Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De l’école maternelle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: De l’école maternelle.   Sam 22 Nov 2008 - 17:07

De l’école maternelle.
La guerre 14-18, outre sa boucherie, permit aux femmes françaises de s’apercevoir qu’elles pouvaient prétendre autre chose, leurs hommes étant occupés au front, que de rester cloitrées comme mères, épouses fidèles puis aïeules dans les cachots domestiques. Inversement proportionnel, l’enfer des hommes ouvrait le paradis des femmes. Enfin, devenir un être social. Par la suite, les progrès de la médecine apprirent à nos compagnes que leur destin n’était pas forcément que de mourir en couche, plus tard d’être mère pour forcément exister, que de s’habiller en garçonne restait fort séduisant, se passer de mec ou d’en avoir un dans la peau, pouvant pourquoi pas varier en fonction de leurs seuls caprices.
C’est à l’intérieur de cette révolution culturelle que l’école maternelle a vu le jour. D’abord simple garderie des enfants d’ouvrières, cette institution s’est anoblie par une réflexion sur l’éducation des jeunes enfants faisant qu’ils étaient sinon des êtres encore intelligents, du moins des élèves en devenir. Le statut nouveau des femmes relevant par contre coup le statut des enfants.

Aujourd’hui quatre vingt dix pour cent des enfants de trois à six ans fréquentent cet établissement. Le combat n’étant plus qu’un enfant de cet âge serait mieux avec sa mère plutôt qu’un substitut maternel. Cela serait sans qu’on en parle, un fait acquis. Prenant appui sur l’engouement des femmes à sortir de la maison de leurs maris, le système économique ne les a non seulement intégrées, mais rendues indispensables à la bonne marche financière de toute la nation. Les femmes peuvent tout faire : cela demeurant le slogan des officines féministes.

Pour le coup, elles demeurent majoritairement infirmières selon leur première affection, mais aussi puéricultrices, personnels de crèche, institutrices. Nurses dans les maisons bourgeoises, travailleuses familiales chez les prolétaires, elles n’ont pas un seul instant rompu le lien qui les unit à nos enfants. Elles souhaiteraient davantage. Un certain nombre d’entre elles réussissent dans les études si bien que l’accession d’une femme à l’Elysée semblerait même envisageable.

L’économie, sa crise fait pourtant qu’un certain nombre de femmes, des mères ne travaillent pas. Leurs hommes, la caf surviennent à leurs finances. Elles sont disponibles à leurs enfants. Grosso modo, elles possèdent le même bagage scolaire que leurs sœurs dûment estampillées par la nation comme spécialistes de l’enfance. Mais, les différences de statuts faussent souvent le débat. Une mère seule élevant ses enfants est forcément quelqu’un à plaindre. Par là même à aider. Ses enfants n’ont pas de chance. On prend si facilement pitié.

Pendant ce temps, le gouvernement de la république, soucieux de la sécurité des citoyens demandent aux écoles maternelles les dossiers des élèves potentiellement dangereux pour la société. Ces petits casse-cou qui n’écoutent pas les consignes pour se servir du toboggan menacent donc à terme la paix de nos banlieues.

C’est dans ce brouhaha que Monsieur Darcos envisagent le gel d’un nombre conséquent de postes dans l’école dont il a la charge.
C’est dans ce même tohu-bohu que des mères de famille sans aucune reconnaissance sociale s’interrogent sur l’avenir de leurs enfants. Faire confiance oui ou non dans l’école maternelle quand on aurait le choix de se garder les gosses à la maison. Pauvre pour pauvre, il ne s’agirait pourtant pas de gaspiller sa principale richesse en la confiant à une institution pour le moins incertaine malgré la valeur inestimable de son personnel.
De qui donc dépend notre petite enfance, paradis forcément perdu ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: De l’école maternelle.   Sam 22 Nov 2008 - 22:36

En réalité, les considérations de ce monsieur ne portent que sur des questions purement financières (dans un esprit réducteur de dépenses), et pour ce faire, il n'hésite pas à dévaloriser le travail des professionnels, engendrer une régression du travail féminin alors qu'on sait très bien que les couples peuvent à peine survivre avec un seul salaire parfois ô combien mince, et réduire à peau de chagrin le cas de l'enfance à éveiller.

Y'a des baffes qui se perdent... et pas sur les cuisses de nos bambins.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
De l’école maternelle.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crafty à l'école maternelle
» mon travail pour l''école maternelle enfin terminé!
» Supression des RASED
» une école polyvalente
» Jim Harrisson l'école du Montana

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: