Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 l'incinérateur bluff

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: l'incinérateur bluff   Dim 23 Nov 2008 - 10:25

Figure # 1, Mr. Vaklovski

on pouvait pas rêver plus réglo, comme planque !
ça aurait pu être le cas, du moins.

il se remémora l'oncle Archie,
qui avait été longtemps le meilleur perceur de coffres.
jusqu'à cette nuit...

parce qu'il avait merdé, parce qu'il avait joué le coup de trop.
le coffre de Vaklovski, un diplomate.
le genre mafia extrême, influence sans bornes,
agent double des sphères du super-pouvoir.
sous immunité, sa valise et lui étaient les passeurs
d'un trafic allant des armes bactériologiques à l'information.
celle des industries de pointe ; haute technologie et super-sciences.

rien à voir avec ses homologues qui étaient de vagues barons de la drogue,
lui, il avait le pouvoir de vie ou de mort.

la plupart du temps c'est les Soviétiques qui l'employaient,
que ce soit pour le vol d'une souche viral dans un laboratoire militaire
pour des maquettes et des pièces-prototypes de la n.a.s.a.
le piratage informatique, le sabotage militaire, etc.
pour des assassinats commandités de figures médiatiques ou politiques.
et même pour le kidnapping de tel scientifique, ingénieur, hacker
ou tel informateur - qu'il faudra sans doute torturer.

mais parfois il se vendait au plus offrant.
"free-lance", comme ils disent.

et là, même les services secrets les mieux informés ne soupçonnaient pas quie étaient ses clients.

Mais ceux qui l'avaient démasqués en avaient après son carnet d'adresse,
ou encor mieux sa déposition complète.

Mais ça, c'était impossible, tant sa garde était imparable,
depuis son escorte diplomatique, gardes corps compris - les exécutants de toutes les basses besognes - des soldats d'élites,
à ses contacts multiples, espions de toutes provenance, qui ne laissaient glisser que peu d'informations des milieux autorisés.

Car il y avaient ceux qui le voulaient vivant,
et ceux qui le voulaient protégé de la bavardise,
ses Clients les plus puissants,

et la Puissante des Puissantes Russie.


hors, Vaklovski venait de terminer une opération importante, la récupération d'un microfilm, une pièce à conviction détenue par un agent infiltré incriminant un Haut dignitaire de l'Église.

Une bombe à retardement.
Un scandale que ses employeurs devaient impérativement tuer dans l'œuf.

et il y avait aussi ledit carnet d'adresses.

plus une puce informatique volé aux Japonais,
un élément capital pour leur programme spatial.
Puce qui permettait à l'ordinateur hacker
de passer les pare-feus et d'éviter le déclencher l'alarme Kepler,
qui devait être expédiée à l'ordinateur central de la sécurité Nippone.

le Pentagone avait perdu la trace de la puce, dont ils voulaient s'emparer,
et celle-ci avait donc du rester "en sommeil" dans le coffre à triple verrou biométrique de l'Ambassade Russe à Tokyo, où Vaklovski ne pouvait se rendre avant d'être absolument certain de ne pas éveiller les soupçons.

le cas échéant, il se ferait dammer le pion par un de ses rivaux, qu'on surnommait, dans les couloirs, "Raspoutine". une mauvaise plaisanterie dont le dernier à l'avoir dit trop fort ne pouvait plus rire, puisqu'il avait été défiguré, lacéré comme un grattoir pour chats.

au bout de 4 semaines, il put enfin quitter l'Autriche pour regagner Tokyo.
une fois sur place, il devait encor patienter, pour que le faux mobile de sa venue soit un alibi insoupçonnable.

Les Japonais enquêtaient plus du côté des États Unis, qui du coup étaient entravés dans leur propre enquête pour retrouver la puce.
Ils suivaient une piste, des Agents japonnais surgissaient comme des diables de leur boite, comme de nulle part, leur volant l'enjeu de la piste.

au bout de 5 jours, son alibi était assez solide pour qu'il se prépare à repasser les frontières.

Ses contact en Inde lui avaient confier, dans le plus grand secret, que le Lendemmain ils devaient faire une décente décisive au domicile d'un suspect Canadien.

Et un peu à la légère, ils y voyaient un stratagème pour brouiller la piste Américaine.

Leur lubie les accaparait tant que toute autre opération de surveillance étaient en sous effectifs, depuis 2 jours qu'ils échafaudaient leurs plans offensifs.

mais tout dérapa, pour Andreï Vaklovski comme pour Archie Lombardi.

car Vaklovski, c'était le genre à qui il valait mieux pas se frotter,
et qu'Archie, c'était un pro des serrures, mais pas un cerveau.



_____________

(sous réserve de modifications chirurgicales)

à venir : "Figure # 2, Archie".
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Figure # 2, Archie   Lun 24 Nov 2008 - 7:43

il y en avait eu pour douter d'Archie, à une époque.

lorsque les coffres forts Excelsior étaient apparus sur le marché,
dlindés, 3 verrous de déblocage du code à molette,
changé quotidiennement afin que les mouvements
répétés ne trahissent pas le code, au stéthoscope.

mais finalement, la faiblesse de la roulette,
c'était la souplesse du mécanisme,
vanité du constructeur, qu'il
vendait pour preuve d'une sécurité accrue,
d'un confort impeccable et
d'un standing affiché.

sauf que le mécanisme prenait du jeu, à l'usage et à force de changement de combinaison.

Archie avait été le seul à trouver la façon de percer ce coffre :
en mêchant à la lisière du cadran, afin de remplir le ventre
du verrou de micro billes lubrifiées à l"huile d'olive

un détail superflue mais auquel il tenait beaucoup...
"par poésie", disait-il.

c'est un secret qu'il garda farouchement durant plus de 3 ans, au delà desquels un de ses associés de l'époque vendit l'astuce à une autre paroisse...

mais qu'il y ait des vautours n'entamait que son train de vie,
et non pas son talent, son excellence.

dans un rayon de 300 miles au bas mots,
aucun casse d'envergure ne se faisait plus
sans sa participation, ou au moins ses conseils,
qu'il vendait de plus en plus chers.

et puis... on arrive pas dans la truande à un âge si canonique
sans avoir essuyé les plâtres pénitenciers.

et sans, donc, s'être juré
de raccrocher après le prochain gros coup.

sauf que là, le gros coup, c'était du suicide !

comme il ne connaissait pas le client,
mais juste les informations concernant le coffre,

il avait accepté.

Sinon, la mention de Vaklovski n'aurait pas suffie à l'alerter,
question de bac à sable,

mais du moins un de ses indics aurait pu le faire quitter le casse.

la malette diplomatique, c'était une cible quasi impossible,
car mobile, fixe, et surprotégée par la troupe de Vaklovski.

le coffre à triple verrou biométrique de l'Ambassade Russe à Tokyo,
par contre... ça pouvait marcher. si Archie y parvenait,
ce dont il semblait seul à douter.

et la troisième cible, non des moindres,
ça serait le coffre fort personnel de Vaklovski,
à son hôtel particulier.

3 scènes,
3 équipes,
3 opérations

et tout devait être minuté, simultané,
afin de ne pas mettre en péril le projet.

On innonda Archie d'argent, on lui laissa même constituer les équipes.
il connaissait toute la pègre, et personne ne lui chercherait de noise,
il était un peu l'Oncle du milieu, ici à Monaco.

Et il fallait opérer avant le départ de Vaklovski,
sinon, c'était fichu.

Archie fut donc envoyé à Tokyo.
il en était très exhalté.

et les répétitions, les repérages, avaient commencé.

Archie passait ses nuits devant les tableaux, les plans, etc.
chaque sécurité, alarme, verrou etc
devait être désamorcé.

le matin, Martin arrivait.
Martin était le seul contact ascendant qu'avait Archie.

la première base d'une opération qui se refermait déjà,
comme promesse d'enterrements sommaires sous les bambous.


_____________

(sous réserve de modifications chirurgicales)

à venir : "Figure # 3, Martin".
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Figure # 3, Martin   Mar 25 Nov 2008 - 22:54

personne ne savait vraiment qui était Martin.
tout ce qu'on savait, c'est qu'il exécutait des plans retors,
et connus pour leur quasi-perfection,
ce qui faisait que les services de Police ne le connaissaient pas...

pas un truand ne l'aurait vendu...
ce qui revient à être sous protection,
en plus efficace et plus sécurisant

on l'appelait "l'Ingénieur", mais quelques uns, les plus vieilles carcasses, gloussaient du Martin, se ventant de leur complicité de jadis...
ce qui finissait par statufier Martin comme le type qui aura réussi dans sa vie à parler aux plus d'interlocuteurs possible, ce qui équivaut à faire tenir toi 3 vies remplies à raz bord dans le maigre corset d'une seule, pauvre.

C'était Martin, donc, qui planifiait tout.
Un soir, il avait dit à un ami de fortune :

"ce con d'Houdini, il sait se trémousser, mais au final, lui est mort et moi pas."

il tenait bien à l'alcool... mais là, il fêtais le mariage de sa fille.

Son âge ? personne ne s'en souvenait, et il ne donnait jamais la même réponse si on l'interrogeais à ce propos.

Car pas même un biographe n'aurait pu dire qui il était, officiellement.
Moi qui l'ait vu plusieurs fois, je lui en donnerais bien 75.

pour la profession, c'est un exploit,
avec un casier vierge, d'autant plus.

il avait finit par détenir une véritable petite fortune, et habitait, il paraît, dans une maison du Corbusier.

et il venait voir Archie toutes les semaines, ponctuellement, avec d'autres maquettes voir même des coffres forts, pour qu'Archie répète l'opération concrètement.

Ainsi, au bout de 4 semaines, il avait cambriolé au moins 10 fois chaque coffre de l'opération.

et comme il n'avait pas le don d'ubiquité, il avait du former des apprentis, le vieux Archie.

en fait, c'était bel et bien les deux vieux de l'opération,
et en toute logique, eux deux avaient vraiment travaillé de nombreuses fois ensembles,
et toujours avec un talent d'orfèvre,
se respectant mutuellement.

C'est pourquoi Archie était en confiance et n'avait même pas jugé bon de savoir qui était le client...

Martin ne lui aurait pas dit, bien sur... mais il aurait pu savoir.

Lui et ses 2 apprentis donc, des jeunes mecs dessinés comme Querelle de Brest...

recevaient donc leurs ordres pour la semaine, quand la Bugatti se garait dans l'atrium de l'entrepôt C 347, dans la zone industrielle ouest.

et ils savaient quelle était leur moyenne à chacun et sur chaque coffre.

Archie était en tête sur les 3, il prendrait donc le plus délicat...

Jim, lui, s'en sortait mieux avec les alarmes électroniques.

Rachid, le plus jeune, jurait comme au bled mais, il avait un talent indéniable pour les empreintes, moulures, dé crochetages,..

ils semblaient se connaître tous les deux, mais Archie s'en foutait, de ce qu'ils faisaient de leur cul, du moment qu'ils limaient bien les serrures.

puis, ça avait été le grand soir.

voilà comment cela se déroula :



_____________

(sous réserve de modifications chirurgicales)

à venir : "Figure # 4, Lucie".
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Figure # 4, Lucie   Jeu 27 Nov 2008 - 18:06

Les 3 équipes étaient prêtes.

Il y avait l'Ambassade,
la Péniche de Vaklovski et
sa mallette, donc son bras entier en somme.


Rachid pour la mallette diplomatique, escorté d'une armada de petits soldats.

Jim pour l'hôtel particulier fluvial de Vaklovski, dont le coffre était un MR 3000, une sorte de coffre fort à cryptage algorithmique.

Archie le coffre AMLER à triple verrou biométrique de l'Ambassade Russe à Tokyo.

Martin commandait par radio les 3 cibles, depuis un jet privé déjà prêt au décollage, dès confirmation du succès et du repli des 3 équipes.

Personne ne savait ce qui se passerait ensuite, qui récupérerai les paquets,
vers qui ils transiterais ni quels en étaient les destinataires.

Tout ce qu'ils avaient besoin de savoir avait été dit, le reste était réglé comme du papier à musique aussi, de toute manière.

Ils avaient tenté d'intercepter la mallette à la sortie du Casino, mais Rachid fut mortellement blessé par balle.

Ils repartirent toutefois avec le bras de Vaklovski, mais sans la clé.
Martin leur hurlait de la récupérer, mais rien à faire : dans la confusion, on ne savait tout bonnement pas qui en était le porteur.

Ils se replièrent donc, avec le reste des effectifs qui ne restaient pas à terre.

Une demi heure plus tard, après s'être assurés de ne pas avoir de cortège à leurres trousses, ils entrèrent dans le parking sous-terrain d'un club privé, enfilèrent les costumes qui les attendaient dans l'autre véhicule, donnèrent les clés du van de l'assault, dont il fallait se débarrasser, au voiturier, et rejoignirent, dans l'espace VIP, un des lieutenants de Martin à Tokyo, Mr Waong.

Celui-ci, bien que déjà informé, mima théâtralement sa contrariété d'avoir pour trophée une mallette verrouillée encor attachée à un avant bras toujours chaud, fleurant le sang humain et la chaire brulée.

Mais les 8 membres de l'équipe touchèrent leur solde,
leurs faux papiers, leurs billets d'avions, chacun pour une direction et un horaire différent.

Cette partie là de l'entreprise était donc achevé, et Mr Waong alla rejoindre Martin.

Dans le même temps, la péniche fut sabotée. Une fois coulée, l'équipe d'hommes-grenouille, dirigée par l'ancien Caporal Nio-Miu, emmena Jim, derrière 3 percements dont un dans la coque même, face au coffre, le MR 3000.

Le navire coulé, il ne subsistait personne pour les déranger, et l'électricité ayant été interrompue dans l'attentat, il ne restait plus que l'algorithme à contourner, en plus du verrou biométrique, ces systèmes fonctionnant sur batterie autonome.

IL restait à Jim 1/3 de sa bombonne d'oxygène quand il ouvrit le coffre et récolta son contenu pour le mettre rapidement dans un sac étanche qui, une fois qu'on appuyait sur la valve, soufflait l'air jusqu'à être totalement sous vide, cela permettant en la circonstance de permette la meilleure conservation des documents papiers récoltés.

Ils repartirent en Van à l'effigie de "Niuk fast noodle food", enseigne qui n'avait jamais existé, sans doute, et regagnèrent le cinéma central, où, dans l'obscurité et couvert par l'excellent dolby surround, l'échange entre le sac sous vide et la mallette de billets verdoyants et les papiers d'identités de substitution ne prit pas plus de 5 minutes.

Ils repartaient donc ensuite vers les docks, où ils seraient les passagers d'un cargo commercial à destination de l'Australie.

De là, chacun pourrait, avec ses papiers d'identité véritable, repartir vers chez lui, comme n'importe quel touriste lambda.

A l'Ambassade, par contre, tout se passa plus difficilement.
Tout d'abord, les rondes avaient été changées.
Ils durent attendre 10 minutes avant de se présenter au poste d'entrée, où ils avaient un complice dans l'équipe de nuit.

Comme l'Ambassade recevait à ce moment l'information selon laquelle Vaklovski avait été attaqué et démembré, une certaine effervescence s'empara de tout le pâté de maison, comme l'escomptait Martin.

Personne ne prêtait plus attention à l'équipe de dépannage du gaz, appelé en début de soirée, suite à un incident mécanique provoqué par Lucie, une secrétaire que Martin avait approchée et soudoyé, sans doute au milieu de mille caresses.

Mais une fois introduits, il leur fut périlleux de se faufiler jusqu'aux catacombes, où était le coffre. Ils tombèrent, à priori fortuitement, sur Lucie, qui les aida grâce à son badge d'autorisation 4... ce qui leur fit gagner 9 minutes et 40 secondes sur leurs pronostics d'avancement.

Pour les dernières portes, cependant, Archie dut tout faire de lui-même.
Tout le monde dans l'équipe était tellement impressionné par sa danse autour des verrous, as dextérité... que personne ne songea à congédier Lucie.

Il n'y avait que des hommes dans l'équipe, et Lucie Tchan était une gravure de mode, ce qui a du jouer un rôle non négligeable.

Les clics des verrous se succédaient, on eut dit qu'Archie les amenait à l'orgasme, tant ça résonnait dans les couloirs déserts. A peine entendait-on le tumulte, les pas au dessus, précipités, étouffés par un sol sans aucun doute blindé lui aussi.

Enfin, Archie fut face au AMLER à triple verrou biométrique.

Martin l'informa par talkie que le coursier de l'équipe 1 les rejoignait comme prévu, avec les doigts et l'oeil de Vaklovski.

Archie commança donc avec le verrou à reconnaissance vocale, réglant à l'oreille le filtre qui lui permettait de produire des intonations quasi identiques à celles de Vaklovski. Au bout de 6 essais, le coffre consentit enfin à reconnaître la voix d'une personne autorisée, et un bip-bip retentit, une diode vira au vert.

Restait 2 verrous.

Le coursier arriva et Archie dut découper la pulpe du pouce pour l'enfiler sur sa main, où le scalp était maintenant collé, tendu et chaud. La porte cliqueta et vira un peu plus encor au vert.

Enfin, l'œil.
Archie avait fabriqué avec Martin une machine qui permettait de reproduire les variations naturelles de l'œil sur un globe mort, par des micro-décharges électriques programmées par avance.

Et comme ils le soupçonnaient, il y avait un coffre dans le coffre...
Ce n'était pas la première fois qu'Archie était confronté à un gigogne,
et celà n'était jamais facile, car il était rare d'avoir pu s'informer par avance du modèle qu'on allait y trouver, enfoui.

il transmit à Martin le n° de série, la marque, l'année, le modèle.
il en avait déjà ouvert un de ce genre, il y avait 10 ou 12 ans...

parmi les vieux modèles, c'était un des meilleurs...
pour son propriétaire, car l'un des cauchemars des braqueurs.

Archie voyait ses 9 minutes 40 de bonus fondre comme neige au soleil.
Martin avait eu beau lui communiquer les plans exacts du modèle en moins de 3 minutes.

Une fois ouvert, Lucie bondit comme un diable et le prit en otage.
Elle était un agent infiltré Allemand, et c'est elle qui partit avec des documents classés secret-défense... la seule chose que son gouvernement convoitait et donc, qu'elle leur déroba.

Martin semblait affirmer qu'on la serrerais plus tard, que l'opération se poursuivait.

Il ouvrit donc les caissettes individuelles, une à une, pour être certain de ne plus rien laisser s'envoler de son butin.

Il y avait même bien plus que ce qui figurait sur la liste que Martin leur avait fourni.

Ils repartirent, confiants, et donc moins vigilants.

Puis ils allèrent au point de rendez-vous. Pour eux, c'était le jet de Martin, qui s'envolerait dans 3 minutes avec la rafle.
Celui-ci distribua les enveloppes de l'équipe, qui étaient même 2 fois plus épaisses que les promesses faites auparavant.

Mais quand Archie fut reparti en taxi de l'aérodrome pour aller dans son hôtel pour la dernière nuit, une voiture les prit en chasse et commença à les mitrailler.

La voiture d'Archie finit dans un ravin.

Une fois revenu à lui, il s'extirpa de la voiture incandescente, où le chauffeur, bloqué au bassin, périt avec son navire, comme il se doit.

Comme le prévoyait leur plan B, Archie téléphona au Guetteur, un free lance qui se chargeait des extractions difficiles.
Son job s'était de récupérer, escorter et faire disparaître des gens.

Et c'est ce qui arriva.



_____________

(sous réserve de modifications chirurgicales)

à venir : "Figure # 5, Le Guetteur".
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Figure # 5, Le Guetteur   Ven 28 Nov 2008 - 0:20

Quand la police arriva, ils extirpèrent 2 corps mi-calcinés, qui n'avaient plus d'humain que les contours et quelques organes internes demeurés intactes.

Dans la boîte à gants, il y avait quelques papiers, ceux du véhicule et des occupants, ce qui permit de les identifier.

Dans le coffre, la mallette d'Archie, qui ne laissa planer aucun doute sur ses activités.

La police était toutefois déçue de n'avoir trouvé aucun butin, et enquêta, à la recherche d'un hypothétique occupant supplémentaire, qui peut-être aurait filé les poches pleines.

Mais bien vite le dossier fut classé, à défaut de cambriolage signalé à la police, pour cette nuit là.

A vrai dire, Archie était déjà loin quand, à la fois, la Police abandonna l'enquête, son corps était incinéré et Vaklovski torturé par ses commanditaires, qui partout semaient la terreur, tentant de faire parler tous les indics de la ville.

Le Guetteur était venu le récupéré au bord de la route, à l'épave, en moins d'une demi-heure, escorté de deux malabars, et avait remplacé les deux occupants par deux cadavres récupérés, comme il en avait l'habitude, à la morgue, ce qui était à la fois simple, rapide et infaillible.

Ainsi, la police retrouverait un faux Archie et un faut chauffeur de taxi.
Le Guetteur conseilla vivement à celui-ci de disparaître, et lui fournit de faux papiers, parce qu'Archie insistait.

Un instant, il avait été question de le descendre, ça aurait fait un témoin de moins. Mais Archie s'y était opposé, et avait même menacé d'en référer à Martin... ce qui ne fut pas nécessaire.

Archie ne put retourner à Monaco, bien entendu, où on devait l'attendre de pied ferme... et où il aurait finit ses jours en se vidant dans un entrepôt quelconque, les ongles arrachés, etc.

Personne n'irait le chercher là où il allait.

Personne n'entendit plus parler de lui.

Son neveu demanda les cendres, qu'on lui envoya.

Archie pensa par la suite à lui avec un pincement au coeur,
l'immaginant devant une urne mystificatrice...

L'incinérateur avait bluffé pour Archie.

Dans les environs, quand on ne l'appelait pas l' "étranger", on le saluait sans un mot ou on lui donnait du Alberto.

Il avait toujours rêvé de s'appeller Alberto, de toute façon.
Le Guetteur lui avait fournit des papiers à son goût :

Alberto Seoncalo
Né à Florence
de mère sicilienne
et de père italien

etc.

etc.

etc.

Dans son chalet, il était tranquille.
Les fins de mois n'existaient plus.
Et aucune porte ne fermait à clé...



_____________

(sous réserve de modifications chirurgicales)

FIN


.


.


.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'incinérateur bluff   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'incinérateur bluff
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bluff (2007,Simon-Oliver Fecteau et Marc-André Lavoie )
» la maison du bluff 3 avec jcvd
» Goo Goo les Chamallow !!! =D
» Tom Lister, Jr.
» Belle du Seigneur, adaptation par Glenio Bonder

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: nuam-
Sauter vers: