Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Pays des Mille Etangs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Romane   Mar 6 Sep 2005 - 15:42

Le Pays des Mille Etangs

Perchée sur ma bicyclette, je quitte le village, suivie de mon fils. Ma mère ferme le cortège. C’est là un moment privilégié de la journée, lorsque le feu du soleil se fait moins brûlant, enfin radouci par le crépuscule qui s’en viendra bientôt.
Nous passons devant “ Plume Cane ”. J’aime bien ce nom rempli de poésie. La dernière propriété, au bout du village. “ Plume Cane ”… Mon imagination dérive. Plume d’oiseau, chapeau à plumes, plume légère, plume vent. Éphémère…
J’aime aussi sentir la brise légère sur mon corps, tandis que je pédale tranquillement. J’aime m’intégrer dans “ le pays des mille étangs ”, sans autre bruit que celui du souffle dans mes oreilles et du cliquetis de ma bicyclette.
Nous arrivons devant le premier étang, celui qui recèle comme une baie protégée remplie de tortues. Nous mettons pied à terre, pour le plaisir de prendre le temps. Les bruits de la fin de journée s’éveillent. Grenouilles, ragondins, cris, roulis et caquetage d’oiseaux, clapotis. Pas une voiture. Seulement la nature dans toute sa splendeur, sous l’or du soleil couchant. Les herbes folles se balancent parfois. Des insectes suspendus dans l’air paisible, oscillent en même temps que les herbes. Roseaux, plumets, ronces, arbustes sauvages. Tout est sauvage ici. Tout vit.
Les tortues grimpées sur les troncs et branchages enchevêtrés et couchés à fleur d’eau, restent immobiles, goûtant la paix. Peut-être dorment-elles ? Je ne me risque pas à les compter, tant elles sont nombreuses et de toutes tailles. Agglutinées les unes contre les autres, elles occupent leur espace de leur luisante carapace.
Au loin, là-bas, sur le bord opposé de l’étang, nous l’apercevons. Le héron cendré vient pêcher. Ses longues pattes fines avancent précautionneusement dans l’eau. Parfois, il plonge son bec pointu, penchant son long cou agile. Nous le suivrons des yeux jusqu’à ce qu’il décide de s’envoler pour ailleurs, dans un ample mouvement d’ailes.
Au cœur de la Brenne, chaque étang se fait l’écrin de somptueux trésors. Les nénuphars abritent les guifettes au bec rouge vif. Les faucons hobereaux, les sarcelles, les grandes aigrettes, les pies-grièches, les grèbes à cou noir, les grèbes huppées, les vanneaux, les rousserolles et tant d’autres encore, migrent fidèlement chaque année pour venir peupler
les bouquets de saules, les mers de roseaux, les brandes.
Mon regard, ravi, découvre parfois un groupe de canards colverts glissant à la surface de l’eau, l’envol d’une bande de foulques, un couple de cygnes blancs majestueux, un busard perché sur un piquet.
Toute un monde, là, sous mes yeux. J’oublie tout et je contemple, en silence, attentive…
Puis nous repartons, empreints d’images dont le charme gratuit nous habitera longtemps.
On pourrait croire que l’étroite route goudronnée est abandonnée de tout humain autre que nous. Une drôle de sensation m’envahit. C’est comme si la civilisation n’existait plus, soudain. C’est bien. C’est bon. Une jolie trêve.
Obliquant sur la gauche, nous longeons des champs, des étendues abandonnées, en jachère. Les taillis sauvages ont été brûlés par le soleil. L’herbe aussi. Mais la terre sent bon, je m’emplis les poumons de cette odeur herbeuse, terreuse, humide du fin fond du Berry.
Une fouine traverse la route. Nous stoppons le plus discrètement possible pour observer sa robe onduler avant de disparaître dans un fourré. Je remarque des traces de sanglier, sur le bas côté. Il s’est frayé un passage sous la clôture du champ.
Pédalant toujours tranquillement, nos silences s’entrecoupent parfois de quelques mots simples, aussi simples que l’instant qui les accompagne.
Puis le silence encore. Juste la brise dans les oreilles. Nous passons devant la ferme maudite, celle qui porte le lugubre nom de “ Prends garde à toi ”. J’en connais le drame : le 31 décembre 1946, est née l’affaire Mis et Thiennot, lorsque le corps du garde Boistard fut retrouvé dans l’étang des Saules, à quelques mètres seulement de la ferme.
Aujourd’hui encore le lieu reste à l’écart du monde entier, abandonné, fui, refermé sur lui-même, taisant son terrible secret.
Il se fait tard, tout à coup. Un frisson.
Nous faisons demi-tour, laissant derrière nous la lourdeur du passé pour retrouver le charme tranquille d’un soir d’Août empli des bruissements de la vie.
Très tard, au cœur de la nuit, je me lèverai pour m’accouder à la fenêtre grande ouverte de ma chambre. Et je me laisserai bercer par le hululement des milliers de chouettes, le regard perdu dans les étoiles.


Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/


Dernière édition par Romane le Mer 5 Nov 2008 - 23:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Marylen
Electrocuteuse Innée
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 64
Localisation : Chez Cro-Magnon
Date d'inscription : 10/07/2004

MessageSujet: Manoir en Berry   Mar 6 Sep 2005 - 16:38

Oh ! Romane ! Les mille étangs ! baiserbouche

MANOIR EN BERRY
Un rayon printanier, déjà au goût d'été, invite à la balade les résidents du manoir.
Au miroir de l'étang calme se mirent les bourgeons timides de l'osier. Un oiseau content dans les branches de la berge saoule l'air de ses trilles et gonfle de bonheur mon âme. D'autres voix ailées se mêlent à ses arpèges, un concert s'élève dans le vent doux au-dessus de l'eau.
Plouf !
Un ragondin file sous la surface fripée vers la buse qui lui sert de repaire tout au fond. Sous mon nez, une reinette grise plonge et se glisse dans les frondaisons noyées des saules. Un couple de hérons s'envole majestueux, fend le ciel au-dessus des nuages d'eau et je suis, du regard émerveillé, leur vol gracieux et lent.
Un chien donne de la voix d'une ferme proche. On entend au loin les voitures sur la grand-route : Trouble sacrilège du calme reposant de ces étangs du Berry !

Je ne pense plus à mon embonpoint. A moitié allongée sur le vieux banc dépeint, mes carnets à portée de main, les yeux mi-clos filtrant ce premier rayon caressant, je visualise ma silhouette, sur le même banc, dans un an ! Légère comme mon âme elle m'emportera, j'en suis sûre, vers ces autres aventures dont j'ai tant rêvées !
C'est ici, au Manoir en Berry, que commence le bonheur !

Manoir en Berry le 18 mars 2005
(Dommage que je ne puisse pas montrer la photo faite ce jour-là !)
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Manoir en Berry   Mar 6 Sep 2005 - 16:46

Marylen a écrit:
(Dommage que je ne puisse pas montrer la photo faite ce jour-là !)

Mais si ! Tu peux ! Poste ta photo que l'on en profite !
Où est il ce Manoir ?
Je connais "La Maison du Parc" vieux corps de ferme non loin du Château du Bouchet...

là...

http://www.parc-naturel-brenne.fr/parc/index.html

Délicieuse crêpe des Etangs, tartinades pour gourmands, parc serein, balade au coeur de la Brenne....

Entre autres, bien sûr !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Pays des Mille Etangs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Pays des Mille Etangs
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rallye des 1000 Etangs
» Mille et une nuits aux comores
» Cinq mille kilomètres par seconde de Manuele Fior
» [85] Mille Stock
» hors série du journal "L'Alsace Le Pays" sur les 25 ans du festival Bédéciné à Illzach

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Romane-
Sauter vers: