Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Erotomanie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Allan



Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 20:25

J'ai eu l'occasion de lire dernièrement les délires pathétiques d'une érotomane, absolument convaincue que sa star préférée, à qui elle écrit sans cesse des lettres, lui répond directement par ses chansons... Dès qu'un mot (qui se trouvait nécessairement dans l'une ou l'autre de ses innombrables lettres) se retrouve dans ses textes, c'est obligatoirement un clin d'oeil personnel, un message pour elle seule... Elle s'imagine que c'est l'entourage professionnel qui empêche leur relation et qu'ils n'ont d'autres moyen de s'aimer que par ce biais, un amour pur, secret, connu d'eux seuls et dématérialisé...

Elle s'imagine en "communion cosmique", s'invente une sorte de gémellité d'âme et n'envisage pas une seconde d'être atteinte d'un trouble psychologique quelconque. Son agressivité grandit de plus en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 20:44

Selmer a écrit:
Ensuite je ne peux pas m’empêcher de relever la paritomanie.
Les observations nous disent que l’érotomanie est davantage le fait des femmes que des hommes or voilà que ce n’est pas politiquement correct parce que contraire à la parité. On sait quand même qu’en dépit d’une égalité de droits légitimement revendiquée, l’homme et la femme possèdent quelques différences, lesquelles ont des ramifications dans le psychisme et peuvent donc engendrer des différences tout aussi fondamentales dans les pathologies associées. Pourquoi s’en étonner ? Arrivera-t-on un jour à ce que les femmes exigent d’être opérées de la prostate au nom de la parité ?

Je n'ai pas lu que c'était au nom de la parité, mais parce qu'à l'époque, les hommes étaient parfaits. D'ailleurs, c'est bien connu, pendant longtemps les problèmes sexuels étaient dûs à la frigidité des femmes...

Sans compter qu'une femme qui avait ses règles faisait invariablement tourner les aliments, tout le monde sait ça.

J'en oublie, sans doute. Au bout d'un moment, ça fait un peu lourd à porter. D'ici à ce que nous soyons la cause de toutes les famines, les guerres et les tortures, y'a pas loin...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Allan

avatar

Nombre de messages : 79
Age : 44
Date d'inscription : 17/06/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 22:56

Pourquoi? Ce n'est pas le cas? Shocked
Revenir en haut Aller en bas
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mar 30 Sep 2008 - 23:54

Romane a écrit:
Je pense, Alex, que dans certains cas ça tourne à l'obsession. L'objet de l'obsession ne doit pas être à la noce...

Juste, cela tourne parfois au délire et la victime, l'être "aimé" peut être véritablement persécuté. Dans ce cas la frontière du pathologique est largement franchie. ma déjà longue carrière en santé mentale en fourmille d'exemples. On ne peut pas banaliser la chose. Deux êtres souffrent.

François
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 0:13

quelqu'un pourrait me donner un exemple de quelque chose qui ne puisse pas tourner à l'obsession ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 1:37

Respirer. Faire une balade. Lire. Faire le ménage, les courses, le repassage et tout le bataclan. Dîner avec des amis. Aller au théâtre, au cinéma. Bosser. Téléphoner. Jardiner. Se rendre à une invitation cocktail ou vernissage. Poser des affiches. Consulter un dictionnaire. Aller chez le coiffeur. Boire un café. Tirer les rideaux. Tourner une clé dans une serrure.......

t'en veux encore ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 2:11

Tout ça peut parfaitement tourner à l'obsession.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 2:19

Bien sûr, mais alors dès que quelque chose tourne à l'obsession, ça ne relève plus de la normalité.

Les TOC sont notamment une maladie très handicapante pour la personne qui en a, mais aussi pour son entourage.

Non ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 2:20

Il est permis de rêver, et même de s'inventer une histoire d'amour. Cela reste du domaine du rêve, somme toutes équilibrant, au même titre que les fantasmes. Dès lors qu'on franchit une limite, ce n'est plus du rêve mais de l'obsession, donc ça ne tourne plus rond, l'équilibre est fichu.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 2:54

Je ne vais pas sérieusement m’amuser à discuter un diagnostic psychiatrique. Seulement voilà, je m’étonnais que d’un sentiment banal – tomber amoureux sans réciprocité – qui est exacerbé on en fasse une description clinique. Si on admet que toute chose puisse tourner à l’obsession, faudrait-il une description clinique, et un nom, à toute chose ? Par exemple, au fait de dîner avec des amis ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 3:06

Dîner avec des amis ne me semble pas avoir commune mesure avec le fait de tomber dans l'obsession amoureuse passionnelle de quelqu'un qui harcèle l'objet de son désir, lequel n'a rien demandé et qui peut se retrouver victime du jour au lendemain de la tenacité par tous les moyens.

Dîner avec des amis, c'est au pire s'inviter et se voir poliment raccompagné à la porte si on arrive comme un cheveu sur la soupe. Tiens, justement, j'ai eu un exemple un jour.
J'invite un groupe d'amis, par téléphone. L'un d'eux mal embouché comme souvent, me balance "non, je ne viendrai pas". Qu'à cela ne tienne, je lui réponds que ça n'a pas d'importance et que je le remercie de sa réponse. Sauf qu'entre temps, le monsieur en question apprend qu'il n'était pas seul invité avec son épouse, mais qu'il y aurait aussi untel et tel autre, et ainsi de suite. Je me les suis vus débouler le jour J, comme si de rien n'était, et il avait poussé le culot jusqu'à amener sa fille ado et une copine de sa fille. Je lui ai simplement signifié qu'il avait refusé pas très poliment quelques jours avant, et que se pointer à quatre sans prévenir ni s'être excusé, n'était pas dans ma conception des liens amicaux, que tous les autres avaient chaleureusement accepté et qu'on se passerait de lui et sa tribu ce jour là.

Je pense que l'obsession a été ponctuelle chez lui, dès lors qu'il a compris que tout le groupe serait présent. N'empêche que son comportement a été inacceptable, et c'est à peu près, je me doute, de ce type de comportements voire davantage, que les victimes de ces amoureux de leurs propres fantasmes, font les frais.

Je dis bien "ponctuelle", ici. Alors que dans le fil qui nous intéresse, ce doit être permanent, si j'ai bien compris.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 9:18

alejandro a écrit:
Je ne vais pas sérieusement m’amuser à discuter un diagnostic psychiatrique. Seulement voilà, je m’étonnais que d’un sentiment banal – tomber amoureux sans réciprocité – qui est exacerbé on en fasse une description clinique. Si on admet que toute chose puisse tourner à l’obsession, faudrait-il une description clinique, et un nom, à toute chose ? Par exemple, au fait de dîner avec des amis ?

Pour bénéficier d'un diagnostic psychiatrique, il fallait jusqu'à présent bénéficier d'un psychiatre. Celui-ci, grace à sa science vous collait une étiquette nécessaire pour appliquer au mieux son traitement. Aujourd'hui, beaucoup de psychiatres refusent de divulguer des diagnostics à tout va. Ce n'est pas grave. Plein de pseudo spécialistes se chargent alors de débusquer chez leurs voisins des tableaux cliniques d'une incroyable précision. En effet, il reste de bon ton de penser que le fou, c'est l'autre. D'ailleurs chez vous, comment ça va?

A 17 ans, Gustave Flaubert écrit une nouvelle: le journal d'un fou. Il y parle de lui et l'état de sa pensée qui lui fait voir désormais la vanité des choses. Cette idée que le monde est pourri et que, finalement les gens ne valent pas grand chose est bien sûr une production de son imagination. C'est son point de vue du moment mais il ne peut s'en défaire. Alors, il s'interroge: suis-je sot ou suis-je fou de penser ainsi? Il opte pour la deuxième solution qui est la plus orgueilleuse.
Plus tard, il écrira Madame Bovary. Vous savez, ce personnage à l'origine du bovarysme, cet état d’insatisfaction, sur les plans affectifs et sociaux, qui se rencontre en particulier chez certaines jeunes femmes névrosées, et qui se traduit par des ambitions vaines et démesurées, une fuite dans l’imaginaire et le romanesque.

Flaubert est un grand écrivain. C'est aussi un excellent clinicien.
Revenir en haut Aller en bas
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 11:39

Romane a écrit:
Je n'ai pas lu que c'était au nom de la parité, mais parce qu'à l'époque, les hommes étaient parfaits. D'ailleurs, c'est bien connu, pendant longtemps les problèmes sexuels étaient dûs à la frigidité des femmes...
Sans compter qu'une femme qui avait ses règles faisait invariablement tourner les aliments, tout le monde sait ça.
Bien sûr, parité n’a pas été exprimé. Je l’employais par raccourci pour désigner le contexte radical exacerbé qui veut que rien de désagréable ne puisse être exclusivement féminin sans qu’une correspondance masculine soit immédiatement établie afin de répondre à l’exigence de réciprocité ou d’égalité, c’est-à-dire à ce qui, mis en place ailleurs dans une forme positive, s’appelle parité.

L’érotomanie présentée comme plutôt féminine étant une idée inacceptable, il est commode de souligner qu’elle a été mise en évidence par des médecins hommes à une époque de machisme dominant et qu’elle touche en réalité les deux sexes. François va jusqu’à dire que c’est l’inverse (l’érotomanie serait plutôt masculine) et nous l’illustre par des exemples de fantasmes dirigés sur des cibles anonymes et tous azimuts (films pornos, sex-shops, prostituées) c’est-à-dire le contraire de l’érotomanie dont la première caractéristique est de viser une personne bien précise clairement identifiée…

D’ailleurs, maintenant que les hommes ont cessé d’être parfaits et que les règles n’ont plus d’influence sur la cuisine, maintenant que la conspiration contre les femmes est en voie d’extinction, les descriptions les plus récentes continuent de présenter l’érotomanie comme essentiellement féminine. Quant à Freud, s’il s’est trompé en réservant l’hystérie aux femmes (je ne sais pas si c’est exact mais disons que ça l’est) ce n’est pas nécessairement pour apporter sa contribution à l’accablement universel de la femme ou par solidarité masculine mais peut-être parce que les constatations objectives de la psychanalyse naissante le conduisaient à le penser rationnellement au vu des éléments qu’il détenait.

Accessoirement, pour considérer que l’érotomanie rejaillit sur l’image des femmes dans leur ensemble il faut la voir comme une faute dans un contexte de jugement et de culpabilité or je ne crois pas qu’un médecin puisse raisonner dans ces termes, même dans les années vingt. Un médecin parle patient, cas clinique, symptômes, souffrance. Le crime en série est très majoritairement le fait d’un homme. Personne ne s’appuie là-dessus pour en faire le reproche au genre masculin. Dans l’esprit de tout le monde, le criminel en série n’est pas considéré en tant qu’homme ou tant que femme mais en tant que grand malade.

Enfin pour se convaincre qu’une pathologie peut être sexuée, il suffit de penser à l’exhibitionnisme. Je ne parle pas du libre choix qui peut amener n’importe qui ou presque à se montrer nu par goût de la transgression ou pour tester son pouvoir de séduction (ou par jeu ou pour donner du piment) mais du besoin irrépressible et répétitif qui pousse un homme à attirer le regard sur ses organes génitaux, parfois avec une insistance qui avoisine la contrainte, parfois en se masturbant. Il cherche dans le regard de l’autre, nous dit-on, confirmation de la présence de son phallus. Il n’en demande pas plus. S’il a un doute, c’est probablement à cause d’une insurmontable angoisse de castration. Aussi, plus la réaction est horrifiée, plus elle est rassurante pour lui, j’imagine. L’exhibitionnisme est présenté comme une pathologie majoritairement masculine.

Mais peut-être qu’elle a été décrite dans les années vingt par des médecins femmes désireuses de river leur clou aux machos qui avaient lâchement monté le coup de l’érotomanie.

Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 11:59

Quand même, cette histoire de frigidité répandue dont je parlais plus haut, et dont on s'aperçoit aujourd''hui, depuis qu'on a commencé à s'intéresser aux maladresses sexuelles dans tous les sens du terme, qu'elle a été un peu facilement construite et que finalement il y a autant de problèmes chez les hommes que chez les femmes, comme ça, à la louche.

La parité m'agace profondément, ça en devient ridicule et l'on assiste en son nom à des dérapages inverses qui ne sont ni intelligents, ni très fins.

La culpabilité et la fierté mal placée sont la cause de bien des détournements.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 13:35

Ce n'est pas toujours facile d'être un homme. Ce n'est pas toujours facile d'être une femme. chaque genre a ses tourments. Mais, il est curieux de constater que des diagnostics qui devraient d'abord décrire des souffrances deviennent bien vite des anathèmes contre l'autre. Reconnaître la souffrance de l'autre est parfois chose bien difficile. Elle renvoie à la sienne propre.
Le medecin a d'abord un devoir de sollicitude envers son patient. Et le diagnostic ne devrait être là que pour servir le traitement et non cataloguer les gens comme pour mieux les maîtriser.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 14:26

Romane a écrit:

Je dis bien "ponctuelle", ici. Alors que dans le fil qui nous intéresse, ce doit être permanent, si j'ai bien compris.

Ah bon !?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 14:28

Merci Vic. C'est aussi exactement ce que je pense, c'est pourquoi la parité amenée à tout bout de champ m'agace, parce qu'elle est tournée sur la dualité et non sur la complémentarité (la plupart du temps)

Ceci n'est pas incompatible avec mon coup de gueule "y'en a marre que les femmes endossent des trucs communs aux deux sexes", je le précise par anticipation, hein, parce que je vois venir le truc, Alex. Laughing

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 14:28

alejandro a écrit:
Romane a écrit:

Je dis bien "ponctuelle", ici. Alors que dans le fil qui nous intéresse, ce doit être permanent, si j'ai bien compris.

Ah bon !?

Ben oui, si j'ai bien compris qu'il s'agit d'une maladie, ce doit être répétitif, je suppose ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 17:51

Romane a écrit:
Quand même, cette histoire de frigidité répandue dont je parlais plus haut, et dont on s'aperçoit aujourd''hui, depuis qu'on a commencé à s'intéresser aux maladresses sexuelles dans tous les sens du terme, qu'elle a été un peu facilement construite et que finalement il y a autant de problèmes chez les hommes que chez les femmes, comme ça, à la louche.
Rien à redire.
Présenter la frigidité comme l'explication globale des difficultés sexuelles est évidemment une absurdité. Mais, à l'inverse, ne dit-on pas couramment qu'il n'y a pas de femmes frigides, seulement des maladroits ? (c'est tout aussi stupide mais c'est plus drôle). On prétend aussi, plus finement : il n'y a pas de femmes frigides, ce sont les mauvaises langues qui disent cela.
Sinon, je suis bien d'accord, les raisons d'avoir des problèmes sont assez nombreuses pour être bien partagées.
Revenir en haut Aller en bas
Selmer
Perturbateur de masses en fils
avatar

Nombre de messages : 4270
Localisation : Est
Date d'inscription : 13/08/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Mer 1 Oct 2008 - 19:21

alejandro a écrit:
... je m’étonnais que d’un sentiment banal – tomber amoureux sans réciprocité – qui est exacerbé on en fasse une description clinique.
L’érotomanie, ce n’est pas ça.
C’est croire très sérieusement et sans le moindre fondement, que l’autre est tombé amoureux de soi et bâtir tout un scénario imaginaire et grave autour de cette fiction en y croyant fermement, comme être convaincu qu’il dissimule son amour avec la complicité de son entourage mais qu’il en donne des signes discrets (que seul l’érotomane perçoit…). C’est rendre l’autre responsable du sentiment qu’on lui porte en étant convaincu qu’il l’a sciemment provoqué par son comportement. Dans la troisième phase qui, heureusement, n’est pas toujours franchie, c’est chercher à se venger de lui parce qu’il ne se passe rien. Et pour cause, pendant tout ce temps, l’autre ne sait même pas qu’il est censé être amoureux.

Ça, c’est le cas extrême, le cas d’école, mais il peut y avoir des situations plus confuses comme celle qui sert de scénario au film bien connu dans lequel Michael Douglas donne des signes très tangibles d’intérêt puisqu’il choisit d’avoir une relation sexuelle mais la femme, qui par malchance est une érotomane, refuse de comprendre qu’elle n’était qu’éphémère. Toutes les explications voulues, toutes les réalités manifestes et tous les signes donnés ne suffisent pas à la convaincre et ça prend des proportions terrifiantes. Qu’on ne parvienne pas à accepter une réalité et qu’on en conçoive chagrin et dépit reste anodin mais la pathologie c’est d’être persuadé que l’autre ment, se ment à lui-même, qu’il fait semblant de ne pas être amoureux alors qu’il l’est.

Tomber amoureux sans réciprocité est effectivement banal. Mais celui à qui cela arrive est conscient de l’absence de réciprocité, même s’il en souffre. L’érotomane est persuadé que la réciprocité existe et qu’elle ne veut ou ne peut pas s’exprimer. C’est toute la différence.

Personnellement je vais jusqu’à penser que des situations admises comme courantes et qui ne sont pas formellement répertoriées ni clairement définies comme l'est l’érotomanie, sont quand même maladives. Le suicide ou la dépression profonde par dépit amoureux, le crime passionnel, le refus d’admettre qu’une histoire est terminée, la jalousie possessive, la dépendance totale me semblent des signes de déséquilibre plus ou moins avancé.
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1864
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Erotomanie   Jeu 2 Oct 2008 - 12:26

Selmer a écrit:
alejandro a écrit:
... je m’étonnais que d’un sentiment banal – tomber amoureux sans réciprocité – qui est exacerbé on en fasse une description clinique.
L’érotomanie, ce n’est pas ça.
C’est croire très sérieusement et sans le moindre fondement, que l’autre est tombé amoureux de soi et bâtir tout un scénario imaginaire et grave autour de cette fiction en y croyant fermement …

[…]

Tomber amoureux sans réciprocité est effectivement banal. Mais celui à qui cela arrive est conscient de l’absence de réciprocité, même s’il en souffre. L’érotomane est persuadé que la réciprocité existe et qu’elle ne veut ou ne peut pas s’exprimer.

C'est donc ça :

alejandro a écrit:

Apparemment, ce dont il s’agit, c’est d’une personne amoureuse d’une autre, qui se fait tout un cinéma au sujet de cette autre personne, alors que ce sentiment amoureux n’est pas réciproque.

Et en gardant à l’esprit que le cinéma est bâti sur des scénarios lourds.

Il m’est arrivé à au moins deux reprises d’être témoin plus ou moins direct du phénomène dont on parle ici. Dans les deux cas il s’est agit d’hommes tombés amoureux de femmes qui ne l’étaient pas d’eux ; dans les deux cas, ils ont sur-interprété des signes de vague amitié comme des signes d’amour. Dans l’un des cas, ça s’est terminé dans un bistrot, où lui, furieux, s’est mis à insulter la femme qui persistait à se refuser à lui. Il l’a traité de salope, de pute et elle a même eu peur qu’il ne la gifle. Dans l’autre, ça n’a pas été jusqu’à une expression de haine mais après qu’il a été obligé d’admettre qu’il avait tout interprété de travers, il a fait une vilaine dépression.

Dans les deux cas on parle d’hommes qui étaient quelque peu fragilisés préalablement à cette histoire, on parle d’hommes qui n’avaient pas eu de petite amie, ni même de relation, depuis un moment. Mon sentiment, à l’époque, avait été que finalement, la femme sur laquelle leur mal-être s’était focalisé, et que ce mal-être se soit exprimé comme un sentiment amoureux, était en fait anecdotique.

Je note au passage que Vic nous explique que si autrefois, les psychiatres essayaient d’être précis dans leur diagnostic, la discipline a évolué dans le sens d’une relativisation de l’importance donnée au nom du mal traité. Si j’ai bien compris la référence à Flaubert, la description littéraire du cas semble à Vic plus pertinente que la description par un mot inventé pour la circonstance.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Sancho Panza

avatar

Nombre de messages : 59
Date d'inscription : 30/01/2008

MessageSujet: Re: Erotomanie   Jeu 2 Oct 2008 - 14:12

Ma?


Dernière édition par Sancho Panza le Jeu 2 Oct 2008 - 14:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Jeu 2 Oct 2008 - 14:13

J'aime bien Alejandro, même si je m'inquiète de sa rigueur en ce qui concerne les débats. La psychiatrie, c'est d'abord une histoire, avec des auteurs pris dans la lecture de leur siècle comme le serait pour la littérature Balzac, puis Flaubert ou Zola. Dépeindre l'âme humaine demande donc à chaque auteur qu'il s'appelle, Clérambaud, Charcot ou Freud, de poser son chevalet dans une époque donnée. Ainsi va de la psychiatrie française et de ses accointances avec les gens de plume. Entre temps, il faut aussi reconnaître à la pharmacopée, certaines avancées non négligeables.
Tout de suite, je regardais les informations sur France 3. Un court sujet sur France 3 Aquitaine. Deux intervenants que le journaliste de faction interroge en cinq minutes. Le premier invité est un psychiatre , psychothérapeute qui présente un colloque sur "l'attachement et les addictions". Sa thèse qui sera développé avec de nombreux collègues psys les tels et tels jours à l'Athénée municipale, est que l'être humain, dès les premiers jours de sa vie, doit bénéficier d'un attachement à sa mère, attachement suffisamment sécure pour lui permettre par la suite d'investir d'autre objet, non des moindres: le monde. C'est bien sûr les travaux de Bowlby, de Harlow de Winnicott qui sont là développer et qui permettent de trouver des applications dans les thérapeutiques mises en oeuvre pour les victimes d'addictions (alcool, drogues, médicaments).

Autre invité, un oenologue qui sort un livre et dont l'actualité va de concert avec le prochain millésime bordelais. Ce monsieur a, à ce qu'il prétend, une grande connaissance du vin hérité de son père, préparateur pharmaceutique qui bénéficiait d'un nez. Il dit en préambule: "quand on consomme les vins avec modération, etc, etc ..." "Mais, en ce qui concerne le millésime 2008, il est encore trop tôt pour se prononcer..."

La posologie peut-elle donc répondre à elle seule d'un manque existentiel? Peut-elle combattre dans le délire érotomane, l'exaspération des sentiments et dans l'ivresse la gueule de bois? Où est la norme? Fluctue-t-elle au gré des siècles? Qu'est-ce qu'être fou aujourd'hui? Qu'est-ce que la passion?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Erotomanie   Jeu 2 Oct 2008 - 23:04

Sancho Panza a écrit:
Ma?

Mon cher Sancho, je ne saurais que te conseiller de lire attentivement, très, notre ami Vic. Tu y trouveras des trésors d'indices.

Moui !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Ven 3 Oct 2008 - 11:48

D'accord avec toi Vic! La pathologie mentale et sa description clinique reflètent leur siècle. Ce que j'ai vu les choses changer en 30 ans! Et c'est bien pour cela que j'aime ce métier finalement. Tout, toujours, est en changement. La psychiatrie, si souvent, et parfois à juste raison, décriée, c'est une plongée dans l'esprit humain. Et il est bien difficile d'y faire preuve de rigidité. Sous peine de n'y rien comprendre. La folie, n'ayons pas peur des mots en ce temps si prude, la folie est fascinante. Et les grands cliniciens cités ci dessus en furent à leur époque les grands peintres. Je regrette seulement qu'il n'en existe plus de cette trempe. Mais je vous le dis. Relisez les si le sujet vous intéresse. C'est aussi une partie de notre histoire. Et ces types là en plus n'avaient rien pour soigner. Mais ils se sont donnés corps et âmes à leur métier "d'aliénistes". Nous leur devons tout.

François
Revenir en haut Aller en bas
francoisdalayrac

avatar

Nombre de messages : 2127
Age : 59
Localisation : Lille
Date d'inscription : 26/03/2007

MessageSujet: Re: Erotomanie   Ven 3 Oct 2008 - 11:54

Ce que je peux constater aussi c'est que les limites de la normalité se resserrent de plus en plus. Notre monde est de moins tolérant à tout ce qui est "hors normes". Aujourd'hui, dans notre société libérale avancée :

Diogène : pris en charge par les services sociaux

Lao tseu : dans les couloirs d'une maison pour vieillards déments

Tchouang tseu : associal pris en charge par des éducateurs

Li tseu : son Traité du vide parfait lui vaudrait l'étiquette de schizophrène

Socrate : un dangereux gourou de secte dont il faut protéger nos enfants

Beethoven : un mal entendant placé dans une institution spécialisée

Li po : un alcoolique en cure de désintoxication

Baudelaire : un angoissé chronique en analyse freudo - lacanienne

Léonard de Vinci : un délirant mégalomane

Nietzsche : un mégalomane bi polaire

Et la liste n'est pas exhaustive. Nous vivons la merveilleuse époque de la normalisation. Au secours!

François
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Erotomanie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Erotomanie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Erotomanie
» [Montherlant, Henry (de)] Les jeunes filles
» [film] Une élève trop parfaite
» In Another Country (Hong Sang-soo, 2012)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: