Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Se faire violence

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Astérisque
"J'étais pas là"


Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 17:42

Passionata a écrit:
J'ai posé entre temps. Je viens de te lire.
Il est vrai qu'il est moins facile d'écrire à la troisième personne. Le je, je l'ai fait. C'est dur émotionnellement. Je me sens vide après. A la troisième personne, j'ai le sentiment de chercher mes mots. C'est un peu comme si j'inventais une histoire tandis qu'elle m'est appropriée. Pourtant à cela s'ajoute le regard de l'autre avec l'écriture du "je," qui risque de m'atteindre au niveau émotionnel par rapport à la critique et le regard d'autrui/lecteur, ce dont je ne veux pas. Disons que je suis assez écorchée. Parallèlement, j'ai l'impression, le sentiment que cela me soigne. Je veux pouvoir m'exprimer afin d'extérioriser et montrer combien l'humain peut-être inhumain.

Merci pour ta participation et ton avis.
bisou

Est-il si important de choisir entre le "je" et le porte parole? Je crois que c'est Octopus qui disait que ton écriture était transparente. J'ai eu la même sensation à lire ce texte.
Tu écris pour être lue, comprise ce serait le top. A partir du moment où le regard se pose sur ton texte, il suscite des réactions, parfois ça fait mal. Tu parles de toi, c'est grave et "on" a compris que tu parlais d'un "cas", d'un fait divers... Le plus souvent, ici en tout cas, les remarques sont bienveillantes.
N'aies plus honte de tes larmes, elles feront pousser des fleurs nouvelles dans ton jardin. Ce que l'on perd de posture courageuse, on le gagne en tendresse... Enfin... je crois...
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 17:50

Citation :
Il est 17 heures. Le soleil plombe le ciel. Tu viens d'arriver de l'école. Tu ne sais ce qui t'attend. fera-t-il jour enfin dans ta vie de petite fille. Tu montes dans ta chambre et poses ton cartable soigneusement. Tout doit-être toujours bien rangé. Tu redescends dans la pièce principale servant à la fois de cuisine-salle-à-manger et salon. Dans la pièce commune et sombre règne un étrange silence. Le calme envahit ton esprit. Là, sur la table rectangulaire, une tartine de beurre avec une grosse couche d'ail est posée. Tu n'aimes pas l'ail. Ca pique dans la bouche. Ca pue dans la bouche. Ca brûle dans l'estomac. Mais tu sais que tu n'as pas le choix. Tu dois manger. Des bruits du dehors se font entendre. Cela s'agite. Qu'est-ce donc ? - la Mère entre. Elle est tout sourire. Elle semble de bonne humeur. Elle passe à tes côtés sans te regarder, sans rien dire, puis le dos tourné s'adresse à toi :
- Vas voir le Type près du grand Tilleul - il a quelque chose pour toi.
D'une voix sèche.
Le monde s'écroule. Le tumulte, le chambardement dans ta tête, Olwen. Tu sais. Oui, tu sais ce qu'il a pour toi. Le coeur en tambour, tu sors, toujours mastiquant ce pain et cet ail. Tu arrives devant le tronc. Là, le Type édenté, géant rit abêti. La bouche grande ouverte laisse son rire rouler en cascade sur la plaine. Devant lui, toi, Olwen, huit ans tu te trouves minuscule. Tu te figes. Tu trembles.
D'une voix sarcastique
- Déshabille-toi ! - Tu sais pourquoi t'es là face de boche !

Le "tu" permet plusieurs choses : te regarder de l'extérieur, comme avec le "elle" mais aussi faire du lecteur "toi". Tu l'impliques, tu t'adresses à lui, il ne peut plus ignorer qui tu es puisque tu es lui. Et du coup, tu ne peux pas non plus.
Le "tu" pousse plus loin que le "je", mais en faisant moins mal, je crois...
Il y a là-dedans, beaucoup de choses que je sens sans savoir très bien les expliquer. C'est du domaine de l'intuition. Je sens que.... mais je ne sais pas très bien pourquoi.
ça t'éclaire un peu ?
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 17:54

Passionata a écrit:
Pour te répondre. Olwen est allée à sa première séance de psy ce matin...

Maintenant je vais parler en mon nom :
Quand elle a m'a demandé ce qui me faisait tenir. Je lui ai dit : mes pleurs.
Lorsque je pleure, j'ai le sentiment de ressentir quelque chose. J'ai ri, et je me suis ri du danger pendant 39 ans. Aujourd'hui, je verse là, des larmes diluviennes et ma colère est en train de sortir. Ca sent mauvais, oui, c'est dur oui, ça pue, oui. Mais doucement, ça sort.

Je voudrais un conseil ?
Ce livre que j'écris à la troisième personne, ne devrait-il pas être à la première ? Est-ce une bonne idée que de l'écrire à la troisième personne ?

Tu fais sortir le poison, c'est normal qu'il sente mauvais. C'est un passage obligé pour "te laver" de tout ça.

Moi, je l'écrirais "comme je le sens au mieux", du moins dans son premier jet. Parce qu'il faut d'abord donner la priorité à la libération des mots. Je rejoins Jok pour ça.

Après, il sera toujours temps de structurer en recollant les morceaux du puzzle éparpillés, parce que peut-ête que pendant l'écriture, tu te sentiras mieux tel jour pour décrire tel passage de vie, sans chronologie, que tu reconstitueras après.

Parce que le psy, ça va faire bouger des trucs dans le désordre, et que de ce désordre vont naître des images et des sensations assez violentes, et que ça sera là le moment d'écrire telle ou telle chose.

Ensuite, tu feras le choix dans le peaufinage, du je ou du elle.

En tout cas, je te souhaite tout plein de courage et de persévérance, et de patience.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 17:57

Passionata a écrit:
La question que je me pose est :

Est-ce qu'écrire à la troisième personne n'est pas en soi un refus d'admettre cette même personne ainsi son vécu et donc refouler encore l'identité ?

Après, je trouve bonne l'idée de la place de mère (mère consolante - aimante) qui essaie de panser ses propres blessures au travers des écrits qu'elle décharge.

Je ne crois pas que ce soit un refus de soi à soi, mais une question de lien entre soi et le lecteur. J'ai souvent employé Elle en substitution à Je, et ne me suis jamais pour autant sentie désolidarisée de moi-même. Elle, c'était moi, tout bêtement. Mais peut-être que le théâtre favorise cette facilité ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 18:01

Farouche a écrit:
Le "tu" permet plusieurs choses : te regarder de l'extérieur, comme avec le "elle" mais aussi faire du lecteur "toi". Tu l'impliques, tu t'adresses à lui, il ne peut plus ignorer qui tu es puisque tu es lui. Et du coup, tu ne peux pas non plus.
Le "tu" pousse plus loin que le "je", mais en faisant moins mal, je crois...
Il y a là-dedans, beaucoup de choses que je sens sans savoir très bien les expliquer. C'est du domaine de l'intuition. Je sens que.... mais je ne sais pas très bien pourquoi.

Personnellement, j'ai toujours du mal avec le Tu, non seulement en tant qu'auteur, mais surtout (puisque je ne l'utilises pas en écriture) en tant que lectrice.

Je l'ai toujours ressenti comme une fuite, alors que Elle ne me pose aucun problème même en lecture.

Je ne sais pas pourquoi, c'est un ressenti, c'est tout.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 18:02

Ca donne un impact fort au texte, néanmoins je nuancerais, d'un point de vue de lectrice simplement. J'ai eu l'occasion de lire des bouquins écrits au "tu". Au bout d'un moment, c'était trop, ça ne tenait pas la longueur.
Surtout pour raconter des trucs assez hard. Le dernier que j'ai essayé de lire comme ça, c'était un bouquin de David Peace, que j'ai arrêté au bout de 100 pages à cause de ce "tu" insistant.

Du point de vue des sonorités, le "tu" est dur mine de rien. Tu-tue...
Ca cogne contre les dents, et dans les oreilles.

Par ailleurs, le côté prise à parti, très impliquant du "tu", n'est pas du goût de tous les lecteurs.
Prendre les gens trop frontalement parfois, c'est les rebuter, et empêcher qu'ils puissent avoir accès à ce qu'on veut leur dire.
Simplement parce que pour se protéger, beaucoup vont refermer le livre.
Après la question, c'est qu'est-ce qu'on veut faire.

Mais puisqu'on parlait de violence, à soi-même, à l'autre, finalement c'est pareil... ou plutôt l'un découle de l'autre...
c'est peut-être bien de considérer un angle plus "doux" (ou moins hard) ; déjà que l'histoire en elle-même semble dure, c'est peut-être pas la peine d'en rajouter.
C'est aussi prendre le contrepied de cette habitude de se faire violence, ce qui en soi est déjà une manière de faire lâcher prise à cette violence.

Enfin bref. Comme ça a déjà été dit plein de fois, c'est effectivement à Passio de voir ce qui est le plus juste pour elle.

Mais je peux dire qu'en tant que lectrice, je ne lirais pas 10 pages comme les quelques lignes que tu as postées en citation, Farouche...
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 18:13

Ah oui, je peux comprendre, Sophie : le tu a quelque chose de très dérangeant.
Je voulais juste montrer à Passio qu'elle a une autre option possible, pas forcément pour le travail fini, mais pour le stade de l'écriture. C'est bon d'avoir plusieurs possibilités, éventuellement même en les alternant selon les moments, l'état d'esprit...
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 19:01

Oui oui oui, tout à fait d'ac Wink
C'est pour ça que je précisais que je me plaçais en tant que lectrice, c'est à dire en "bout de chaîne".
Par contre pour la phase écriture, c'est sûr que toutes les possibilités méritent d'être considérées.
Revenir en haut Aller en bas
Irma

avatar

Nombre de messages : 1495
Age : 51
Localisation : Agen
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 19:19

Je répondrais quant à moi, ceci :

Je n'emploierai pas le "je" . Parce que c'est trop violent. Il faut que cette histoire sorte de toi, comme disait Alizé. L'histoire t'appartient de toute façon, elle est à toi. Aucune confusion d'identité. En employant le " Elle" , tu lui permets de sortir, d'avoir sa propre vie. Ton histoire devient celle d'Owen, et là tu peux y ajouter tout ce que tu veux sans te trahir, paradoxalement. Avec le "je" tu es dedans , encore. Comment tu veux prendre du recul si c'est toi qui parles ? COmment tu veux oublier ou rajouter des details ? Je ne sais pas si je suis bien claire.

Je dirais " Elle", (voire " IL ") parce que le "TU" est agressif. On ne se reconnait pas forcément dans cette histoire, qui est à toi, on ne peut être qu'observateur... Impliquer le lecteur, c'est le mettre à la place d'Owen, c'est pas possible, pour moi.

Je préfère les romans qui sont issus d'histoires réelles que les purs témoignages, mais certains préfèrent le contraire.

Donc au final c'est toi qui voit .

Voilà pour ma modeste contribution! Smile
Revenir en haut Aller en bas
http://editions.la-librairie.org
Irma

avatar

Nombre de messages : 1495
Age : 51
Localisation : Agen
Date d'inscription : 16/12/2008

MessageSujet: Re: Se faire violence   Ven 6 Mar 2009 - 19:20

Farouche a écrit:
C'est bon d'avoir plusieurs possibilités, éventuellement même en les alternant selon les moments, l'état d'esprit...

Voilà l'alternance selon les moments , c'est pas mal aussi !
Revenir en haut Aller en bas
http://editions.la-librairie.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se faire violence   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se faire violence
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» comment faire du glacage avec du sirop
» Faire du vintage avec Photoshop
» Imatriculation, comment faire??
» Pouvons nous faire remonter le Titanic des eaux ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: