Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Tours de France de demain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: MBS   Mar 4 Nov 2008 - 1:13

Les Tours de France de demain


Le parcours du Tour de France 2009 a été présenté il y a quelques jours par le directeur de l'épreuve Christian Prudhomme. Chacune des personnes qui a dirigé la Grande Boucle y a apporté sa patte, ses idées… Christian Prudhomme ne faillit pas à la règle et oriente le Tour de France vers de nouvelles logiques. Alors, à quoi ressembleront les tours de demain ? Eh bien, profitant du fait que je connais quelqu'un qui a accès au coffre-fort ultra-sécurisé de la direction du Tour, j’ai réussi à me procurer les carnets particuliers du directeur de l’épreuve…
Eh bien croyez-moi, la révolution est en marche. Demain, le tour de France sera thématique… Et ça va tout changer… Ou presque…



Le Tour Grand Cru


Logique :
On le sait… La France est un pays où le bon vin est associé au bien vivre. C’est aussi un des éléments qui font sa réputation à l’étranger… Sauf que, depuis plusieurs années, la concurrence internationale est venue rogner les parts de marché de la viticulture française. C’est pourquoi le Tour de France 2006 suivra la route des grands vins, visitera tous les terroirs, défilera devant tous les cépages qui ont fait, font et feront encore la réputation de notre pays.

Les étapes (et les commentaires du rédacteur du projet) :

Prologue : Saint-Estèphe -> Pauillac (8,5 km)
Etape 1 : Pauillac -> Sauternes (180 km) : L’étape du Bordelais traversant les vignobles du Haut Médoc, puis zigzaguant (déjà !) dans l’entre-deux-mers (Pomerol, Saint-Emilion) avant de finir à Sauternes dans les Graves.
Etape 2 : Sauternes -> Cahors (190 km) : Une étape de transition obligatoire entre une terre de grand cru et un vin de moins grande facture. Ravitaillement prévu à Buzet à mi-étape.
Etape 3 : Cahors -> Jurançon (233 km) : Une étape longue à travers les terres de l’Armagnac.
Etape 4 : Jurançon -> Gaillac (233 km) : Encore une étape longue mais les coureurs ne pourront pas se plaindre… Vu que la vigne ne pousse pas au-dessus d’une certaine altitude, il n’y aura pas d’étape en montagne cette année…
Etape 5 : Gaillac -> Rivesaltes (202 km) : L’étape des Corbières… Il fera chaud sans doute…
Etape 6 : Rivesaltes -> Banyuls (48 km) : Un contre-la-montre… Remplacé cette année par un contre-l’alcotest… Qui absorbera le plus d’alcool sur le parcours ?
Etape 7 : Banyuls -> Frontignan (182 km) : Bon de là, on pourrait passer en Espagne… Mais les vins espagnols, pffff… On remonte le long de la mer Méditerranée… De l’eau pendant plus de 180 bornes, mais ce n’est pas grave, elle est salée…
Etape 8 : Frontignan -> Bandol (221 km) : Côtes de Provence, coteaux varois et d’Aix-en-Provence. Une étape mouvementée à travers la Provence.
Etape 9 : Bandol -> Châteauneuf-du-pape (181 km) : L’amorce de la vallée du Rhône… Après plus d’une semaine de course, on verra ceux qui ont encore du jus.
Etape 10 : Châteauneuf-du-pape -> Die (148 km) : L’étape de la Clairette…
Etape 11 : Die -> Condrieu (142 km) : Encore une étape courte, donc des coureurs nerveux… Et quand les coureurs sont nerveux, ils boivent… Tout bénéfice donc pour l’exposition des produits locaux. Et quels produits ! On remonte le long des côtes du Rhône…
Etape 12 : Condrieu -> Seyssel (175 km) : Pas facile de tracer cette étape vers les vignobles de Savoie… Il faut éviter les cols (même les faux), les lacs genre lac du Bourget, lac d’Annecy… Bon, le plus simple, on va les faire passer par l’autoroute.
Etape 13 : Seyssel -> Chiroubles (154 km) : Retour vers les très grands crus… Arrivée en Beaujolais… Mais on n’aura pas le temps d’attendre le nouveau au-delà de la journée de repos passée à Lyon dans les célèbres bouchons (ceux de Fourvière ?).
Etape 14 : Morgon -> Meursault (190 km) : Du Beaujolais au Bourgogne, mais c’est tellement proche qu’on va faire tournicoter les coureurs entre les vignes… Quoi que dans l’état dans lequel ils seront à ce moment-là, ils allongeront bien la distance tout seul… La nuit se déroulera non dans un hôtel grand luxe comme d’habitude mais aux hospices de Beaune.
Etape 15 : Beaune -> Chablis (260 km) : Bon, ça ne fait que 134 kilomètres mais après une nuit enfermés dans une cave, là c’est sûr, ils vont doubler la distance…
Etape 16 : Chablis -> Epernay (187 km) : Du rouge, on passe au champagne… Ca sent la fin ! Tous les ingrédients pour que la course soit pétillante…
Etape 17 : Epernay -> Le Ballon d’Alsace (303 km) : Ca fait un peu long comme étape ça ? Oui mais bon, il n’y a pas de vignobles en Lorraine… Et puis, le Ballon d’Alsace ça l’fait bien…
Etape 18 : Bon, allez, pas de noms de ville pour le départ et l’arrivée… Ce ne sont que des noms interminables… en « berg », en « glanz », en « bourg »… On va dire 200 kilomètres dans les vignobles d’Alsace… En évitant les champs de houblon… On ne va pas se mélanger avec les producteurs de bière quand même.
Etape 19 : Saumur -> Vouvray (75 km) : Zut ! Zut ! Et flûte de champagne ! J’allais oublier les vins du Val de Loire… Bon, alors, un transfert en avion de Strasbourg à Nantes et on fait le dernier contre-l’alcotest entre vins d’Anjou et vins de Touraine.
Etape 20 : Vouvray -> Paris (219 km) : Ouf ! Dernière étape !... Mais où faire arriver le Tour ? Les Champs-Elysées, y a de moins en moins de bistrots dessus… Si seulement, il y avait un petit vignoble à Paris ! Mais il y en a un… A Montmartre !... Allez, arrivée au sommet de Montmartre…

Les modifications :
D’après les carnets de Christian Prudhomme, le maillot principal restera jaune (il avait pensé à un maillot rouge, mais il a reçu un proposition de sponsoring de Pastis-Ricard qu’il ne pouvait pas refuser)… Maillot vert (pour les coureurs pas encore murs… donc pour le classement des jeunes)… Maillot blanc pour le classement des coureurs dans les régions de vins blancs… Le maillot de meilleur grimpeur sera exceptionnellement remplacé par un maillot célébrant le meilleur descendeur.
Plus d’eau dans les bidons mais les crus des régions traversées. Tout sponsor ayant un lien avec une boisson non alcoolisée sera impitoyablement remplacé.
Le Tour 2011 sera loin de visiter toute la France. La Bretagne, terre de vélo et d’alcoolisme, se trouvera totalement oubliée… Et en dépit de son vignoble, la Corse demeurera encore à l’écart de ce Tour de France.
Gérard Holtz présentera l’émission d’après la course depuis le Café des sports. Il ne recevra plus les coureurs (qui seront alors en état de coma éthylique) mais les suiveurs (en vertu du principe : « celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas… mais il ne sait pas ce qu’il perd »).
Question contrôle antidopage, on ne fera surtout pas de prise de sang aux coureurs.
Et bien sûr, le Tour ne se déroulera pas en juillet mais en septembre afin de profiter de l’effet vendanges… Bon, ça le mettra en concurrence avec le Tour d’Espagne, mais tant pis pour les Espagnols ! Les coureurs qui viendront plutôt sur le Tour de France savent d’avance qu’ils ne viendront pas en vain.


Le Tour des batailles


Logique : « On n’enseigne plus l’Histoire à nos enfants ». Ce cri lancé en son temps par Alain Decaux serait-il à nouveau d’actualité ? Il le semble à voir le projet du Tour de France 2012 présent dans les carnets du futur directeur de la Grande Boucle. C’est un Tour qui sent l’Histoire événementielle, cette Histoire que certains qualifient d’Histoire-bataille. On dit que le Tour de France enseigne la géographie aux Français, à trop avoir fréquenté Jean-Paul Ollivier, monsieur Christian Prudhomme semble vouloir lui donner également un rôle pédagogique historique.

Les étapes (et les commentaires du rédacteur du projet) :

Prologue : Monjoie -> Saint-Denis (x km) : Bon, ça se présentait bien cette idée de départ. Joindre les deux termes du cri de ralliement de l’armée royale… Mais impossible de trouver ce Montjoie sur l’atlas routier !... Tant pis, on fera un prologue de 400 mètres sur la piste du Stade de France… Et on commémorera la bataille France-Angleterre de Rugby de 2001.
Etape 1 : Saint-Denis -> Azincourt (193 km) : Une entrée en matière classique… Une bonne pâtée de la guerre de Cent ans (1415)… C’est de la valeur sûre ça la guerre de Cent ans… Et puis ça parle plus aux gens que la guerre de Sept ans ou la guerre de Trente ans !… Tant que j’y suis, je peux pas trouver un truc encore dans le secteur…
Etape 2 : Azincourt -> Calais (70 km) : Premier contre la montre… Oh et puis, symbolique… Sur le podium à l’arrivée, on habille les notables qui viennent serrer la main du maillot jaune avec une grande robe blanche et une corde autour du coup… Ca va avoir de la gueule !
Etape 3 : Calais -> Crécy (207 km) : Tant qu’à être dans la guerre de Cent ans… Restons y ! Enfin, pas trop longtemps… Parce qu’il risque d’y avoir un contentieux entre cyclistes français et anglais dans le peloton… C’est du sport quand même… Quoique d’un autre côté, des cyclistes anglais y en a pas…
Etape 4 : Crécy -> Bar-sur-Aube (261 km) : Une longue étape pour bien montrer qu’on change d’époque… Cap à l’Est vers les lieux de la première guerre mondiale. Bon, la Marne, 1914, c’était quelle ville au fait… Ouais, un peu partout… Alors, on va prendre Bar-sur-Aube, c’est là que Joffre avait son QG. Pour cette étape, on remplace les Fiat des directeurs sportifs par des tacots d’époque… Pour une fois, les voitures auront du mal à suivre les vélos…
Etape 5 : Bar-sur-Aube -> Verdun (135 km) : Ah une étape courte ! Ca fera du bien aux coureurs… Mais en compensation, on leur interdit de se raser les jambes histoire qu’ils rappellent les héroïques poilus. Le mieux ce serait d’arriver directement devant l’ossuaire de Douaumont mais ça sera difficile de garer la caravane publicitaire… Bon, ça reste à trancher…
Etape 6 : Verdun -> Strasbourg (221 km) : Je suis sûr que personne ne la connaît cette bataille de Strasbourg entre les troupes romaines et les Alamans… En 357 si ma mémoire est bonne… Ah, ça c’est une étape pour les Italiens ou les Allemands… Bon, il y a de bonnes chances que les Français capitulent encore une fois à Metz… Bah, on verra bien ! Ah, bien penser à donner au vainqueur un morceau de la ligne Maginot !...
Etape 7 : Strasbourg -> Belfort (155 km) : A travers les Vosges, l’étape pour se souvenir de la défense héroïque de Belfort face aux Prussiens en 1870. Si le maillot se défend lui aussi comme un lion, on ressuscite Bartholdi pour qu’il sculpte son portrait monumental.
Etape 8 : Belfort -> Morat (198 km) : Une petite incursion en Suisse, à travers le Jura et les Alpes, histoire de rappeler qu’avant d’être neutres les Suisses étaient de sacrés guerriers. Morat en 1476, c’est la pâtée magistrale pour Charles le Téméraire… Un peu comme Ulrich lui… Tout le temps dire qu’il est le meilleur et paumer tout le temps aussi !... Mais de Morat, on va où ensuite ?
Etape 9 : Morat -> Genève (133 km) : Tant qu’à être en Suisse, autant y rester… Encore une défaite humiliante pour les Français… Quoique… La Savoie en 1602, c’était français ? Bref, ça s’appelle la Nuit de l’Escalade… Normal pour une étape des Alpes !...
Etape 10 : Genève -> Melegnano (378 km) : Oui, c’est long ! Oui, c’est long !... Mais bon, on est obligé d’y aller à Melegnano sinon on aura l’air de quoi dans notre réhabilitation de l’Histoire-bataille… Oui parce qu’avant ça s’appelait Marignan, ce coin-là ! Alors, le premier qui arrive là-bas, on pourra dire vraiment qu’il est sans peur et sans reproche et on pourra le sacrer directement sur la ligne d’arrivée.
Etape 11 : Melegnano -> Nice (318 km) : Le retour est presque aussi long que l’aller… mais c’est pas bien grave… Là aussi bien sûr, on va me dire : « quelle bataille de Nice ? »… Et la négociation du traité européen en 2000, c’était quoi à votre avis ? Y en a qui ne s’en sont toujours pas remis…
Etape 12 : Nice -> Cannes (34 km) : Un contre-la-montre en bord de Méditerranée… Là, on commémore la victoire d’Hannibal et de son peloton d’éléphants sur les Romains… C’est que c’était un sacré grimpeur l’Hannibal… Il a fait l’étape du Montgenèvre et du Saint-Bernard, lui… Pas comme certains qui abandonnent dès qu’on approche de la montagne.
Etape 13 : Cannes -> : Euh ? Il y a eu des batailles par là ? Je veux dire dans la région des Alpes ou en Provence ? Là, j’en vois pas à première vue… Je vais pas faire une étape Cannes-Poitiers quand même !... Bon, je crois que je vais faire une pause et aller dormir un petit moment… En plus, Cannes, c’est pas bon… Il paraît que c’était un Cannes en Italie… et pas celui du festival… Quoique le Tour c’est un festival de cannes ! Arf ! J’suis vraiment crevé… Et elle est où ma gomme ?!... Bon allez, fais chier ! A la poubelle ce projet. De toute façon, l’Histoire tout le monde s’en fout !
Etape 14 :
Etape 15 :
Etape 16 :
Etape 17 :
Etape 18 :
Etape 19 :
Etape 20 :

Les modifications :
Du fait de l’abandon de ce projet en plein vol, les modifications envisagées n’étaient pas encore bien cernées. Il apparaît cependant une augmentation très sensible des primes accordées au plus combatif, à celui qui lance des attaques tout le temps ou qui revient en boulet de canon.
Les cyclistes devaient parcourir les étapes en tenues militaires d’époque. Bandes molletières, pantalon garance, coturnes et autres côtes de maille… Le port du casque lourd était obligatoire durant toutes les étapes.
Tout cycliste surpris en train de crever aurait été abattu sur le champ.
Le maillot jaune aurait été doublé d’une protection pare-balles, au moins pour les étapes où ça promettait de flinguer.
Le Ministère de la Défense était candidat pour sponsoriser le maillot à trous du meilleur tombeur au champ d’honneur…

FIN
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
 
Les Tours de France de demain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» star tours attraction
» Avis de marché - DRAC Centre - Cathédrale de Tours - Peinture murale (lot 1)
» URGENT demain disneyland paris !!
» Tours et donjons, symboles de la féodalité - Cahors - 29 septembre 2010
» INP - Conserver, restaurer demain. Quelles formations, pour quels métiers ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: