Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 BEV 5 et 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: BEV 5 et 6   Jeu 26 Fév 2009 - 11:50

Orléans, printemps 2001

Je retrouve Orléans après plusieurs années d’absence.
C’est peut-être la dernière fois que j’y mets les pieds ; ce qui m’y rattachait vient de partir, en fumée…
Je me remets à arpenter les rues, histoire de retrouver mes vieilles images.
D’abord, la rue de Bourgogne, où se tiennent la plupart des lieux peuplant ma mémoire, les boutiques de ma tante, le pub de Babs, le salon de coiffure de Rolland, le bar-tabac où on allait prendre le café quand j’arrivais de la gare.
Du haut de la rue, on voit la Madeleine au loin ; ma tante disait toujours « si le cul de la Madeleine est gris, c’est qu’il va pleuvoir ! ».
Au-dessus d’un des magasins, il y avait la Réserve, et le Bureau. Un monte-charge reliait le magasin à la Réserve dans laquelle s’agglutinaient des trésors vestimentaires et publicitaires de toutes les époques ; le Bureau était comme l’intérieur d’un vaisseau spatial : moquette violette, meubles de couleur kitch…tout un univers qui aurait fait fantasmer n’importe quel gamin. D’autant que la secrétaire qui y résidait se payait le luxe d’avoir le son « fée » à la fin de son nom – tout était là….C’était la belle époque.
Puis il y a la rue Royale avec ses arcades, tout un circuit pour arriver place du Martroi où trône la statue de Jeanne d’Arc sur son cheval. Elle m’a toujours impressionnée, d’année en année je ne me lassais jamais de la contempler ; elle paraissait si vieille et éternelle qu’elle dégageait des parfums de chevaliers et de dragons, des trucs qui n’existent plus depuis longtemps, on le sait.
Les endroits que j’aie pu fréquenter ici sont si nombreux – et tous ces souvenirs, de famille, de joies, de liberté, d’insouciance et d’amour.
J’ai eu du bonheur ici.
Ici, j’ai la moitié de ma vie – et cette moitié va me manquer- comme un vide qui s’est ouvert derrière moi, comme la belle Loire qui file, inexorable.
J’ai déjà perdu quelques morceaux de ma vie, volontairement ou involontairement, ça ne change pas grand-chose – le trou grandit- la bande de terre qu’il reste en arrière ne tient plus qu’à un fil.
Je m’en rends compte, depuis que je n’ai plus Jeanne et Orléans.


Montréal, août 2001

L’arrivée à Montréal nous a mis un coup sur la tête.
Plus de 40°C à l’ombre, nous sommes restés cloîtrés deux jours avant de sortir.
Au troisième jour, nous étions installés à une terrasse, prenant contact avec les bières locales et nous remettant peu à peu de l’émotion de cette entrée en matière avec Montréal.
Des rues immenses et droites, peuplées d’escaliers multicolores qui descendent sur des trottoirs où se mêlent la verdure et le bitume.
On ne s’attend pas à entendre ce que l’on voit ; la rectitude des avenues se confronte à la rondeur indépendante de l’accent. Tout ici, est empli de paradoxes, dégageant curieusement une diversité harmonieuse.
On se sent bien dans cette ville ; il y a un endroit pour chacun, un lieu ou l’on peut venir réfugier nos particularités.
D’accord, on ne sait pas bien faire fonctionner le téléphone public, ni comprendre ce qu’est exactement un dépanneur, et certaines maisons ont des têtes d’insectes, mais on ne baisse pas les bras.
Rien de tel que de se sentir étranger pour travailler son humilité et son zen.
Au parc Lafontaine, des écureuils viennent marauder et voir ce que l’on mijote ; un bel endroit pour se reposer et écrire. Et si je voyais passer Michel Tremblay ?
Cela fait longtemps que je n’ai pas ressenti autant de bien être.
Une bouffée d’air pour mon esprit englué dans les noirceurs de ces dernières années - et le trou qui s’est ouvert derrière moi.
Vais-je enfin marcher vers la paix ?
Pour l’instant, je suis ici, et c’est bon.
La suite ne fait que commencer.
Revenir en haut Aller en bas
 
BEV 5 et 6
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: kate-
Sauter vers: