Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les gens discutent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Les gens discutent.   Mer 12 Nov 2008 - 15:57

Les gens discutent. Ils disent des mots. Mais des mots, ce n’est pas grand-chose. Un peu de vent. Un peu d’esprit. L’esprit des gens, celui qui tourne indéfiniment tout autour de tout.
Les gens, ca voudrait d’abord exister. Individuellement. Ils auraient chacun quelque chose d’important à dire. Aux autres. Ah ! Les autres. Au bout d’un moment, (qui leur semblerait très long), ils se mettraient debout. Ils feraient tinter leur verre. Ils diraient à leurs entourages : - Chut ! J’ai quelque chose d’important à vous dire !
On tendrait les micros. Ils le diraient. A tous les autres. Aussi sur Internet. Pour que chacun les comprennent. Les familiers. Les inconnus. Les ceux qu’on espérait encore, mais qu’on n’attendait plus. Faut voir aussi, tous les gens de passage. Leur présence, ça relativise. Mais bon ! Dire des choses si personnelles tout en imaginant un instant que ceux-ci vous écouteraient ! Aussi !
Après, alors, on dirait des trucs. Puisque c’est le moment. Votre moment. Tout le monde serait à votre rendez-vous. Mais là, faites excuses, ce ne serait pas vous. Mais vos mots. Comme un rendez-vous manqué. Bons enfants, ils vous excuseraient, puis, ils parleraient de vous. Du moins pour vous. Je ne sais plus. Comment dire ? Ils seraient vos avocats. Voilà ! C’est les mots : vos avocats. Vous en seriez bien surpris ! Ni eux, ni votre condamnation, vous ne les attendiez pas ! Du moins dans ce détour mais eux, font comme s’ils étaient déjà chez eux. Ah ! Ils ne se gênent nullement ! Ce rendez-vous, c’était leur rendez-vous ! Vous dites : Pouce, j’étais là d’abord ! Ils vous répondent : si peu !
Vos mots, du moins ceux que vous imaginiez alors posséder, ne sont que des korrigans. Ils sortent la nuit venue. Ca, pour parler, ils parlent. D’ailleurs, ils ne savent faire que cela. Vous les regardez faire.
Ils dansent leur propre sarabande : votre propre semaine. Ils n’ont que faire d’un chef d’orchestre. Ils vous disent. Un point, c’est tout.
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Mer 12 Nov 2008 - 20:01

Les mots sont trompeurs, ils tendent à servir ou déservir celui qui les prononce. Le réel n'arrive pas à travers les mots,il arive à travers le silence.
J'ose espérer naïvement que parfois le silence qui suit la lecture de mots qui nous touchent ouvre la voie à un grandissement intérieur, mais dans ce cas les mots doivent être libres de cheminer en nous, nous ne devons rien à leur auteur. " Ils dansent leur propre sarabande", dis-tu...j'aime les voir danser !
J'aime aussi la comparaison aux Korrigans.
Je me souviens de ma grand-mère furieuse me disant parfois : " Tu n'es qu'une belle parleuse !"


Dernière édition par Alizé le Jeu 13 Nov 2008 - 0:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Mer 12 Nov 2008 - 22:13

Relu deux fois, ce glissement entre l'émetteur et ses mots, brutalement replongée dans l'in-communication (la cage de verre ?).

En fait, et sans doute parce que je suis encore sous le coup de la densité de la journée en ateliers, je n'arrive pas à bien démmêler :

Citation :
Les gens discutent. Ils disent des mots. Mais
des mots, ce n’est pas grand-chose. Un peu de vent. Un peu d’esprit.
L’esprit des gens, celui qui tourne indéfiniment tout autour de tout.
Ici, mon impression est que l'important est dans l'être, non dans les mots qu'il prononce. Les mots sont un instrument "à s'étourdir" et à "étourdir". Du coup, les gens paraissent verser dans le superflu, la futilité, puisqu'ils ne choisissent que des mots-vent/esprit, en "discutant" (alors qu'ils pourraient être décrits comme choisissant soigneusement le bon mot, pour parler vraiment)
C'est drôle, parce que j'ai demandé aujourd'hui à mes jeunes au théâtre, de me faire une impro dans laquelle ils devaient épurer si tellement leurs phrases que seuls les mots essentiels ne devaient être dits. Par exemple, au lieu de dire "Moi ? ben... euh... Je suis là pour me faire arracher une dent, mais qu'est-ce que j'ai peur... un trouille comme pas permis, vous savez, c'est la première fois que ça m'arrive, alors je ne sais pas ce que ça fait, paraît que c'est horrible...", transformer par par exemple : "Mal... arracher... oh peur... peur... première fois..."
Je livre l'anecdote, parce que j'ai vu la difficulté de ce genre d'impro, qui avait pour effet de les déconnecter de leurs gestes et de l'histoire qu'ils racontaient, comme si tout ça ne pouvait fonctionner qu'avec l'ensemble d'une avalanche de mots.

Citation :
Ils diraient à leurs entourages : - Chut ! J’ai quelque chose d’important à vous dire !
Alors du coup, soudain tout se désaccorde ; quelque chose d'important à vous dire, c'est forcément entrer dans ses tréfonds et sortir ses tripes avec les mots, et ils ne peuvent plus être légers, futiles, ils deviennent graves. "Importants". Le contraire de la citation précédente.
Exemple ? (toujours au théâtre), il fallait cette fois faire une impro visuelle, sur une musique issue de "Roméo et Juliette", quand le choeur puissant délivre un chant massif, un chant/tripes, on pourrait imaginer une marche humaine en vague condensée, une marche vers l'ultime, l'essentiel.
Quand Anthony a achevé son impro, lui qui a un handicap physique et qui venait de se taper deux heures douloureuses de kiné, qui s'est servi de cette douleur pour faire son impro, que vouliez-vous que je dise à ces jeunes, dans le commentaire que je ne manque jamais de formuler après chaque impro, sinon : "Nous avons de la chance de pouvoir nous servir de notre corps, nous l'oublions, tu viens de nous expliquer ta difficulté et... désolée... émotion, quoi..." Que vouliez-vous que j'ajoute... on venait de prendre une leçon de vie, y'avait rien à dire, juste décoder pour ses compagnons de groupe, hein...
Alors ces mots qu'on épure, quand on a quelque chose à sortir des tripes, n'ont plus la même couleur que les autres, futiles.

Citation :
Dire des choses si personnelles tout en imaginant un instant que ceux-ci vous écouteraient ! Aussi !
Après,
alors, on dirait des trucs. Puisque c’est le moment. Votre moment. Tout
le monde serait à votre rendez-vous. Mais là, faites excuses, ce ne
serait pas vous. Mais vos mots. Comme un rendez-vous manqué.
Mais alors ce n'est plus le choix des mots qui est sur la scellette, mais l'oreille qui ne sait pas les écouter. Sait-on écouter, écouter vraiment ? Pourquoi est-il difficile de comprendre que les mots peuvent être autre chose que des mots, qu'ils sont l'expression de celui qui les dit, son émotion, son aveu, sa conviction, sa passion, son impuissance, peu importe s'il les dit, c'est bien qu'il les pense, ceux-là ? Pourquoi les déconnecter de lui ? Lui n'y est pour rien, l'oreille inattentive et superficielle vient de le tuer.

Citation :
C’est les mots : vos avocats.
Ceux qu'on dit malgré soi ? Un peu comme quand on vient d'écrire une fiction et puis qu'on s'aperçoit qu'on vient de faire son propre portrait, et que ce portrait nous sidère, nous broie, nous laisse sans voix. Comme si nous les avions dits sans nous douter une seule seconde combien ils nous reflètent ?
C'est dur d'être pris en charge par nos propres mots, quand on pensait en être le maître.

Quel texte étrange, quel texte étrange...
Il me punaise le coeur en remuant tant dedans.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Mer 12 Nov 2008 - 22:21

Ce n'est pas tant les mots qui sont important c'est la façon dont ils sont dit..... AngeR
Revenir en haut Aller en bas
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Mer 12 Nov 2008 - 22:28

Je suis maintenant persuadé ( après 40 ans de spectacle et entrant dans ma 4° année de radio) que dans la prise de parole ( sous quelque forme que ce soit....discours, jeu théâtral, radio..;etc)...ce n'est pas seulement ce qui est dit qui est important, c'est aussi, le "non-dit", les silences, la respiration...et tout ce "non dit" que l'on ne maîtrise pas quand on est vraiment soi-même ou vraiment "dans le personnage" ( pour le comédiens)...Mais que cette sincérité passe ou ne passe pas....Et quand elle passe, c'est le miracle parce qu'on est compris alors bien au delà des mots.....
Revenir en haut Aller en bas
Alizé

avatar

Nombre de messages : 3755
Localisation : BRETAGNE Rennes
Date d'inscription : 26/05/2008

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Jeu 13 Nov 2008 - 0:40

J'ai noté, Vilain : " Quand la sincérité passe c'est le miracle parce qu'on est compris alors bien au delà des mots"
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Jeu 13 Nov 2008 - 4:05

Vilain a écrit:
Ce n'est pas tant les mots qui sont important c'est la façon dont ils sont dit..... AngeR

Oui. Ce que j'appelle "les tripes"

Citation :
ce n'est pas seulement ce qui est dit qui est
important, c'est aussi, le "non-dit", les silences, la respiration...et
tout ce "non dit" que l'on ne maîtrise pas quand on est vraiment
soi-même ou vraiment "dans le personnage" ( pour le comédiens)...Mais
que cette sincérité passe ou ne passe pas....Et quand elle passe, c'est
le miracle parce qu'on est compris alors bien au delà des mots.....

Oui, il y a aussi ça. Mais pas que. Y'a des silences terribles, véritables murs entre soi et le monde... et le monde qui n'a pas conscience de ces murs, et le gouffre alors pour celui qui est de l'autre côté.

Donc oui, pour une forme de non dit, mais pas pour toutes les formes qu'il peut revêtir.

(P.S : Jean, j'te rappelle dès que je peux, j'étais pas dispo, déjà en ligne, j'ai écouté ton message)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Jeu 13 Nov 2008 - 5:00

J'aime bien ce texte. Je dirais même plus (non sans une ironie qui cherche sa pertinence) qu'il me parle.
J'ai également réfléchi énormément à tout cela, et écrit à ce sujet aussi.

Je suis bien d'accord avec Vilain à propos des silences, comme en musique.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Jeu 13 Nov 2008 - 11:07

Sans doute, la musique. Je ne suis pas musicien). Mais, à les voir jouer et à entendre leur musique, on s'aperçoit que rapidement que celle-ci "transcende" ceux qui la produisent. Pire, dans un concert, le public est emporté également avec l'orchestre dans la musique. Dans ma petite expérience d'acteur, je me suis aussi aperçu de cela. Quand vous avez jouer plusieurs fois une pièce devant un public, alors dans les nouvelles représentations, le texte sort "naturellement" de vous. Votre corps bouge sans que vous ne réfléchissiez à ce que vous faites car vous êtes emporté dans l'action. C'est désormais le personnage qui vit à travers vous. Surtout, il faut le laisser faire, ne rien vouloir contrôler ou sinon, c'est le trou de mémoire assuré, un peu comme un cycliste qui se casse la figure en se regardant pédaler. C'est bizarre, cette capacité humaine, une fois le texte intégré, de pouvoir jouer aussi librement, en roue libre.

Dans la conversation de tous les jours, vos mots, soit vous manquent pour exprimer ce que vous voudriez transmettre, soit peuvent tout à coup aussi vous dépasser. Après vous êtes tout étonné: comment ais-je pu dire tout cela?

Je le vois parfois dans les séances de thérapie familiale. Dans telle famille, tel couple, le débat est bloqué par des choses trop lourdes, trop importantes à dire. Et puis, à un moment donné, on ne sait par quelle magie, quelqu'un prend la parole, un autre rebondit sur ce qui vient d'être dit, la discussion se réenclenche non pas de la façon dont chacun le désirait si fortement, mais d'une façon nouvelle, qu'on ne se connaissait pas. Le pouvoir du thérapeute dans ces cas-là vient de sa naîveté. Candide, il ignore les choses sous-jacentes, les non-dits, les mines que les membres de la famille connaissent depuis si longtemps et redoutent tant. Il pose sans le savoir des questions là où la coutume est de se taire, ignore les conversations toutes faites et oblige, (toujours sans le savoir) le débat à quitter momentanément les chemins habituels pour emprunter d'autres façons de penser. Bien sûr, pour que la mayonnaise prenne, il ne faut pas faire trop différent. Continuer à faire malgré tout encore du même pour, par empathie, ne pas tout déboussoler. Aussi , si le thérapeute se montre suffisament sympathique, (c'est à dire s'il accepte une famille si monstrueuse), alors celle-ci fera des efforts pour l'intégrer, lui expliquer la lourdeur des choses et s'entendra peu à peu dans cette discussion avec un étranger, parler d'elle-même autrement.

Mais, peut-être que le plus important n'est pas de changer les mots, mais comme le rappelle justement Jean, plutôt les silences. Changer les silences. La respiration.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Ven 14 Nov 2008 - 14:41

Toi qui es psy, peut-être (sûrement) sais-tu être attentif à ces silences et comprendre qu'il s'y passe quelque chose.
Mais les autres ? L'entourage, je veux dire.
Et l'émetteur de silence, comment s'y prend-il ? Je peux dire par ma petite expérience, qu'il est possible de masquer un silence par mille vacarmes, ou par une façade silence qui peut cacher le vrai silence. Une sorte de masque silence pour masquer le silence. Est-ce que je te semble claire ? (pour moi c'est évident)

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Ven 14 Nov 2008 - 15:18

Le bruit est un équivalent du silence. Il existe des familles extrémement silencieuses tout comme il existe des familles extrémement bruyantes. On ne peut tout dire. Le déficit d'information (le bruit ou le silence) est pour nous systémiciens, une information. Premier axiome du bon systémicien: on ne peut pas ne pas communiquer. Jok te dirait en langage informatique, nous fonctionnons sur un code binaire, l'information étant égale à 0 ou 1.
Quel est le poids du silence? Aussi, celui du bruit? Donner une valeur à cette masse, c'est un début de comptabilité (on peut par la suite comparer les chiffres) c'est à dire, en dire quelque chose, peut-être même y trouver du sens.
Y. Rey, thérapeute systémique interressée par les couples, propose dans sa première séance de thérapie conjugale son panier thérapeutique. C'est un petit panier d'osier qui possède un couvercle. Elle dit aussi de lui qu'il possède un double-fond. Elle invite les deux conjoints à y déverser tour à tour ce qui actuellement pèse le plus sur leur couple. Elle recueille ainsi les pressions qui écrasent ce couple que tous trois seraient par la suite en charge de réanimer. Parfois ses clients ne disent rien. Parfois n'importe quoi, histoire de meubler le silence, parfois des choses extrémement dramatiques, mais selon elle, le recueil de ce poids est un préalable à la thérapie. La question étant par la suite pour tous trois de s'y engager ou pas.

Personnellement, j'adhère assez en tant que thérapeute à ce point de vue.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Ven 14 Nov 2008 - 15:30

Oui à tout, Vic.
Je ne suis pas psy, comme tu le sais. Bon, mais je ne sais pas comment il se fait que je me retrouve actuellement propulsée dans le chaos d'un couple faisant partie de mes amis (je ne sais comment définir "ami" dans ces conditions) d'une manière assez curieuse. Elle, je la connais depuis des années, mais elle ne s'est ouverte à moi que depuis quelques mois. Lui, je ne le connaissais pas du tout (on ne peut pas dire "connaître" quand on ne s'est vu qu'une poignée de fois, en des circonstances plutôt ébourriffantes empêchant de se parler, donc de se "connaître").
Quoiqu'il en soit, ces deux là sont venus à moi dans leur chaos, et je me retrouve un peu (toute proportion gardée, j'en ai bien conscience) à ta place, vis-à-vis d'eux. L'expérience est d'ailleurs assez incroyable et inattendue, tu t'en doutes.

Ils viennent tour à tour séparément ou ensemble, je ne les sollicite jamais, ils viennent de leur plein gré, et visiblement ils ont "besoin" de venir. Bien.

Ton explication sur le silence/bruit me parle, parce que j'observe exactement tout ça, et comme ils ont décidé de poser les vrais mots à cru, sans ambages, et que ces mots sont entrecoupés de silences (surtout pour elle quand ils sont ensemble devant moi), j'ai constaté l'énorme différence (un monde, un univers !) entre ce silence-là et celui d'avant, du temps où je la côtoyais régulièrement sans qu'elle me parle d'elle jamais.

Une différence aussi énorme concernant le bruit. Le faux bruit, celui des bruits habituels, et le vrai bruit, celui qui masque ce qui bouillonne dedans, qui finit ensuite par trouver l'ordre des mots et leur choix, pour exprimer le bouillonnement.

arf, je ne sais mieux l'expliquer, suis-je compréhensible ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Sam 15 Nov 2008 - 11:23

Romane a écrit:
Oui à tout, Vic.
L'expérience est d'ailleurs assez incroyable et inattendue, tu t'en doutes.


Non. Le fait que tu rencontres ce couple "chaotique" maintenant n'est pas du tout innattendu. Je vois plutôt cette rencontre comme une suite logique des choses. Chaque couple est inédit mais le qualificatif "chaotique" est assez bien choisi pour définir de façon global l'agencement tout a fait improbable qui fait que deux conjoints veulent vivre ensemble. L'amour, c'est vraiment au départ un truc insensé, alors d'aller l'officialiser devant le maire voire le curé, évidemment ça peut donner des garanties pour les plus frileux, mais, c'est loin de tout expliquer.

Le problème avec le chaos, c'est le manque d'information: on ne s"est pas quand il s'arrêtera. Le tien s'est arrêté, le leur continue. Je comprends que ce soit une curiosité. Peut-être trouveras-tu chez eux des éléments de compréhension, peut-être même qu'eux, à ton contact, se comprendront un peu différement. Mais, il faut faire attention à ce que l'ambiance qu'ils ont créé ensemble n'est peut-être perceptible qu'à les voir ensemble et non séparément. En effet, les confidences des conjoints (souvent séductrices) sur leur couple n'apportent qu'une vision très parcellaire sur l'unité qu'ils forment. Ce qui est bien aussi quand on veut connaître un couple, c'est de le voir vivre, repérer les solutions originales qu'il met en oeuvre pour exister. Un peu comme lorsqu'on regarde un bateau évoluer durant une régate. Si tu n'écoutes que les commentaires du skipper ou ceux de l'équipier en charge du foc, les regrets de l'architecte qui a conçu le bateau avec un trop petit budget, tu n'as souvent à ta disposition que des atermoiements. Mais, si tu as la possibilité de voir naviguer cet équipage dans le gros temps alors tu peux peut-être approcher quelque chose de l'esprit de ce bateau qu'aucun membre d'équipage serait en peine de t'expliquer. Tout le monde rêve du plus beau bateau, de l'équipage le plus compétent. Mais, dans une course comme le Vendée globe qui vient de partir, les bons marins sont d'abord les plus modestes. Ils partent non pas forcément pour arriver les premiers même si pour le spectacle, les sponsors et les journalistes il faut une carotte. Non, ils partent avant tout pour naviguer car pour eux, la honte, rater la course, ce serait de se noyer.

Ce que je veux dire, c'est que certains couples n'ont pas forcément besoin de trop se comprendre pour fonctionner. Au contraire, de trop se regarder le nombril pourrait les horrifier sur eux-même. Pour faire romantique, faut souvent laisser du flou sur la photo de mariage. Donc pas trop vouloir comprendre ou donner du sens mais plutôt être curieux de leur originalité...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Les gens discutent   Sam 15 Nov 2008 - 14:49

Citation :
Donc pas trop vouloir comprendre ou donner du sens mais plutôt être curieux de leur originalité...
C'est précisément ce qu'ils sont en train de découvrir !

Citation :
Le problème avec le chaos, c'est le manque d'information: on ne s"est pas quand il s'arrêtera.
Je me trompe peut-être, mais j'aurais tendance à penser qu'entrer dans le chaos est un signe d'éruption prochaine. Quand, on ne sait pas. Mais en tout cas, un signe que ça bouge tandis que "rien" ne s'est passé pendant des années longues comme des éternités.
Or ici effectivement, "ça bouge" et bellement. Leurs découvertes sont des trésors d'une valeur inestimable, enfin ça, c'est ce que je pense et je crois comprendre qu'ils ressentent la même chose, malgré la difficulté de traverser cette période et la traversée "à l'aveuglette".
Qu'est-ce qu'ils sont beaux, tous les deux !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les gens discutent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les gens discutent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les gens qui n'aiment pas les films d'horreur
» Pourquoi s'attacher aux gens...
» [Labro, Philippe] Les gens
» Chers gens et gentes, je me présente
» Bonjour les gens =D

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Vic Taurugaux-
Sauter vers: