Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pim pom pim pom pim pom ,

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 10:06

Pim pom pim pom pim pom , vitesse, bruit, gyrophare...

Aurait-on des nouvelles, propage-t-on de fausses nouvelles ?
Y-a-t-il un télégramme chez personne ? Trouverait-on là des nouvelles d’Henri ? Pierre-Henri THOMAS, « Umicore a peur du dollar et réduit ses effectifs » pérore-t-il.
Henri est-il en Alsace, James y est-il resté ? Henri serait-il en Italie, dans un palais florentin ?

On a trouvé ce texte quelque par, quelques parts, quelques mots, Blog Name: Henri Blog URL: http://jemappellehenri.skynetblogs.be Description: Entre Peter Pan et toutes les femmes de sa vie, un égaré permanent à cheval sur six sites... Category: Observations Country: Belgium User Name: Henri s’il fait beau Password Hint: Fruit de la passion Email: xian@swing.be.. Retour à la case départ !


Henri est-il sur un blog ?
Dit-on un blog ? Pourquoi pas une blogue ?
Faut-il être pour ou contre la féminisation des noms ?
Quand on voit l'usage qui est en est fait, grosse dondon ou araignée maigrichonne, on peut se poser la question.
Un gars : c'est un jeune homme, une garce : c'est une pute !
Un courtisan est un proche du roi, une courtisane : c'est une pute. Le masseur est kinésithérapeute, ma sœur masseuse est une pute ! Un coureur : c'est un joggeur, une coureuse : c'est une pute, on y reviens tout le temps, comme on dit, on va aux putes, un promeneur en VTT, c'est un cycliste et on peut dire qu’une rouleuse est une pute. Pour les sportifs, un professionnel : c'est un type de haut niveau, une professionnelle : c'est une pute.
Un homme sans moralité : c'est un politicien. Une femme sans moralité : c'est une pute. Un entraîneur : c'est un homme qui entraîne une équipe sportive, sa compagne l’entraîneuse : c'est une pute. Un homme à femmes : c'est un séducteur. Une femme à hommes : c'est une pute.
Un homme public est un Louis Michel, une femme publique : c'est une Valérie, une pute, quoi !
Un homme facile : c'est un homme agréable a vivre. Une femme facile : c'est une pute, et ainsi de suite jusqu’à l’infini sur le trottoir où opère le paveur.
Une femme qui fait le trottoir : c'est une pute.
Henri ? Question sans réponse ? Henri qui es-tu me demandé-je ?

Il serait donc question de réponse, un certain Bond, grand Jean, gominé et fadissime prétentieux aurait dit à Claudine : Je sais tout, cet Henri est du côté de Lüderitz. Ce n’est pas pour contrarier les amateurs du genre MI5 et permis de tuer, mais que diable Henri serait-il allé faire en cette galère échouée dans les déserts de sable ? Un autre, plus souple, un certain Caplan que d’aucun nomment Coplan pour qu’il n’y ait pas gourance d’avec ceux qui ont fait un disque parle de Hong-Kong, de Corée qui devient économiquement de très grande vitesse, d’un Henri qui serait dans des marécages du côté du fameux parallèle, rien que d’y penser me donne le tournis, je n’ai pas franchi le pont aux ânes et Pythagore n’est qu’un vieil hibou.

J’ai tout d même posé la question à Glouglou, j’ai tapé Henri (j’ai de la chance).

On m’a donc répondu que Paul-Henri est un héros, il ne peut pas mourir ! Ancien ministre d’état belge ayant eu la chance de se faire branler par sa nièce très jolie plus nue qu’a son tour, c’est une évidence qui ne me rapprochait pas de Henri, le mien, Henri Troyes, moi-même.
Un Henri tient place et langue à Givors, c’est dans le lyonnais, Henri le Lyonnais, ne pouvait être qu’un malfrat, inadorable, j’ai lu la lettre de Jean-Henri Fabre à Henri Devillario, cela ne m’a rien appris, le téléphone, allô, non, je n’avais pas pensé à la florentine Catherine, était-ce la fille qui se promène nue, encore une, dans l’atelier de peinture de Charles Vigor ? Sourire à une idée fugace : Le sexe masculin est ce qu'il y a de plus léger au monde, une simple pensée le soulève. ...

Ce qu’il faut retenir est Alexandre-Edouard, ce serait le vrai nom d’Henri.

Je ne sais ni qui je suis, ni qui m’attend derrière cette porte et l’on voudrait que je sache tout des affaires. Je m’appelle Henri, le majordome qui s’est retiré le dernier m’a dit qu’elle m’attendait derrière la grande double porte à tentures embrasées.
Ma mère ? ma femme, ma fille, une donzelle d’un soir ?
J’ai pensé à l’intérimaire, à la pêcheuse en eaux troubles amstellodamoise, à Domino.
J’ai eu un mouvement du sexe dans mon justaucorps en imaginant celle que je devais aimer.

Foin d’attente, je marche d’un bon pas vers cet huis, je mets la main sur la poignée, un bronze fort joli ma foi, j’enclenche, je pousse, cela résiste !
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 10:30

Démonstration éloquente des différences homme/femme. Qui ? Quelle source ? D'où ? Sommes-nous condamnées à ça et rien qu'à ça, quoiqu'on fasse, quoiqu'on dise ? ça va jusqu'à "nique ta mère", c'est dire...
Moi je veux bien au fond, si les hommes consentent à reconnaître qu'ils veulent se faire tout ce qui leur passe sous les yeux. Après tout, tant qu'à ne penser qu'à ça, autant nous mettre tous dans le même panier.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 10:54

enfin je veux dire : dans le même lit. mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 17:27

Corinne, mais n’était-ce pas Wanda, à moins que ce ne soit Léonie, vint souvent me dire bonjour, moulin à vent, moulin à air, moulin à parole, moulin à café, une bonne tasse de maragogype, les seins de Corinne forment deux petits dômes qui sortent d’un balconnet des années cinquante, elle adore s’habiller ringard, j’adore Corinne.
Je lui ai montré ma plaque d’immatriculation, je suis le trois cent quarante-neuf.
Elle a rit, elle a tournoyé, elle a posé un vinyl sur la platine, une latino d’enfer, elle a des jambes ravissantes, Corinne. Elle aime la musique. Wanda aime Robert.

Lundi de septembre, Corinne marche, elle traverse la rue, elle vient me voir.

Ça fait un an que je traîne Corinne dans la tête, impossible de l’oublier depuis que je l’avais vue au petit supermarché, depuis qu’elle m’avait souri, invité à l’une où l’autre fiesta, rangé dans le coin de son salon ou de sa pelouse, ma chaise et moi.

J’étais tombé amoureux d’elle, je ne sais pas si elle avait fait quelque chose pour, c’est vrai que je tombais souvent amoureux, de plus en plus surtout depuis que j’avais pu tout arranger avec Boma.

Quand on est en chaise roulante, c’est facile de tomber amoureux, déjà, on ne tombe pas, on ne tombe jamais assis sur sa chaise, dans sa chaise. On est dans la chaise.
Mais, on n’est pas la chaise, on n’est pas de bois.
Ai-je été handicapé ?

Vers mars avril, elle couche avec moi quand je suis allongé en fait je la tuerai parce que je la baiserai debout... que personne ne peut savoir.
Je pense à Corinne. Corinne ne ressemble à aucune de mes michelines.
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 17:39

Intéressant, parce que bien très bien vu, le coup du handicap et des rêves amoureux. thumright

(zuste, on écrit : il a ri, sans "t", paske c'est une fôte qui revient souvent.
T'inquiète, moi je me bats toujours avec le a de vigilant et je sais pas pourquoi, ma bataille n'a commencé que récemment, avant y'avait pas de problème sur le mot. Shocked

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 18:22

Hillary ahahahahaha santé ... ahahahaha
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Lun 13 Fév 2006 - 19:11

J'ai trouvé !!! C'est une blague américaine ! mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Mar 14 Fév 2006 - 8:38

Panique
Affolement peut-être, yeux, gauche droite allô mais qu’est-ce que c’est pourquoi cela ne fonctionne-t-il pas ?

Tirer secouer chipoter tourniquer encore secouer un pas derrière un pas en arrière.

—. Alors mon ami, dis-je au laquais, que se passe-t-il ici, m’enferme-t’on donc ?
— Ton donque ?
— Ne jouez donc pas l’abruti, pourquoi cet huis ne s’ouvre-t-elle point alors que du poing je la force ?
— Monsieur s’énerve, Monsieur transpire, Monsieur ne devrait pas, nous sommes un jour consacré, il convient de dignité garder.
— Qu’est ce ce charabia ? Quelle consécration ? Joseph ! J’arrive, on me dit qu’on m’attend et je trouve céans des fermetures bouclées, ne m’avait-on promis une dame pour transitionner mieux entre cet hier d’enfer et demain le paradis, je le souhaite derechef et tout de suite, ouvrez !

— Je ne suis pas qualifié, j’ai fait médecine avant de m’inscrire à l’office rationnel des brutes malléables, je ne suis ni Joseph ni serrurier.
— Inscrit où ?
A l’orbemanpé Monsieur, Monsieur doit se mettre au goût du jour si Monsieur veut prendre ses fonctions mardi, Monsieur devrait lire la presse, derrière cette porte ne se trouve sans doute qu’un nouveau piège, Monsieur n’a-t-il pas lu le dernier conte du comte, on y compte neuf filles pendues dans le cabinet bleu, Monsieur devrait se relaxer se détendre, penser à d’autres choses, le soleil la mer le sable chaud sea sex and sun.

— Hante sunne ? Je n’ouis rien de votre jacasserie, mon ami, ah, non, je n’ai plus d’ami paraît-il, on me plonge dès ce mardi dans la finance, le haut vol, les délocalisations, et quand donc saurai-je, quelles nouvelles de ma famille, n’étais-je pas le poussin d’une poule qui aimait me materner, dois-je dimancher avec des footballeurs, des footbalistes, des je m’enfoutiste, des filles pendues, où sommes-nous donc ? Du sable chaud, oui, du sable chaud, mais quelle imagination à mettre en branle, quelle masturbation pour s’agaillardir un peu, ici, debout, sur ce parquet de chêne ! Me prend-on pour un légionnaire de Gainsbare, un fellouze d’Edith ?

— Nous avons une note du conseil, Monsieur, en attendant mardi, on doit satisfaire Monsieur, mais on ne peut tout faire, l’ancienne secrétaire de Monsieur avait suggéré une aventure sur le sable chaud, voyez-vous.

— Ah oui, celle-là, elle me la copiera, bonne à rien, elle aurait pu dire un pic un cap et le reste à l’avenant : Dehors il fait froid, le vent d’avril europocéanesque souffle, la mer est deauvilesque, le ciel est gris et nuageux, et le soleil a disparu...Alors fermant les yeux l’ardeur retrouve ardemment sa ligne de conduite, ce rayon de soleil épouse les courbes de mon corps et de la sensualité me pénètre intimement, dans les moindres recoins. Je m'évade, je suis loin, dans une île tropicale, là où il fait bon vivre coquin-gauguin. Au dessus de ma tête les palmiers crissent doucement dans le vent chaud. Le soleil est au zénith, une douce brise estivale enveloppe mon corps. Je marche pieds nus à la recherche d'une source de fraîcheur...même mon paréo très court et très léger devient insupportable. J'écoute le cliquetis des becs de perroquets perchés sur les palmes, j'ai trouvé le paradis, une île et je suis heureuse. J'ai envie de danser dans les rayons appolinesques. Langoureusement je m'avance sur le sable chaud ah le voilà n’est ce pas, le sable chaud, qui ne colle pas grâce aux nouveaux produits Roc qui dérident et soudain je reconnais le son de la fraîcheur...un ruisseau ? une crique ? A n'en pas douter c'est bien le son enchanteur de l'eau qui trébuche de rocher en rocher.... Ma curiosité est aiguisée et j'accélère mes pas qui commencent à brûler sur le sable de plus en plus chaud. Alors, Joseph, n’est-ce pas l’Académie ici bientôt promise, ç’est ça la jactance, mon ami, ah non, valet de pied, comment dire, quelle fonction avez-vous donc reçue de cet Orbem, secrétaire, particulier, pour moi, comme c’est étrange, j’avais pourtant suggéré des jupes, flottantes, des culottes, absentes, des jambes, divines, on n’est plus servi ! Je m'enfouis au milieu de ces lianes...dirigée par ce bruit tonique et je découvre...oui ! Une belle petite cascade enchanteuse. Le clapotis d'une roche à l'autre est devenu une invitation, je m'avance lentement. Les années ont passé, Céline, non, on s’égare, sable chaud, Evian qui dissipe les graisses, source, ah oui, source du dimanche matin, source qui a creusé à sa base comme un coquillage....une petite piscine où l'eau transparente scintille au soleil. Autour de moi le silence est roi, comment résister ? Lentement je fais glisser mon paréo à mes pieds et telle une petite fille je cours me réfugier sous cet havre de fraîcheur. Enfoncée dans l'eau jusqu'a mes fesses je ferme les yeux et laisse l'eau ruisseler sur mon corps, sur mes seins dont les boutons durcissent. La caresse de l'eau est si douce, pareille a celle d'un homme dont le désir commencerait à monter. Je souris, je ris en pensant à l'image que je dégage....si quelqu'un me voyait ! Je m'allonge dans l'eau laissant mon corps flotter à la surface, mes seins, mon pubis exposés au soleil.

— Hum hum !
— Eh bien ?
— Monsieur s’emballe, Monsieur devrait se calmer, je n’ai pas la clé qui ouvre cette porte et toute cette partie de la maison qu’ici l’on nomme gynécée. Certes Monsieur a du talent, certes il fut question de sable chaud mais je demande à Monsieur, un peu de sang-froid, peut-être Monsieur prendrait-il un café, inviterait-il un ami à déjeuner, passerait-il des commandes lucides et réalisables, du sable, Monsieur, et chaud de surcroît ? Monsieur devrait revenir bien à plat sur le parquet ciré. Monsieur a-t-il remarqué, l’équipe de Cemstobel a bien travaillé pour le retour de Monsieur.
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Mar 14 Fév 2006 - 16:01

Bon sang, quel plaisir de te lire. Quelle envolée ! mmmmmmh !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Xian

avatar

Nombre de messages : 4036
Localisation : Etoile bleue dans l'univers
Date d'inscription : 06/09/2005

MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   Mer 15 Fév 2006 - 6:45

Corinne est très chic, bon genre, sérieuse, civilisée.
C’est ça. Corinne est actuelle et sportive,
Elle aimait bien la Kriek, la vraie, avec bouchon fermé sous un fil tordu.


— A l'aide d'une barre de fer retrouvée sur les lieux, comme pour la bicyclette...
— Ah, le pauvre, il n’est pas beau à voir ! Et personne pour dire qui c’est ou encore quels vêtements il portait avant le coup de barre.
Rouletabille lança un coup d'oeil singulier vers l’avant gauche et me parut soudain, bizarrement verdâtre.
A cinq ou six cents mètres de la sortie du bourg, un gendarme nous arrêta, puis reconnut le reporter qu’il avait rencontré au bistrot, nous nous fit signe de passer.
Le journaliste redémarra.
— Pendant toute la soirée, dit-il les voitures qui circulaient dans le secteur ont été contrôlées, comme ça, au cas où l’assassin aurait fait du stop.
— On ne peut pas dire que le garde-champêtre ait mal organisé son affaire, mais je crois qu'il faudra des effectifs plus importants, pour remettre la main sur ce foutu maboul... ajouta-t-il en désignant d'un coup de menton, des petits groupes d'hommes qui fouillaient champs et bois.

Un autre gendarme interdisait l'accès d'un petit sentier menant à l’arrière de la sablière. Laissant la voiture sous sa survei11ance, le petit groupe médiatique poussa une pointe jusqu'à l'endroit où le corps de la victime avait été retrouvé.
Un gendarme de service lut la carte de presse de l’ami Rouletabille et expliqua :
— Le corps était là, effondré au bas de 1’escalier du petit concasseur. Il sortit une torche électrique de sa poche et, du haut des marches sablonneuses, soutenues par des planches et des piquets, il éclaira de vagues traces dans le limon.
... ,
Il y a eu un temps où cette petite tranchée servait de rangement à des outils de carriers, maintenant, elle sert plutôt de vespasienne aux promeneurs. II n'y vient presque plus personne... Mais il arrive tout de même que des amoureux solitaires viennent se perdre par ici... De sorte qu'il n'est pas impossible que le fou n'ait même pas eu à déshabiller sa victime.
Il n’y avait que des supputations. Nous repartîmes vers la route. Il y avait dans toute cette histoire quelque chose de chiffonnant.
— Dites-donc, homme de plume et de radio, ...
— Oui?
Revenir en haut Aller en bas
http://xianhenri.be
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pim pom pim pom pim pom ,   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pim pom pim pom pim pom ,
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Xian-
Sauter vers: