Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Série B

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Série B   Mar 13 Sep 2005 - 15:10

Série B


Amélie range son arme dans son réticule doré et décroche le combiné qui est sur la table de chevet. Quelle position humiliante et ridicule d'être attachée nue à côté de Long Jones dont je sens bien qu'il résiste le plus qu'il peut, le pauvre, mais elle n'hésitera pas à l'abattre pour ne pas le payer, qui aurait dit d'ailleurs que c'était un homme de main, un mercenaire, un pas grand chose. J'aurais dû le savoir dès qu'il m'a montré ses photos prises devant les pointes escarpées de Piana.
Amélie forme un numéro que je n'ai pas le temps de voir et abonde par onomatopées aux phrases qui lui glissent dans l'oreille.
Ai-je dit que lorsque je suis rentrée, après la conversation avec Long Jones, je me suis allongée sur mon lit j'ai baissé la culotte de mon pyjama et je me suis tripotée en rentrant juste le bout du doigt dans le vagin, comme une sale petite fille, il m'a vraiment fait un effet, un comment dire, de l'effet, quoi.

Long Jones se tourne vers moi et me regarde, quand je dis se tourne, c’est plutôt essaye puisque attaché comme il est, il ne peut faire que quelques gestes de la tête et des épaules. Amélie m’a bien fait comprendre que mon ami était entre les mains des mercenaires Kurdo-Croates et que j’allais devoir répondre à toutes les questions, que de plus l’aventure avortée avec Long Jones était minable, en fait, c’est surtout Long Jones qui est minable, on aurait mieux fait de l’appeler Petitjean.
Une discussion intense se tient à la fin de laquelle je m’écrie :
— Je ne dirai rien.
— En ce cas, je demande aux Thugs qui détiennent votre ami de la faire périr dans les pires souffrances sans compter le pal.
— Le pal ? Mais il n’a pas de chien.
— Je parle du supplice du pal, pauvre ignare. On vous le fera à vous aussi pour que vous compreniez bien de quoi il s’agit.
— Vous êtes un vrai monstre !
— Je suis l’Exécutrice et elle se met à tirer avec le pistolet mitrailleur, la rafale atteint Amélie au ventre, à la tête, aux jambes, aux épaules, partout, Amélie arrose.
— Coupez !
Waldeq manoeuvre des boutons et hurle qu’on recommence tout et que le film va être une vraie cochonnerie.
En régie, Patsy vit apparaître sur les écrans de contrôle des scènes qui ne figuraient pas sur le script distribué le matin, le silence était total et elle eut l’impression que sa respiration allait faire éclater les haut-parleurs.
Il n’allait pas être possible d’utiliser les bandes, la trois filmait du sang qui coulait du lit sur le sol, en plan fixe, la quatre pivotait lentement et rendait l’image somptueuse de l’Exécutrice totalement nue écartant d’un geste dément les fesses de Long Jones et lui fourrant le revolver dans le troufignon. L’acteur était déjà mort, cela se voyait bien d’ici et rien ne pourrait le ressusciter. Les balles du chargeur du Beretta étaient de vraies balles. Des hommes du service d’ordre de la succursale de la Métro Goldwyn arrivèrent en bousculant des projecteurs qui s’écroulèrent à grand fracas.
Courtois se tamponnait le visage avec un mouchoir parfumé Alain Delon et s’étonnait de ne pas être blessé, il espérait que ça n’empêcherait pas les gens de RTL qui allaient arriver de l’interviewer.
— Bien entendu, confia-t-il à l’assistant du producteur, le coupable est celui qui a mis les balles dans le chargeur et ce ne peut être que l’accessoiriste, un nouveau que nous venions d’engager, il est sans doute nord-Africain et c’est donc lui, enfin, je veux dire qu’il y a beaucoup de chances d’apprendre qu’il vient d’avouer, je vois qu’on l’entraîne là-bas vers un camion-aveux, je veux dire le panier à salade pour le passer à tabac, je ne sais plus ce que je dis c’est évident que ses droits seront respectés.
Il se dirigea vers la sortie et remarqua qu’Amélie qui s’était revêtue avait posé une perruque rousse sur sa chevelure blonde d’origine et se dirigeait vers une voiture américaine immatriculée au Lichtenstein.
On allait avoir encore bien du mal à obtenir de nouveaux subsides.
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Série B   Mar 13 Sep 2005 - 15:30

Bon. Finalement, je préfère le théâtre. Le ciné, c'est trop dangereux...

AngeR

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Série B   Mar 13 Sep 2005 - 15:33

Il paraît en blog.
En réalité, c'est pas de la fiction.
Les personnages, les arbres, les papiers et tout et tout, c'est des vrais.
Y'a que nous pour faire dans le virtuel.
pffffffff

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Série B   

Revenir en haut Aller en bas
 
Série B
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Xian-
Sauter vers: