Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Erotomanie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
JPJ



Nombre de messages : 111
Age : 77
Localisation : Suivre mon panache blanc
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Erotomanie   Ven 5 Sep 2008 - 12:23

Erotomanie.

Si l'on en discutait ?

Selon Wiki...
**********
L'érotomanie se définit comme un état passionnel de la personne qui se déroule en trois phases. D'abord, la phase d'espoir se soutient de l'orgueil et de la certitude d'être aimé par un homme ou une femme (plus rarement) "de bien", que suit bientôt la phase de dépit, tandis que la troisième est la phase de haine, plaçant la personne "aimée" en position de victime.

Cette maladie touche en grande majorité des femmes et une très petite minorité d'hommes, et "l'objet de l'érotomanie" est en général un homme au statut social plus élevé qu'elle ou lui. La personne érotomane est d'abord persuadée que c'est l'autre qui l'aime en secret, mais qu'il n'ose pas ou ne peut pas se déclarer. Sur cette illusion première se construisent les trois phases caractéristiques d'espoir, de dépit et de rancune.
**********

Je pense que cette définition est trop générale, et personnellement, je définirais plus finement ce phénomène en plusieurs groupes.
Deux groupes pour le phénomène dans la vie "réelle" (les deux intéressés se rencontrent et (plus récent) deux groupes dans la vie "virtuelle" (les deux intéressé ne se sont jamais rencontrés).
Donc, dans l'ordre croissant :
1) Erotomanie virtuelle passive : l'érotomane n'envisage même pas de se rencontrer l"élu".
2) Erotomanie virtuelle active : l'érotomane envisage de rencontrer l'élu et tente tout pour y parvenir.
3) Erotomanie réelle passive : l'érotomane ne déclarera même pas son amour à l'élu, mais se croit aimé, et termine dépité, voire méchant par vengeance.
4) Erotomanie réelle active : un "couple" finit par se former (sans contrainte particulière, comme ça, quoi !, axé en général autour du besoin sexuel "accessoire" de l'élu), puis éclate, puis etc.
Cette dernière catégorie constitue 98% des cas d'érotomanes.

Je place volontiers à part les couples qui fêtent leurs cinquante ans de mariage (quelles qu'aient pu être les turbulences temporaires).
Revenir en haut Aller en bas
http://anticipation-jpj.fr/Test.aspx
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Ven 5 Sep 2008 - 15:55

http://www.etudes-lacaniennes.net/Etudes/Psychanalyse/perversion/perv-erotomanie.htm a écrit:
L'érotomanie se définit comme un état passionnel de la femme qui semble fort éloigné de l'activisme pervers, essentiellement masculin ; nous verrons cependant qu'elle constitue une alternative à la perversion, autant qu'au déclenchement psychotique. On serait pourtant fondé à parler de "psychose passionnelle" en suivant le descriptif proposé naguère par G. de Clérambault, distinguant un Postulat et trois phases. Le Postulat, c'est que l'objet aimé a commencé : l'amour provient de lui. D'abord, la phase d'espoir se soutient de l'orgueil et de la certitude d'être aimé par un homme "de bien", que suit bientôt la phase de dépit, ou de l'orgueil blessé, tandis que la troisième est celle de la haine ou de la "vindication", plaçant l'objet en position de victime. L'érotomane ne cherche pas un amant mais veut accomplir la vérité de l'amour comme rencontre pure - au-delà de l'union charnelle et de la jouissance de tout objet partiel - avec la "chose" : rien moins que l' "absolu d'une féminité qui ne se constituerait comme telle que dans la dépossession de tout objet partiel" (F. Périer, "De l'érotomanie", in Le désir et la perversion, Seuil, 1967). L'amour pur est exclusif de tout "avoir" bien qu'il réhabilite précisément l'objet en tant que manquant, là où celui-ci doit manquer pour accéder à une identification sexuelle. De l'objet, il ne garde que le symbole ou le trait, que Lacan dit "unaire". C'est à ce niveau, celui de l'identification par le trait qui commande directement l'idéal du moi, qu'intervient l'élection de l'objet pour le sujet érotomaniaque : reflétant ce trait de l'idéal du moi, il soutient une forme de symbolisation malgré la forclusion, sous les auspices de l'amour. L'objet aimé, et surtout supposé aimant, donne idéalement ce qu'il ne demande pas sexuellement ; supportant et symbolisant le manque, "il fonde ainsi l'objet partiel comme manquant enfin dans le registre comptable du corps féminin" (Périer), mais du coup devient l'unique repère d'une féminité retrouvée. Gare à lui s'il ne sait s'y tenir ! C'est pourquoi la phase de vindication et de désespoir ne fait que renforcer le Postulat en interrogeant l'objet (cette fois violemment) sur son rapport à la chose, ce "rien" qu'il possède, lui, et qui la fait, elle, être femme. La vindication passionnelle l'empêche de sombrer dans le désespoir total, faute d'une structuration phallique du fantasme. Pourquoi le passage à la vindication sinon parce que l'objet exprime ce fantasme phallique, tôt ou tard, qui implique la femme comme objet (voire aussi sujet) d'une jouissance castrée ? Le Postulat, c'est que l'amour, et cet objet singulier qui l'incarne, ne sont pas concernés par la castration. Pour l'érotomane, une cure analytique consiste à vérifier cet état de fait, donc à démentir le fantasme de l'analyste qui s'investit lui-même comme objet 'a'. On voit bien le rapport avec la perversion : l'autre ne peut pas être la cause d'un manque. Et en même temps la différence avec la psychose : la cause du désir n'est pas complètement perdue ou à jamais inexistante au champ de l'Autre, mais plutôt "s'est trouvée trahie par ceux-là même qui devaient en être les dépositaires comme auteurs de la scène primitive" (ibid.). D'un côté, le thème de la trahison se substitue à celui de la transgression, essentiel chez le pervers. De l'autre, le Postulat de l'érotomane confond l'intention bienveillante de l'objet avec la cause réelle, là où le paranoïaque situera la malveillance supposée du persécuteur, et comblera tout manque-à-être par la certitude d'une menace omniprésente. L'érotomanie occupe donc un espace intermédiaire, ou plutôt emprunte un chemin de traverse entre psychose et perversion ; par rapport à ces extrêmes, elle maintient tant bien que mal le statut d'une division subjective, propre à l'état passionnel en général. La division se redouble d'une équivalence intéressante entre fétichisme et narcissique. Comme le déni pervers, le Postulat érotomaniaque institue un signe visible (le fétiche) comme cause du désir : c'est l'objet "entrevu" colmatant le manque dans l'image de l'Autre, pour le pervers, c'est le geste "entendu" se supposant au silence dans le discours de l'Autre, chez l'érotomane. La cause semble donc extérieure et l'amour postulé de l'objet, fétichisé, colmate tout manque possible. Comme dans la psychose également, le sujet érotomane semble se faire cause - ici, cause de l'amour - ; il sert de fétiche à l'Autre puisqu'il ne saurait manquer d'être précisément ce qui lui manque ! Le narcissisme consiste à s'instituer soi-même comme unique symbole de l'objet perdu. Finalement, François Périer définit l'érotomanie comme un "processus psychotique a minima". Sans doute elle ne constitue pas une alternative réelle à la psychose ou à la perversion, mais nous y voyons néanmoins une psychose alternative, ce qui est un peu différent, et plus exactement une appréhension psychotique de la perversion sous la forme d'un érotisme platonique. Il s'agit que le sujet puisse se voir enfin comme Autre à la place du fétiche, et pas seulement supporter d'être le fétiche de l'Autre (ce qui ferait de l'érotomanie, sous son mode passionnel extrême, une simple variante du masochisme pervers).

Il doit bien exister un terme pour les hommes, car certains n'en sont pas exempts, à bien lire le processus.

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89rotomanie a écrit:
L'érotomanie est une maladie du groupe des psychoses, construite autour de la conviction délirante que l'on est aimé par une personne. Elle est aussi appelée syndrome de Clérambault, d'après le psychiatre français Gaëtan Gatian de Clérambault qui en présenta une analyse (Les psychoses passionnelles) en 1921.

Le point, par Gaëtan Gastian de Clérambault, ici : passionnant.
http://www.psychanalyse-paris.com/835-Les-delires-passionnels.html

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JPJ



Nombre de messages : 111
Age : 77
Localisation : Suivre mon panache blanc
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Ven 5 Sep 2008 - 23:25

Merci Romane, pour le lien génial...
http://www.psychanalyse-paris.com/835-Les-delires-passionnels.html
Cet article est très instructif, mais malheureusement dans un jargon des années 1920.

J'en reproduis ici un extrait très intéressant, qui représente le contre exemple, en opposition totale au postulat d'érotomane (qui est développé au moyen d'un jargon délicat pour les non initiés).

*********************
En effet, aucun passionnel normal et malheureux ne cache en lui notre postulat, c'est-à-dire ne croit être aimé plus qu'il n'aime, aucun ne prétend connaître la vraie pensée de l'Objet mieux que l'Objet même ; aucun ne dira que la conduite de l'Objet envers lui est entièrement paradoxale (que l'Objet par exemple lui sourit tout en l'envoyant en prison), ni que toute une foule s'intéresse à son roman. Il ne niera pas que l'Objet soit marié. Tous ses efforts, s'il y a effort, partent de l'idée qu'il pourra et peut se faire aimer, donnée exactement inverse du postulat.
**********************

Cet alinéa permet de clarifier les cas ne relevant PAS de l'érotomanie.
La passion normale et malheureuse n'en relève donc pas (ouf !!)
Parce que lorsqu'on lit l'article complet sur le sujet de l'érotomanie, on trouve des exemples vécus tellement aberrants qu'on est vraiment sur une autre planète, qui relève plutôt de la psychiatrie et de l'internement immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
http://anticipation-jpj.fr/Test.aspx
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 0:46

Pourquoi crois-tu que j'aie rapatrié ce fil en psychologie ? mèche

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JPJ



Nombre de messages : 111
Age : 77
Localisation : Suivre mon panache blanc
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 9:07

Romane a écrit:
Pourquoi crois-tu que j'aie rapatrié ce fil en psychologie ? mèche

Je ne suis sûr de rien.
Je croyais l'avoir placé dans "Humain", au dessus de "Amour en 3D", avec lequel je voyais un lien possible, et je ne l'y ai plus retrouvé : j'ai fait une recherche sur le terme "érotomanie" qui n'a pas donné de résultat (mais j'ai du faire une erreur de frappe).
Et ensuite, je le retrouve là, dans "Psychologie", mais c'est bien, c'est sa place (et peut-être l'y avais-je mis dès le départ ?!).
Succession d'erreurs de ma part, mais tout va très bien Madame la Marquise mèche
Revenir en haut Aller en bas
http://anticipation-jpj.fr/Test.aspx
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 9:24

La question n'est pas là (oui tu l'avais placé dans humain, alors qu'il s'agit d'un sujet psy, c'est pourquoi je l'ai classé au bon endroit).

Ma réponse était motivée par ceci
JPJ a écrit:
lorsqu'on lit l'article complet sur le sujet de
l'érotomanie, on trouve des exemples vécus tellement aberrants qu'on
est vraiment sur une autre planète, qui relève plutôt de la psychiatrie
et de l'internement immédiat.


Ceci dit, qu'entends-tu par passion ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JPJ



Nombre de messages : 111
Age : 77
Localisation : Suivre mon panache blanc
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 10:26

Romane a écrit:


Ceci dit, qu'entends-tu par passion ?

Pour l'instant, je n'ai fait que reprendre les termes exacts de l'article du grand maître, quand il parle de ...
"En effet, aucun passionnel normal et malheureux ne cache en lui notre postulat, c'est-à-dire ne croit être aimé plus qu'il n'aime, aucun ne prétend connaître la vraie pensée de l'Objet mieux que l'Objet même, etc..."

J'accepte parfaitement sa défintion de "passionel normal et malheureux", pour une fois dans son texte que cet alinéa n'est pas écrit dans un jargon peu accessible.
Passionnel normal et malheureux, je ne le traduis pas systématiquement par "amoureux éconduit", car le remarquable bouquin d'Elisabeth Robert (Voyages de toi) illustre très bien un cas d'espèce pas si rare que ça (mixant réel et virtuel, d'ailleurs).
Revenir en haut Aller en bas
http://anticipation-jpj.fr/Test.aspx
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 15:37

Oui, certes, mais je ne comprends pas bien ce que tu attends de ce fil. C'était juste informatif ? En fait, si c'est pour débattre, je me pose la question : de quoi ? (de la définition officielle ? des exemples à fournir ? des remèdes connus ? des inconnues touchant ce sujet ?)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
JPJ



Nombre de messages : 111
Age : 77
Localisation : Suivre mon panache blanc
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 15:45

Romane a écrit:
Oui, certes, mais je ne comprends pas bien ce que tu attends de ce fil. C'était juste informatif ? En fait, si c'est pour débattre, je me pose la question : de quoi ? (de la définition officielle ? des exemples à fournir ? des remèdes connus ? des inconnues touchant ce sujet ?)

Rien de particulier, sinon de comprendre mieux (il y a peut-être des psy ici ?)
J'ai découvert le terme récemment, j'ai été étonné par le cas décrit de cette jeune femme de 28 ans dans le lien que tu as indiqué.
Mais, bon, je n'en ferais pas un fromage si ça n'intéresse pas beaucoup les intervenants.
Il y a tellement d'erreurs d'interprétation lorsqu'un terme comme érotomane ou passionnel est cité que je supposais que ça permettrait de clarifier un peu, car on apprend chaque jour.
Revenir en haut Aller en bas
http://anticipation-jpj.fr/Test.aspx
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Sam 6 Sep 2008 - 15:48

Les deux liens informatifs que j'ai donné m'ont beaucoup intéressée, plus particulièrement celui du psy, qui décortique pas mal. Je suppose que Google doit pouvoir donner d'autres sources illustrées d'exemples, voire des titres de bouquins pour compléter la doc.
Essaye de fouiller dans tout ça ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 12:38

Que voilà un sujet passionnant! En effet, les femmes ont la réputation d'être plus touchées que les hommes. Mais n'oublions jamais que la clinique psychiatrique a été décrite par des hommes. Ils ne pouvaient concevoir l'érotomanie masculine. Il a fallu des décennies pour admettre que l'hystérie, une douloureuse névrose, atteignait aussi les hommes. Messieurs Charcot et Freud ne pouvaient imaginer l'hystérie masculine. Et pourtant ils en sont considérés comme les premiers et géniaux cliniciens, ce qui n'est pas faux du reste.
Quand à l'érotomanie, je prétends moi, et sous couvert d'un psychiatre que j'ai beaucoup fréquenté, qu'elle est peut être plus répandue chez les hommes. Elle s'exprime simplement différemment. En effet, ce sont les hommes qui consomment du cinéma ou du spectacle porno, les prostituées, les sex shops. Cela leur permet à bon compte de mettre, comme tout érotomane, non seulement leurs fantasmes mais aussi parfois de véritables états délirants. Le sujet est à creuser. malheureusement nous manquons cruellement de cliniciens de la trempe de Charcot, de Clérembaut, Freud et autres aliénistes du XIX° siècle.
la plupart du temps, l'érotomanie féminine s'exprime au niveau des sentiments. Elle est rarement sexuelle, génitale. C'est un amour fantasmé, délirant, la plupart du temps désincarné. Chez le mâle, elle se situe... plus bas.

François
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 13:32

Merci François. J'avais comme une sale impression qu'on allait encore être la cible de quelque perversion, en lisant la teneur de ces liens à teneur sexiste. Mais comme je ne suis pas toubib ni psy, difficile d'argumenter.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 13:33

Je suis un peu surpris par ce terme de « érotomanie. » Vu son étymologie, je me serais attendu à quelque dérèglement psychologique lié à une activité sexuelle.

Apparemment, ce dont il s’agit, c’est d’une personne amoureuse d’une autre, qui se fait tout un cinéma au sujet de cette autre personne, alors que ce sentiment amoureux n’est pas réciproque. Pareille banalité mérite-t-elle vraiment une description clinique ?


Dernière édition par alejandro le Mar 30 Sep 2008 - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 13:51

Je pense, Alex, que dans certains cas ça tourne à l'obsession. L'objet de l'obsession ne doit pas être à la noce...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:06

Sérieusement, la psychologie donne souvent l’impression d’énoncer des lieux communs de façon compliquée. Ceci a tout l’air d’en être un exemple supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:31

Citation :
Apparemment, ce dont il s’agit, c’est d’une personne amoureuse d’une autre, qui se fait tout un cinéma au sujet de cette autre personne, alors que ce sentiment amoureux n’est pas réciproque. Pareille banalité mérite-t-elle vraiment une description clinique ?
Je suis un peu d'accord dans l'ensemble, mais...
C'est que quand les psys en parlent, on est sortis de juste ça pour aller vers la maladie mentale. Passant par 3 phases (espoir, dépit, haine) un érotomane peut aller très loin dans son délire et commettre des actes violents sous différentes formes, allant des insultes à la vengeance. Et là, on rentre vite dans le moins banal.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:34

alejandro a écrit:
Pareille banalité mérite-t-elle vraiment une description clinique ?

La pathologie mentale se situe souvent dans une exaspération, une exacerbation de la banalité.
Dimanche, j'ai été visité mon fils aîné qui vient d'emménager dans le XXème. Pour promenade digestive, nous n'avons rien trouvé de mieux que de nous ballader dans le cimetière du Père Lachaise. Comme tous les touristes de cette belle après-midi d'automne, nous avons vu la tombe d'Henri Salvador tout près de celle d'Edith Piaf, la stèle de Beaumarchais, celle de Molière et de la Fontaine, également celle toujours surveillée de Jim Morisson et malgré le panneau d'interdiction celle constamment taguée d'Oscar Wilde. Nous avons longer le mur de Fédérés qui rappelle la Commune, ayant une pensée pour les dalles de Thorez ou de d'Eluard qui lui font face. Là également des momunents rappelant les différents camps d'extermination, Mathausen, Auswitch et une petite fille de 10 ans qui s'exclame:"Oh! Dora! Le même prénom que sa poupée." Dans tout ce dédale, on recherche Mérimée. On s'extasie sur le tombeau des Panhard. Faut croire que l'automobile, ça rapporte. Le long du colombarium, on croise des familles qui épandent sur la pelouse des cendres et beaucoup de fleurs. C'est le jardin des souvenirs. DeEs morts fraîchement incinérés qui demandent encore à leurs familles beaucoup de pleurs.

Avant de sortir, une très belle tombe nous arrête. Un gisant entièrement de bronze. Un poète est représenté là au-dessus de son corps. L'artiste l' a moulé étendu comme sur un champ de bataille, fusillé en pleine jeunesse, sa main droite tenant fermement son gibus. Les plis de son habit sont impeccables. Pourtant, mon fils remarque tout haut un détail qui choque. Alors que toute cette statue est verte grace à l'oxydation du métal, son entrejambe est curieusement polie, dorée et brillante. Comme si ... Je dis: celà ressemble à de la nécrophilie. Non! Rétorque un passant que nous n'avions pas vu et qui semble très interressé par ma classification. "La nécrophilie, c'est épouvantable! Ici, il ne s'agit que (machintrucphilie)" j'ai pas compris son mot, ce monsieur en était pourtant visiblement l'expert. Nous sommes partis en pouffant de rire avec de drôles de fantasmes dans la tête. C'est vrai que question Kamasutra, nous autres, nous nous situons plutôt dans la banalité des névroses...
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:44

Farouche a écrit:

C'est que quand les psys en parlent, on est sortis de juste ça pour aller vers la maladie mentale. Passant par 3 phases (espoir, dépit, haine) un érotomane peut aller très loin dans son délire et commettre des actes violents sous différentes formes, allant des insultes à la vengeance. Et là, on rentre vite dans le moins banal.

A mon avis, si on commence à insister un petit peu sur ces trois phases, on s’entendra dire que c’est idéalisé, que tout psychotique érotomane ne les traverse pas forcément, qu’il ne faut pas prendre ça au pied de la lettre, et bla bla bla, bla bla bla, bla bla bla …

Un tas de choses peuvent aller jusqu’à l’insulte et la violence. Par exemple, être militant de parti de gauche peut devenir obsessionnel et déboucher sur Action directe, Les Brigades rouges, ou autres type de bandes armée manifestement à coté de la plaque.

Mais il n’y a pas plus de raison de traiter de terroriste le militant de gauche de base que de psychotique l’amoureux malheureux.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:48

Citation :
Mais il n’y a pas plus de raison de traiter de terroriste le militant de gauche de base que de psychotique l’amoureux malheureux.
Oui ! Mais j'imagine que le fil concerne les malades (je n'ai pas tout relu, j'avoue) et pas les gens "normaux"
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 14:57

Je suis comme Alex, le sujet ne m'ayant jamais interpellée, je croyais qu'il s'agissait d'un déreglement purement sexuel.
Quelqu'un d'obsedé par l'acte et ne pouvant s'en passer...
Mais c'est vrai que "l'objet" ne doit pas se marrer tous les jours...
Et que "l'Hystèrie", qui vient ethymologiquement de "Utérus" (merci les machos) n'est pas uniquement féminine...
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 15:25

Le problème de l'aliénation, c'est que le sujet se met "en boucle". Comme un logiciel tournant sur lui-même. ainsi de beaucoup de "perversions sexuelles". A la base, c'est un plaisir comme un autre. On voit dans le film sur Clérambault et dont je ne me rappelle plus le nom, le goût qu'a ce psychiatre pour le toucher des tissus. Cela déclenche en lui une série de fantasmes ayant trait à son enfance, aux robes de sa mère.Chezl'une de ses patientes, il retrouve ce goût de façon exacerbée. Sa patiente se frottant de façon compulsive à toute étoffe qui se trouve à sa portée. C'est l'aspect compulsif de l'acte qui dérange. Un acte poussé à son paroxysme. Car tout un chacun par réassurance aime qui lisser son foulard de soie qui trifouiller son mouchoir. Les souvenirs inconscients qui y sont raccrochés ne gênent nullement le sujet dans son présent. Au mieux, on dira d'untel qu'il a une curieuse manie. Le psychotique lui, est complètement absorbé par l'acte. Il ne dépend que de celui-ci. En boucle, il n'a aucune possibilité de jouer sur un autre registre aussi, cette complusion devient bien vite une souffrance. Le psychotique s'arrache la peau à se frotter contre une couverture. L'acte a eu raison de sa conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 15:47

Deux remarques :

A la lecture des articles spécialisés, l’érotomanie n’est pas simplement un sentiment non réciproque qui se fait tout un cinéma au sujet des intentions de l’autre mais un scénario lourd bâti de toutes pièces sur des intentions totalement imaginaires abusivement prêtées à l’autre. C’est pire qu’une interprétation erronée de la réalité, c’est une création en contradiction avec la réalité, attribuée à un tiers qui n’y peut rien. Ses constantes, dont le déroulement systématique en trois phases, et l’addition des cas constatés justifient sa mise en évidence et l’étude de son mécanisme, comme elles justifient sa comparaison avec les psychoses et les perversions pour en déterminer les points communs et les différences. L’inévitable souffrance du sujet n’est pas due aux circonstances extérieures mais à des causes qu’il porte en lui, donc susceptibles d’identification et de neutralisation. L’intérêt pour la question est justifié par l’aspect pathologique. Et ne parlons pas des dommages possibles pour les tiers concernés… Comprendre ne peut pas nuire, c’est comme ça qu’on avance, et comprendre ce genre de cas c’est bien le boulot des psy.
Je suis tout à fait d’accord avec alejandro pour dire qu’il n’est pas utile de pousser l’onanisme cérébral jusqu’à se demander pourquoi celui-ci cligne de l’œil gauche tandis que l’autre cligne de l’œil droit mais, à l’inverse, à force de ne rien explorer, on finirait par trouver tout naturel que l’un se promène avec un aspirateur en laisse et que l’autre s’intéresse d’un peu trop près aux petites filles.

Ensuite je ne peux pas m’empêcher de relever la paritomanie.
Les observations nous disent que l’érotomanie est davantage le fait des femmes que des hommes or voilà que ce n’est pas politiquement correct parce que contraire à la parité. On sait quand même qu’en dépit d’une égalité de droits légitimement revendiquée, l’homme et la femme possèdent quelques différences, lesquelles ont des ramifications dans le psychisme et peuvent donc engendrer des différences tout aussi fondamentales dans les pathologies associées. Pourquoi s’en étonner ? Arrivera-t-on un jour à ce que les femmes exigent d’être opérées de la prostate au nom de la parité ?
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 18:56

Selmer a écrit:
Arrivera-t-on un jour à ce que les femmes exigent d’être opérées de la prostate au nom de la parité ?

Pour l'opération de la prostate, je suis d'accord! Je la leur laisse... mdr
Revenir en haut Aller en bas
LylaTsB

avatar

Nombre de messages : 4714
Age : 58
Localisation : Entre allanguie & languissante ...
Date d'inscription : 21/05/2006

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 19:18

mdr

A force de vulgariser tout ce vocabulaire spécialisé, le pauvre être ordinaire qui se débat dans sa vie ordinaire avec ses soucis ordinaires s'imagine avoir tous les pires maux réunis et n'ose plus faire un pet de travers sous peine de se voir condamné à une forme maligne de petit chevier vert ! Comment ne pas tiquer avec ça, franchement !

Je trouve qu'un éclat d'or irradiant d'un bronze vert illuminant d'un sourire les visiteurs possède un certain charme... comme une incitation à s'y réchauffer les mains une après-midi d'hiver...

ÔzinnocentSourire
Revenir en haut Aller en bas
Allan

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 44
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 20:25

J'ai eu l'occasion de lire dernièrement les délires pathétiques d'une érotomane, absolument convaincue que sa star préférée, à qui elle écrit sans cesse des lettres, lui répond directement par ses chansons... Dès qu'un mot (qui se trouvait nécessairement dans l'une ou l'autre de ses innombrables lettres) se retrouve dans ses textes, c'est obligatoirement un clin d'oeil personnel, un message pour elle seule... Elle s'imagine que c'est l'entourage professionnel qui empêche leur relation et qu'ils n'ont d'autres moyen de s'aimer que par ce biais, un amour pur, secret, connu d'eux seuls et dématérialisé...

Elle s'imagine en "communion cosmique", s'invente une sorte de gémellité d'âme et n'envisage pas une seconde d'être atteinte d'un trouble psychologique quelconque. Son agressivité grandit de plus en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erotomanie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erotomanie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Erotomanie
» [Montherlant, Henry (de)] Les jeunes filles
» [film] Une élève trop parfaite
» In Another Country (Hong Sang-soo, 2012)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: