Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Roberte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Roberte   Ven 21 Nov 2008 - 23:58

Roberte


Elle est entrée dans la salle de classe sans la moindre trace de précipitation, sûre du succès qu’elle va rencontrer. Elle pousse devant elle le lourd chariot qui porte un téléviseur et un magnétoscope qu’elle vient d’extirper du minuscule « cabinet » d’Histoire-Géographie.
Pour la dixième fois depuis le début de l’année scolaire, elle va montrer un film à ses terminales. Elle ne se lasse pas du plaisir de voir les adolescents tourner leurs regards gourmands vers l’écran.
Enfin ! Le lycée prend un sens !
Enfin ! On leur offre de l’image, du mouvement, de l’air !
- Bon, aujourd’hui, nous allons voir le film de Oliver Stone sur le Viet Nam. Il va bien nous occuper pendant deux heures. Après, on comparera avec le célèbre film de Francis Ford Copolla.
Sa voix est traînante. Comme une invitation à la paresse.
Mais les élèves ouvrent grands leurs yeux quand l’écran s’allume.
La prof appuie sur la télécommande… et rien ne se passe !
- Ben, ça alors ?! Qu’est-ce qui arrive ? La télécommande ne marche pas…
Kevin regarde Clara qui dévisage Jennifer qui se tourne vers Hélène… Elle se moque de qui, la prof ? La télécommande, elle ne fonctionnait déjà pas la semaine d’avant… Les piles sont mortes, tout le monde le sait. Sauf l’intendance que la prof ne se donnera pas la peine de prévenir… Il lui faudrait faire un détour dans le lycée et gaspiller cinq minutes de son temps précieux.
En haussant les épaules, Hélène se lève.
- On n’a pas besoin de la télécommande, madame. Il suffit d’utiliser les boutons du panneau de commande. Regardez ! On a le son, la couleur, le numéro du programme qu’on veut regarder…
- Ah oui !
Son étonnement laisse l’assistance consternée. Ils savent bien, tous, que les profs sont des croulants qui ne connaissent rien au monde moderne (sauf quelques exceptions notables… et encore à peine !).
Mais cette prof, c’est quand même une championne toutes catégories.
Ils le savent. Le sait-elle ?

Pendant qu’Hélène trouve le canal vidéo et rembobine la cassette, Clara repart quelques mois en arrière. Déjà, le premier jour, elle leur a paru bizarre la Roberte ! Le cours n’a duré que 20 minutes, le temps de remplir la traditionnelle fiche de présentation. Et basta ! Tout le monde dans la cour sous le soleil encore chaud de septembre.
Drôle de fiche d’ailleurs. Aux questions habituelles sur le nom, le prénom, la date de naissance ou l’adresse sont venues s’ajouter quelques points très étranges.
La prof, sans sourciller, leur a demandé combien de fois ils étaient absents en moyenne par an. Comme si on pouvait le savoir, prévoir à l’avance les rhumes, les maux de ventre ou les chutes en cours d’acrogym ? Et quel intérêt de savoir ça ?
Elle s’est aussi intéressée à leur vie sentimentale. Avaient-ils un copain, une copine ? Le voyaient-ils régulièrement ? Etait-il dans la classe ? Quand Jennifer s’était étonnée de cette curiosité, la réponse était venue sans aucune forme de virulence. Comme un étonnement blasé : « Chaque année, ça vous choque ! »
Enfin, cerise sur la fiche, elle leur avait demandé de dire à partir de combien de points ils estimaient qu’un devoir était réussi… C’était plutôt à elle de le savoir, non ?

Les premières images de Platoon illuminent l’écran du téléviseur. La prof bat en retraite au fond de la classe pour échapper aux premiers accents furieux de la bande musicale.
- Qu’est-ce qu’on doit faire, madame, questionne Kevin ?
- Vous regardez le film…
- Et on ne répond pas à des questions ?
- Pour quoi faire ? Regardez le film, analysez ce que vous voyez et vous n’aurez même pas besoin de cours. Tout va se graver tout seul dans votre cerveau.
Cette façon de détacher les syllabes… Kevin en a à chaque fois les poils hérissés. Ce phrasé pénible, haché, traînant… Comme si elle mesurait ses efforts, mêmes les plus élémentaires, dans sa fonction. Quand elle parle, il pense à une personne âgée avançant dans une pièce, les chaussures posées sur des patins de feutre. C’est le même rythme effroyablement lent et pénible. Un pas, puis l’autre… Un son, puis un autre… Et entre chaque pas, comme entre chaque syllabe, une bonne seconde suspendue en l’air.
Platoon ?!
Et pourquoi pas Rambo ?

Il y a une table libre au fond de la classe. C’est une règle que la prof a imposé lorsqu’elle a constaté (ô miracle !) qu’il n’y avait que 34 élèves dans cette terminale ES. Lorsque le film est bien lancé et que l’attention des adolescents se concentre sur les violences, elle peut enfin se mettre au travail. Un paquet de copies l’attend.
C’est un festival de soupirs, de « oh ! », de griffures de stylo rouge sur d’innocentes copies. Elle en vient même à couvrir de son indignation le fracas des explosions.
Les plus proches l’entendent murmurer les sempiternels gimmicks du prof sûr de sa science : « mais ils ne savent rien ! », « comment on a pu laisser quelqu’un comme ça arriver au lycée ? », « qu’est-ce qu’elle va bien pouvoir faire de sa vie celle-là ? »
Les « cartons » s’enchaînent avec plus de constance que les affrontements dans Platoon. Qui trouvera grâce dans ce jeu de massacre ?
La sonnerie de 11 heures effleure à peine son esprit.
Kevin regarde Clara qui dévisage Jennifer qui se tourne vers Hélène.
- On peut sortir, madame ?
Arrachée à sa vengeance, elle sursaute :
- Euh ! Oui… Bien sûr, allez-y… Vous arrêtez la cassette, s’il vous plait…
Et, laissant s’égayer dans le couloir, voire au-delà, la trentaine d’adolescents qui lui est confiée, elle se replonge dans la copie.
- Mais comment a-t-on pu laisser quelqu’un comme ça arriver jusqu’au lycée ?

- Hum, hum ! Pardon de vous déranger !
- Oui, qu’est-ce qu’il y a ?
Ce qui est terrible, c’est qu’elle ne peut même pas se mettre en colère ! Sa voix reste trop languissante pour traduire parfaitement ce sentiment.
- Qui tu es ? Tu es en quelle classe ?
- Pierre Coulard, le professeur stagiaire…
- Oh !...
Pierre se maudit de ne pas avoir poussé plus loin. Il sait bien que Roberte n’est pas vraiment physionomiste. Bon, à sa décharge, c’est vrai qu’il n’a que 23 ans et qu’on peut à la rigueur lui en donner facilement cinq de moins.
- Je voulais savoir si vous avez fini avec la télé… Parce que j’en aurais besoin…
- Je suis désolée, mais non j’en ai encore besoin… Les élèves travaillent sur la guerre du Viet Nam en ce moment à partir du film Platoon… Tu connais ?
- Oui… Bon, je vais chercher une autre télé…
- Va voir Gilbert… Il doit être en salle 203… Lui, il ne s’en sert jamais de la télé… Et franchement, je pense qu’il a tort de ne pas le faire. Ca occupe bien le temps des élèves. Au moins, pendant ce temps-là, ils te fichent la paix.
- Oui… Peut-être… J’ai prévu une séance qu’on nous a montré à l’IUFM (*) sur l’utilisation des TICE (**)…
- Oh, les TICE ! Ils n’ont plus que ce mot-là à la bouche… Les TICE ! Moi, de la communication j’en fais très bien avec un papier et un crayon… Hein, tu crois pas ?…
- Oui… Peut-être…
- Et c’est sur quoi ?
Pierre a vu l’œil naturellement éteint de Roberte se mettre à briller. Elle doit se dire qu’elle a la là l’occasion de soutirer un travail tout prêt au stagiaire trop naïf.
- Sur la Révolution française…
- Tu en es déjà là ? Tu avances pas trop vite ?... Tu leur passes le film de Robert Enrico ? Y en a pour quatre heures… C’est toujours ça de moins à sa fatiguer à leur faire un cours classique…
- Non, c’est un documentaire d’un quart d’heure sur la presse révolutionnaire…
- C’est pas trop chiant ?
- Non, je ne crois pas… La problématique de l’étude porte sur la naissance d’une liberté : la liberté d’opinion… La classe est divisée en trois groupes et chacun doit remplir une grille de questions.
- Une problématique ? Il paraît que c’est bien, ça… Faudra que j’essaye !
Pierre se mord la langue pour ne pas répliquer. Ca fait des années qu’il faut une problématique au début de chaque heure de cours… Roberte fait-elle exprès de ne pas le savoir ? C’est la question qu’il ne cesse de se poser lorsqu’il l’entend débiter en conseil d’enseignement toutes ces remarques qui le font bondir. Comment peut-il enseigner lui si de tels diplodocus persistent dans les salles de classe ?
- Un quart d’heure, tu as dis… Mais qu’est-ce que tu fais avec eux le reste du temps ? Tu leur dictes le cours ?
- La première fois, ils regardent la vidéo sans rien écrire… La seconde fois, je la projette en trois morceaux de 5 minutes pour qu’ils aient le temps de répondre…. Tu veux que je te passe ma préparation ?…
- Si tu veux, mais je ne sais pas si je l’utiliserai… Ca va mettre le bazar ça, d’arrêter la cassette en plein milieu. Je crois que c’est mieux qu’ils regardent tout d’un seul coup et qu’ils se débrouillent. Ca les rend autonomes.
La sonnerie déchire de son doux bourdonnement agressif les oreilles des milliers d’habitués plus ou moins volontaires du lycée.
- Il faut que j’y aille !
- En passant, tu peux dire à mes élèves de rentrer…
Roberte secoue la tête d’un air navré. Ah, toutes ces théories à deux sous sur l’enseignement ! A force de faire n’importe quoi, les élèves ne savent plus rien. Ce tragique constat la ramène à sa copie tandis que, par petits groupes résignés, les terminales ES3 regagnent leur place.

- On remet le film ?
- Oui, allez-y !
- Il y en a pour longtemps encore madame ?
- Quand le film sera terminé, vous pourrez sortir.
Comme par inadvertance, le doigt d’Hélène se trompe de touche et se perd sur la touche Wind. Cinq minutes de bande défilent avant qu’elle ne relance la vidéo. Elle sait que personne ne protestera. Cinq minutes en moins avec Roberte, c’est toujours ça de pris !

Lorsque le générique commence à se dérouler, Roberte est en train de boucler sa dernière copie.
Ouf ! Juste à temps ! Elle aura quartier libre cette après-midi.
Pas de cours à préparer non plus. Tout est prêt depuis cinq ans.
- Bon, j’espère que vous avez bien mémorisé les informations importantes contenues dans le film. Lundi prochain, nous regarderons Apocalyse Now, un autre regard sur la guerre du Viet Nam.
- Pardon, madame, mais pourquoi est-ce que dans les autres classes ils n’ont passé qu’une demi-heure sur la guerre du Viet Nam ?
- Chacun fait comme il le veut… Moi, je trouve que c’est un moment important…
- De là, à regarder deux films…
- Justement. Ca vous montre à quel point c’est un moment qui a marqué la conscience américaine et le monde…
- Mais… Le programme…
- Oh, mais, vous êtes toujours en train de râler, vous les élèves…
Ca, c’est la phrase qui coupe court à toutes les discussions. Faire des remarques, c’est râler ! Jennifer hausse les épaules, vaincue par tant de certitudes infondées.
Tant qu’à faire ! Autant ne pas tout perdre ! Pendant que la prof enfournera son lourd cartable (plein de cassettes vidéo ?) dans le coffre de sa Clio, eux pourront passer au réf entre les deux services.
- Oh, j’allais oublier ! Finalement, lundi, on fera un devoir… C’est bientôt la fin du trimestre… Il faudrait une note de plus pour vos moyennes
- Sur quoi le devoir, madame ?
- Sur le film !
Kevin regarde Clara qui dévisage Jennifer qui se tourne vers Hélène. Cette fois, c’est sûr ! Ils vont la trucider, Roberte. C’est la seule chance qu’il leur reste d’avoir leur Bac économique et social.
Et, moins égoïstement, de sauver vingt générations de nouveaux lycéens…

(*) IUFM = Institut Universitaire de Formation des Maîtres
(**) TICE = Technologies de l’Informatique et de la Communication Educatives
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Roberte   Jeu 27 Nov 2008 - 0:29

Assez perturbante, cette histoire. Comment dire cette drôle d'impression, drôle d'atmosphère... je me demande si c'est fréquent, représentatif d'un pourcentage majoritaire ou pas de lassitude des profs.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Re: Roberte   Jeu 27 Nov 2008 - 1:27

C'est évidemment exagéré et pas représentatif de l'ensemble... Mais la plupart des faits sont réels... Heureusement "Roberte" a pris sa retraite... Mais il reste dans mon bahut de joyeux collègues qui font de l'Histoire mais pas (ou peu) de géo... ou qui décrètent que "la composition c'est trop dur pour les élèves, donc ça sert à rien de leur expliquer"...
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Roberte   Jeu 27 Nov 2008 - 1:35

Ta nouvelle serait digne d'un film, et personne ne croirait que ça peut exister. Pourtant, pour avoir fait quelques incursions dans le bocal à profs, je sais qu'il y circule des êtres ahurissants, et des histoires pire que la maternelle.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Roberte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Roberte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Roberte Armand est morte
» Les 3 N de Roberte Armand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: