Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Scénario de court-métrage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Scénario de court-métrage   Ven 27 Fév 2009 - 18:19

Bon, ben voilà, je le mets là sur les conseils d'Alizé...
Donc, il y a une petite présentation, comme ça, pour savoir ce que c'est, ce qui permet à ceux qui ne sont pas intéressés par le sujet de zapper plus vite !


Extrait de la Guerre des Gaules

" DUMNORIX L'HEDUEN "





Note adressée aux lecteurs :

Le présent scénario est issu d'un travail de recherche général sur l'histoire et la mythologie celtique. La période concernant la conquête de la Gaule, et par conséquent la fin d'une civilisation, est à mes yeux très importante car c'est de cet évènement majeur que découle le fonctionnement de la société occidentale actuelle.
En effet, l'unité culturelle qui régnait dans une grande partie de l'Europe n'était pas fondée sur un système d'Etat centralisateur, la spiritualité était très présente mais aussi assez individualiste et remplissait la vie quotidienne de concepts basés sur l'imaginaire et le monde abstrait. Le monde romain défendait certains principes plus axés sur le sens de l'organisation, la valeur de la raison, la fidélité envers Rome. Nous avons évolué suivant ces mêmes principes et ils sont encore bien présents.
Mon intérêt vient aussi du souci de " rendre aux Gaulois ce qui leur appartient ", par simple volonté de justesse.
J'ai tenté de rédiger ce scénario en indiquant un minutage à la fin de chaque scène (d'ordre uniquement suggestif). J'ai également essayé de respecter les possibilités de réalisation, en évitant d'alourdir la mise en scène.
L'idée d'approfondir et continuer ce type de travail me plaît beaucoup, d'autant que sur ce sujet précis il y aurait encore beaucoup à exprimer, tant au niveau historique, que culturel et spirituel. La civilisation celtique est pour tout cela et en toute objectivité, une corne d'abondance d'histoires à dire, et à écouter et mériterait que l'on s'y intéresse à nouveau.
Aussi, j'espère par ce court récit, vous faire partager le plaisir que j'ai eu
à l'écrire.


RESUME


L'action se déroule à la fin de l'année -54, en pleine conquête de la Gaule par le proconsul Caius Julius César. Ce dernier est alors prêt à s'embarquer pour une deuxième expédition dans l'île de Bretagne.
Il décide d'emmener avec lui plus de quatre mille cavaliers gaulois dans le but de les empêcher d'organiser des rebellions pendant son absence.
César bénéficie depuis le début de la guerre de l'appui du puissant peuple des Héduens, par l'intermédiaire du druide Diviciacos qu'il a nommé "Ami de Rome" et avec lequel il entretient des relations étroites. Mais les Héduens sont divisés et à la tête de certains d'entre eux, il y a Dumnorix, le frère de Diviciacos, tout aussi influant que lui. Malgré la soumission qu'il a faite à César, Dumnorix complote obstinément contre lui et rallie de plus en plus d'autres chefs à sa cause.
Comprenant la stratégie de César, il va refuser de l'accompagner en Bretagne.
C'est une lutte entre les deux hommes qui s'engage alors; un conflit qui dure depuis longtemps et qu'aujourd'hui, ni la diplomatie ni la politique ne peuvent plus résoudre.
Cet incident, d'allure anodine en cette période troublée, va accélérer une prise de conscience générale et alimenter le germe de la grande révolte des peuples de la Gaule.



Scène 1 :
C'est une fin de combat. On voit des guerriers gaulois marchant, encerclés par des soldats romains, puis des civils se faire mettre des chaînes au cou. On distingue de près leur aspect : cheveux teints en roux ou décolorés dont certains sont portés longs avec de fines tresses et d’autres courts, longue moustache pour la plupart des hommes ;les vêtements sont colorés et chatoyants ornés de dessins celtiques et certains portent des « saies » (manteaux sans manches) ; ils sont parés de bijoux en or et argent ( torques, bracelets, fibules tenant les vêtements ).
Les armes et les casques de bronze sont jetés en tas.
Le ciel est chargé et métallique sur un décor de landes et de collines où l’on aperçoit les corps des guerriers tombés au combat.

Un narratif accompagne ces images :
Narratif: " - Nous sommes en Gaule, à la fin de l'année - 54; les troupes du proconsul Caïus Julius César sont de retour depuis un an de la première expédition menée sur l'île de Bretagne. César depuis lors a mâté quelques rebellions gauloises qui s'étaient organisées de façon sporadique durant son absence : Morins et Ménapes de la Gaule belge, et Trévires menaçant de s'associer aux Germains. Afin de garantir une pseudo fidélité des tribus soumises César prend des otages parmi les civils qu'il envoie comme esclaves à Rome. La majorité des guerriers qui n'ont pas péri au combat sont enrôlés dans l'armée romaine aux côtés de certains de leurs compatriotes et de Germains engagés comme mercenaires sous les ordres de César. La Gaule est divisée devant une situation grave qui n'a pas encore gagné la conscience générale."
Vue avançante sur l'entrée d'un camp romain, décor bord de mer. Arrivée à une grande tente rouge gardée par deux hommes, puis, image sur l'entrée. Le narratif continue pendant ce temps ; on entend des cris de mouettes.

Narratif : " - A présent César prépare sa seconde expédition pour l'île de Bretagne depuis Portus Itius, la future ville de Boulogne. Il a fait construire de nombreux vaisseaux, mieux équipés, plus performants, et emmène avec lui plus de quatre mille cavaliers gaulois pour accompagner ses légions."
(1mn)





Scène 2 :
César sous sa tente; il est assis à une table, vêtu de sa cape pourpre, et il rédige des notes; la caméra balaie l'intérieur où l'on aperçoit le lit, une bassine de toilette, des vêtements et armes d'apparat, quelques objets ( une statuette sur la table...). La couleur dominante est le rouge.
Gros plan sur sa main qui se sert du vin dans une carafe de verre, puis son visage, dur, sévère et impassible.
Voix off pendant qu'il écrit, sa narration est entrecoupée de moments de pause où il cherche ses mots en faisant de petites grimaces inspirées et fourbes.

César off :" - Portus Itius. Les navires construits chez les Meldes ont été endommagés par une tempête; ceux qu'il nous reste seront suffisants, ils sont mieux équipés que pour la précédente expédition; la traversée depuis Portus Itius n'est que de 30 milles. Les dernières révoltes gauloises sont matées; nous emmenons les chefs les plus agités, laissant la Gaule aux mains de ceux qui sont fidèles à Rome. César est fier de ses légions dont le courage et l'allure imposent sans cesse leur supériorité face aux peuples rencontrés."
(1mn)
Scène 3 :
Un homme entre, un légat de César. On le voit en entier, son casque à la main, une épée courte au côté et une cape attachée à l'épaule par-dessus la côte de maille; il se tient immobile et muet sur le seuil pendant quelques secondes. César referme son manuscrit.
César : " - Alors Labienus, où en sont nos préparatifs d'embarquement ?"
Labienus avance jusqu'à la table.
Labienus : " - Les navires sont prêts César, les hommes aussi; mais il semble qu'une tempête menace les jours à venir.
César : - Elle ne peut pas être pire que celle de la dernière fois et nous sommes mieux équipés !
Labienus : - Est-ce bien le moment quand même de retourner dans l'île, les...
César : - Tu sais bien que nous n'avons pas le choix !"
Le ton de César monte, il se lève et arpente la tente.
César : "- Ces insoumis de bretons n'ont pas envoyé le nombre d'otages que nous leur avons imposé ! Ils bafouent l'autorité de Rome et nous ne pouvons nous permettre de les laisser continuer à commercer et intriguer avec la Gaule !"
Il regarde une carte épinglée au mur, elle représente la Gaule, les îles de Bretagne, l'Italie.

César : " - Cette fois ils verront ce qu'est la volonté de César et la puissance de son armée !"
Il pause virilement sa main sur l'épaule de Labienus en lui faisant un sourire de loup ; Labiénus est fier.

* Petite scène en parallèle de celle-ci : on voit un chef gaulois marcher dans le camp d'un pas décidé; la caméra suit son avancée de face. Le regard fier, il est d'allure noble, vêtu d'habits de couleurs chaudes et d’une cape à capuche, portant un torque, des bracelets et brassards en or ; cheveux longs et grande moustache teints en roux, une épée magnifique pendant à son côté droit, maintenue à la ceinture par une chaîne; il porte un bonnet de forme conique.
On a un aperçu au rythme de sa marche de la vie du camp: des soldats faisant leur paquetage, des intendants romains faisant charger des vivres dans des chariots, divers guerriers germains et gaulois marchant dans le camp et discutant.
Certains sont torses nus, ils arborent de grandes épées et de hauts boucliers sur lesquels sont dessinés des animaux ; on voit un char de guerre dans lequel se tiennent deux hommes dont un est muni d’un javelot.

* Retour sous la tente de César. Plan sur Labienus
Labienus : " - C'est surtout ce chef, ce Cassivellaunos qui attise leur rébellion.
César : - Il suffit de trouver les bons arguments ."
César va se servir du vin.
César : " - Sers-toi un peu de ce vin Labienus et écoute la brillante idée de César : Cassivellaunos a des ennemis potentiels surtout un, celui dont il a tué le père, Roi des Trinovantes ; il ne rêve que de se venger, offrons-lui l'appui de Rome en lui faisant partager notre goût de la justice..."
Labienus se sert du vin.
Labienus :" - Crois-tu que cela fonctionnera ?
César : - Cela ne fonctionne t-il pas depuis le départ ? Il n'y a aucune raison pour que les Bretons ne soient pas animés des mêmes petites luttes vicieuses que se mènent les Gaulois. Pour l'instant rien ne porte plus ses fruits que la simple exploitation de ces conflits internes.
Labienus : - Ils ne sont pas tous comme ça…
César monte le ton et interrompt Labiénus.
César : - Tous ces barbares se ressemblent, Labienus, ils ne songent qu'à leur intérêt personnel."
(3mn)
Scène 4:
Un soldat entre
Le soldat : " - César, l'Héduen Dumnorix demande à te voir."
César se rassoit
César : " - Qu'il entre !"
Dumnorix est le Gaulois qui marchait dans le camp. Il franchit le seuil et se tient face à César et Labienus ;
César : " - Que nous veux-tu encore Dumnorix ?
Dumnorix : - César je sais que tu comptes sur mes cavaliers pour aller en Bretagne. Mais j'insiste pour que tu nous autorises à rester en Gaule. Tu sais que mon influence est grande, mon peuple a besoin de moi et toi tu as besoin de la présence des Héduens ici pour veiller à la défense de nos intérêts communs."
César fait mine de réfléchir un court instant.
César : " - C'est juste, Dumnorix, je sais quelle est la valeur de ton soutien, c'est pour cela que je préfère avoir tes cavaliers valeureux avec mes troupes. De plus, les peuples bretons seront sensibles à la présence alliée d'un peuple gaulois influent."
Dumnorix avance vers César en prenant un air décontracté.
Dumnorix : " - Tu as déjà la grande cavalerie trévire, dont la renommée est connue de tous, et puis celle des Atrébates, des Rèmes..."
Le ton de César se raffermit quelque peu.
César : " - Plus j'aurai de guerriers gaulois avec moi et plus les négociations seront efficaces. Quant aux Héduens, je t'ai déjà fait part de ma décision de les confier à ton frère Diviciacos. Il saura parfaitement gérer leurs intérêts ainsi que ceux de Rome, ce n'est pas pour rien que vous l'avez nommé ambassadeur."
Dumnorix prend une attitude sereine et empreinte de bonté avec un léger sourire.
Dumnorix : " - Diviciacos, que Taranis le protège, est certes notre conseiller politique mais il est avant tout notre druide, le gardien de nos croyances et l'exécutant de nos rites sacrés. Tu sais que sa fonction religieuse ne lui permet pas d'être vraiment un chef. Un chef commande aux guerriers et protège son peuple, ce qui est Mon rôle. Il m'est interdit d'abandonner mes responsabilités.
César : - Tu n'as pas à t'inquiéter. Vous êtes "Amis de Rome", et Rome ne vous a t-il pas toujours protégés de vos ennemis ? Allons, cesse d'insister et prépare tes hommes nous partons sous peu."
Dumnorix tente de garder son air décontracté.
Dumnorix : " - Comme tu voudras, bien que je rechigne à laisser les miens, je décide de faire confiance à César ; je sais ce que lui doit mon peuple.
César : - Tu ne regretteras pas la confiance que tu me portes, noble Dumnorix..."
Dumnorix salue César et Labienus et se retire.
(3mn)


Scène 5:
Labienus, un peu surpris se retourne vers César, toujours assis derrière son bureau.
Labienus : " - Pourquoi se méfier de lui ? Diviciacos garantit sa fidélité !"
César se lève brusquement en faisant des grimaces de mépris.
César : " - Diviciacos le protège, il ne le contrôle pas ! Dumnorix intrigue auprès des autres chefs, je le sais par mes espions; il se sert de notre appui pour devenir le chef suprême, une espèce de roi de la Gaule ! Rappelle-toi qu'il avait déjà cette idée en tête lorsqu'il a fait alliance avec les Helvètes contre Rome !
Labienus : - Oui, mais depuis il s'est soumis à cette autorité, et aujourd'hui grâce à l'appui de Diviciacos, les Héduens sont devenus les meilleurs alliés de Rome. "
Le ton de César monte de plus en plus, il s'agite, fait des mouvements de bras.
César : " Tu sais bien que ces barbares sont fourbes et versatiles, un jour ils sont à nos pieds, le lendemain ils reprennent les armes! Ils font, défont les contrats comme le vent change de sens, ils n'ont pas de parole, aucune morale, pas plus que de cohérence ! Depuis longtemps la Gaule devrait être soumise, ces gens sont Impossibles ! "
Il jette son verre par terre de colère.
* On quitte la scène pour une incartade au dehors, où l'on voit Dumnorix parler avec ses cavaliers; puis, ils se séparent en jetant des coups d'œil discrets aux alentours.
* Retour sous la tente : César fait les cent pas et revient vers la carte au mur en essayant de se calmer. Labienus maîtrise son émotion par rapport à cette colère qu'il connaît bien.
Labienus : " - Que pouvons-nous faire pour lutter contre ça ?"
César retrouve son air inspiré de tacticien.
César : " - Il faut agir comme eux, aller dans leur sens, attiser la division des uns, empêcher les autres de se réunir ! C'est pour ça, Labienus, que je laisse en Gaule ceux qui seront fidèles à Rome et que j'emmène avec nous tous ces agités de petits chefs. Je veux les surveiller et leur faire passer l'envie de complot ! Et il ne serait pas impossible qu'ils ne reviennent jamais de cette expédition en Bretagne..."
On voit le visage de César, il s'illumine d'un sourire dément.
César : " - Je les briserai, Labienus. "
Plan sur la carte.
César off : " Rome va étendre sa puissance dans tous ces pays barbares… "
Le ton de César devient grandiloquent.
Plan sur le visage de Labienus mitigé entre la fierté et la peur.
César : " - Je déposerai la Gaule aux pieds du sénat et chacun reconnaîtra l'action grandiose que nous aurons menée ici !"
César part dans une espèce de monologue de plus en plus furieux; on voit la tente de l'extérieur avec deux gardes devant.
César off : " - Je porterai la civilisation dans les moindres recoins de ces obscurs territoires pour les offrir au peuple romain et honorer la grandeur de nos dieux ! Puis ce sera le tour des Germains, Sicambres, Suèves, Cimbres qui cèderont sous le poids de nos armées ! Rien ne nous arrêtera ! Et mes ennemis n'auront que leurs yeux pour pleurer, je montrerai à tous qui est le vrai fils de la Louve romaine !"
César empoigne Labienus par les épaules, on le voit de face, il semble habité par la folie.
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Scénario de court-métrage   Ven 27 Fév 2009 - 18:20

César : " - Et toi, tu seras aux côtés de César dans son triomphe, avec tes valeureux soldats ! Car c'est bien toi, le plus méritant de mes officiers, cher Labienus..."
César lui prodigue un large sourire, surmonté de son impitoyable regard.
Un soldat entre sous la tente, plan sur lui.
Le soldat : " César, le légat Lucius Cotta m'envoie te prévenir que les troupes sont prêtes pour commencer l'embarquement !"
( 4mn )
Scène 6:
Scène dans le camp: on transporte un peu partout des amphores, des sacs ; des soldats passent, des centurions donnent des ordres; il y a des cris, des hennissements de chevaux, des tentes démontées...
L'atmosphère est baignée d'agitation, le ciel est bas, le vent souffle fort.
On voit courir un officier habillé comme Labiénus, c’est Lucius Cotta; il rejoint César et Labienus qui surveillent le déroulement des opérations.
L'officier : " - César ! Dumnorix a quitté le camp, avec toute sa cavalerie !"
Le visage de César prend feu de colère.
César : " - Cette fois il est allé trop loin ! Labienus, ramène-le-moi de gré ou de force !
Labienus : - Il va résister César, faut-il...
César : - J'ai dit : vivant - ou mort !
Labienus : - Et, Diviciacos, ne crains-tu pas sa réaction ?"
César hurle.
César : " - Diviciacos va comprendre qui décide, je l'ai prévenu à plusieurs reprises. Exécution !
Labienus : - A tes ordres César ! "
Labienus part en courant. César s'adresse au second officier.
César : " - Lucius, il faut interrompre l'embarquement !
Cotta : - Bien César."
Lucius Cotta quitte César, qui se retrouve seul; plan sur son visage qui se crispe.
César : " - Ces barbares insensés ne me laisseront donc jamais de répit ! "
(1mn)

Scène 7:
Scène en lisière de forêt; on retrouve les cavaliers Héduens en bivouac; le vent souffle fort, la nuit tombe; les uns s'occupent des chevaux, les autres mangent autour d'un feu. Parmi eux trois guerriers prennent la parole.
Le premier, semble assez posé et neutre bien qu'un peu indécis; le second, est un peu inquiet à l'idée d'avoir tourné le dos à Rome; le troisième est un impulsif, dur et sûr de lui. Plan sur chaque personne qui parle, avec une vue des autres en retrait.
1er : " - César va lancer ses hommes à notre poursuite, et cette fois nous pouvons douter de son indulgence. Peut-être s'en prendra t-il à nos familles ?
2ème : - Il ne fera jamais une telle chose, il respecte trop les Héduens et Diviciacos notre druide nous protège de ses colères.
3ème : - De quel respect et de quelle indulgence parlez-vous ? L'influence de Diviciacos n'a jamais amené César à avoir de véritables signes de bienveillance envers notre peuple ! Et que signifie sa protection lorsque nous savons qu'il n'a pour nos coutumes que mépris et incompréhension ?
2ème : - Mais n'oublie pas que sans son intervention nous n'aurions pu maîtriser l'avancée des Germains engagés par les Séquanes et les Arvernes !
3ème : - Et alors ! Je dis qu'il vaut mieux régler nos querelles entre nous ! Ne vois-tu pas que les exigences de César et le nombre de Romains en Gaule augmentent de mois en mois ?
1er : - Il n'y a pas à s'inquiéter, il sait bien que nous n'accepterons pas une présence trop importante de ses légions sur notre territoire.
3ème : - La Gaule est trop divisée. Dumnorix à raison : si l'on ne forme pas une unité rapidement, nous subirons bientôt tous la domination de Rome et ses lois remplaceront les nôtres!
2ème : - Certains pensent qu'il est vain de lutter et qu'il serait peut-être enrichissant de côtoyer le peuple romain.
3ème : - Qu'ont-ils à nous apporter ? César anéantit des tribus entières, il demande de plus en plus d'otages et vole nos richesses !
1er : - Je suis d'accord, regarde ce qu'il reste aujourd'hui de l'immense flotte des Vénètes ?
2ème : - Mais si les Héduens travaillent avec lui, ils auront une place importante en Gaule et seront épargnés.
3ème : - Te laisserais-tu aller à divaguer ? Il faut écouter Dumnorix, il connaît les Romains et il sait qu'ils ne laisseront de place à PERSONNE ! Je n'ai nulle envie de me lever le matin pour saluer Bélisama et voir l'horizon infesté de leurs maudites machines de guerre !"
Sur ces mots, il jette son reste de nourriture au feu, se lève avec violence et part en direction des bois.
2ème : " - Où vas-tu Vercillos ?
3ème : - Chercher le calme dans la forêt !"
( 2 mn )
Scène 8:
Vercillos marche un peu, et tombe sur Dumnorix qui se recueille à genoux au pied d'un grand chêne dominant une petite clairière. Il a une main posée sur le tronc, son épée est plantée dans le sol à ses côtés ( par un plan rapproché sur lui, on voit la garde de son épée décorée et finement ciselée, représentant le Dieu Cernunnos ).
Vercillos : "- Dumnorix ?
Dumnorix : - Qu'y a t-il Vercillos ?
Vercillos : - Les guerriers se questionnent sur l'avenir."
Dumnorix retire sa main du tronc et tourne la tête vers Vercillos qui s'assoit à côté de lui.
Dumnorix : " - Il y a de quoi : la Gaule est en grand danger.
Rome représente une menace sombre au-dessus de nos têtes, et je perçois à travers les actes de César l'ébauche d'un plan gigantesque, la fin de notre liberté et celle de tous nos frères.
Vercillos : - En as-tu parlé à Diviciacos ?
Dumnorix : - Diviciacos semble aveugle, il s'est brûlé les yeux en allant à Rome. Par l'amitié qu'il a donnée à César il lui a permis de mettre un pied en Gaule. Il pensait agir pour le bien du peuple, mais il n'a fait que travailler avec l'ennemi.
Vercillos : - Il garde une grande influence sur certains guerriers."
Petit temps de pause, Dumnorix semble chercher l'inspiration en regardant la cime de l'arbre.
Dumnorix : " - Les hommes auraient-ils peur de lutter ?
Vercillos : - Non, mais ils se demandent quoi faire..."
Plan sur les deux hommes de face.
Dumnorix : "- Nous devons faire ce que nous ont toujours enseigné nos druides Vercillos : être braves, refuser de faire le mal et honorer les Dieux. Cette force est notre vie et nous ne devons la perdre à aucun prix.
Vercillos : - En ce sens Diviciacos nous aurait-il trahis ?
Dumnorix : - Je ne crois pas; mais il se trompe. Il cherche des solutions politiques là où il faut être radical : l'ennemi est trop intelligent et trop dangereux pour prendre le risque de négocier avec lui. J'ai senti qu'il ne reculerait devant rien - ni personne. Cela dépasse les Héduens. Il ne respecte pas nos vies, et pour lui nos croyances et nos lieux sacrés n'existent pas !"
On les voit de dos, assis devant l'arbre, la forêt autour.
Vercillos : " - Mais il ne pourra jamais détruire l'esprit de Lug : il est la vie qui régit toute chose !
Dumnorix : - Il le pourra. S'il ne reste personne pour honorer son existence, Lug perdra sa force et oubliera les Hommes. Les sources, les forêts et les pierres levées seront désertées par les Esprits qui les habitent, et tous repartiront dans leur monde au-delà des mers..."
Léger silence à la suite du ton triste de Dumnorix.
Vercillos se ressaisit et rallume la flamme dans son esprit; plan de face.
Vercillos : " - Ce n'est pas perdu ! Certains chefs partagent ton avis et peuvent se rallier à toi: pense à Indutiomaros qui résiste encore chez les Trévires, à Ambiorix le roi des Eburons, aux Carnutes qui ne tolèrent pas Tasgétius, que César leur a imposé comme chef... et d'autres encore!"
Dumnorix semble réfléchir.
Dumnorix : - Et si cela ne suffit pas, nous demanderons de l'aide aux Germains."
Vercillos se rembrunit.
Vercillos : "- Les Germains ? Tu sais qu'ils n'attendent que l'occasion de passer le fleuve pour nous envahir, ils ont déjà essayé !
Dumnorix : - Mieux vaut eux que Rome ! Nous avons plus en commun !"
Vercillos fait une pause, puis se résout à cette résolution de son chef.
Vercillos : - Puisse Teutatès t'entendre et nous venir en aide..."
Moment de silence; les deux hommes sont plongés un court instant dans une profonde prière.
( 4mn )
Scène 9:
On entend des cris, et des hennissements de chevaux venant du campement.
Voix off " - Des cavaliers romains approchent !"
Dumnorix et Vercillos bondissent. Dumnorix saisit son épée et les deux hommes se précipitent en direction du campement. Ils débouchent sur le camp alors que les guerriers gaulois, arme au poing, font face aux cavaliers romains qui arrivent juste. Labienus, juché sur son cheval, s'avance un peu et crie en direction de Dumnorix.
Labienus : " - Dumnorix, j'ai ordre de César de te ramener ainsi que tes hommes au camp de Portus Itius. Je te conseille de suivre cet ordre si tu veux bénéficier de la clémence de César. Ceci est la meilleure proposition qu'il peut te faire.
Dumnorix : - Et quelle est la pire ?"
Agitation et brouhaha parmi les guerriers.
Labienus : " - Au cas où tu aurais l'envie de résister, je me verrais dans l'obligation d'employer la force !"
Les soldats romains sortent leurs armes; la tension monte, Dumnorix avance parmi ses hommes jusqu'au cheval de Labienus.
Dumnorix : " - Nous ne retournerons pas auprès de César, et aucun romain ne me donnera plus d'ordres !"
Dumnorix lève brutalement son épée pour effrayer le cheval de Labienus
Dumnorix : " - Avec moi frères Héduens, pour notre liberté !"
Les guerriers gaulois se précipitent sur les romains en entourant leur chef pour le protéger. Ils poussent des cris effrayants. Les cavaliers romains foncent à l'attaque; les deux groupes de guerriers s'affrontent avec rage. Les romains du haut de leurs montures commencent à avoir l'avantage. Plan sur Labienus et Dumnorix qui ne sont séparés que par deux ou trois guerriers.
Labienus : " - Rends-toi Dumnorix, épargne la vie de tes hommes et la tienne !
Dumnorix : - La mort n'est qu'un passage romain, notre âme est éternelle et notre peuple libre !

Sur ces mots, le guerrier gaulois qui protégeait Dumnorix tombe sous les coups et Dumnorix est transpercé par une lance; il s'écroule, les Gaulois faiblissent et bientôt la bataille s'arrête, suite aux voix qui courent dans le groupe gaulois.
Voix off : " - Dumnorix est tombé !"
Les romains encerclent les Gaulois restants.
Labienus : " - Vous avez encore le choix, retourner avec nous où périr à votre tour!"
Les guerriers Héduens laissent tomber leurs armes par terre.
( 3 mn )
Scène 10 :
C'est le retour au camp de la cavalerie romaine et des prisonniers Héduens; le corps de Dumnorix est rapporté sur son cheval.
Il y a un regroupement dans le camp, les Gaulois présents assistent au sombre défilé en faisant divers commentaires.
" - Dumnorix est mort !
- C'est impossible !
- Ils ont tué Dumnorix l'Héduen !"
Arrivé devant César, Labienus fait jeter le corps de Dumnorix par terre.
César avance jusqu'à la dépouille et harangue la foule.
César : " - Voilà où mènent la trahison et la révolte aveugle ! Je déplore autant que vous tous cette tragédie, Dumnorix l'Héduen se disait mon allié et je lui faisais confiance. J'espère que cela servira d'exemple et que ce genre d'incident n'aura pas à se reproduire ! A présent, préparez-vous à embarquer, nous partons pour la Bretagne !"
Plan sur quelques gaulois qui regardent la dépouille de Dumnorix et que des soldats romains dispersent.
( 2 mn )
Scène 11:
On retrouve César, Labienus et Cotta discutant tandis que passent à côté d'eux des soldats chargés de leur bardât; légèrement en retrait, on aperçoit trois guerriers gaulois qui dessellent leurs chevaux et regardent dans la direction de César.
César : " - Comment se déroule l'embarquement, Lucius Cotta ?
Cotta : - Bien, César; mais certains gaulois sont un peu nerveux. Il n'était peut-être pas nécessaire d'humilier les Héduens en public, d'autant que tu connais leur prestige auprès des autres."
César se sent un peu vexé, il réagit avec autorité.
César : " - Justement ! Il est temps que chacun comprenne et accepte qui détient la véritable autorité ! Si nous nous rendons maîtres des Gaulois les plus influents, nous serons maîtres de Tous les Gaulois ! Voilà comment on mène une guerre, Lucius !"
Plan à présent sur les trois Gaulois qui discutent en rassemblant leurs affaires; on voit César, Labienus et Cotta en retrait.
1er : " - César va trop loin, ça ne peut pas continuer.
2ème : - Dumnorix était un grand chef et sa mort ne restera pas impunie, les Héduens ne vont pas supporter cette humiliation.
3ème : - Et qui sera le prochain ? Compte t-il se débarrasser de tous ceux qui ne veulent pas devenir romains ? Tout ça me déplaît de plus en plus... les Trévires n'ont pas encore dit leur dernier mot !
1er : - Et les Nerviens non plus, croyez-moi !"
Retour sur César et Labienus, les trois gaulois passent à côté d'eux; César les regarde.
César : " - Mais tu n'as pas tord, Lucius, la guerre n'est pas finie et mieux vaut rester vigilants ! "
César se tourne vers Labienus.
César : " - C'est pour cela que je vais te demander, Labienus, de rester ici avec quelques légions : tu veilleras sur notre approvisionnement - et sur les Gaulois...
Labienus : - A tes ordres César !"
Il tape sur l'épaule de Labienus et se détourne, suivi de Cotta.
César : " - A présent il nous faut partir pour l'île de Bretagne ! Garde bien la Gaule Labienus !"
César s'éloigne, plan sur le visage de Labienus, perplexe.
(1mn)
Scène 12:
La scène finale se passe sous forme d'un narratif accompagné d'images sur les funérailles de Dumnorix.
Le narratif commence quelques secondes après les premières images.
C'est une clairière, le crépuscule s'annonce.
On voit un druide ( vêtu de blanc), quelques Gaulois ( gens du peuple et guerriers ) et le corps de Dumnorix étendu sur un lit de branchages, en hauteur.
Ses armes sont posées sur lui. Chacun apporte des offrandes ( fleurs, branches d'if, habits, bois de cerfs...) que le druide pose lui-même sur le corps en murmurant une incantation. Puis, le druide met le feu au bûcher et tandis que les flammes montent chacun garde le silence en observant le corps brûler.
La caméra fait le tour des visages, ils expriment colère et tristesse.
Narratif : " - Dumnorix, chef des puissants Héduens, représentait un obstacle certain dans la stratégie de César; ceci, malgré la présence et l'appui de Diviciacos qui avait rallié à sa cause une grande partie du peuple. Avec la mort de Dumnorix, César pense mettre un terme aux envies de révoltes des peuples gaulois. En effet, comme tout grand stratège, il est convaincu que son intelligence et la puissance intrinsèque des ses armées lui permettront, quoiqu'il arrive, de laminer toute nouvelle insurrection et de mettre la Gaule au pas rapidement. Mais ce n'est là ni sa première, ni sa dernière erreur tactique. Cette fin d'année -54, est un moment crucial de la guerre, car la noblesse ainsi que la classe sacerdotale semblent prendre vraiment conscience de la stratégie du proconsul. Au-delà d'un simple contrôle des routes commerciales et de quelques riches cités, l'enjeu paraît être la domination totale des territoires gaulois.
Aussi, en Belgique, Aquitaine et Celtique plusieurs regroupements de peuples commencent à se former pour s'opposer à Rome de façon systématique. La résistance de Dumnorix amorce une série de soulèvements importants tels que ceux d'Ambiorix l'Eburon, de Comnios l'Atrébate et bien entendu de Vercingétorix l'Arverne. César est encore bien loin d'avoir la Gaule à ses pieds.
(1mn)


wakeup
Revenir en haut Aller en bas
 
Scénario de court-métrage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Scénario de court-métrage
» Premier scénario de court métrage
» Nouveau court-métrage disponible : Fatalité
» Court métrage Tokyo Mater
» forum court métrage ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: kate-
Sauter vers: