Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bang !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Bang !   Sam 10 Sep 2005 - 18:59

Bang !

Il ronflait debout, devant la caisse du supermarché.
Quand je dis il ronflait, c’est qu’il ronflait vraiment. C’était aussi agaçant que lorsqu’il ne ronflait pas, car lorsqu’il ne ronfle pas, on s’attend toujours à ce qu’il commence à le faire. Et quand il le fait, rien, mais rien ne peut l’en empêcher.
Quand je dis debout, c’est qu’il n’était ni assis, ni allongé, ni accroupi, mais bien debout sur ses deux pieds.
Et la scène se passait devant la caisse du supermarché. Ni à côté, ni derrière, ni sur ou sous la caisse, mais bien devant. D’ailleurs, le problème vint essentiellement de là. S’il avait ronflé debout, à côté, derrière, sur ou sous la caisse du supermarché, l’histoire eut été différente. Il suffit la plupart du temps d’un simple petit détail comme celui-ci, pour changer le cours des événements.
Donc il ronflait debout, devant la caisse du supermarché. Et ce jour là (parce que c’était le jour et plus précisément la fin de matinée, l’horloge indiquant 11 h 15), toutes les caisses étaient fermées sauf la sienne, en raison d’un soudain mouvement de grève de tous les employés du supermarché. Tous sauf lui, qui était bien incapable d’esquisser le moindre mouvement, puisqu’il ronflait debout, devant la caisse du supermarché.
Les clients, nombreux à cette heure-là, étaient arrivés, avaient arpenté les allées du supermarché en remplissant leur chariot et faisaient la queue à l’unique caisse ouverte. Les clients, toujours plus nombreux, affluaient encore dans le supermarché, chariot vide où à peine rempli. Les clients, décidément très très nombreux, arrivaient encore avec leur chariot vide, entre les voitures du parking bondé qui ne se désemplissait plus de ses véhicules.
Le supermarché était bondé de clients, le parking était bondé de voitures et de clients, les trottoirs avoisinants étaient aussi bondés de voitures qui ne contenaient plus sur le parking et lui, lui ronflait debout, devant la caisse du supermarché.
Bientôt, les clients furent dans l’impossibilité de se mouvoir entre les rayons du supermarché, coincés entre les chariots. Puis une foule compacte se serra contre la vitrine et les portes du supermarché. Les portes ne se refermaient plus, la foule, par sa densité, bloquant le mécanisme. Puis le parking fut noir de monde, de ce monde qui ne bougea plus entre les voitures. Les trottoirs furent envahis de clients qui ne pouvaient plus entrer dans le parking, ni prendre un chariot.
Comme la foule appelle la foule, la ville entière se mobilisa pour venir grossir la foule du supermarché. La marée humaine s’étala ainsi jusqu’aux portes de la ville. Les uns posaient des questions aux autres pour savoir ce qu’il se passait. Mais personne ne pouvait répondre précisément.
C’est là qu’intervint la rumeur. Le premier client en attente à la caisse du supermarché se tourna vers le deuxième client en attente à la caisse du supermarché et lui dit : "Il dort !". Le deuxième client en attente à la caisse du supermarché se tourna vers le troisième client en attente à la caisse du supermarché et répéta : "Il dort !" et ainsi de suite. Cela fit le tour de tous les clients du supermarché, de tous les clients sur le parking et de la foule des trottoirs, des rues, des places et du port de la ville.
On entendait répéter : "Il dort ! Il dort !", comme un écho, ou plus exactement comme des vagues de sommeil, qui se répandaient partout dans la ville.
Mais on ne savait pas exactement qui dormait. C’était très embêtant, car on aime toujours savoir de qui on parle, justement pour avoir l’air de savoir. Et là, on avait l’air de rien et chacun se sentait frustré.
Quelqu’un téléphona à une radio régionale qui dépêcha un journaliste pour s’enquérir de la cause d’un tel rassemblement en ce jour ordinaire où rien ne se passait. Arrivé aux portes de la ville, le journaliste n’obtint rien de plus que la rumeur : "Il dort !" et décida sur le champ d’écrire son papier pour le prochain bulletin d’informations. Son talent lui permit d’écrire sur place quatre feuilles relatant l’événement sur lequel il n’avait rien à dire d’autre que : "Il dort !". Les informations de midi de la radio régionale retransmirent aussitôt l’information qui fut développée durant quarante sept minutes.
La grande radio de la Capitale, qui écoutait les radios régionales, dépêcha un envoyé spécial régional pour obtenir des précisions. L’envoyé spécial régional, beaucoup plus qualifié que le journaliste régional, rédigea aussitôt sept feuilles relatant l’événement sur lequel il n’avait rien à dire de plus que la rumeur : "Il dort !". Les informations de treize heures de la grande radio de la Capitale retransmirent aussitôt l’information qui fut développée durant une heure quatorze.
Les grandes chaînes de télévision nationales qui écoutaient la grande radio de la capitale, envoyèrent leurs journalistes et caméramans régionaux, pour tenter d’en savoir d’avantage dans le but de faire la une des journaux télévisés nationaux et l’on eut, en direct, les images de la foule aux portes de la ville en exclusivité sur toutes les chaînes nationales et l’on entendit, en direct, la rumeur courir : "Il dort !". Les éditions spéciales se succédaient sans interruption.
Grâce aux satellites, les espions des pays étrangers s’emparèrent aussitôt de l’affaire et alertèrent leurs radios régionales, les grandes radios de leur Capitale, les grandes chaînes de télévision nationales et le chef d’Etat de leur pays. Mais les chefs d’Etat de tous les pays avaient déjà été contactés par Matignon et avaient mis sur pied de guerre leur chef d’armée, en raison de l’inquiétude provoquée par une telle information.
La tension était à son comble. Chaque chef d’armée de chaque pays du monde était sur le qui-vive et chacun se regardait en chien de faïence. Chaque habitant de la planète gardait l’oreille collée au poste, ou les yeux rivés sur le petit écran, parfois même les deux à la fois, et ceux qui habitaient dans les coins trop reculés pour posséder un téléviseur faisaient à leur tour passer la rumeur qui leur parvenait depuis les coins moins reculés : "Il dort !"
Quand la planète entière sût qu’il dormait, il se réveilla dans un grand soupir, en s’étirant.
Une nouvelle rumeur se mit donc à circuler, beaucoup plus rapidement que la première. Le premier client en attente à la caisse du supermarché se tourna vers le deuxième client en attente à la caisse du supermarché et lui dit : "Il s’est réveillé !". Le deuxième client en attente à la caisse du supermarché se tourna vers le troisième client en attente à la caisse du supermarché et répéta : "Il s’est réveillé !" et ainsi de suite. Cela fit le tour de tous les clients du supermarché, de tous les clients sur le parking et de la foule des trottoirs, des rues, des places et du port de la ville, des journalistes et caméramans aux portes de la ville, de la radio régionale, de la grande radio de la Capitale, des grandes chaînes de télévision nationales, des espions des pays étrangers, de leurs radios nationales, des grandes radios de leur Capitale, des grandes chaînes de leur télévision nationales, de leur chef d’Etat.
Lorsque la nouvelle rumeur parvint aux oreilles des chefs d’armée de chaque pays, l’inquiétude était à son comble. La tension était telle que, d’un seul geste, ils pressèrent sur le bouton.
C’est ainsi qu’il fit un réveil explosif pour la terre entière, qui se désagrégea sous le regard étonné des petits hommes verts. Ceux-là n’ont rien à craindre : ils ne ronflent jamais debout, devant la caisse du supermarché. Non seulement ils ne connaissent pas le supermarché, mais ils ne dorment jamais.
Les petits hommes verts se contentent de regarder le ciel en rêvant parfois.
Justement. La rumeur dit, depuis tout à l’heure : "Il rêve !" Ils ne savent pas exactement qui rêve. C’est très embêtant, car les petits hommes verts aiment toujours savoir qui rêve, justement pour avoir l’air de savoir. Et là, ils ont l’air de rien et chacun se sent frustré….

Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lecuistot
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 2480
Localisation : Ici, oui là !!
Date d'inscription : 07/03/2004

MessageSujet: Re: Bang !   Sam 10 Sep 2005 - 19:14

Mais alors , les fonctionnaires sont des bombes en puissance !!

Je suis donc une bombe en puissance .... mdr
Revenir en haut Aller en bas
http://verbum.over-blog.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Bang !   Sam 10 Sep 2005 - 20:13

Je n'avais pas fait le rapprochement, mais maintenant que tu me le dis.... je comprends pourquoi on me dit que je suis une bombe ! "sexuelle" ils ajoutent.... pfffffffff je sais pas pourquoi.

mdr

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Marylen
Electrocuteuse Innée
avatar

Nombre de messages : 1728
Age : 64
Localisation : Chez Cro-Magnon
Date d'inscription : 10/07/2004

MessageSujet: Re: Bang !   Dim 11 Sep 2005 - 23:57

Romane, je suis au bord de...la crise de nerfs ! La photo veut pas vous voir ! Que faire?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Bang !   Lun 12 Sep 2005 - 0:15

me l'envoyer par mail :

romane.romane@gmail.com

sans perdre ton sang chaud.... AngeR

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91108
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Bang !   Lun 12 Sep 2005 - 13:21

Pouligny... notamment là où me poussent mes balades à bicyclette, à quelques km de chez mes parents. Là aussi où on trouve des fromages de chèvre, succulents !

Merci Marylen, pour cette chouette photo !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bang !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bang !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hublot: Bullet Bang Cermet
» The big bang theory
» [Série] The Big Bang Theory
» The Big Bang Theory
» The Big Bang Theory

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Romane-
Sauter vers: