être qu'à creuser l'idée sur tous les fronts et ensemble , le rocher deviendra moins lourd à pousser et les fers moins blessants ...
Revenir en haut Aller en bas
Diego Ortiz

avatar

Nombre de messages : 530
Age : 60
Date d'inscription : 07/04/2008

MessageSujet: Charybde annule parfois Scylla   Sam 12 Juil 2008 - 0:26

Oui, la jonction des deux fils me paraît de nature à éviter d'inutiles mises en abyme et figures de miroir qui auraient l'air de figer des postures antagonistes alors que pour le fond nous sommes assez d'accord et que l'enjeu de cette discussion consiste surtout à explorer les points communs et les synergies.
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 0:42

Je ne suis pas pour rassembler ces deux fils.
Chacun a un sujet, et efforçons-nous de rester respectivement autour.
Le coup de gueule de Jean mérite quelque débat spécifique, il a dévié autour de Jean lui-même, pour dévier encore vers celui-ci.
C'est donc ici désormais qu'il serait bon de continuer le hors-sujet qui n'en sera donc plus un.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lafanette

avatar

Nombre de messages : 168
Date d'inscription : 11/06/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 1:16

filo a écrit:
Je ne suis pas pour rassembler ces deux fils.
Chacun a un sujet, et efforçons-nous de rester respectivement autour.
Le coup de gueule de Jean mérite quelque débat spécifique, il a dévié autour de Jean lui-même, pour dévier encore vers celui-ci.
C'est donc ici désormais qu'il serait bon de continuer le hors-sujet qui n'en sera donc plus un.

hum ..les positionnements deviennent un peu trop directifs à mon goût .Il doit me manquer le son et l'image ....
Et puis comment un débat peut-il "dévier autour de " , cela se nommerait plutôt par " tourner autour " ?
Pour ma part je le redis ce qui me tient à coeur ici c'est de creuser les idées et pas nécessairement d'avancer les miennes car on passerait vite alors dans la stigmatisation ...


Dernière édition par lafanette le Sam 12 Juil 2008 - 8:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 2:00

J'ai lu avec beaucoup d'attention toutes vos réponses et vous en remercie.

Citation :
Moi, ce qui me révolte ce sont les personnes qui émettent des jugements sur les "autres" et en l'occurrence ce genre de phrase:
Farouche a écrit:
C’est ce que j’aurais fait si je regardais le monde avec vos yeux. J’aurais opté (comme certains aborigènes) pour l’extinction de la race.
Mr.Red


me débecte et me fatigue!
Laetyben, si tu as pensé que je vous jugeais, c'est sans doute que je me suis mal exprimée. Je voulais seulement donner mon opinion. (Mais ce smiley rouge qui sourit ne figurait pas dans mon post ! Et ça donne un côté moqueur à la phrase qui n'existait pas auparavant.)

Merci à Lilylalibelle de l'avoir compris :
Citation :
Je ne pense pas que Farouche ait voulu juger, mais plutôt qu'elle ait fait part d'une incompréhension quant à l'incohérence de l'attitude des gens "pessimistes" et qui continuent quand même à vivre.

Pascal a dit :
Citation :
Moi je pense qu'il faut être en colère, qu'il faut être vigilant, qu'il faut manifester, qu'il faut se révolter, le dire, l'écrire... et qu'il faut dans le même temps, à chaque même page, célébrer, faire s'élever, louer le seigneur ouh merde c'est la Ingrid qui me contamine, louer les forces vitales, le feu pas sacré du tout justement. Bref, être dans le paradoxal et la contradiction qui est au coeur de l'humanité.
Mais oui ! Jamais je n'ai dit qu'il fallait taire les choses. Et oui encore pour les paradoxes qui nous font humains.

Scapinocchio, jamais je n'ai émis l'idée que le forum devrait être dédié exclusivement aux herbes humides de rosée sous le soleil !

Il n'est pas là mon coup de gueule. Si je m'insurge, ce n'est que contre le désespoir qui transparaît trop souvent à mon goût dans vos mots. Comme si c'était foutu. Comme si justement il ne servait donc plus à rien de se battre. Comme si vos colères étaient renoncement, résignation.
Les fils "coup de gueule" sont là pour exprimer vos colères, vos désillusions etc... ce n'est pas de ceux-là que je parlais mais de ceux où d'une interrogation "neutre" on arrive à "vomir des extrapolations alarmistes" comme le dit Bloody.

Vous me croyez, pour certains d'entre vous (ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit) insensible aux malheurs de ce monde ? Vous croyez que je préfère dormir sur mon petit bonheur sans me préoccuper de ceux qui souffrent ? Que je reste indifférente aux injustices, aux exactions et à toutes les horreurs ? C'est que vous ne me connaissez pas.
Je ne puis vous transmettre en quelques lignes la totalité de ma philosophie de vie ou de la spiritualité qui l'anime (je n'ai pas parlé de religion, merci de ne pas faire d'amalgame). Mais je peux vous dire que le désespoir n'y tient aucune place.
Je suis comme vous : je vois ce monde en décadence, une civilisation proche de sa chute, des fossés qui à force de se creuser vont devenir des cratères. Mais au bout, ce n'est pas l'apocalypse que j'envisage. Ou plutôt si, mais dans son sens étymologique (en grec : révélation) et avec elle, l'espoir de voir émerger une nouvelle civilisation, meilleure, plus éclairée, plus juste et tout et tout.
Alors, pour ça, oui, traitez-moi d'illuminée si vous voulez, je le revendique même.
Je sais bien que la plupart d'entre vous n'accorderont aucun crédit à cette éventualité et penseront "elle est mignonne la petite avec ses utopies".
Continuez à gueuler, à manifester, à pointer du mot tout ce qu'il faudrait changer ou faire disparaître. Oui, c'est nécessaire, et oui, c'est utile pour de multiples raisons personnelles ou générales.
Mais de grâce, espérez !

Je vous aime bien, les LUs Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
caramelle

avatar

Nombre de messages : 254
Age : 49
Localisation : près de mes chats
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 10:49

Je crois que c'est la passion qui doit animer les gens, pas la colère, ce n'est pas du tout pareil....Moi, quand je suis en colère, je blesse systématiquement quelqu'un, quel intérêt au final ?

Je suis d'accord avec toi farouche et je ne ne traiterai pas d'illuminée, n'aies crainte, sinon ce serait me frapper moi-même... et je ne suis pas maso mdr
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 11:13

"Je crois que c'est la passion qui doit animer les gens, pas la colère "
[citation de Caramelle]
Oui Caramelle ; reconnaître sa colère, ne pas la condamner, voir en nous ce qui est touché, utiliser l' énergie de la colère à bon escient non pour blesser en retour, mais pour remédier à ce qui l'a provoquée dans la mesure de nos possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9740
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   Sam 12 Juil 2008 - 16:14

J'ai tout lu!
Je crois Farouche que nos gueulantes sont non des crises de désespoir mais au contraire un espoir que ce sera entendu pour éviter le plantage grave vers lequel on nous fait courrir.
Si on ne croyait pas en la vie, on se tairait, par indifférence, egoïsme, lassitude. Si on ne croyait pas que ça peut changer, on baisserait les bras.

Moi aussi j'aime bien les petits (et les gros) oiseaux. Alors comme j'aime les oiseaux, je m'élève contre ce qui peut leur nuire. Je chante avec les oiseaux et je gueule contre ceux qui leur veulent du mal,ca n'a rien de paradoxal.
Je me lève le matin sans me demander ce que vais donner à manger à mes gosses, je sors dans la rue sans craindre de prendre une bombe sur la tête, c'est plutôt agéable, alors je gueule pour que cette vie, tout le monde y ai droit.
Une vie simple, une vie quoi! Cette vie qui "ne vaut rien, mais rien ne la vaut", si moi je peux la vivre, pourquoi pas d'autres? Alors je gueule pour qu'ils l'aient aussi.
Je tiens à ma liberté, je gueule contre tout ce qui y porte atteinte...
Et ce n'est pas exhaustif!
Alors oui, et que ceux qui ne sont pas d'ac me corrigent, si nous gueulons, c'est parce qu'on refuse le désespoir de l'inéluctable qu'on veut nous imposer, c'est un cri d'ESPOIR! que c'est possible que ça aille mieux!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ben, coup de gueule, quoi   

Revenir en haut Aller en bas
 
ben, coup de gueule, quoi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Coup de gueule] - Ortographe, informatique, lettrage...
» Hors sujet absolu, mais vrai coup de gueule...
» [Coup de gueule] TaVulesprix.com
» Coup de gueule pourquoi tant de gens malhonnêtes
» Immigration : Coup de Gueule Contre Les Insanités de Fabienne Sintes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Coup de Gueule!-
Sauter vers: