Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Votre ville, sa vie et vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Votre ville, sa vie et vous   Sam 4 Avr 2009 - 15:11

Je pose ici la première pierre de ma réflexion de l'instant, parce que je reviens de la Xième manifestation publique concernant la vie de ma ville. J'y suis impliquée, comme beaucoup je pense, ici, et ça me laisse le loisir d'y songer.

Pas le temps de développer, puisque je pars en répète, mais je voudrais savoir :

- comment considérez vous votre propre implication au sein de votre ville ?

- En quoi consiste-t-elle ?

- A votre avis, qu'apporte-t-elle, ou vous semble -t-elle vaine, ou autre sentiment ?

- Qu'est-ce que vous en tirez comme réflexion ?

Je donnerai mes réponses plus tard, je ne voulais pas oublier de planter le sujet dans le jardin LU.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Sam 4 Avr 2009 - 16:36

avant de parler de comment on agît au sein d'un contexte social,
il est crucial de revenir sur ce que l'on en comprend et comment.

question donc par laquelle il faudrait commencer, car sans conceptualisation, toute prise de position et donc toute action peut s'avérer imprécise, inéficiente, incohérente...

non ?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Sam 4 Avr 2009 - 18:21

Non.

Tu sais pourquoi ? Parce qu'il faut se tremper les doigts dans toute chose pour en comprendre le mécanisme, pour en saisir quelle implication cela demande, quelles sont les difficultés auxquelles l'on se confronte, quel investissemnet cela demande, quels résultats l'on peut ou pas obtenir et pourquoi, etc. et de ce fait, afin d'en saisir le constat que l'on en fait.

A défaut de cela, on ne fait que "parler dans le vide", c'est-à-dire sans l'expérience qui permet la réflexion, laquelle mène au débat.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Sam 4 Avr 2009 - 19:03

Pour se tremper les doigts dans une implication, il faut y aller progressivement. On ne sait rien d'une ville, ni de ses tendances, ni de son histoire, ni des dessous de son actuel, tant qu'on n'a pas commencé par l'observer (et ça passe par la bibliothèque, les archives, la lecture des bulletins municipaux, les papiers des partis politiques, les manifestations culturelles et autres, la vie de son Eglise, de ses associations, ses fêtes, ses commémorations, l'écoute des anciens, des voisins, des élus, des bénévoles, tout ça).

Tant qu'on n'a pas commencé par un début : s'inclure dans un groupe en fonction du savoir faire que l'on possède, pour l'offrir à une communauté, parmi le savoir faire d'autres personnes, dans la variété de toutes nos différences.

Tant qu'on n'a pas saisi les rouages du petit groupuscule qu'on a rejoint : la mémoire de son histoire, les personnalités qui s'y sont succédées, les amitiés ou antipathies qui ont façonné telle association, telle mairie, etc.

Tant qu'on n'a pas commencé soi-même à réfléchir à une action, en dresser l'ossature, voir quels moyens employer pour la mener à bien, qu'on ne l'a pas encore soumise, puis qu'on n'a pas encore parlé en groupe de cela, il faut la valider, puis se retrousser les manches pour continuer.

Tant qu'on n'y a pas passé des heures, parfois des nuits. En navigant en fonction des personnalités, des sensibilités, des possibilités, des entraves.

Tant qu'on n'a pas mis concrètement cette action en place (ces actions pour les plus courageux)

Tant qu'on n'a pas fait le tour des retombées.

Alors on peut commencer à y voir plus clair.

J'édite pour ajouter : tout ça évite d'intellectualiser le sujet avant que de l'avoir pratiqué.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 6:41

ô, combien ce mot fait désormais peur...

moi, ma crainte, c'est de voir s'instaurer de-ci de-là l'obscurantisme, la paresse intellectuelle.

ceci dit, certes, il est déterminant d'expérimenter.

reste à déterminer à quelle distance, à quel position...

celui de l'artiste, qui éprouve le sensible et fait acte de représentation de sa subjectivité face au réel ?

celui de l'éducateur, qui voit évoluer et agît sur la construction même de l'humain à venir.

celui du sociologue qui, tournant son regard, soit dans un contexte exotique soit dans le fait social, voir dans ses réseaux de connaissances distants, économico-socio-culturels, urbanistiques, écologiques, politiques, médiatiques, psychologiques... et intimes.

(et jusqu'à s'observer soi, diraient certains...)

celui du journaliste, aussi.

et celui d'un quidam...

d'un quidam avenant, qui a cassé sa montre.
un RMIste, un étudiant, un commerçant de quartier, un convalescent, un retraité, un policier, ou une bourgeoise désoeuvrée peut-être même.

bref, des milliers de regards à comprendre, des milliers de singularités.

et l'opportunité peut-être de créer un collectif sociologique ou un organe de presse indépendante réelle.., non ?

du plus intellectuel au plus sensible.
et celui qui relie les deux,
un regard moderne et
non plus moderniste.

alors, que l'on cesse de ne parler que de sensible, sans poser en premier lieu certaines idées, certaines pensée sur la posture et la recherche de l'action (et non pas l'activité désarticulée) déconditionnante.

sinon, tous les mais 68 et les guerilleros ne suffiront pas à questionner le système avant son "crack global" (entendons par là son effondrement social, sa pollution incurable, sa violence latente, sa catastrophe humaine... ou tout autre cas de figure - vraisemblablement de cause purement humaine, compte tenu de sa position ultra-dominante sur la chaîne alimentaire - et chaque enjeux crucial du devenir de notre mode de vie, et sur notre perpétuation d'espèce, même )

d'où la question des méthodologies, posée dans la (très certes imparfaite et embryonnaire mais interactive dans son évolution même) rubrique "Actions", en période d'essais sur LU.

(oui je sais, on avait dit pas de publicité et voilà où on en est... : /)

enjoy !

nuam
Revenir en haut Aller en bas
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 8:23

Ma Romane, en deux fois deux mots :

Support d'échange
Cheminement social


J'expliquerai pourquoi un peu plus tard. Là, je vais prendre un petit dèj, j'ai très faim...
Revenir en haut Aller en bas
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 10:23

Passionata a écrit:
Ma Romane, en deux fois deux mots :

Support d'échange
Cheminement social


J'expliquerai pourquoi un peu plus tard. Là, je vais prendre un petit dèj, j'ai très faim...

Me revoici...

Pour déterminer ces quatre mots "support d'échange et cheminement social" qui sont de moi, puisque je les ai mis en avant lors de la dernière réunion d'étude des besoins sociaux, la semaine dernière.

Je participe à un mouvement communal qui s'est installé il y a quatre mois. Le maire et ses collistiers ont sollicité les citoyens de notre ville pour les engager à s'exprimer sur les réels besoin sociaux et ce, ceux des citoyens dans leur champ de vie, ainsi que lié au cadre de leur ville.

J'ai été invitée chez une voisine dit "accueillante", d'où des enquêteurs sont venus nous faire part d'un projet ainsi que soulever un questionnement personnel.
Lors, de ce jour, chacun a apporté un point de vue qui lui est propre mais pour qui se rejoignait souvent à l'avis des autres convives.
Depuis, je me suis investie réellement, non seulement en participant à l'action "orale" et/ou "écrite"en apportant mon point de vue, quelques idées, quelques modifications dans la retranscription des dires lors de différentes petites réunions d'étude au projet des besoins sociaux, ainsi qu'aux deux réunions de synthèse communale.
Ce projet qui a rassemblé le plus de personnes possible et les ayant fait participer au cadre de vie de la ville n'est pas sans conséquence, positivement bien entendu, puisqu'est d'une ampleur phénoménale car soulève une multitude de réactions (stupéfaction, réjouissance) en plus du soutien conduit au travers de ce "regard" qui sous-tend le projet comme un regard sur "le citoyen" et son avis sur "ses/ces" besoins.

On n'a pas idée de la richesse des gens, mais aussi de l'isolement de nombreuses personnes qui savent peu car ayant peu d'informations. C'est fou, des personnes âgées meurent à nos côtés sans que l'on sache. En gros, on ne sait pas qui est notre voisin, ni ce qu'il devient. On ne connait pas son mal être, son malaise, et ses difficultés.
Là, nous avons vraiment l'impression de ne plus être totalement mis à l'écart, (seuls), car nous n'avions jamais connu une telle démarche dans notre ville.

Au travers de cette richesse d'échange, sans parler de conclusion, puisque quoi qu'il en soit, il n'y en aura pas ; il y aura des aboutissants, des résultats, mais ceux-là seront toujours remaniés, rien n'est figé ; j'ai été tout de même surprise de constater que c'était vraiment dommage d'attendre pour agir. C'est vrai, il est tellement facile de jeter sur le dos des conseillers, sur le dos d'une ville :"qu'est-ce qu'ils font pour nous ?" - "Oui, mais nous, que fait-on pour notre ville ?"

Voilà, comment je m'implique à ce jour, juste de ma petite personne et en toute simplicité. Je ne fais partie d'aucune association, mais je participe aussi aux différentes activités du centre social (centre de loisirs) en tant que bénévole.
Ce qui m'a plu, c'est tout le suivi sérieux de ce cheminement social qui est mis en exergue et qui apporte beaucoup à la population. Le suivi est rigoureux même si pour le moment nous ne pouvons parler de résultat. De toute façon, il ne peut y en avoir. Mais dans le contexte de notre ville, celle-ci formait un clivage entre le nord et le sud, ici, nous voici tous embarqués dans la même galère et nous essayons de ramer dans le même sens, même si cela est dirigé par un capitaine, tous à moindre échelle sommes à un moment donné pilotes de ce magnifique paquebot !

Comme toutes communes, nous connaissons tout ce qu'une grande ville connait, pourtant la notre est petite. Ces interventions entre les conseillers municipaux et citoyens son apport d'un éclatant support d'échanges intergénérationnels. Et ça, c'est une mine d'or.

Pour ma part, je pense que je suis loin de connaître tout le fondement d'une ville. Quand on voit le bilan financier, on se dit qu'on est bien loin de toute réalité. Une chose est sûre, il en va de tous, et ceux qui retranscriront tout cela sur papier devront être le plus possible objectifs afin d'éviter une trop grande déception, ce n'est pas partie gagnée... Mais quel plaisir !

"Je ne sais pas si je réponds à tes questions, mais là, c'est te faire part de mon implication envers ma ville."
Revenir en haut Aller en bas
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 13:39

ah, comme il est délicieux de lire pareil partage d'expérience,
une telle exemplarité de maïeutique (micro)sociétale (qui paraît moins orienté et connoté que "communautaire", il me semble).

mais de quoi avons-nous le contrôle, que possédons nous, qu'est-ce qui nous ait laissé, autorisé ?

certes, je ne contredit nullement la pertinence de la démarche ni de ton investissement.

soit.

mais observons tout de même que certaines questions se pensent et deviennent des actions en changeant d'échelle, d'autres non.

ainsi, une action individuelle, qu'elle soit :

- sociale-unilatérale, socio-bilatérale

- rationnelle-sociale ou irrationnel-social

distante, tribale ou intime

- salariale (public durable - statuts intermédiaires - privé durable - privé précaire - privé éphémère, stagiaire non-rémunéré, stagiaire rémunéré) ou même considéré comme inactivité - estudiantine - retraitée, patrimoniale-spéculative, associative (bénévolat / volontariat, salariat aménagé)

--- trop fatigué pour tout détailler, et puis ça serait dommage de faucher l'esprit même de déductions du lecteur...

bref.

questions d'échelles, donc, qui peuvent interagir de différentes façon, avec une + ou - grande amplitude d'impact

l'individu peut ainsi difficilement avoir un "rayonnement global".
contre-exemple : G 20, réunion du leadership internationnal dominant dont les pouvoirs sont "constitutionnels", politiques, économiques, écologiques, sociaux, etc. (20 dirigeants, pouvoir décisionnaire d'impact global)

l'association peut, quand à elle, varier et/ou évoluer d'un rayonnement communautaire, micro-social, tribal, familial, culturel... jusqu'à un rayonnement linguistique complet (exemple des média nationaux (exclusion des mass médias et industries de diffusion dominantes), francophones, pluri-nationaux, fusionnés, etc...
jusqu'à un rayonnement global.
à chaque changement d'échelle, son réseau humain, logistique et médiatique suscitera ou non l'action (qui doit s'apprécier qualitativement, ethiquement et rationnellement donc...)
des associations locales aux ONG internationnales, pour schématiser.

idem pour les entreprises, églises, industries, lobbies, instances étatiques, instances supra-étatiques, réseaux internes, connecteurs, globaux etc... reste plus qu'à observer le même phénomène pour tous les acteurs de la société, et de voir les équilibres et dysfonctionnements en place.

selon moi, c'est faisant et voyant cela que l'on peut aboutir à un choix pénétrant, à une résolution motivée (compréhension des motivations d'agir = stimulation d'une dynamique positive... vous savez, l'inverse de l'enseignement des mathématiques et par extension des sciences dures, l'inverse du sabotage des sciences molles - cad. sciences humaines et sociales et tout)

car oui, ce me semble, tous les dysfonctionnements sont le fait de l'homme, et leurs résolution de son ressort, en toute logique (et si on se perd pas dans des considérations masturbatoires sur Dieu, la fatalité, la destiné et tous autres freins d'actions perpétués si savaments !)

(à vos stylos., à vos corps perdus et à vos sabres, alors !)
Revenir en haut Aller en bas
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 14:05

nuam a écrit:
ah, comme il est délicieux de lire pareil partage d'expérience,
une telle exemplarité de maïeutique (micro)sociétale (qui paraît moins orienté et connoté que "communautaire", il me semble).

Pour ma part je faisais référence juste à mon exemple vécu, comme tu le dis. Forcément la communauté semble restreinte. Mais il m'est impossible de parler au nom de toute une communauté.

nuam a écrit:
mais de quoi avons-nous le contrôle, que possédons nous, qu'est-ce qui nous ait laissé, autorisé ?

Pourquoi toujours parler de contrôle ? je ne comprends pas. Faut-il forcément avoir le contrôle sur tout ? Penses-tu encore que cela soit de la démagogie qu'impliquer des personnes d'une commune dans telle ou telle action ?

nuam a écrit:
mais observons tout de même que certaines questions se pensent et deviennent des actions en changeant d'échelle, d'autres non.
Tout ce que je puis dire de cette action, peu importe l'aboutissant, il y a le contenu et le contenant et tout ça dans un grand et même récipent.

nuam a écrit:
ainsi, une action individuelle, qu'elle soit :

- sociale-unilatérale, socio-bilatérale

- rationnelle-sociale ou irrationnel-social

distante, tribale ou intime

- salariale (public durable - statuts intermédiaires - privé durable - privé précaire - privé éphémère, stagiaire non-rémunéré, stagiaire rémunéré) ou même considéré comme inactivité - estudiantine - retraitée, patrimoniale-spéculative, associative (bénévolat / volontariat, salariat aménagé)

Mais, l'action que je vis n'est pas du tout individuelle. Cela implique du monde, du chômeur non rémunéré au plus grand. Perso, si il y a assez de grands qui prennent de haut des gens comme moi, j'en ai rien à faire, ils peuvent faire leur bagage et détaler où bon leur semble.
Tout le monde y trempe ses pieds et avance au mieux pour se mouiller jusqu'au fesse afin d'apporter quelque chose. Seulement je ne peux sous-tendre mes dires que par mon vécu en tant que simple citoyen. Cela dit, ni moi ni autres vont avoir le monopole et personne ne sera entièrement satisfait. Le pouvoir, faut le laisser de côté quand on veut aussi faire avancer les choses sinon c'est aller au-delà de ce que nous pouvons apporter. Je laisse la guerre aux soldats, je préfère les jardins fleuris, quitte à être et rester naïve. Mais je ne suis pas amblyope...



nuam a écrit:
questions d'échelles, donc, qui peuvent interagir de différentes façon, avec une + ou - grande amplitude d'impact

Question d'échelles ? J'aimerais que tu expliques. Je sous entends autre chose et j'ai peur de mal comprendre et pour le coup me tromper en répondant.

nuam a écrit:
l'individu peut ainsi difficilement avoir un "rayonnement global".
contre-exemple : G 20, réunion du leadership internationnal dominant dont les pouvoirs sont "constitutionnels", politiques, économiques, écologiques, sociaux, etc. (20 dirigeants, pouvoir décisionnaire d'impact global)

l'association peut, quand à elle, varier et/ou évoluer d'un rayonnement communautaire, micro-social, tribal, familial, culturel... jusqu'à un rayonnement linguistique complet (exemple des média nationaux (exclusion des mass médias et industries de diffusion dominantes), francophones, pluri-nationaux, fusionnés, etc...
jusqu'à un rayonnement global.
à chaque changement d'échelle, son réseau humain, logistique et médiatique suscitera ou non l'action (qui doit s'apprécier qualitativement, ethiquement et rationnellement donc...)
des associations locales aux ONG internationnales, pour schématiser.

idem pour les entreprises, églises, industries, lobbies, instances étatiques, instances supra-étatiques, réseaux internes, connecteurs, globaux etc... reste plus qu'à observer le même phénomène pour tous les acteurs de la société, et de voir les équilibres et dysfonctionnements en place.

selon moi, c'est faisant et voyant cela que l'on peut aboutir à un choix pénétrant, à une résolution motivée (compréhension des motivations d'agir = stimulation d'une dynamique positive... vous savez, l'inverse de l'enseignement des mathématiques et par extension des sciences dures, l'inverse du sabotage des sciences molles - cad. sciences humaines et sociales et tout)

car oui, ce me semble, tous les dysfonctionnements sont le fait de l'homme, et leurs résolution de son ressort, en toute logique (et si on se perd pas dans des considérations masturbatoires sur Dieu, la fatalité, la destiné et tous autres freins d'actions perpétués si savaments !)

(à vos stylos., à vos corps perdus et à vos sabres, alors !)

Je croyais que le sujet demandait d'expliquer quel était l'implication qu'on avait envers notre ville.

Perso, si j'étais Maire, je ne serais pas là à débattre sur un tel sujet. Quoi qu'il en soit, je ne crois pas, en parlant de communauté vaste, comme la communauté de tout un pays tel que le notre "la France" que Monsieur le président de la république ait toute les clefs en mains pour pouvoir ouvrir toutes les portes. D'ailleurs, c'est bien pour cela qu'il n'est pas seul, même s'il semble agir comme Napoléon. Il y a quand même avec lui un équipage "collistiers" et tout un peuple à l'abordage. Personne à le monopole même si l'on se conduit de façon individuelle, mais dès lors qu'on se lance dans la fange, alors on est comme eux, souillés jusqu'au cou. Mais cela ne rend aveugle personne.
Si chacun reste dans son coin, oui, alors il n'y a pas d'engagement. Je ne pense pas qu'il faille tout un bagage pour participer à une action et se lancer pour apporter des idées, même si on nous fait croire, même si l'on n'a pas le monopole. Le but n'étant pas d'avoir le monopole, mais d'essayer de contribuer à l'avancement de certaines actions, s'intéresser à quelque chose. De toute façon, le dysfonctionnement est juste le contraire du fonctionnement. Donc, même si on lance la super voiture sans faille, il arrive un temps ou il faut faire révision, sinon c'est la panne. Cela n'empêche un état d'avancer.

D'ailleurs, c'est en restant reclus qu'on fini par mourir sans que personne s'en apercevoive.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 14:53

nuam a écrit:
moi, ma crainte, c'est de voir s'instaurer de-ci de-là l'obscurantisme, la paresse intellectuelle.
C'est à peu près pour ça que j'ai ouvert ce fil... tu vois ? Laughing
Mais pour pouvoir traiter le sujet, encore faut-il commencer par le début. Intellectualiser un thème sans s'y être collés les doigts serait simpliste.

Citation :
ceci dit, certes, il est déterminant d'expérimenter.
reste à déterminer à quelle distance, à quel position...
C'est pourquoi il faut commencer par le début, sans qu'il soit forcément obligé de le détailler ici. Ce n'est pas un concours de "je fais quoi", mais l'obligation d'un bilan perso concernant l'engagement qu'on donne de soi, pour pouvoir ensuite ici faire le constat de ce qu'on en retient.

Citation :
celui de...
celui de...
celui du...
bref, des milliers de regards à comprendre, des milliers de singularités.
Celui de chacun d'entre tous, avec ses différences posées dans le pot commun.


Citation :
alors, que l'on cesse de ne parler que de sensible, sans poser en premier lieu certaines idées, certaines pensée sur la posture et la recherche de l'action (et non pas l'activité désarticulée) déconditionnante.
Procédons par ordre : s'investir, c'est en avoir la volonté, puis se lancer, puis durer un certain temps, puis faire un bilan, puis éventuellement changer de mode d'investissement, etc. Tout cela passe par ce que tu appelles "le sensible", moi je dirais "la perception que l'on a de". Nous ne sommes pas des légumes, en clair.

Citation :
d'où la question des méthodologies, posée dans la (très certes imparfaite et embryonnaire mais interactive dans son évolution même) rubrique "Actions", en période d'essais sur LU.
J'aurais pu aussi verser ce fil dans la partie réflexion.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 14:59

nuam a écrit:
mais de quoi avons-nous le contrôle, que possédons nous, qu'est-ce qui nous ait laissé, autorisé ?
Justement, si on fait un bilan fouillé de l'investissement donné, on doit en arriver à une sorte de résumé assez parlant. C'est un peu là que je veux en venir.

Citation :
mais observons tout de même que certaines questions se pensent et deviennent des actions en changeant d'échelle, d'autres non.
C'est pourquoi, juste au message précédent, je dis "puis éventuellement changer de mode d'investissement".

Citation :
car oui, ce me semble, tous les dysfonctionnements sont le fait de l'homme
Non de l'individu, mais de la communauté qui a instauré le système des sociétés qui se succèdent et pour l'exemple qui nous concerne, celle dans laquelle nous vivons.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 15:12

Qu'est-ce que tu peux nous en dire Romane ?

J'ai le sentiment de m'être plantée à parler d'un vécu...

Je pense que pour changer de mode d'investissement il faut déjà pénétrer dans le mode ce en quoi, on reste en retrait ou bien parlons dans le vide. Au mieux, s'investir pour au moins en faire un résumé. Sinon il en va d'un regard reculé que notre perception sur celui-ci.

Je pense qu'il est facile de dire que le disfonctionnement sont les fait de l'homme (que j'écrirais avec un grand H) pour parler d'individu dans un système sociétal.

J'avoue pour le coup sembler exacerbée.


Dernière édition par Passionata le Dim 5 Avr 2009 - 16:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 15:17

Passio, je t'ai lue attentivement, merci d'avoir si bien détaillé.

Est-ce que tu peux évaluer par exemple

- le temps que tu y mets,
- quelle somme d'énergie tu y consacres,
- les obstacles auxquels vous vous confrontez,
- les moyens que vous trouvez pour avancer dans vos actions,
- comment tu perçois l'engagement de ceux qui sont à tes côtés,
- comment tu perçois les retombées (leur impact, les réactions, etc)
- l'attitude des partenaires, des bénéficiaires, des bénévoles, etc.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 17:18

Romane a écrit:
Passio, je t'ai lue attentivement, merci d'avoir si bien détaillé.

Est-ce que tu peux évaluer par exemple

- le temps que tu y mets,
- quelle somme d'énergie tu y consacres,


Je rassemble ces deux questions en une seule, parce que la première se rapporte aussi à la deuxième.
L'énergie est la volonté que j'apporte à ce temps qui semble infime et de l'ordre du ricule à côtés de ceux qui passent la majorité de leur temps dans l'action et/ou projet de la commune. Alors, comment répondre à cela ? Ca va faire rire la galerie. Si je me rapporte au mois de mai cela fera que quelques petites heures. Pourtant elles ont une importance.
Dès lors que l'on participe, il y a différents champs. Car au travers de cette implication, il y a cet échange. Au niveau de l'échange, il y a un émetteur et un récepteur. Donc écoute, compréhension, et dialogue. Cela comprend l'orale et l'écrit. Il faut donc décripter. Le message passé n'est pas toujours évident à la compréhension, car là, ça sous entend encore une pauvreté dans la perception qu'un tel champ d'action. Sans doute lié au manque d'information et surtout à l'expérience.
Mais je ne fais que peu. Au mois de mai cela correspondra à 10 ou 12 heures. Vois comme c'est infime. Je m'implique parce que j'ai été sollicitée et seulement quand j'y suis invitée. Quoique... j'ai tout de même à rendre un écrit, en utilisant, cette fois le "je". Nous avons entendu un certains nombre de personnes, maintenant, il s'agit d'émettre notre perçu en évidence.
Pour ma part, cela n'implique pas les 4000 habitants, de plus il faut retirer les enfants.
C'est pour cela que je ne peux avancer plus d'arguments et parler au nom de toute une communauté.

- les obstacles auxquels vous vous confrontez,

Là encore, les obstacles que nous rencontrons sont vus que d'un petit ensemble. Mais j'ai pu constater que dans l'action il y a peu ou prou d'adolescents, alors qu'ils me semblent concernés dans le cadre de vie de notre ville. Pour améliorer certaines demandes, il faudrait une participation active de ceux-là. Sinon comment savoir, et qu'apporter à leurs besoins, à ces manques que très rares d'ados ont soulevés ?
Parallèlement, lors des réunions, chaque fois, il y a un sous effectif de la gent masculine. En cela aussi est un obstacle. La majorité n'étant pas qu'au niveau de la gente féminine. Pourtant, j'emets bien le fait qu'il y a une liason intergénerationnelle. Ce qui est vrai, mais à toute petite échelle.
Nous avons eu aussi des refus. Des personnes ne voulant pas s'intégrer, un peu comme si elles ne se sentaient pas concernées. Quel dommage, elles font parties intégrantes de la ville...
Ensuite, l'obstacle principal est encore de pouvoir satisfaire toutes les propositions émisent. Car il s'avère d'ores et déjà impossible que de pourvoir à celles-ci, puisqu'il en relève de l'état financier de la commune.
C'est un peu tout ce que je peux en dire de mon point de vue.
Je dirais que l'action est active mais il reste une certaine passivité dans le nombre de la communauté.


- les moyens que vous trouvez pour avancer dans vos actions,

Le suivi est sérieux car est mis en place des réunions ponctuées. C'est trop récent pour parler d'avancement, mais cela avance par le biais des rencontres. Ainsi que des propositions dont on doit débattre, et là, c'est un peu galère, car la finale, c'est un peu comme Nuam le dit, nous avons le monopole sur rien. Mais outre ce fait, au-dessus, ils n'ont pas plus le monopole. Ils essayent de se mettre à notre écoute. Ensuite, il faut dépatouiller cela. C'est là que j'interviens avec les autres membres, hein, parce que je ne suis pas seule. Les avis fusent, pour/contre, tu vois... finalement il faut faire la synthèse de tout ce qui est dit de façon subjective pour en faire de "l'objectif " et non une conclusion finale.

- comment tu perçois l'engagement de ceux qui sont à tes côtés,

Pour ma part, en 39 ans, c'est la première fois qu'on demande l'avis de la population, non seulement ça, mais aussi qu'on l'implique au projet sur les besoins sociaux. C'est peut-être dommage d'attendre que cela s'écroule pour envisager quelque chose, afin d'apaiser (je pense) mais faire changer les choses (aussi).
Bien sûr, cela ne concerne pas tout le monde. On ne pourrait pas, il n'y a pas de salle assez grande. Mais c'est essayer d'apporter du mieux et pour tous. Cette concertation m'a fait penser un peu à un référendum, sauf qu'on ne vote pas, LOL, c'est de l'amélioré dans le temps, largement, LOL.
Alors, je suis dans l'étonnement. Voici ma perception. Je suis à la fois ravie car l'échange est d'une grande richesse, d'accord ou non, là n'est pas le sujet primordial. Par contre, je suis outrée de voir que certains restent en retrait. Vivre des décennies dans une même ville et en avoir rien à faire sous prétexte que les choses n'avancent pas ou ne changeront pas et d'un négatif exubérant. Et pourtant, je n'ai pas fait grand chose avant cela. Je dirais que j'ai bien voulu subir et me plaindre.
Pour ma part, j'ai voulu participer, alors la question ne se pose pas. Mais, je respecte les personnes qui ne veulent pas, et d'autres ne peuvent pas.

- comment tu perçois les retombées (leur impact, les réactions, etc)

Trop tôt pour le dire...

- l'attitude des partenaires, des bénéficiaires, des bénévoles, etc.

Là, j'ai un réel manque de perception ou d'infos, pas assez d'expérience, que sais-je...
Pour les bénévoles, si l'on considère que j'en fais partie, elle semble positive. Mais encore, ce n'est que de ma perception et du peu que je puisse en voir.
Au-delà, je ne suis pas assez impliquée. Comment parler au nom des partenaires et des bénéficiaires ?
Il y a deux parallèles tout de même. Comme un clivage dans notre ville dite trop bourgeoise. Nous sommes dispersés en un pôle sud et un pôle nord.

Tout ce que j'ai retranscri ici, est du perçu/vécu de ma toute petite expérience. Ce dont je redoute le plus, Romane, c'est le "après".
Une fois que ça se termine, en quoi me sentirais-je concernée ?


Dernière édition par Passionata le Dim 5 Avr 2009 - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 18:07

Merci pour tes réponses, Passio, elles sont très chouettes. chinois

Voici ma propre perception, et tant pis si je fais dans le désordre, c'est comme ça vient.

Tout d'abord en intro, je voudrais dire que je suis entrée de plein fouet dans la vie de la ville, ce qui n'avait pas été possible du temps où je vivais en région parisienne. Ici, je voudrais souligner plusieurs points, par rapport à mon expérience personnelle :

- En région parisienne, vu le rythme de ma vie d'alors (maman de deux petits garçons, un mari qui bossait de nuit, un boulot qui me prenait beaucoup intellectuellement donc m'épuisait et réclamait des poses que je trouvais difficilement voire pas du tout), aucun membre de la famille à proximité, des gens qu'on rencontre sur le tas par le biais de l'école (c'est-à-dire géographiquement assez près), des collègues (géographiquement aléatoires), des voisins (somme toutes assez cloisonnés, la banlieue ne favorise pas la vie de quartier), il ne m'a pas été possible de vivre autrement qu'au jour le jour, dans ce rythme haché et répétitif, sans pouvoir y inclure autre chose que quelques temps de liberté consacrés à la lecture, quelques soirées entre amis, et l'attente forcenée des vacances, véritable bol d'air incontournable si on ne veut pas devenir cinglé, lesquelles me permettaient de foutre le camp me mettre au vert. Voyez l'implication : nulle, en somme.

- L'arrivée dans ma ville actuelle correspond à une grande première dans ma vie : la majorité de ses habitants y sont nés où y sont arrivés il y a très longtemps. Le paysage économique est chargé d'une histoire puissante. Le contexte politique est très particulier, c'est quasiment du Don Camillo au quotidien. Les associations y sont particulièrement nombreuses, pour ne pas dire d'un nombre faramineux. Mon rythme a changé du tout au tout, c'est ainsi que j'ai pu entrer dans le monde de l'implication.

Je veux expliquer par là que vouloir est une chose, pouvoir en est une autre, et il faut toujours tenir compte de notre petite condition assez barbelée en certains cas, qui fait qu'on n'a pas la force ni le temps, et qu'au bout du compte, avec la meilleure volonté, on ne fait que ce que l'on peut. Déjà ça rabat pas mal de superbe et c'est très bien comme ça, on a besoin d'humilité de temps en temps. Et je ne parle pour l'instant que de ceux qui en auraient la volonté, pas des autres.

Bien.

A partir de là, je suis donc entrée de plein fouet dans la vie de ma ville, par le biais associatif. Je voudrais encore une fois faire une parenthèse : ne pensez pas que l'association n'est qu'un bout de la lorgnette. Ce serait une erreur. En réalité, tout se tient. Associations, écoles, église, élus, quartier, etc. et si vous tentiez de me démontrer le contraire, vous auriez alors déjà oublié la notion d'humilité. Point d'échelle nationale ici ; on bosse sur le tas, dans un domaine précis, chacun ayant fait son choix. Il est hors de question de se prendre pour Dieu le Père et de s'octroyer un esprit saint...

Je poursuis.

Je suis entrée dans le domaine associatif par le plus grand des hasard. L'on m'avait inscrite dans un atelier de peinture, j'en étais donc membre, très bien, parfait, une rencontre par semaine à peindre en blablatant, oki. Puis je reçois un jour la convocation à l'AG. Naturellement, je débarque totalement, donc limite si je me demande pourquoi je reçois cette convocation, hein, et je ne comprends vraiment pas à quoi ça me servirait, ni à quoi moi je pourrais servir, et quel impact pourrait avoir sur moi le rapport financier, d'activité et moral de ladite association.

Cela pour expliquer que ben non, non non, on n'est pas forcément au courant, on débarque, on ignore, un peu comme un gosse qui découvre qu'un a est une lettre de l'alphabet et que cette lettre est suivie d'un tas d'effets secondaires. Ni plus, ni moins. On ne naît pas avec la science infuse, et hop, encore un p'tit tour vers l'humilité, ça n'fait pas de mal.

Donc je pose la question (je suis curieuse) et on m'explique que oui, j'ai ma place à l'AG. J'irai donc à cette première réunion. C'est ainsi que tout a commencé.

Par la suite, je suis entrée au CA, puis ai posé un nombre incalculable de questions. Nous nous remémorions cela, hier soir, avec une amie, et je la remerciais encore de m'avoir si bellement répondu à chaque fois, de m'avoir ainsi transmis la mémoire de l'association ainsi qu'une partie de celle de la ville, d'autres parties m'ayant été fournies par d'autre filières. On apprend donc que... on apprend, et que pour cela il faut un certain temps, voir beaucoup de monde, discuter quand l'instant est favorable, observer, recouper, etc, et non, ça ne se fait pas en claquant des doigts.

Du CA, je suis passée au bureau. Epoque glorieuse où nous étions, Alf et moi, en pleine capacité de nos forces pour innover, créer, proposer, titiller, rayonner, et nous ne nous en sommes pas privés. En deux coups de cuiller à pots, nous avons doublé le nombre d'adhérents, créé un tas d'activités supplémentaires, déniché des failles et tenté de les colmater, créé des liens, et bousculé ce petit monde. C'est là qu'on y passe des heures, et quand je parle d'énergie et de temps, je pèse bien mes mots. Nous y avons passé des nuits, et ce truc qui fait qu'on a des ressorts sous les pieds et dans le cerveau, je cite l'énergie, ce truc là est passé à la moulinette dans tous les sens, vous pouvez m'en croire.

Alors on peut dire que le culturel est un truc à part, je ris volontiers à cette pensée saugrenue. Car le culturel est la porte vers toutes formes d'art, maîtrises de soi, apprentissages de vie en groupe, partage, élargissement du ciboulot vers le monde plutôt que vers son nombril, et je vous l'assure ; vers l'humilité.

Toujours est-il que les partenariats sont les élus politiques, les bénévoles alentours, les habitants, les membres, et que nous touchons dans ces cas là une large palette humaine, et un tas de systèmes administratifs ou non, en tout cas des systèmes liés au grand tout de notre système de société.

- le temps que tu y mets,
- quelle somme d'énergie tu y consacres,

J'y ai engouffré les trois quart de mon temps, si ce n'est davantage. Bravo, me direz-vous ! admiratifs ? Eh bien non, n'applaudissez point. Car je vous défie de m'expliquer comment vous feriez pour nourrir votre gosse et vous nourrir, si vous passiez les trois quart de votre temps à plancher pour la communauté au sein d'un système qui ne prévoit rien pour vous faire bouffer. Ceci n'est qu'un exemple... Un autre ? Je vous défie de trouver un temps pour vous reconstituer, lorsque cet engagement vous bouffe les nuits, les week ends, les vacances, bref, l'oxygène.

Constat : restons équilibrés : donner pour la communauté, c'est très bien. Se sacrifier pour elle, je refuse. Car... le respect des autres oui, mais le respect de soi ? En quoi "je" est-il plus apte à se faire sacrifier que "eux" ? Donc un peu de gingin, et si on n'y va pas par quatre chemins : que tout le monde mette la main à la pâte, et ça rééquilibrera le tout d'emblée (j'y reviendrai)


Suite post suivant.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 18:42

En fait, c'est super génial ce que tu décris. J'aime bien ce mot "humilité".

Je te rejoins sur certains points pour avoir vécu une toute partie de ma vie au centre d'une association : "le sou des écoles"
Aujourd'hui cela s'appelle "autour des écoles" C'est mieux, ça fait moins picsou... Bad)

Au début, je n'étais que membre. Ensuite j'ai été un an secrétaire au CA. Mais quand t'as des gosses, que tu es seule, ou peu importe, pas de familles, des amis tous très occupés (aussi), cela demande une énergie considérable. Pas de quoi être admiratif...

En tant que secrétaire du CA, j'ai appris un tas de trucs. C'était super, mais alors tu ne trouves pas de temps pour te ressourcer. Le week-end, les soirées sont très vite foutus, quand tu dois faire la paperasse, distribuer les facicules, etc., pas le temps à la flânerie.

Tu apprends certes plein de choses, mais dans une association, il y un président, une secrétaire, un trésorier, des membres du CA, mais ils ne sont pas que ces termes là, car parallèlement à cela, en tant qu'humain, quand il y a des projets, des activités, il faut faire face et mettre la main à la tâche. Il faut parfois se heurter aux exigeances des gens, aux autorisations, aux élus. Et oui, il y a des règles, il y a des lois. Une association, c'est pas que du blabla, ce n'est pas du pipo et cela demande de soi et plus encore.

Ensuite, je suis super contente de constater que tous commençons par un même début. On arrive, on y connait rien, on est comme cet enfant devant la lettre "a" qui entraîne toute une suite. Un cheveu en pleine soupe. C'est l'inconnu. Mais quelle richesse que d'apprendre !

On vient souvent à se battre contre des moulins à vent avec des gens qui veulent des choses mais qui ne se proposent pas pour aider. Ca, il ne faut pas l'oublier, c'est un inconvénient, ça fait partie des obstacles.

Une chose est sûre, il ne faut pas s'attendre à être remercié et/ou récompensé. Sauf par le CA lui-même en fin d'année.
Youpi !


Dernière édition par Passionata le Dim 5 Avr 2009 - 19:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 18:53

- les obstacles auxquels vous vous confrontez,

- l'organisation au sein d'un groupe (palabrer pendant des heures pour si peu, les uns sont d'accord, les autres pas, là n'est pas le problème, on peut voter. Mais poser un ordre du jour et se confronter à des comportements enfantins infoutus de construire qui se mélangent à l'infime poignée des vrais actifs, ça vous refroidit les meilleures volontés, croyez moi)

- les tendances politiques jouant de sales tours, et bien que par principe la politique soit interdite dans le domaine associatif, il n'en demeure pas moins que les personnalités autour de la table et sur le terrain, laissent fuser ces tendances et n'hésitent pas à foncer dans les coups bas. C'est ainsi que notamment l'une des associations dont je fais partie, se voit ni plus ni moins transformée en otage de tous les partis de la ville, et il fut un temps où j'avais la surprise de nous voir cités dans tous les bulletins politiques quels que soient leurs tendances. Bref, les élus se sont servis de l'action pour se tirer dans les pattes les uns les autres, c'était charmant, vous imaginez, d'autant que l'enjeu était... les ados. Beau, hein.

- toujours au sein politique, c'est-à-dire les élus ; les enveloppes sont distribuées selon des choix. Telle année telle municipalité aidera plutôt X, au détriment de Y. Ou bien décideront de nous dépouiller de telle salle au profit de la ville d'à-côté, pour des intérêts politiques. Et si je cite ce cas, ce n'est pas anodin. Il s'agit certes de notre immense théâtre que désormais Bayonne s'est approprié... mais là où la goutte fait déborder le vase ; au prix de notre pognon. Quand je dis que tout est lié, n'est-ce pas ? Et j'ajoute ; socialement c'est à baffer, puisque des places gratuites sont distribuées... aux gentils élus, laissant sur le caniveau les familles dont les moyens ne leur permettent pas d'accéder à la culture. J'en rajoute ? Non, vous avez compris, tout se tient.

- la population : réclame à corps et à cris des activités, nous les fournissons et au-delà de leurs espérances. Parfait, direz-vous. Eh bien non ; les gens consomment ces activités (il faut accepter cela, de toute évidence, qui revient à dire que les uns se saignent et les autres profitent), mais pour leur gueule (traduction : en oubliant soigneusement de découvrir les activités des autres, donc on en déduit "nombrilisme" eh oui, ça fait aussi partie du décor mes braves)

Constat : Nous ne sommes pas décideurs libres, mais décideurs conditionnels, suspendus aux intérêts d'ailleurs et d'autrement, c'est-à-dire politiques et individuels.

- les moyens que vous trouvez pour avancer dans vos actions,

Certains partenaires financiers, des avantages mis à disposition des municipalités, les médias, etc.

Mais en dehors de ces moyens habituels que tout le monde connaît, j'ai envie de dire encore une fois que le principal réside dans le contact humain. Nous sommes bien loin des spéculations bancaires et tout le tintouin. Nous avançons encore une fois sur le tas, en étant bien conscient que la priorité de la société dans laquelle nous vivons est basée sur fric/pouvoir, le reste n'étant que superflu. A chacun donc de se montrer inventif, de rencontrer du monde et d'avoir assez de charisme pour déployer son truc. J'ai vu de belles actions capoter parce que ne présentant aucun intérêt pour les politiques. C'est pas plus compliqué que ça.

Donc il faut se battre constamment pour trouver les moyens. Ils sont possibles lorsqu'au sein d'un même groupe, plusieurs personnes marchent ensemble dans la même direction, sans trop d'entraves par les indifférents ou les fouille-merde comme je les appelle.

- comment tu perçois l'engagement de ceux qui sont à tes côtés,
Ils pataugent entre les interdits et la latitude, comme ils peuvent, avec des moyens souvent issus du système D, dans la difficulté d'organisation cohérente d'un groupe, confrontés aux personnalités, aux sensibilités, avec leurs élans pas toujours en phase avec les autres élans. Ils réussissent certaines actions, pas du tout d'autres, et ils avancent bien petit mais ce n'est pas incompatible avec l'humilité.
J'en ai connu un qui tentait de péter plus haut que son cul, qui aurait voulu être LE et qui n'est que lui : fondu dans la masse des anonymes après avoir bousillé un truc qui fonctionnait du feu de dieu, tout ça par ego.

Parce que les bénévoles, vous ici, moi comme vous, nous sommes tous bêtement faits comme des humains, avec nos deux facettes, la belle et la moche.

- comment tu perçois les retombées (leur impact, les réactions, etc)
Pour une poignée ridicule d'esprits associatifs, d'esprit pot commun, beaucoup d'individualisme, donc de consommation, sans rien d'autre.

Un manque quasi total de conscience sur ce que représente un travail à but collectif. Une faible participation. Bawi, je sais, c'est pas bien gai.
En compensation, une poignée de surprises, c'est-à-dire ceux qui témoignent des retombées bénéfiques des actions, qui le disent avec un vrai regard rayonnant et qui peut-être, un jour, seront le sang neuf de ces actions...

J'ai aussi compris que pour X actions réussies, elles servent à grossir la liste de la carte de visite de ceux qui ont les dents longues. Autrement dit, nous servons à la notoriété de X ou Y, le plus simplement du monde.

A côté de cela, d'autres trouvent dans les actions que l'on mène pour eux, un peu de confiance et l'envie de vivre. Alors c'est toujours ça de gagné.

- l'attitude des partenaires, des bénéficiaires, des bénévoles, etc.

Ça tombe bien, parce qu'hier à l'anniversaire d'une assoc dont je fais partie, j'ai pu les observer.

- Ceux qui oublient qu'une association est un peu plus large qu'un simple titre de président
- Ceux qui arrosent financièrement, mais ne s'y trempent pas les doigts au quotidien, mais qui monopolisent le micro
- Ceux qu'on oublie et qui furent les vrais précurseurs
- Ceux qu'on encense on ne sait pas pourquoi eux et pas les autres
- Ceux qui demeurent anonymes et dont on ne parle pas
- Ceux qui consomment
- Et la petite poignée de ceux qui actuellement sont en place, qui se fondent dans la masse, sauf s'ils portent un nom ayant trait avec une personnalité du passé ayant pesé dans la vie politique.

Constat : disons que pour un vrai engagé, y'en a beaucoup qui entament le concours de la couverture qu'on tire à soi.
En clair : il reste la petite poignée qui passe ses nuits et son énergie, pour un gros pourcentage de consommateurs.
Les arroseurs sont : ceux qui ne peuvent pas faire autrement parce que c'est comme ça que ça marche au sein de toute commune et que même s'ils s'en foutent, ils font comme si, puis ceux qui pourraient opter pour une autre direction des fonds qu'ils délivrent, mais qui après tout, préfèrent cette direction là plutôt qu'une autre.

Aujourd'hui, après avoir énormément relativisé, pris un recul de deux années pour plein de raisons (ah oui, parce que nous avons aussi notre vie privée et nos noeuds de vie personnelle), j'ai choisi de ne plus jamais donner ce que j'ai donné, et de prendre désormais soin de moi : car personne ne le faisait à ma place et si je n'avais pas pris la décision de le faire, tout ce petit monde aurait en toute tranquillité continué à me grignoter un peu plus chaque jour, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien, avant de passer à un autre.

Je prends des vacances, que ça plaise ou non. Je dis "non" quand je ne suis pas disponible ou quand je suis en phase de recharger mes accus. Je dis "oui" quand je m'en sens la force et le charisme. Je trie, en somme, et je m'en porte très bien.

Savez-vous que nous ne sommes qu'un maillon d'une chaîne totalement anonyme ? Un peu d'humilité, vraiment, oui, ça fait du bien.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Passionata



Nombre de messages : 1183
Age : 47
Localisation : Isère
Date d'inscription : 16/01/2009

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 19:09

Bravo ! chinois
Un peu d'humilité, oui, ça fait vraiment du bien !
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 19:12

Ah oui, et puis j'ajoute en PS : je n'ai pas perdu ma fougue. Je ne veux plus la dilapider. C'est différent. Je l'offre désormais à qui est à même de la recevoir.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 19:41

Moi, tu m'en donnes en tout cas, et a ton groupe. Je crois d'ailleurs que, vendredi soir on t'a remerciée, toi, de tout ce que tu nous offres sans compter, en leur montrant ce que tu nous apprends, ce que tu fais de nos aptitudes personnelles : les exploiter au mieux. Parce que nous savons tous ce que tu nous apportes avec ton énergie, ton savoir, ta patience et ton coeur
Merci notre RO, nous on t'aime très fort Rêve
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Dim 5 Avr 2009 - 19:52

ça s'appelle "le charisme", ma belle. Ou la fougue. Enfin, un truc comme ça. C'est comme ça que je fonctionne.
Merci, encore merci à vous tous. bisou

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Lun 6 Avr 2009 - 8:53

Bref, pour en revenir au débat je serais curieuse de savoir ce que d'autres ont à dire sur le sujet, en fait.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
nuam

avatar

Nombre de messages : 1029
Age : 38
Localisation : hyperworld
Date d'inscription : 23/04/2007

MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   Lun 6 Avr 2009 - 11:29

un encéphalogramme, où ça ?
plat, pourquoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: votre ville, sa vie et vous   Lun 6 Avr 2009 - 15:51

encéphalogramme plat : mort clinique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Votre ville, sa vie et vous   

Revenir en haut Aller en bas
 
Votre ville, sa vie et vous
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bibliothèque de votre ville
» Zoomez sur votre ville, votre rue...
» Votre ville
» Les Parkings et Parcs Relais de votre ville
» Comment imaginez vous l'hoe,la femme de votre vie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: