Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yolande.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Yolande.   Mer 8 Fév 2006 - 8:56

Yolande.

Ainsi donc bien parler ne m’a pas servi. Ils m’ont cloué le bec avec leurs saletés, je suis convaincu qu’ils mettent des somnoliques et autres hallucinatoires dans le café, c’est pour cela que j’ai fait apporter un petit pot de Ricoré par la jeune dame que l’on m’a présentée. Elle est infirmière, regarde, en bel uniforme blanc et rose, avec un petit chapeau Bécassine. Comme elle a dit en riant, je vais vous faire la piqûre, j’ai été un moment inattentif et hop, mosquitoes in the fessard, deux fois, Bedos aurait ricané, ah ! la sâaââloppe...

Plus que morfondus, suicidaires, à moi !... à la renourriture ! agoniques !...Rameuter les copains, les amis, vous les copains, je ne vous oublierai jamais, sauvez Willy ! Si un crabe du fond de l’océan trouve des marcheurs blancs parrainés, vous aurez bien à cœur de me sortir de ce trou, où est-on ici, ici qui ne sera plus demain, c’est confirmé, une ambulance passera vers six heures demain matin. Ils croient que je n’entends rien, j’entends tout.

Je sais qu’ils racontent des histoires sur mon compte, des histoires à dormir debout, ils disent même que je suis homosexuel. Cela ne peut pas même se concevoir lorsque l’on est comme moi un homme de si grande piété, c’est une rumeur colportée par mes adversaires politiques pour me rabaisser, justifier mon remplacement et éviter un mélange des genres qui classerait les Saxe Cobourg au rang de jambon avarié.

Les critiques ne sont que le fait de partisans de la famille de Guise et des catholiques opposés à ma relative tolérance envers le nouveau maire de Paris et des amis borsalino-italiens. A propos d’Italien, me vient à l’esprit Palumbo, détective de la nouvelle police qui remplace celle qui n’était pas compétente en écritures. Que devient-il ? S’il est en planque, pourquoi n’intervient-il pas ? Où ai-je pris qu’il avait changé de métier, qu’il était devenu maître chanteur ? Ils seraient même plusieurs.

Il aurait été marié plusieurs fois et l’une de ses femmes serait, dit-on facilitatrice. C’est quoi çà ? Une sorte de madame cul-boutique ? Femme de policier, ce serait étonnant, non ? Une amie de cette Julie qui se pose des questions sur les hommes ? Les Palumbo sont une grande famille et les recherches généalogiques ne sont pas le fort d’un handicapé alité. Le Palumbo de Monaco qui prétend pouvoir faire des recherches approfondies d’un simple click qui évite la grande claque n’incite pas plus à la confiance que mon policier à petite casquette Pokémon.

Des formes doucement arrondies, de jolis petits seins en forme de demi-orange, fermes, le regard ne peut qu’être charmé. Et nue, toute nue, elle a lancé au cornet des mots et des regards. Allongé sous la couette hivernale, je tente une attitude mignonne, charmante, gentille, de l’Henri tout entier, je tends l’oreille pour savoir, pour tenter de connaître la destination réelle de l’ambulance. Je n’ai entendu parler que de saints, Pierre, Gilles, Philippe et tutti quanti, l’Italie à nouveau, serait-ce à cause des pâtes d’hier soir ?
Et de Tampon et puis un nom étrange

Yolande est très mince, très adolescente mais déjà infirmière diplômée, m’a assuré Amalia. Et pourquoi donc s’est-elle mise toute nue, je grelotte et elle assure qu’il fait chaud, la fièvre ? Nous sommes encore loin de samedi soir. Et entre aujourd’hui et samedi, il y a vendredi, inéluctable.

Des pâtes, des Panzanni, même, oui, bien qu’ils m’aient attaché au lit pour que je tombe plus, je suis bien traité comme disent tous les détenus lorsqu’on les interroge, je suis même bien nourri, des pâtes vous dis-je, hier des raviolis, avant-hier des tagliatelles, plus tôt c’étaient des cornetti, des maccheroni, des tortilloni, des spaghetti,

L’autre là, que fait-elle, ne dirait-on pas qu’elle se prend pour la dernière cigarette du condamné ! J'en ai connu au moins douze, des vierges merveilleuses et musclées, et des apollons de lycée qui voulaient m'avoir à l'extase, que je leur fasse toutes les privautés, la veille qu'on m'assasse. Il y a longtemps que j’ai vu le tram et que j’ai chanté « Gare au gorille » !

Le roi était désespéré.
Que pouvait-il faire pour l'aider ?
Raconte l’Ariane, dans son petit poème qui m’est resté à l’oreille. Arian cela fait toujours trop de bruit. Que disaient-ils lors de leur dernière réunion, ici dans la kitchenette ? Oui, ils parlaient d’Ariane, ai-je affaire à des terroristes ? J’entends parler de méta-moteur, kesako ? Un truc japonais pour faire avancer les voitures avec de l’eau de rose qui serait moins taxée que ce puant pétrole qu’on se paye à coup de Cheick ?

Je n’ai pas essayé savoir plus, il aurait fallu que je tende mieux l’oreille, que je soulève la tête, que je bigle. La tragédie je vais vous dire je devrais déjà être assez loin, en Laponie, en Patagonie, en Australopothéquie, en Syldavie. Dès les premières visites voyeuses, les premiers biglouseurs de biais, j’ai compris que je ne ferais pas long feu dans cette piaule mais où vais-je et vais-je en revenir ? Suis-je un kidnappé ? Le docteur Alain, un peu que j’en ris, dans sa trousse, un Beretta, tout clinquant qui se laisse caresse la détente j’imagine avec jouissance.

— Te tracasse pas toujours comme ça Poussin me dit Amalia, c’est pour ton bien,le docteur sait ce qu’il fait.

Docteur Alain, c’est pas un métier ça ! Des Couture, des Poher, des Potier, des Vankervel, des Touches, Moreau, Bouvy, Tambourini, les Alain ne manquent pas à l’annuaire, mais avec une tronche comme le mien, m’étonnerait qu’il s’occupe des grands brûlés, suis-je un grand brûlé ? Ils m’ont vraiment ligoté, je ne peux plus ramer d’un poil, je bande sous la couette en regardant à travers mes cils la Yolande qui se défoule depuis une demi-heure avec le cornet du bigophone, c’est pas elle qui paye la facture !

Elle fafiotte, parlotte, linguiste, humaine et langue par écouteur interposé forment symbiose, parasites consentants, ils se nourrissent l'un de l'autre, tels la monture et son cavalier, seuls le respect, l'amour et la dignité consacrent l'étrange couple et unissent les affinités, c’est envoyé par la rousse mais celle-ci c’est mieux, sabir, style, tapette, terminologie de l’instant présent, tout y est, à qui qu’elle cause donc ?

Enchaîné, camisolé... mais le pire faut entendre, écouter sans vouloir et l’on ne discutaille pas même de moi, vexé je suis de sa platine qui m’ignore, mais alors totalement, je suis un meuble une loque, une momie, un zombie!

La Yolande s’approche et zombie se redresse, elle n’en sait rien, elle vient de raccrocher en souriant, à quoi pense-t-elle ? Yolande, j’en ai bien connu une, mais l’âge, ça ne colle pas, celle-là venait du Québec. Elle avait remporté la bourse Yves-Thériault de Radio-Canada pour le synopsis de sa dramatique La femme de sel, je me demande si c’était pimenté.

Mais que fait-elle ? Elle va prendre un bain, la salope ! Oui, je sais, ça a l’air contraire, on devrait dire la propre, mais prend-on un bain nue porte ouverte alors que dans la pièce voisine et principale se trouve un attaché que l’on va rouler comme ces mitouflés rogatons uriques, arthritiques à béquilles, podagres si tellement croquevillés, noués, souffreurs de tous sens, ahanants acrobates d'enfer, face de gargouilles, hideux de supplices, sans jambe ou alors une seule, gueule cassée de 40-45, ceux de l’autre, de 14-18 sont tous sur le monument.

Je crois que j’ai dormi
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Yolande.   Mer 8 Fév 2006 - 10:00

Tandis qu’un Chinois fronçant le nez, de son petit siège, observe à travers un hublot, la campagne brabançonne, Henri s’aperçoit que les ouvriers communaux qui travaillaient dans sa rue s’en sont allés.


Hello !

Vous êtes passé me voir, vous ne savez rien, vous comprenez tout, le monde vous affole.
Tout ici sera à votre portée, je vous assure. J'ai quitté le village qui m'a vu naî-tre, au delà des Carpathes, j'ai beaucoup aidé la croix rouge dans son aventure humanitaire, je suis arrivé comme un mercenaire au 290 dans cette rue.

Il y a eu l'aventure du 293.
Et puis il y a celle du 349 et maintenant je suis près de chez Barnard, dans l’autre rue du village, on parle de Poivrot, de Rouletabille, de Smith et Watson, d’un hôpital Saint Luc et de Notre dame de la grâce, les bonnes sœurs.

Là-bas, Jean-Pierre a pris ma place en riant, le sot ! Aujourd'hui, il est à l'ombre, je suis au soleil...

Hé hé...

« Ose devenir qui tu es. »
André Gide. Les nouvelles Nourritures.
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Yolande.   Mer 8 Fév 2006 - 16:06

Laughing régal régale-moi !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yolande.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yolande.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yolande Folliot
» Yolande MUKAGASANA (Rwanda)
» Un petit mot pour Yolande
» Romans Cinématiques ( Bonne Presse )
» Vous souvenez vous de ces actrices héroines de séries ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Xian-
Sauter vers: