Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Conte de Noël, je sais c'est pas la saison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Conte de Noël, je sais c'est pas la saison   Ven 13 Mar 2009 - 17:51

HISTOIRE DE BERGER

" - Tiens petit, j'te vois jouer avec le boeuf. Sais-tu qu'un jour j'ai eu un long entretien avec un boeuf; un boeuf doué de parole. Il s'appelait Pen Du ar Fao, le " boeuf à tête noire du hêtre ". Oui, chez eux le nom de famille est toujours rattaché à un arbre, c'est une vieille habitude.
Pen Du était arrivé ici, au village, on ne sait trop comment; il n'appartenait à personne, vagabondait de prés en étables et personne ne cherchait à le posséder; tu penses, un boeuf qui parle, on lui fiche la paix !
Et comme il savait parler il savait aussi entendre et il n'avait pas les yeux dans la poche, crois moi. Rien de ce qui se passait dans le village ne lui échappait. La dernière histoire qu'il me conta fut de loin la plus étrange, je l'entends encore :
" - Ific, tu me croiras si tu veux, mais hier j'ai assisté à un évènement peu commun. Tu vois où est la grange abandonnée du pré de l'herbe à taupes; bon, et bien écoute : un enfant est né hier dans cette grange !
- tu me fais marcher !" j'lui dis " qui donc irait accoucher là-bas ?
- si je te parle d'une femme maigre et fatiguée comme une vache mal nourrie et abandonnée, tu me suis mieux ?
- elle était enceinte ?
- et comment ! Mais attends un peu la suite; donc, je suis tranquillement en train de ruminer autour de la grange lorsque j'entends deux femmes, dont une gémissante, entrer dans la masure. Pile, une planche trouée au-dessus de ma tête. Tu me connais, la curiosité l'emportant je colle mon oeil au trou.
Et là, la femme maigre allongée en plein travail d'accouchement; j'ai mal pour elle tant elle souffre. Puis, l'enfant arrive, enfin; mais il ne crie pas, et pour cause, l'autre femme lui maintient doucement la bouche avec la main !
- mais, pourquoi fait-elle ça ?
- ah, bonne question; figure-toi que je vois ensuite la femme portant l'enfant se diriger sans bruit et rapidement vers la porte. Elle pleure à chaudes larmes. Je retiens mon souffle. Dehors, un homme est là, muet. Il s'empare de la petite créature et s'enfuit avec !
Pendant ce temps, l'autre est revenue et se baisse vers la malheureuse qui ouvre à peine les yeux: " je suis désolée mignone, ton enfant est mort; je n'ai rien pu faire " et là, la jeune femme perd connaissance, vautrée dans la poussière et le sang qu'elle a répandu.
- Mais enfin Pen Du, pourquoi diable lui aurait on enlevé son enfant ?
- N'as-tu jamais entendu parler des "voleurs d'enfants" ? Les ombres infernales qui tourmentent les vivants en s'emparant de leur progéniture ?
- mais tu as dis que tu avais vu un homme s'enfuir !
- tu sais, je n'ai pas vu son visage, je ne l'ai pas entendu parler et il était habillé tout en noir... crois moi, celui-ci n'était pas net et si il est venu c'est que de toute façon l'enfant était voué au trépas...même la mère a faillit y passer !
- ça alors, c'est bien la première fois que j'entends parler d'aussi près d'un voleur d'enfant; quelle histoire horrible !
- oui, en effet; mieux vaut ne pas l'ébruiter, les gens du village risqueraient de s'affoler comme des mouches.
- tu as raison Pen Du, gardons ça pour nous. "
Et je suis rentré de mon côté, laissant Pen Du à ses boutons d'or et ses histoires de ténèbres... Voilà mon garçon, mon aventure est finie, j'espère qu'elle t'a plu ?
- dis, ça c'est vraiment passé tout ça ? Ici ? Dans le village ?
- ah, ah, tu aimerais bien savoir hein ! Tu sais 'faut pas croire tout ce que racontent les bêtes, parfois elle inventent par plaisir ou pour faire enrager les humains... Tiens, voilà ta mère qui descend, tu devrais finir de monter ta crèche, je vais voir si elle a besoin de mon aide. A plus tard petit !
- à plus tard monsieur; je vais vous mettre dans ma crèche, à côté du boeuf !
- si tu veux. Je te raconterai une autre histoire après. "

incl36
Revenir en haut Aller en bas
 
Conte de Noël, je sais c'est pas la saison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Contes De Grimm - Série Allemande sur NT1
» Sais tu combien je t'aime? {L’indicible amour sur nos lèvres}
» Histoire de Korrigans/Conte breton
» Cendrillon/Conte de Charles Perrault
» Le conte devenant vrai: L'histoire (à écrire)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: kate-
Sauter vers: