Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 39  Suivant
AuteurMessage
Sancho Panza



Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Lun 17 Nov 2008 - 12:18

Gaga
Revenir en haut Aller en bas
Grossomodo
Administrateur


Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 21/04/2005

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Lun 17 Nov 2008 - 12:41

Provoc sexiste ? Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Mar 18 Nov 2008 - 16:22

Algue : N.f.
Valérie Gonzalez est une personne que je ne connais pas. Dans « silence d’algues » http://liensutiles.forumactif.com/vos-recueils-de-poesie-f135/le-recueil-de-valerie-gonzalez-t7767-150.htm elle nous parle de celles qui, (sic) « se laisse(nt) gagner par l’utopie des marées ».

Notre rôle consiste ici à rappeler que :
BOT., gén. au plur. Plante cryptogame, pourvue de chlorophylle, ordinairement aquatique, agame, de texture cellulaire ou filamenteuse, de formes et de couleurs diverses et dont la plus connue est le varech (cf. algologie; voir aussi fucus, goémon)

À mesure que nous avancions au nord et que nous approchions de l'Amérique, nous voyions passer des algues d'une espèce absolument nouvelle pour nous : une boule de la grosseur d'une orange terminait un tuyau de quarante à cinquante pieds de longueur; cette algue ressemblait, mais très en grand, à la tige d'un oignon qui est monté en graine.Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 2, 1797, p. 136.

Quand Jean-François de La Pérouse embarque le 19 novembre 1756, il n’a alors que 15 ans. A Brest, il apprend le combat naval. Il double le cap de ses 18 ans quand, blessé il est prisonnier durant la bataille des Cardinaux au large de Quiberon. Plus précisément dans le travers d’Hoëdic. Question goémon, chacun doit faire ses classes. Plus tard, cet ancien jeune homme nous pourvoira d’une expédition qui verra son terme à Vanikoro, îles Salomon, en 1788.
Prétendre ensuite que les algues auraient une chevelure infinie…
A l’heure où je vous parle, ces mêmes sirènes sont toujours en action. Dernier point sur la course :[url] http://www.vendeeglobe.org/fr/[/url]

Mes hommages donc, à la Valérie.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Mer 19 Nov 2008 - 16:29

Fou. N.m. et adj.
Puis recevrat la lei que nus tenum,
Ki ço vos lodet que cest plait degetuns,
Ne li chalt, sire, de quel mort nus muriuns.
Cunseill d orguill n'est dreiz que a plus munt,
Laissun les fols, as sages nus tenuns.»

Laisse XV de la Chanson de Roland, 1090

C’est dans la première partie de la Chanson de Roland évoquant la trahison de Ganelon, qui mû par la jalousie intrigua avec le roi des Sarrasins pour tuer son neveu Roland, qu’apparaît pour la première fois dans un texte écrit français le mot fol qui deviendra plus tard le mot fou. Issu du latin follis « soufflet pour le feu » et « outre gonflée, ballon » il donna par métaphore ironique en bas latin : « sot, idiot ».

Pour sauver le Roi, accessoirement la Reine, des fous sont donc convoqués en renfort à l’instar des sages. Au contraire du sérieux de la tour qui dictera toujours la ligne droite, le fou propose la diagonale. Cet acte insensé n’est en rien irrationnel, d’ailleurs le Roi ne se trompe pas qui écoute plus volontiers au palais son bouffon Triboulet plutôt que les vaines péroraisons de tout son aréopage de conseillers et de savants. Hors de la sagesse, il existerait donc une voie, bien entendu risquée, comme tous chemins de traverse. Cette variante sur le chemin de Compostelle se dénomme désormais la brèche de Roland. C’est en effet un passage surprenant pour qui, venant de France, au-delà des falaises du cirque de Gavarnie s’engagerait encore plus loin que le Monte Perdido, vers une Espagne que même l’empereur Charlemagne n’imaginait un jour atteindre. Au mépris du bon sens montagnard, face à la trahison qui méprisa toutes règles, ce fou de Roland proposa une autre lecture, ouvrant une brèche dans une barrière, créant alors une autre géographie des relations. Car devinant la passion des hommes, sacrifiant sa vie ainsi que celle de son fidèle Olivier joueur d’olifan, Roland redonna à Charlemagne et le goût de la vengeance et son droit un temps usurpé de Justice.

Ecarter les fous tel Roland pour qui souhaitent prendre coûte que coûte le pouvoir demeure donc un moyen raisonnable pour qui entend un jour gouverner. Devenir calife à la place du calife. Des lieux clos seront nécessaires à l’exercice d’un pouvoir sinon humain, du moins officiel. La prison, le couvent, le bordel et l’asile permettent ainsi d’avoir une représentation polie de la société des hommes. Tenir leurs passions à l’écart, voilà la voie de la sagesse et donc de son corolaire : la déraison.
Dans,[url] http://liensutiles.forumactif.com/psychologie-f54/psychiatrie-et-loi-t15788.htm [/url] Françoisdalayrac, poète et infirmier psychiatrique à ses heures perdues nous propose aujourd’hui la réponse suivante à la question : c’est quoi fou ?
Je ne sais pas. Vraiment, je me demande encore. Je ne connais tant qu'à moi, pour les aider à vivre tous les jours sous le ciel depuis 30 ans, que de êtres en souffrance, parfois intolérable et dont politique, économique et médical s'obstine à ignorer la douleur au nom de magnifiques principes qui ne tiennent pas la route face à la réalité.

Fou? Un mot, que moi je revendique parce que justement il est comme frappé du sceau de l'infamie, parce que ce monde refuse le droit à la folie, le droit à l'expression de sa folie. Van Gogh serait interné et n'aurait jamais rien peint. Savez - vous que de grands psychotiques jadis, exprimaient leur folie dans de véritables oeuvres d'art? Certains eurent du génie. On commence à s'en apercevoir. Aujourd'hui, OBLIGATION de normalité. Voilà.


Aujourd’hui donc, pour des impératifs dits économiques, Monsieur Sarkozy aidé du docteur Coutanceau souhaite croiser les fichiers des psychiatres avec ceux des policiers. Madame Rachida Dati n’y voit là aucune objection. Il est entendu désormais que le fou est dangereux.
L’hôpital des fous a donc des beaux jours devant lui.

On sait bien que le XVIIème a créé de vastes maisons d’internements ; on sait mal que plus d’un habitant sur cent de la ville de Paris s’y est trouvé enfermé
Michel Foucault : histoire de la folie à l’âge classique.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Jeu 20 Nov 2008 - 15:17

Signature : N.f.

En 1660 « réunion de petits rubans placés entre les feuillets d'un bréviaire pour marquer les endroits qu'on veut retrouver » (OUDIN Fr.-Esp.)

De nos jours : Inscription du nom (d’une personne) sous une forme particulière et constante pour affirmer l’exactitude, la sincérité d’un écrit ou en assumer la responsabilité.

− Au fig. Ensemble de traits caractéristiques et reconnaissables permettant d'attribuer quelque chose à quelque chose ou à quelqu'un.
Je craignais que l'on pût lire sur mon visage les signatures éclatantes du plaisir, en ombres sous mes yeux, en relief sur ma bouche, en tremblements (SAGAN, Bonjour tristesse, 1954)



Quelques exemples de signatures :

Alejandro
Y a-t-il une vie avant la mort ?
--------------------------------------------------------------------
A quoi sert la sagesse dans un monde qui court vers la folie? (Blueberry)
---------------------------------------------------------------------
Les conditions de la chose font partie de la chose.
(entendu sur le tournage d'un documentaire)

Alf
Quid novi ?

Alizée
Les sources naissent des pierres.
Elles ont dans l'herbe,
Le goût des framboises.
J.C. Renard

Almalo
Un jour après l'autre.

Aristarque
J'aime à faire vagabonder les mots en toute liberté J.Prevert

Barbell
"D'OH" ....

Batymo
Chaque journée qui passe est une journée de plus en moins.
bertrand-mogendre
là où le vent se pose, je m'installe un moment.

Boudufle
Suis en retard...en retard!!!

Filo
Les fêlés sont précieux car ils laissent passer la lumière

Gérard FEYFANT
Vau mai peta en companhiá que creva solet.

ian_urtab
je surnage dans un aquarium de restaurant ///qui va me prendre dans son assiette ?
comment me fera-t-il préparer ? ///et pourquoi pas toi ? et pourquoi pas cru ?

Jayshree
La joie réside dans le coffre de la compréhension et de la
tolérance… Sachons donc l’en sortir...

Laconfiture
Mon coeur te crache étoile
incomparable angoisse
je me ris mais j'ai froid.

Georges Bataille.

Lapinos
Il n'y a pas de problème qu'une absence de solution ne finisse par résoudre !!!

LylaTsB
A pas de fourmis....

Lison
On s'en promet...hein les filles!!!

Lucius
C'est au pied du mur qu'on mange des merles

Meley
On a pas la vie qu'on mérite, mais on mérite de vivre celle qu'on a..."
Vilmos

Mihou
Ce qui caractérise notre époque, c'est la crainte d'avoir l'air bête en décernant une louange, et la certitude d'avoir l'air intelligent en décernant un blâme.
Jean Cocteau

Nilo
"... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche"
Léo Ferré, La vie d'artiste.

Novocaïne
«Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire.»A .Einstein
"Mieux vaut faire semblant d'être con et avoir la paix que de faire semblant d'avoir la paix et être con."

Piero
"Le seul moyen de sauver l’existence de l’épichérème est d’y voir une espèce d’enthymème."
Dictionnaire de rhétorique

Romane
"Bonjour je suis Romane alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."

Ronronladouceur
Microscope,
télescope,
incommensurabloscope.

Scapinocchio de la Mancha
Imprimé par nos soins. Ne pas jeter sur la voie publique.

Vic Taurugaux
L'aurore s'allume,
L'ombre épaisse fuit;
Le rêve et la brume
Vont où va la nuit.

Vilain
j'ai lu pas mal de conneries dans ma vie. Maintenant j'en écris !

ZAZA 54
C'est ainsi que je veux écrire. Avec autant d'espace autour de peu de mots. Je hais l'excès de mots. Je voudrais n'écrire que des mots insérés organiquement dans un grand silence, et non des mots qui ne sont là que pour dominer et déchirer le silence. En réalité, les mots doivent accentuer le silence. »
Etty Hillesum
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Jeu 20 Nov 2008 - 15:23

Inattendue, celle-là. chinois

Ça me fait penser que ma première signature était celle-ci :
"La pensée est une apparition provisoire de l'infini" (Alessandro Baricco)

elle fut remplacée un jour de délire sur LU, et quand j'ai voulu la changer pour remettre l'autre, le sieur Vilain m'a fait un esclandre.
Ce qu'il ne faut pas faire, pour faire plaisir à ses potes !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Jeu 20 Nov 2008 - 19:55

Homme : N.m.
Définir ce substantif, oblige à décrire l’auteur même de cette définition.

Ainsi, qu’on parle d’une voix de femme :[url] http://www.youtube.com/watch?v=PF9VitjfdII&NR=1[/url]
Ou qu’on parle d’une voix d’homme : http://www.youtube.com/watch?v=Wb_4tQ90Muk
Tessitures et points de vue renseignent autant sur le sens du mot que sur la personne qui l’emploie.

Générique, le mot homme (homo, comme dans Ecce Homo) désigne à la fois les hommes et les femmes. Seule, la racine latine vir que l’on retrouve dans virilité rend compte des mâles de notre espèce. Or, curieusement, nos institutions qui ont toujours causé couramment le latin, se sont montrées à ce point sexistes qu’elles ignorèrent jusqu’à très peu que les femmes faisaient également partie du monde des hommes. L’amertume exprimée par les féministes face à cet « oubli » rend bien compte de la confusion possible entre genre et espèce. Toute l’espèce humaine n’est pas composée que d’hommes même si le terme générique homme s’applique à l’ensemble des humains.

De nombreuses ethnies découvertes pas les ethnologues emploient d’ailleurs dans leur langage ce même mot pour se désigner ignorant que l’espèce humaine s’étenderait au-delà de leur tribu. Ainsi des Inuits « hommes » en Inuit, qui utilisent ce terme pour se différencier des ours et des phoques.

L’égocentrisme qui fonde l’anthropocentrisme et l’ethnocentrisme se retrouve ainsi dans la langue qui peine à parler de l’Autre, cette partie inconnue de soi-même. Le mot homme ayant pour fonction de tout expliquer de nous jusqu’au mystère des femmes, voire des étrangers.
Le Grand Orient de France qui depuis le siècle des Lumières permet des avancées considérables dans la pensée française et influence positivement nos politiques en matière de vote des femmes, d’IVG, de contraceptions, qui lutte pour la parité en politique, a beaucoup de mal actuellement à admettre des femmes à l’intérieur de ses loges.

L’absence de représentation de nos compagnes dans le mot homme fait donc que de nos jours encore, celles-ci demeurent souvent à nos yeux plus un problème qu’une solution. Si cette idée n’était que masculine, le mal ne serait pas trop profond. Malheureusement, cette façon de voir gangrène également bien des esprits féminins.
Pourtant, depuis toujours les femmes ont réellement porté leurs hommes dans leur peau, que ce soit leurs garçons ou précédemment une simple partie anatomique de leurs pères. Mais imaginer qu’enfin un jour les hommes puissent vivre d’amour demeure pour beaucoup d’entre nous (hommes et femmes confondus) une vision de ce mot impossible à rêver.

http://liensutiles.forumactif.com/vos-recueils-de-poesie-f135/le-recueil-de-romane-t7681-600.htm
Homme
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Jeu 20 Nov 2008 - 21:45

chinois Laughing Cet homme-là, où va-t-il chercher tout ça...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 22 Nov 2008 - 13:19

Toc :
1 Onomatopée :
Le loup ne fut pas longtemps à arriver à la maison de Mère-grand, il heurte :
-Toc, toc !
–Qui est là ?
(Charles Perrault, « Le petit Chaperon Rouge »).

Maigre indice pour savoir qui cogne à votre porte, le redoublement du toc sert également de nos jours à désigner la part d’incertitude contenue dans les boites crâniennes.
« Son voisin nous fit un clin d’œil et se toucha le front. « Il est toc toc ! » : dit-il entre ses dents.
(S. de Beauvoir, La force de l’âge).

2 Par un léger glissement sémantique, toc devient ainsi un nom masculin et un adjectif invariable. Nom, c’est un objet faux, imitation d’une chose précieuse qui se révèle à l’examen n’être que de la camelote. Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, ne se trompait jamais sur la véritable valeur des bijoux à dérober, des femmes à détrousser.
Adjectif, il s’oppose à chic et qualifie quelque chose ou quelqu’un de faux et prétentieux, de ridicule. Il donne dans ce sens le mot tocard.
Toc dissimule ou révèle donc une identité qui peut s’avérer fausse. Qui est derrière la porte, la petite fille ou le loup ? La grand-mère est bien en peine d’y répondre, mais vous connaissez comme moi la sottise des vieilles gens : elles refilent tout à la fois mots de passe et codes secrets :
-Tire la chevillette et la bobinette cherra !

La complexité des mécanismes produisent des bruits apparemment simples mais qui prennent à l’oreille des sens différents. Ainsi, le tic-tac de votre pendule vous renseigne sur le fait que le temps s’écoule inexorablement à l’intérieur de votre logis. Par contre, véritable bijou d’horlogerie, une montre à toc, en anglais : toc watch, est une montre à répétition dans laquelle le marteau de sonnerie frappe directement et sourdement sur le boîtier. Elle fut imaginée par Julien Le Roy vers 1750.
Courir après le temps, durant ces longues plages ponctuées par les tocs de votre propre sonnerie, oblige à bien des efforts.
En Marine, courir à toc de voiles, louvoyer à toc de toiles, consiste à « faire route vers un point dont on parle, en forçant de voiles autant que possible`` (BONN.-PARIS 1859)
Et sur le dos rapide de la houle,
Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle (T.CORBIERE, Amours jaunes, 1873)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Tristan_Corbi%C3%A8re

Ainsi, ces jeunes gens, « plus sourds que les cerveaux d’enfants » courant les océans pour on ne sait quelles chimères peuvent être qualifiés d’un peu toc toc, drôles de lapins angoissés à l’oeil rose continuellement fixés à leur montre et criant à la petite fille qu’ils ne seront jamais : « Je suis en retard, en retard ! En retard !»

Munis de ce point de négation en guise d’amer, ils lèvent pourtant les amarres vers des terra incognita, nous abandonnant nos fleuves qu’ils imaginent impassibles.
"moi compatir ? mais je suis mi éveillé ! tu vois ton horloge ? voilà sorcière !
je t'ai tué. je l'ai pas fait exprès... ressuscite !"
(ian_urtab point de négation ( ) ¶) [url]in http://liensutiles.forumactif.com/vos-recueils-de-poesie-f135/point-de-negation--t15480.htm[/url]

3 Toc : Acronyme psychiatrique mis pour trouble obsessionnel compulsif.
Ici, les objets obsédants (peurs d’avoir des comportements aberrants) sont combattus par des actes absurdes, rites, pensées magiques, ruminations intellectuelles, tourner la clé cent fois dans la serrure etc…
Qui se cache donc derrière la porte : ma petite fille ou la peur que j’en ai?

Laissons donc le soin au spécialiste du chapeau nous faire la leçon :

Le Chapelier [...] se contenta de demander :
« Pourquoi est-ce qu'un corbeau ressemble à un bureau ? »
« Je crois que je peux deviner cela », ajouta-t-elle à haute voix.
« Veux-tu dire que tu penses pouvoir trouver la réponse ? demanda le Lièvre de Mars.
— Exactement.
— En ce cas, tu devrais dire ce que tu penses.
— Mais c'est ce que je fais », répondit Alice vivement. « Du moins... du moins... je pense ce que je dis... et c'est la même chose, n'est-ce pas ?
— Mais pas du tout ! s'exclama le Chapelier. C'est comme si tu disais : " Je vois ce que je mange ", c'est la même chose que : " Je mange ce que je vois ! "
— C'est comme si tu disais, reprit le Lièvre de Mars, que : " J'aime ce que j'ai ", c'est la même chose que : " J'ai ce que j'aime ! "
(Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll )

Ne pas confondre actes, sentiments et paroles demeure, le triomphe de la poésie sur la sémiologie psychiatrique un peu abrupte dans son jugement. Car le poète se jouant les mots, les fait rendre gorge pour déjouer un étiquetage toujours aliénant pour nos fragiles identités en perpétuels chantiers.

je décortique mes tocs
escogriffe m'épanchant
et de veiller aujourd'hui
les jours et leurres veilles

lost in la mancha, ourah, ourah !

j'ai stocké les odeurs, les stupeurs
et les horaires d'horodateurs...
comme si une mémoire était meilleure
si on pouvait la raconter ensuite
(ian_urtab point de négation ( ) ¶)


Dernière édition par Vic Taurugaux le Sam 22 Nov 2008 - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 22 Nov 2008 - 13:22

Purée que c'est bon mdr
Et ian qui est allergique aux psys ! j'me marre encore plus d'avance mdr
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 22 Nov 2008 - 14:38

Conduis-le sur ce fil, blood. Mais prévois un témoin, qu'on sache. mèche

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 22 Nov 2008 - 15:14

Intention : N.f.
A. − CHIR. Action de tendre, d'appliquer (les lèvres d'une plaie pour les rapprocher). Cicatrisation lente d'une plaie obtenue d'emblée, sans l'intervention d'aucun facteur entravant l'évolution normale vers la guérison (notamment sans suppuration) (d'apr. Méd. Biol. t. 2 1971).

B. – POES
Un doigt de lait sur le poison,
Un rien d’amour réajustable,
Je passe mes nuits dans les ornières,
Je pisse la haine dans les rivières.
Je paye le prix inabordable
D’un mal qui se veut intention.
(Bloody Mary, Dernière Humanitude) http://liensutiles.forumactif.com/vos-recueils-de-poesie-f135/le-cercueil-de-bloodymary-t11755-990.htm

C. − MUS., vieilli. Thème, motif. L'intention d'un air, d'une symphonie. Les Italiens se contentent d'un rapport général entre les situations de la pièce et l'intention des airs, et cherchent les plaisirs de l'art uniquement en lui-même (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810)

D. - Disposition d'esprit, mouvement intérieur par lequel une personne se propose, plus ou moins consciemment et plus ou moins fermement, d'atteindre ou d'essayer d'atteindre un but déterminé, indépendamment de sa réalisation, qui peut être incertaine, ou des conditions qui peuvent ne pas être précisées. Synon. arrière-pensée, calcul, désir, dessein, envie, idée, plan, prétention, projet, programme, propos, souhait. Antoinette eût voulu être seule à se priver. Mais quand son frère devina son intention, rien ne put l'empêcher de faire comme elle (ROLLAND, J.-Chr., Antoinette, 1908)

E. - P. méton. Cette fin elle-même. Synon. but, fin, idée, mobile, motif, objectif, objet, sujet, visées, vues. L'intention de l'auteur, d'un livre, d'un ouvrage, d'un roman; intention morale, poétique, politique; intention de plaire.

F. − THÉÂTRE. [P. méton. du compl. déterminatif (intention d'un acteur)] Les intentions d'un rôle; marquer des intentions. Éléments du jeu d'un acteur qui mettent en relief un texte. Et il jeta sur Mme Hulot un regard comme Tartuffe en jette à Elmire, quand un acteur de province croit nécessaire de marquer les intentions de ce rôle, à Poitiers ou à Coutances (BALZAC, Cous. Bette, 1846,)

G. - DR. PÉNAL. Intention criminelle. Volonté manifestée par le délinquant d'accomplir l'acte incriminé, alors qu'il savait que cet acte constituait une infraction`` (BARR. 1967) C'est l'intention qui fait le crime.


Donne le nom : intentionniste.
Beaux-Arts. (Individu, peintre) qui a plus d'intentions artistiques que de talent, Marignan raffine encore sur les impressionnistes; il est luministe et intentionniste (ZOLA, Nos aut. dram., 1881)

L’intention désigne ainsi le larron.
« J’avais même amené un petit cadeau, oh, un rien du tout, une toute petite chose, c’est l’intention qui compte, n’est-ce pas ? (J. Bellefroid. Voyages de noces)
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 22 Nov 2008 - 15:18

Je me considérerais désormais comme une poétesse intentionniste !
mèche + d'intentions que de talent, c'est déjà pas mal tong

ça pète dans les dîners mondains
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 23 Nov 2008 - 16:40

Littéral : Adj. V. 1450 Empr. Au bas lat. litteralis : qui a rapport aux lettres de l’alphabet »

Qui s’en tient à la lettre, est pris strictement à la lettre, au pied de la lettre. Le sens littéral d’un mot s’oppose ainsi à son sens figuré, à son allégorie, son sens symbolique. On demeure au plus près de la réalité du mot dédaignant la rêverie qui repousse pourtant sans cesse les limites de son champ sémantique.
Ainsi, d’une transcription, d’une traduction littérale qui procède lettre à lettre au risque de dénaturer l’esprit du texte qui se trouve plutôt dans l’assemblage des mots.
« Quand la parole de Dieu qui est véritable, est fausse littéralement, elle est vrai spirituellement. » (Pascal, Pensées).

Si le lexicalf se veut pointilleux sur l’étymologie des mots qu’il tente modestement de définir, les différents sens que peuvent prendre ces derniers selon leur contexte, il cherche avant tout à titiller la capacité d’associations de ses lecteurs. Le mot juste, son emploi est bien sûr de la responsabilité de l’auteur. Mais, à trop s’écouter parler, ce dernier peut verser dans un égocentrisme de mauvais aloi qui le coupe irrémédiablement des compétences de ses lecteurs aptes pourtant à « digérer » les dits mots à leur propre sauce.

Bien sûr, chacun enrage d’appeler un chat un chat et de ne pas se sentir entendu. On doute alors de sa parole qu’on imaginait pourtant suffisamment explicite. C’est oublier que par nature le discours est chose fort complexe et qu’une question pourtant simple ne rencontre pas forcément la réponse espérée.
Or, je pense les mots comme des graines. Il leur faut pour s’épanouir pleinement la fertilité d’un sol, d’un cœur, d’une oreille. Si aucune germination ne se produit, est-ce dire alors que la graine n’était pas bonne ? Pas forcément ! Semés, couchés sur le papier, les mots conservent ainsi très longtemps leurs vertus premières dans l’attente de conditions météorologiques plus favorables.

La lettre n’est donc pas le mot, juste un enrobage, dont certains se gargarisent quand d’autres en semblent définitivement dépourvu :
« Voila ce que qu’à peu près mon cher, vous m’auriez dit,
Si aviez un peu de lettres et d’esprit :
Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres,
Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !
E.ROSTAND. Cyrano de Bergerac.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 23 Nov 2008 - 20:35

Citation :
Si le lexicalf se veut pointilleux sur l’étymologie des mots qu’il tente modestement de définir, les différents sens que peuvent prendre ces derniers selon leur contexte, il cherche avant tout à titiller la capacité d’associations de ses lecteurs.

C'est bien ainsi que j'appréhende ce trésor de fil, l'associant à un formidable éveil qui, au travers d'un mot décortiqué, laisse à penser à l'infinie possibilité de voyager dans tous les autres.

Merveilleux Vic ! chinois

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 23 Nov 2008 - 20:41

Outre : adv. 1080 du lat. ultra « au-delà de »
Outre Atlantique désigne encore pour beaucoup l’Amérique comme un impossible Eldorado. Or, toute frontière comme tout obstacle demande un jour à être dépassé. Il s’agit pour tout un chacun d’aller son chemin, toujours plus loin, sans s’arrêter. Pourtant, braver l’adversité exige parfois du courage surtout quand il s’agit de mépriser les outrages de la vie.
Car l’outrage qui est un excès, dans la Chanson de Roland : une parole contraire à l’honneur d’un chevalier, peut blesser cruellement sa victime. Les outrecuidants, fats et prétentieux, qui savent tout au-delà de vous, mais ignorent le b-a ba de la courtoisie outrepassent souvent leurs droits et attentent à la dignité de leur entourage. Leurs propos outranciers ne comprennent rien de l’humilité, de la modestie, formes premières de la politesse.

Alors, on ne s’étonnera pas outre-mesure, que le verbe outrer, dans son étymologie désigne à la fois l’action de « dépasser quelqu’un en marchant » mais aussi de vaincre au combat voire, dès le XIIème siècle, de tuer.
Il ne faudrait en rien confondre cet adverbe avec le nom féminin outre qui lui est empr. Au lat. utris : « ventre ».
Ce mot qui parfois désigne notre enveloppe charnelle comme dans l’expression : « être plein comme une outre » demande un minimum de respect.
Or trop souvent :
Le ventre est pour l’humanité un poids redoutable … Il est responsable presque de tous les crimes. Il est l’outre des vices.
(Victor Hugo : William Shakespeare.)

Passer outre demeurera donc toujours la meilleure façon de conjurer l’infortune.

T’es là, assis sur le bord de ton chemin
Je ne faisais que passer…
Romane, je ne faisais que passer) in
http://liensutiles.forumactif.com/vos-recueils-de-poesie-f135/le-recueil-de-romane-t7681-600.htm

http://www.youtube.com/watch?v=l4Q7urIVYAE&feature=related
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 23 Nov 2008 - 20:44

... qui démontre la réception bien personnelle du lecteur, lequel chemine encore longtemps après que les mots soient lus et digérés. Ce que j'appelle "la vie encore" (des mots).
Tout est dit. chinois

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Mer 26 Nov 2008 - 15:57

Recueil : N.m.
Dans Espace Lu : http://liensutiles.forumactif.com/annonce-du-jour-f50/espacelu-t15752-45.htm
Semeur_Kiss_semeur dit : Quelque chose me dérange, et n'est pas logique !
la section Poésie, est reléguée en 2e rideau, alors que c'est l'une des plus utilisée, dans le domaine...
Résultat : il faut un clic supplémentaire pour y accéder !


Recueil fit le mot recueillement en 1660 dans Bossuet. C’était l’état de l’esprit qui s’isole du monde extérieur pour se concentrer sur la vie intérieure. Son doublet : la récollection insiste sur le repliement sur soi qui accompagne cette action. Pris dans le sens religieux, le mot incite au retour sur soi, à la méditation, et pour tout dire à l’examen de conscience. Ainsi de l’ordre des récollets, ces franciscains réformés adeptes de la trappe.

Mais si la simplicité est un vœu qui voudrait tant rester pieux, à l’instar de la chasteté, il inspire tout pareillement le péché de convoitise. En moyen français, le mot recueil possédait encore les différents sens aujourd’hui disparus du verbe recueillir : « bon accueil, abri, refuge, asile, entrepôt ».

La chrestomathie médiévale collectionnant dans les abbayes les textes oubliés gérait à sa façon le fonds littéraire de l’époque superbement décrit dans l’ouvrage d’Umberto Eco : le nom de la rose.
Toute collection, anthologie, florilège, ana, sottisier sont autant d’archives, de cartulaire, de chartrier, de corpus, c’est dire de mémoires, de miscellanées, de spicilège, de bulletins, de code, de coutumier, de digeste, accessoirement de répertoires de catalogues des annuaires et des annales des almanachs de toute société.

Aussi, qu’à l’heure du peer to peer et autre copier-coller, un double-clic protège toute la poésie de notre forum nous semble être un effort surmontable par nos honnêtes lecteurs.

Car, : que voit-on journellement ? Des paresseux, avides de gain, s’emparer des productions d’autrui ; les remettre en recueils, les uns sous la forme d’un almanach ; les autres sous celle d’une bibliothèque entière ! Quel moyen facile de s’enrichir, sans talent, sans mérite, sans travail, tandis que le véritable auteur languit !
(Restif de la Bretonne, les nuits de Paris. 1794)
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: réponse message 3 page 8   Jeu 27 Nov 2008 - 19:38

1° conseil : identifier le "je"
2° conseil : distinguer introspection et interrogation
3° conseil : demander ce qu'elle en pense à la petite fille

ceci dit, pour le tire à proposer à l'éditeur, restera à choisir entre :

"est-ce moi qui dit moi ?"

et

"ce que j'y ait lu, par déformation professionnelle"

enjoy

^^

(voilà pour les témoins, Ro...)
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Jeu 27 Nov 2008 - 19:47

C'est bon, vous deux ! Quelle régalade !

Et cerise sur le gâteau :

Car, : que voit-on journellement ? Des
paresseux, avides de gain, s’emparer des productions d’autrui ; les
remettre en recueils, les uns sous la forme d’un almanach ; les autres
sous celle d’une bibliothèque entière ! Quel moyen facile de
s’enrichir, sans talent, sans mérite, sans travail, tandis que le
véritable auteur languit !

(Restif de la Bretonne, les nuits de Paris. 1794)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Ven 28 Nov 2008 - 15:38

ian_urtab a écrit:
1° conseil : identifier le "je"
enjoy

^^

(voilà pour les témoins, Ro...)

Alberto. Enfin je crois. Après, c'est ce qu'on m'a dit de lui. Un poète qui vivait dans un chalet. D'emblée, il avait l'air sympathique et vous ouvrait volontiers sa porte. D'ailleurs, question ouverture de porte: un drôle de loulou à ce qui se racontait. Question fric-frac, chacun sa technique, mais lui ... Un artiste! Voilà le mot et comment se racontaient les choses ...

Mais les gens disent beaucoup. Trop. Ca! Pour parler, ah! Ca parle!

Aujourd'hui, faut pas introspecter davantage. Je sais les petites filles se méfient toujours au risque de déformer le visage qui se présente à elles. Or, l'autre, ce fut d'abord pour moi un sourire. C'était comme ça que dans l'encadrement de la porte, Alberto m'était, la première fois, apparu!
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Sam 29 Nov 2008 - 15:55

Commisération : N.f.
Dans l’émission télévisée qu’Arte diffuse à propos du centenaire de Lévi-Strauss, cet auteur se demande :
« L’humanisme, cette philosophie sur laquelle nous nous sommes presque exclusivement fondés, ne serait-elle pas responsable, coupable, de ce qu’elle constitue l’homme en règne séparé. Et dès lors qu’on accepte de tracer une frontière, on se donne la latitude de déplacer à volonté cette frontière et d’octroyer le privilège d’Humanité à des portions d’humanité de plus en plus restreintes qui, de leur côté, rejetteront dans l’animalité, nous en avons hélas la preuve dans l’histoire récente, des fractions toujours plus étendues de cette même humanité. Il n’y a, à mon avis, qu’un seul moyen d’échapper à ce cercle infernal, de se prémunir de ces dangers, c’est de considérer que l’homme est d’abord, un être vivant et souffrant, avant d’être un être pensant. Et, que c’est dans la seule mesure où chacun d’entre nous parviendra à préserver dans son for intérieur le souvenir, et plus que le souvenir, l’expérience vivante de cette identité avec tout ce qui vit, et donc tout ce qui souffre, que l’homme pourra être assuré de ne jamais être traité en bête par ses semblables, parce qu’il aura étendu la notion de semblables à tout ce qui vit, et qu’il possède de ce fait un titre imprescriptible à la commisération ».
http://plus7.arte.tv/fr/detailPage/1697660,CmC=2318010,scheduleId=2287618.html

A la différence de la sympathie, forme grecque de l’amitié, de la compassion latine plus proche de l’empathie, la commisération est étymologiquement une action d'exciter non la passion, seulement la pitié. Synonyme d’attendrissement, ce mot se veut être le contraire de la dureté.
Il désigne un sentiment qu’on a, qu’on témoigne à ou éprouve pour autrui. La misère qui s’étale aujourd’hui à notre porte ne nous laisse pas indifférent. Reflétant notre impuissance à la soulager, cette dernière nous oblige en premier lieu à nous y reconnaître. Malgré la pénibilité de la chose, la commisération demeure utile pour ne pas rajouter à celui qui souffre, le statut de paria et pour nous pousser à partager par un simple regard un peu de notre dignité humaine.

http://www.droitaulogement.org/spip/spip.php?article240
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 30 Nov 2008 - 13:15

Polysémie : N.f.

Traquant les différents sens et champs sémantiques de termes glanés chez nos poètes, le lexicalf joue de la polysémie de ces mots dès lors qu’on les change de contexte. Ainsi le mot bleu n’aura-t-il pas la même signification sous la plume d’Alf ou celle de Bloody. Chacun de nos artistes dispose en effet de sa propre palette et de la même façon qu’un peintre compose ses couleurs par un savant mélange de pigments, nos poètes créent leur propre vocabulaire en puisant à loisir dans l’immense richesse de leur sensibilité. Si bleu est donc tantôt turquoise tantôt outremer chez Alf, Bloody s’en servira plutôt pour nous signaler quelque ecchymose à l’âme.

Cet article insistera donc sur la méfiance nécessaire à prendre trop rapidement un chat pour un chat étant entendu qu’il existe, (tout comme chez ce charmant animal) des formes sournoises de polysémie. Ainsi, s’il est communément admis qu’il ne peut exister de synonymes parfaits, la langue s’arrangeant toujours pour se défaire de doublons, un même mot peut prendre des sens différents à notre insu tel que l’illustre le paradoxe du fromage à trous dans le syllogisme suivant :

• Plus il y a de fromage, plus il y a de trous ;
• or plus il y a de trous, moins il y a de fromage ;
• donc plus il y a de fromage, moins il y a de fromage.

Pourtant, un simple truisme servirait à certifier que : autant il y a de fromage, autant il y a de fromage. Mais, comme le rappelle si justement notre regretté Pierre Dac : « Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus limite ! »

Le mot fromage nous fait ainsi habilement oublier qu’il est un terme générique désignant tout à la fois, sur un plateau français, des A.O.C. aussi différentes que l’emmental, le gruyère, le brie ou le roquefort.
Or, dans la prémisse majeure de notre syllogisme ; plus il y a de fromage, plus il y a de trous, il est sous-entendu qu’on vous parle d’un fromage type emmental, c'est-à-dire, à la différence du gruyère un fromage à trous. Fromage que votre détaillant vous facturera après l’avoir préalablement pesé sur sa balance en entier, c'est-à-dire la pâte plus les trous. En achetant un morceau d’emmental, vous achetez les trous avec, on ne vous les détaille pas.

Par contre, la seconde prémisse, plus il y a de trous, moins il y a de fromage signe la pensée d’un avaricieux. Pour lui, le fromage, c’est la pâte moins les trous. Il se dit que vu le prix du trou, il y a des commerçants qui exagèrent.

C’est ainsi que la conclusion : donc plus il y a de fromage moins il y a de fromage met avant tout en lumière pour l’œil exercé une confusion de contexte : on ne parlait pas de la même chose !

Dorénavant, pour parer ce genre de quiproquo capable de vous ruinez toute une soirée, nous vous conseillerons de servir votre emmental sous forme de fondue et puis basta. Le site : http://www.emmental-de-savoie.com/recettes.php vous en fournira une recette facile à concocter.

Malheureusement, leur suggestion d’accompagnement par un vin de Savoie blanc sec pourrait prêter à discussion, mais là, il nous faudrait plusieurs autres articles et loin de nous l’idée de vous soûler ….
Revenir en haut Aller en bas
BloodyMary
Appelez-moi Nivéa
avatar

Nombre de messages : 6172
Age : 44
Localisation : Sous ma peau... Peut-être.
Date d'inscription : 27/04/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 30 Nov 2008 - 13:23

Maître, je me permet, obséquieusement de vous notifier que votre intervention sur les polysémies du Bleu sont incomplètes. En effet, quid du pauvre Bleu dans le cadre de l'armée ou d'un cerlce d'individus dits "rôdés" ou professionels ? Et ce malheureux Bleu de Bresse ?!
Que vous lui ayez préféré l'Emmental me chagrine un brin... Encore un dimanche à chanter le bleu euh le blues du Bleu de Bresse, c'est ballot...
Neutral
Revenir en haut Aller en bas
http://pestenoireetbloodymary.blog4ever.com/blog/index-194693.ht
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 30 Nov 2008 - 15:02

BloodyMary a écrit:
Maître, je me permet, obséquieusement de vous notifier que votre intervention sur les polysémies du Bleu sont incomplètes. En effet, quid du pauvre Bleu dans le cadre de l'armée ou d'un cerlce d'individus dits "rôdés" ou professionels ? Et ce malheureux Bleu de Bresse ?!
Que vous lui ayez préféré l'Emmental me chagrine un brin... Encore un dimanche à chanter le bleu euh le blues du Bleu de Bresse, c'est ballot...
Neutral
Qu'est-ce que je vous disais!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   Dim 30 Nov 2008 - 15:09

Et la pâte à trous, elle compte pour du beurre ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 39Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 22 ... 39  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 1
» Le lexicalf à la portée de tous. Tome 2
» Le dessin est-il à la portée de tous?
» [Site partenaire] Androland.com - Des Sensations Fortes à Portée de Tous
» La Semeuse... "à la portée de tous"(Louis Barrier)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: Dictionnaires et outils d'écriture-
Sauter vers: