Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le dernier orage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
MBS

avatar

Nombre de messages : 8164
Age : 54
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 31/10/2007

MessageSujet: Le dernier orage   Jeu 12 Fév 2009 - 2:06

Rien n’est jamais simple. On a beau dire, on a beau faire, la difficulté ne vient jamais là où on l’attendait. Alors c’est facile ensuite de remâcher les remords, les regrets. Facile mais terriblement inutile.
Alors qu’est-ce que je fous là sur ce banc, la tête entre les mains, le cœur à l’agonie et l’âme partie à la dérive ? Qu’est-ce que j’attends pour faire le chemin à l’envers ? Pour aller dire le contraire de ce que j’ai dit. Pour aller dire ce que je pense vraiment.
Il y a des petites lâchetés qui en fabriquent des grosses. Moi, j’ai réussi à tirer le gros lot. Pour quelques mots en trop, des mots que je ne pensais même pas, j’ai tiré un trait sur quelque chose qui comptait beaucoup. Avec quelques adjectifs, j’ai bousillé deux vies. La sienne et la mienne. Laquelle est la plus esquintée en ce moment, je ne le sais pas. Sans doute qu’il a très mal pris ça, sans doute que lui aussi ne sait plus où se mettre. Et je n’ai aucun mal à l’imaginer. Il doit faire les cent pas, toujours dans le même sens, en poussant à intervalles réguliers de longs soupirs qui doivent énerver ceux qui l’entourent. C’est toujours comme ça avec lui, les nerfs ils se les calment ainsi. Sans gueuler. Juste en se bouffant le cœur et l’estomac à grands coups d’expirations bruyantes. Ca ne lui ramène pas la sérénité mais ça le libère progressivement de ce qui pourrait le faire exploser. Le principe de la cocotte-minute appliqué à l’homme.
Oui, je suis sûr que c’est ce qui est en train de se passer là-bas. Dans sa chambre ou dans son salon. Peut-être qu’il s’est jeté sur le lit pour enfouir les larmes qui ne viennent pas dans le douillet discret d’un oreiller ? Ou alors il a ouvert son ordinateur et il fulmine à grands coups de mots savants et définitifs la réponse qui finira de briser notre relation.
Il faudrait que j’y aille. Il faudrait que j’aie le courage d’attraper le bus, puis le métro. Il faudrait que j’aie la force d’appuyer sur le bouton de la sonnette puis d’attendre, les bras ballants et le regard ailleurs, qu’il vienne ouvrir. Il faudrait… Mais cette force, ce courage, je ne les ai pas. Je crois que je ne les ai jamais eus. Sinon, on n’en serait pas arrivé là. Je n’aurais pas pris l’habitude de respirer son air, je n’aurais pas appris à lire dans ses pensées, je n’aurais pas saisi la moindre occasion pour croiser son chemin. Et sans doute que lui ne se serait pas amusé de la situation avant de s’en saisir pour mieux la maîtriser. Il n’aurait pas été là chaque fois que j’en avais besoin, il n’aurait pas tendu la main quand d’autres se moquaient si bien de mon sort.
Voilà. On a été des amis. Mais il en est des amitiés comme des amours. Ils s’effilochent si on oublie de les entretenir, ils se fanent à force d’être mécaniques, ils s’étiolent sous la lumière des jours. Allez savoir pourquoi j’ai fini par trouver qu’il m’étouffait, que sa présence était devenue un poids, un frein. Que mon horizon était moins large parce qu’il m’en bouchait une bonne partie. Ca s’est insinué dans mon esprit, ça a grandi en se parant des couleurs de l’évidence et puis c’est sorti. Tout à l’heure, en face à face, les yeux dans les yeux.
- Fous-moi la paix ! Tu m’étouffes ! Tu ne vois pas qu’elle ne mène à rien cette histoire, qu’on y perd notre temps ! J’ai envie de finir de grandir seul. Pas besoin que tu sois toujours dans mes pattes à jouer au copain modèle.
Je suis pas fier de moi, j’ai l’impression d’avoir fait une connerie. Et en même temps c’est bien ce que je voulais dire.
Je ne sais plus qui je suis. Un lâche et un salaud ? Un type lucide et décidé ? Mon premier mouvement en cet instant serait de tendre la main, celle que j’aurais bien aimé lui balancer dans la figure tout à l’heure. Le deuxième me tire en sens inverse comme si j’avais la sensation d’avoir fait le bon choix, d’avoir dit ce que j’avais sur le cœur. Oh pas de la meilleure manière c’est sûr, mais honnêtement, sans lui mentir. Ca me fout en l’air de l’avoir largué comme ça. Ca me fout en l’air de l’avoir bousillé encore plus que je ne le suis. Ca me fout en l’air parce que je sais que ma fierté m’empêchera toujours de revenir en arrière, de tendre la main à nouveau. Si je le croises à nouveau, j’éviterai son regard… et de toutes les façons, je n’irai plus là où je serai susceptible de le rencontrer. Les ponts sont coupés, voilà tout. Pourvu que la guerre ne suive pas, ce serait trop terrible…
Nos trajectoires se séparent. Ce n’était qu’un moment dans une vie, un épisode doux qui se termine en orage, un truc auquel je repenserai forcément plus tard en me disant que j’ai fait une super connerie. On ne peut pas avancer sans laisser un peu de nous sur le chemin. J’ai laissé beaucoup de moi en lui. D’abord en bien et aujourd’hui en mal. Mais ce qui serait bien, c’est que, chez lui aussi, un jour, le positif reste et que le négatif s’envole. Quand on grandit, on fait des erreurs. Peut-être que cette erreur nous l’avons faite ensemble ?… Et peut-être qu’un jour, on pourra en rire ensemble ? Comme on rit entre complices des bêtises qu’on a pu faire avant de comprendre la vie.
Zut ! Voilà qu’il pleut ! C’est vraiment con un ado qui reste assis sur un banc sous la pluie. Et pourtant la pluie c’est juste ce qu’il faut pour cacher les larmes qu’on a dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
http://fiona.toussaint.free.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le dernier orage   Lun 23 Mar 2009 - 2:04

Ouais. L'apprentissage de la vie, avec, au bout, la certitude que même adulte, ça se passe aussi comme ça.
Vachement bien décrit, le tiraillement !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
 
Le dernier orage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le dernier orage
» Yann Beunaiche - Orages dans la nuit du 7 au 8 Juillet 2012
» Orage le 27 mars 2011 au sud de l'Eure et Loir!
» Orage de grêle du 25 mai sur Toulouse
» la Sarthe par temps d'orage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: MBS-
Sauter vers: