Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Science, un des principaux mythes de notre Société

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vic Taurugaux



Nombre de messages : 4816
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   Mar 14 Oct 2008 - 14:26

chinois
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   Mer 15 Oct 2008 - 14:25

Traquer les faux souvenirs, c’est avant tout traquer les fantômes comme dans le film « goshbusters ».
http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&emb=0&aq=f&q=ghostbusters#

En 1972, mourrait mon grand-père maternel. De celui-ci, né en 1900, je peux prétendre désormais qu’il a eu la belle vie. En effet, paysan breton de l’intérieur, il fut réquisitionné comme tout un chacun à la fleur de son âge pour aller jouer sa partition sur le Chemin des Dames. Du fait de sa corpulence importante, chose assez rare chez les bretons de l’époque, il fut versé à l’artillerie plutôt qu’à l’infanterie. Grâce à cette particularité physique hors norme, (1m86, 90 kg) ainsi qu’au sergent recruteur l’ayant décelée, contre toute attente, (on pourrait dire en se référant aujourd’hui aux outils statistiques, un vrai miracle), mon grand-père revint (pratiquement seul) vivant de la boucherie de la guerre 14-18. Sa future femme, qui avait déjà imaginé à son tour prendre les ordres pour vivre conjointement la passion de notre Seigneur Jésus-Christ), dut obéir au recteur de notre paroisse pour prendre pour époux ce seul qui revenait de parmi les morts et qu’on n’attendait plus.
En 1972, déjà communiant, j’assistai donc grâce à lui à mes premiers obsèques. Poilu béni des dieux, son cadavre eut ainsi la chance d'être exposé dans sa maison aux regards de toutes les voisines pleureuses durant la veillée funèbre. C’était l’automne : il faisait froid. En tant que membre de la famille, je crus de bon ton de refermer l’unique fenêtre de sa chambre pour ménager un peu de chaleur à cette généreuse assemblée. Mal m’en pris. Ce sacrilège (refermer la fenêtre) fut vertement corrigé par ma grand-mère qui, maîtresse de maison oblige, dirigeait tout de la cérémonie. Il me fallut donc attendre le retour du cimetière pour savoir que chez les bretons, au moment de la mort, l’âme quitte le corps par la bouche et se fraie, avec plus ou moins de chance (mais aidée dans son envol par la ferveur des prières de son entourage), un chemin vers le paradis. Fermer la fenêtre, c’était donc, à coup sûr, faire obstacle au cheminement de la partie déjà céleste de mon aïeul.
Penser que le corps et l’âme, ce n’est pas la même chose, que leurs destinées ne sont pas les mêmes, m’a été ainsi affectivement légué. Par la suite, mes études de psychomotricien ont relativisé cette vision de l’humain, la dichotomie corps –esprit étant plus un héritage gréco-latin qu’une vérité universelle.

La Science se penche enfin sur ce problème :


Des médecins de 25 hôpitaux britanniques et américains vont étudier 1 500 cas de patients ayant échappé de peu à la mort afin de vérifier si des personnes dont le cœur a cessé de battre ou qui ne présentent aucune activité cérébrale sont susceptibles d’avoir des expériences de “sortie du corps”. Cette étude durera trois ans et sera coordonnée par l’université de Southampton.
Certains patients ayant frôlé la mort affirment en effet avoir vu un tunnel ou une vive lumière, d’autres se souviennent avoir observé le personnel chirurgical depuis le plafond de la salle d’opération.
C’est pourquoi il a été prévu, entre autres, d’installer spécialement des étagères dans les salles de réanimation et d’y placer des images qui ne pourront être vues que depuis le plafond.
“Si l’on peut démontrer que la conscience perdure après la cessation de l’activité cérébrale, cela pourrait éventuellement signifier que la conscience est une entité distincte”, souligne le Dr Sam Parnia, responsable de l’étude. “Il est peu probable que nous ayons beaucoup de cas où cela se produise, mais nous devons avoir l’esprit ouvert. Et, si personne ne voit ces images, cela prouvera qu’il ne s’agit que d’illusions et de faux souvenirs. Il s’agit d’un mystère que nous sommes désormais en mesure de soumettre à l’observation scientifique.” De par son expérience quotidienne de médecin réanimateur, le Dr Parnia avait le sentiment que la science n’avait pas examiné de façon satisfaisante la question des expériences aux frontières de la mort.
“Contrairement à ce que croient la plupart des gens, la mort ne constitue pas un moment spécifique, souligne-t-il. C’est un processus qui s’enclenche lorsque le cœur cesse de battre, que les poumons cessent de respirer et le cerveau de fonctionner – c’est l’état médical que l’on appelle arrêt cardiaque. Durant un arrêt cardiaque, les trois critères de décès sont présents. S’ensuit alors un certain laps de temps, qui peut durer de quelques secondes à plus d’une heure, pendant lequel les interventions médicales d’urgence peuvent réussir à relancer le cœur et à inverser le processus de mort. Ce que ressentent les gens pendant cette période d’arrêt cardiaque offre une fenêtre de compréhension unique sur ce que chacun d’entre nous pourrait éprouver durant le processus de sa propre mort.”
Le Dr Parnia et ses collègues médecins analyseront l’activité cérébrale de 1 500 personnes ayant survécu à un arrêt cardiaque, et chercheront à déterminer si ces personnes peuvent se souvenir des images placées sur les étagères.
Parmi les établissements participant à cette étude figurent l’hôpital d’Addenbrookes, à Cambridge, le University Hospital de Birmingham et l’hôpital Morriston de Swansea, au Royaume-Uni, ainsi que neuf hôpitaux américains.

Courrier international du 25/09/08 Jane Dreeper BBC

A l’heure où l’on parle de plus en plus d’euthanasie, d’accompagnement à la mort, il est heureux qu'une partie du corps médical ne s’acharne plus à sauver coûte que coûte notre peau, mais imagine que la mort fait partie de la vie, qu’elle est un « processus » et que rien scientifiquement prouve pour l’instant que c’est la Fin.
Grâce à ces ambitieux chercheurs, je me demande désormais à mon tour ce qu’il peut bien y avoir sur ces satanées photos…
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   Mer 15 Oct 2008 - 15:40

Elle me parait fort intéressante, cette expérience.
A se demander pourquoi elle n'a pas été tentée plus tôt, parce que le fameux tunnel, ça fait longtemps que des gens en parlent.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   Mer 15 Oct 2008 - 20:55

Il existe un très beau livre : "La Source Noire", de Patrice Van Eersel.
Un livre plutôt très technique, et bourré d'infos médicales entre autres, faisant état de témoignages assez troublants.

La décorporation, personnellement j'y crois et je me garderai ici de raconter ma propre expérience involontaire et violente (dans le sens "très puissante"), car elle est survenue dans un autre contexte, après un choc émotionnel d'il y a peut-être 6 ans.

J'y crois parce que ma mère, qui n'est en rien une illuminée, a vécu semblable expérience sur un lit d'hôpital, alors qu'elle était mourante après une fracture du crâne. Pas de tunnel lumineux, mais une autre manifestation très troublante, qu'elle a longtemps tue, pour ne pas passer pour une cinglée, mais qu'aujourd'hui elle ose dire puisqu'on commence à prendre en considération cette possibilité.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
boc21fr



Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 25/11/2009

MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   Ven 27 Nov 2009 - 4:35

Je ne dirais qu'une chose donner mon sentiment au sujet de la recherche dans le secteur médical en général et en génétique en particulier :

"Celui qui brise une chose pour tenter de la comprendre a quitté la voie de la sagesse"

Soyons clair : je n'ai rien contre le médecin qui cherche à développer des solutions pour guérir des malades, mais je pense que les mobiles réels de la recherche, lorsqu'ils s'appliquent à l'homme, sont d'emblée pervertis.
Il y a dans cette science de l'humain qui cherche à démonter l'homme jusqu'à ses plus petites parties un délire de fan de mécano qui me terrifie :
Un désir de contrôle, de toute puissance, un mépris de tout ce qui fait la dignité d'une vie humaine.
Et bientôt on se posera la question : "Mais qu'est-ce qui fait la dignité d'une vie humaine" ?
Et ensuite on ne se la posera même plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Science, un des principaux mythes de notre Société   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Science, un des principaux mythes de notre Société
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le physique dans notre société.
» Hunger Games ou une façon de remettre en question notre société.
» SSR - Du 7 au 13 avril : Semaine de l'intégration
» Réquisitoire contre Jane Austen
» Tobie Lolness

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Connaissance du Monde :: La Science :: Ethique en rapport avec la Science-
Sauter vers: