Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nuit de l'Ecriture 2007

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Nuit de l'Ecriture 2007   Lun 2 Juil 2007 - 8:09

Ceux que j'ai pu récupérer. Les autres, je ne sais plus, je ne me souviens plus, et sur ceux-là, je ne me souvenais pas de tous...

La nuit du partage


Il y aurait une fois la Nuit du Désert, là-bas au pays des oliviers… il y aurait une fois…
Il y aurait une fois la nuit des mots, la nuit des visages sans voile, des voix murmurées, la nuit du verbe libre, la nuit à se remplir d’histoires, ventre plein d’il était une fois, comblés des mots de vous, des mots de nous, des mots toi, moi-je pour vous pour nous… il y aurait…
Il y aurait une fois la nuit de la danse des flammes, de l’âme, il y aurait une fois la nuit…
Trêve dans la déchirure de la Terre sous l’outrage de l’Hommme. Trêve des crève la faim, trêve des sans abri, trêve de la censure, des murs-geôle abattus pour quelques heures, le temps d’écrire, le temps de l’écrire…
Il y aurait une fois… non, pas l’oubli, rien qu’une nuit de trêve, une nuit de pluie de mots, une nuit d’imaginaires, une nuit…
Création…
Savez-vous que créer empêche de tuer ?
Pendant que votre esprit s’ouvre à la naissance des phrases, vos mains se saisissent de l’enfant-texte, caressent la poésie, inventent un monde, un monde… création…
Il y aurait une nuit de trêve, la nuit de la Paix sous la lune, la nuit des amours que l’on déclare, des désamours que l’on humorise, des acidités que l’on acidule, des sourires à partager, prunelles flamboyantes en miroir-flammes.
Il y aurait une fois…
Cette nuit…

* * *

Naissance


Son ventre s’est ouvert
Il était rouge
Rouge et noir du ventre de l’enfer
Noir et rouge du ventre éblouissance
Son ventre de Femme
Sourd au refus de vivre
Assoiffé des cris frémissants de l’aube

Son ventre s’est ouvert
Et dans la fraîcheur de la fin de nuit
Dans ses yeux révulsés
Hagarde
Détentrice du Mystère
Elle offrit son enfant au monde
Il, elle
Je
Toi !

* * *

Monsieur,

J’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir garder la bouche ouverte. Cela ne devrait pas vous sembler insurmontable, dans la mesure où vous ne la fermez pas.
Monsieur, j’ai décider de vous auto-tuer. Il me suffira d’enfourner jusqu’au fond de votre gorge tous les mots, les verbes, les adjectifs, les virgules et points d’exclamation, ceux d’interrogation et même de suspension, les sons-sang, les sons !
Vous me gachâtes la soirée, cher Monsieur, sans autre souci que ce lui de vous faire entendre de gré ou de force.
Viol d’oreilles.
Je vous ferai bouffer l’objet du délit.
Vous serez le premier mort par overdose de voix.

Signé : l’incommodée.

* * *

Le héros


Moi, j’ai pas peur. J’ai peur de rien.
Quand j’étais petit, je faisais peur aux fantômes. Je me souviens aussi : un jour, le Croque Mitaine s’est assis par terre et il a pleuré. C’était la première fois qu’il avait peur, le Croque Mitaine.

Moi je suis un héros. Je suis LE héros. Un pas comme les autres. Un vrai, quoi. Je fais des choses que seuls les héros peuvent faire, mais comme je suis un héros plus vrai que les autres héros, je fais des choses plus vraies aussi.
Par exemple, le clou. Le clou, je l’ai enfoncé très fort. Très profondément profond. On voit qu’il est bien enfoncé. En plein milieu, il est bien enfoncé. Bon, bien sûr, le monsieur très gentil a accepté de me prêter sa tête. Une belle tête bien ronde, bien faite, bien remplie. Une belle tête de mort.

Je suis un héros. Un vrai.
Quand je serai grand, je deviendrai plus grand que tous les autres grands. Et aussi beaucoup plus con.
Moi j’aime bien. Je serai un grand héros très con.

* * *

J’suis sexy, mais j’me soigne.


Elle : Chéri ? (elle se dandine, souriante)
Lui : ….
Elle : Ouh ! Qu’est-ce qu’il fait chaud ! (elle souffle)
Lui : …
Elle : Chéri ? Tu ne trouves pas qu’il fait chaud ? (elle fait glisser son boa en simili marron glacé)
Lui : mmmmmf…..
Elle : Chéri, je crois que nous allons droit à la catastrophe. Le réchauffement de la planète… (son boa tombe à ses pieds dans un bruit d’aggloméré. C’est normal, don boa est en agglo)
Lui : (sans lever le nez de ses ongles qui sèchent) Il est tombé.
Elle : Ah ! Chéri ! Tu me reçois 2 sur 2. Tu as vu comme il fait chaud ? (elle pose un pied sur l’accoudoir du fauteuil, sa jupe en soie d’asie centrale plisse et remonte le long de ses cuisses et s’emmêle à sa ceinture, dans un crissement à décoller le plombage de trois molaires)
Lui : Fais moins de bruit, s’il te plaît ! Tu me rayes les ongles.
Elle : T’as qu’à me regarder.
Lui : Je te vois quand je t’entends. Comme je t’entends beaucoup, je te vois beaucoup.
Elle : (vexée de ne pas lui faire plus d’effet que ça, dégrafe son soutien-gorge et l’envoie voler sur la télé). Tu as vu ma nouvelle coiffure ?
Lui : Rouge carmen.
Elle : (outragée) oh !
Lui : Oui, je sais, c’est douloureux.

Silence. Ils se taisent. Ils sont beaux. Terriblement beaux. Incroyablement beaux. D’une indécente beauté. Sexy. Surtout sexy.
Un couple ordinaire, en somme.


Romane

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Nuit de l'Ecriture 2007
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuit de l'Ecriture 2007
» NN...Nacht und Nebel... Nuit et Brouillard
» Bonjour
» La nuit chimérique
» JE M'APPELLE MINA ET J'ADORE LA NUIT de David Almond

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Romane-
Sauter vers: