Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L’ETALON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
xian
Invité



MessageSujet: L’ETALON   Mer 19 Jan 2005 - 20:14

L’ETALON
(Nouvelle de Josiane)




Une histoire d’amour, quand on s’appelle Josiane, ça fait toujours rire. Les Josiane, comme les Germaine et les Louise, c’est fait pour tenir la caisse de la superette, nettoyer le comptoir frigo du marchand de salaisons, tenir un ménage, élever des enfants, il n’y a pas de place pour les histoires d’amour, chez les Josiane.
Je savais ça depuis l’enfance, aussi j’ai suivi tous les conseils.
Toute jeune et frêle, fragile et diaphane, je sors de l’adolescence chiffonnée, paumée. Je n’ai pas eu malgré mes soins la récompense de mon opiniâtreté. Les journaux parlaient de statuaire, de marmoréen, de body, j’ai lu et appliqué les conseils nombreux de OK magazine et puis de Vingt ans et Pénéla et Prima et Confidence. Bien que dans Confidence, ce soit plutôt les rencontres avec Julio Iglésias qui m’aient le mieux charmée. Je suis encore teenager, ou si peu comment dit-on, twenty ? Je veux mourir.
Pourtant, je suis venue aux Etats-Unis.

Il est venu. Seigneur, quelle découverte ! Que ne me le disaient-ils pas, les illustrés, les magazines. J’avais essayé les copains, les amis, les camarades, les hommes qui tous ont voulu jouer papa gâteau et papa maman et le protecteur incorruptible. J’inspirais grosminet étant chaton mouillé ou nounours peluche ou chien battu.
J’ai failli manquer de patience parce qu’on ne m’avait appris qu’à me farder le visage, alors qu’il faut aussi se masquer le cœur, se cacher le corps, tromper tout le temps et sans cesse.

Il est venu une fois, dix fois, vingt fois à l’heure de mon service.Je ne vous ai pas dit, je suis barmaid chez Joe à Los Angeles.

Sur le coup de midi, il y a toujours du monde, des avocats et des plaideurs, des malfrats et des policiers, des magistrats et des étudiants. Nous sommes situés à l’angle de Pensis Boulevard et de la quarante-troisième rue.
Joe, qui n’est pas Napolain pour un sou chante O sole Mio et fabrique trois pizze par jour, celles qu’on lui voit sortir du four et qui sont pour sa famille. Les autres, celles que l’on vend aux clients viennent de SuperGel par camion isotherme tous les lundis soirs, avec le poulet, les steaks hamburger et les frites.
Quand il est venu pour la première fois, je l’avais repéré. Un incorruptible, ça se voyait à son regard. Il avait compris qu’avec moi, il faudrait un peu de patience, patience, patience, patience…

- Hé, Mémé, tu rêves ?

Un nouveau client me parle durement, ça ne me plaît pas du tout et je vais bien l’arranger : un café eau-de-vaisselle et un sandwich d’avant hier qui goûte le carton et le plastique. On ne le reverra plus. Enfin, c’est pas sûr, en fait, tout ce qu’on mange chez Joe est dégueulasse mais, premièrement, c’est le bastringue le plus proche du Palais de Justice et deuxièmement : Trattoria del Sole ça ne peut qu’attirer. (Beaucoup plus que chez l’idiot de la dix-huitième rue où je travaillais avant et qui est presque en faillite, qui s’intitulait : Comme chez soi).

Aux clients, je ne parle pas beaucoup, je ne me dévoile pas et d’ailleurs, avec le moral que je me paye, toujours dans le trente-sixième dessous, je n’ai envie de parler qu’à ceux dont je sens bien que peut-être ils m’aimeront pour moi-même. Comme celui-là. Je ne connais pas son nom. Dans ma tête, je l’appelle Bill. Bill, j’aime bien, ça sonne rond. A mon avis, il est détective prié. Sinon, je ne vois pas ce qu’il ferait ici depuis un mois, dans le quartier du Palais, dans les bistrots des environs, avec les avocats, les attorneys ? et les avoués.

Maintenant, l’après-midi, il commence à me parler un peu. Il reste après que les autres sont partis. On a dit un mot et puis plusieurs. Il n’est jamais à court d’idées. Je lui ai raconté les potins qui l’intéressent, principalement sur les affaires en cours dont discutent les magistrats. Il est gentil et laisse des pourboires intéressants. Il me trouve mystérieuse là où les autres me trouvent empotée. Mais je dois souvent l’abandonner pour apporter des boissons à des Messieurs de la Judiciaire, de la Criminelle, des Mœurs, quelquefois même à un Président de cour qui est resté au palais l’après-midi. De nombreuses personnes commandent ainsi par téléphone à Joe. Et c’est moi qui porte le plateau.

Les gens du palais me connaissent bien maintenant et je circule partout comme je veux. Au début, avec mon look punk, ils m’observaient par derrière, ils me jetaient des regards sous les lunettes si vous voyez ce que je veux dire… il n’y a que Bill qui m’a trouvée gentille tout de suite, qui jamais ne pose des questions spéciales. Il m’a même fait un compliment hier sur mes lunettes roses. Bill est romantique, s’il est entré dans ma vie comme tous les autres par le restaurant, lui, il n’en sort pas. Maintenant, il vient tous les jours et même parfois le soir. Bill c’est l’été de ma vie, une vie dans laquelle il n’y a pas eu vraiment de printemps. Le soir dans mon lit, je pleurais souvent. Maintenant, je pense à ce que Bill m’a dit. A son sourire appuyé, à sa main qui a touché la mienne quand j’ai débarrassé. Ce soir Bill vient me chercher pour aller à un concert Hard-rock. J’ai mis du parfum, j’ai acheté un chemisier que je porterai avec une cravate bleu ciel, je vais mettre les dessous que j’avais achetés pour Arthur – qui n’est jamais venu, de la broderie anglaise du plus charmant effet. J’ai lu la biographie d’Ingrid Bergman et de Romy Schneider dans New People. Une grande vie, c’est toujours comme ça que ça commence.

Quelle formidable journée, hier. D’abord, des tas de pourboires extras dans une foule exceptionnelle. On va juger le frère d’un parrain de la Maffia. Le témoin principal est arrivé en fourgon blindé et demain, il sera dans les locaux de la Criminelle, dans cette petite cellule d’attente, juste à côté du bureau de Monieur Antiguia qui me commande souvent du rye et du citron dans l’après-midi. Alors le soir est arrivé. Avec Bill, qui s’appelle Tony on est allé écouter la musique. Fabuleux ! J’ai pu rêver des bras de James Dean et de Bronson qui sont comme Tony, bons et forts, chacun dans leur genre évidemment. Tony, mon étalon. Je ne savais pas ce que vivre voulait dire avant que je rencontre Tony. J’étais laide, moche, barmaid au rabais d’un patron italo-hispanique pas bien défini. Un métèque.

Tony, lui c’est un vrai Italien de Sicile. Il est arrivé il y a seulement quelques semaines. La Sicile, ah ! les vacances. Pour moi, la Sicile, ça n’évoque que des images de vacances possibles. Il m’a dit Tony, que si j’étais sage et si ses affaires allaient bien qu’il m’emmènerait un jour là-bas. Vous vous rendez compte !
Prendre l’avion, se faire servir par une hôtesse, lui demander du champagne, non, Tony préfèrera sans doute que je commande du chianti.

Tony, mon cavalier, mon étalon. Tony mon cœur, Tony mon âme.
Ce sera formidable avec Tony. On ira à Palerme où il a des cousins et à Syracuse où je verrai une mer comme il n’y en a pas ici aux Etats-Unis. Tony est merveilleux, nous avons un peu parlé de mon travail et des musiques que j’aime et de mes yeux. Nous avons parlé des plats que les gens du Palais se font monter et des vêtements que j’achète et de ma bouche où il a laissé courir la sienne et ses doigts ? Nous avons parlé des boissons difficiles à transporter du bistrot au Palais sans les renverser et du logement que j’aimerais avoir quand je gagnerai mieux ma vie et de mes seins. Je ne savais pas que le plaisir d’être une femme existait. Je ne savais pas à quoi servaient les seins. Nous avons parlé d’un système que Tony a inventé qu’il expérimentera avec moi tout à l’heure, pour ne plus renverser les gobelets de jus d’orange, les verres de bière et toutes les boissons lorsqu’on les transporte dans les couloirs du Palais, des sous-vêtements que je portais et qu’il trouve ravissants, élégants, distingués, chics, quoi, et mon ventre. Mon ventre sur lequel il a fait courir ses doigts, ses lèvres, son sexe. Le ventre d’une femme c’est, c’est... je ne sais pas dire moi, et vous ?
Tony m’a fait plein de compliments, il m’a dit :
- Tu es belle.

Il faudra que je le remercie ce soir de m’avoir fait découvrir la vie, la vraie vie, celle qu’on va vivre toujours, ensemble, nous deux.
Je n’imaginais plus depuis longtemps qu’il soit possible d’être courtisée comme cela. Même Fanny d’après Los Angeles Mirror n’avait pas été aussi chouchoutée par son milliardaire.

Toute ma vie va devenir comme hier soir, quel merveilleux souvenir qui n’en est pas un puisque ce soir tout recommence, sauf le concert rock bien entendu… d’ailleurs, je n’ai plus envie de quitter ma chambre. Après, le concert, Tony m’a demandé s’il pouvait monter une minute, juste pour me dire au revoir. Pourquoi aurais-je dit non ? Il n’y avait jamais personne qui voulait monter me dire au revoir et toute ma jeunesse on m’avait dit :

- Attention ! Ne les laisse pas monter. Ils ne te veulent que du mal.

Tony, cela se voyait bien qu’il ne me voulait pas de mal. D’abord, il avait soif et puis, il n’était pas vraiment tard et je ne commençais qu’à midi moins le quart. Tiens ? Et Tony, il faudra que je lui demande à quelle heure il commence son travail et que je sache ce qu’il fait. On a tant parlé qu’on a parlé que de moi de tous ces jours-ci.

Arrivé dans ma chambre, Tony a été très correct. Il m’a embrassée sur la joue et puis juste un peu sur les lèvres. Je lui ai proposé de se servir un bourbon pendant que j’allais me débarbouiller un peu. Après une journée de restaurant, un soir de concert rock, j’avais envie d’un peu de fraîcheur et puis, je ne savais pas bien comment lui montrer mes dessous en broderie anglaise. Depuis que je les avais achetés, je me demandais bien comment font les autres filles pour en arriver à montrer leur dessous et si c’est pour ne pas les montrer, c’est pas la peine de dépenser des sommes pareilles. Vous savez combien ça coûte ? Incroyable, plus c’est petit et moins il y a de tissu, et plus c’est cher !

Quand je lui ai dit que j’allais prendre une douche, Tony m’a dit :
- Fais à ton aise, poupée, tu es chez toi.

Je suis allée au coin douche et me suis dévêtue, quand j’ai été seulement en-dessous, j’ai fait comme si de rien n’était, comme si je me promenais toujours en cette tenue-là et revenant vers le frigo, j’ai dit :
- Moi aussi, je boirais bien un bourbon.

Tony a sifflé et m’a dit que j’étais un sacré petit lot, avec un corps très joli caché sous des dehors anodins.
J’ai dégusté le bourbon, assise sur ses genoux pendant qu’il tripotait mes dentelles en disant que c’est joli tout ça.

J’ai passé une nuit où j’ai tout appris sur moi et sur mon cavalier. C’est un mot que je comprends mieux, mais j’aime encore mieux dire :
- Mon étalon.

Tiens, le voilà mon étalon, il a apporté une caisse qui contient une espèce de table à roulettes de son invention, on va la tester dans les couloirs du premier étage, il y a justement Monsieur Antiguia qui vient de sonner pour un thé à la menthe pour lui et pour un café bien tassé pour le témoin au procès du maffiosi.

Elle ne se présente pas mal, il y a des chromes et une barre, pour me montrer, la première fois comment fonctionnent les roulettes pliantes, il m’accompagnera et nous distribuerons les boissons ensemble. Lui, il poussera la table devant lui, et lorsqu’il m’aura montré au rez-de- chaussée, j’irai seule au premier.

— Oui, mon chéri, j’ai bien compris, quand j’arrive au premier, pour éviter que les roulettes grincent, je prends la bouteille de glycérine qui est là et je verse quelques gouttes sur le moyeu. Pourquoi tu ris ? Parce que ça va péter des flammes ? J’espère bien. Et je ne suis pas mécanicienne, tu es sûr quel ne faut en mettre qu’une fois de la glycérine, n’est-ce pas ?

— A tout de suite, j’y vais, attends-moi avant de retourner à ton boulot. Tu m’expliqueras, ton boulot ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 2:48

Y'a des jours où on aime s'appeler autrement que Josiane... j'sais pas pourquoi je dis ça... Laughing

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 10:41

y a bien des P Wink atricia...
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 10:47

Oui, je n'en doute pas... celles-là, je les vois pas sous le même angle. Rolling Eyes

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 10:50

réponse aiguë
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 10:52

Oui, bon attends.... je révise un ti-peu ma géométrie, pi je sors mes instruments pour vérifier Laughing

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 11:02

comédienne hein, tu caches plein d'outils sous tes jupes !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 11:11

Evidemment ! Tu ne voudrais pas que j'arrive sur scène avec mes accessoires à vue !!! Laughing

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 16:20

oh...
il y en a
alors elles tournent autour d'un poteau...
j'ai jamais bien compris pourquoi mais cela doit être dû climat crazy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 16:35

Faut pas exagérer, je planque tout de même pas le poteau sous mes jupes !
Shocked

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 18:39

c'est une bonne réponse !
car de nos jours M'sieu dames ... on peut confondre
on peut même se marr(i)er Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 19:01

Je confirme, je suis pas femme à poteau... Wink
faut bien tout préciser, aujourd'hui...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 20:14

ni à beauf ' Wink
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 20:30

xian a écrit:
ni à beauf ' Wink
Laughing

Merci de le dire pour moi. Wink

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
xian
Invité



MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 20:38

blackeye
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: L’ETALON   Jeu 20 Jan 2005 - 21:03

Tu t'es pris la porte ? Cool

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’ETALON   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’ETALON
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Museau et langue de l'Etalon
» PROJET CM POUR 2015 / 2016 + Spartakus, etalon frison p.37
» (Collection) Haut les mains(ed Colbert)
» Cheval noir [stylo bille & posca]
» Liste Etalon 17/06/13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Xian-
Sauter vers: