Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le déclic

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 2:13

Le sujet du "déclic" me vient en tête en repensant à une anecdote qui s'est produite ce week end ;

l'une des toutes dernières arrivées au sein de la troupe dont je m'occupe, avait un mal de chien à comprendre quelques explications de base ou plutôt, un mal de chien à les appliquer. Je la voyais se raidir à chaque essai, et malgré une volonté remarquable et toutes forces mises en avant pour parvenir au but, on sentait bien une sorte de barrière empêcheuse.

Dans ces cas là, je tente toutes les explications possibles, depuis celles que je donne en faisant l'andouille jusqu'aux plus sérieuses, et quand on bosse dru, carrément sans concession par souci d'efficacité (on est pris par le temps, on n'a pas le choix).

Bref, la pauvre tentait, et ce n'était pas évident pour elle.
Il faut savoir qu'elle est arrivée en cours de saison et que nous avions fini depuis belle lurette les exercices collectifs de nature à nous dérouiller et nous familiariser avec le lâchage des inhibitions. Et bien sûr, plus le temps de reprendre tout ça à zéro, nous étions déjà sur la lancée d'un nouveau projet.

Toujours est-il que vendredi, soirée publique sur scène, je leur ai joué un sale tour malicieux : j'ai annoncé au micro en direct-live un truc dont j'avais soigneusement évité de leur parler, avec la complicité de Tayanade dont j'avais besoin pour la circonstance. Je leur avais annoncé que nous allions montrer "un état de travail", en réalité je leur ai concocté des impros.

Une impro, c'est quelque chose qui par définition ne se prépare pas. Un truc dans lequel on tombe sans comprendre comment ni pourquoi, on n'a pas le temps de réfléchir, le public est là, il faut enchaîner et si possible faire percutant, parce qu'il veut s'amuser, le public, il veut que ça le bouge en dedans.

Voilà donc que j'annonce l'impro, puis que je leur annonce qu'il y a trois tas de petits papiers pliés en quatre, et qu'ils doivent piocher au hasard. Le premier tas donne un thème, le deuxième un genre, le troisième le nom du comédien qui va improviser sur ce genre et ce thème. Voyez un peu la facilité de la chose.

Or voilà que momo (nous l'appelons ainsi) se dit "ah bon, ben alors Ro n'a pas du mettre mon nom dans le tas de petits papiers, parce que je suis nouvelle" et la voilà toute tranquille peinarde, prête à jouer la spectatrice.

C'est mal me connaître. Que nenni, ma belle momo, ton nom figure sur un papier, et même il est tiré au sort.

La voilà sur scène, pour la première fois de sa vie. La voilà sur scène pour la première impro de sa vie...

Eh bien vous me croirez si vous voulez, mais non seulement elle s'en est vachement bien sortie, mais il se trouve que le lendemain, au dîner public, elle me dit ceci : "Tu sais, Ro, il s'est passé un déclic que je ne sais pas expliquer ; je me suis lancée et j'ai compris qu'il fallait être naturelle et laisser venir et laisser partir". Elle a tout compris. Du coup, lors de la séance de répétitions, elle m'a fait un travail sur ses répliques, digne de lui rendre hommage. Bien sûr qu'il faut travailler tout ça, maintenant. Mais n'empêche, la manière dont elle aborde ses répliques n'est plus du tout coincé comme avant.

Déclic. Le mot est lâché.

Je pensais à cela il y a quelques minutes et me remémorais mes propres déclics. Vous en connaissez certains, surtout le dernier, celui qui m'a délivrée d'une vie impossible où je crevais à petit feu. N'empêche, les circonstances font qu'aujourd'hui me voilà renaissante. Et combien d'entre vous aussi, sur les modes et des thèmes différents.

Je suis en train de me dire qu'un déclic vient la plupart du temps à la suite d'une montée d'adrénaline, après quelque chose qui nous touche particulièrement, qui nous fait sortir de nous-même, qui nous propulse vers.

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous des témoignages, des idées, des remarques, des indices supplémentaires ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Alf
Plumoversificateur
avatar

Nombre de messages : 13967
Age : 69
Localisation : TDCDM : Landes
Date d'inscription : 23/06/2005

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 8:18

La mère, la nôtre, je pense qu'elle est en nous, quel que soit notre âge ou notre sexe, fort ou faible...
Un déclic ? Oui, sans doute... Tel fut le mien... C'était un mercredi d'atelier de Romane, ordinaire, durant la pause cigarette et l'appel téléphonique hebdomadaire à ma mère..
Il a donné réalité à une résolution affectueusement maternelle. Une main filiale tendue au bord du gouffre dans lequel la mère glissait peu à peu...
Oui, un certain ras-le-bol s'était installé en moi, devant les difficultés de mouvance et de contacts divers, même venant d'une sœur...
Je pouvais le faire, matériellement et "socialement"... Alors, ce fut le déclic !
Maman vient de s'installer chez moi !
Elle ne pouvait plus rester seule, là-bas, à une centaine de kilomètres, dans ce qui fut durant 64 ans, sa ville d'accueil (elle naquit en 1922 un peu plus au nord-est) et de vie de "labeur domestique" ...
J'ai fait fi, d'un seul coup d'un seul, des "Tu vas peut-être hypothéquer ta vie", "Ah ce putain de cordon ombilical !"...
Déclic ?
Oui, sans doute, en voyant comment sont traités "les vieux" au bord de la rupture, dans notre système de "HDCD" (Hospitalisation de courte durée) où je n'ai entendu, comme un cri du cœur que la sonorité des trois dernières lettres (!!!)
Oui, déclic, en "récupérant" ma génitrice, parquée durant des heures dans la salle d'attente (...de mon arrivée), pour les besoins de la cause honteuse de libération de la chambre qu'elle occcupait et qui ne l'a d'aileurs été que le lendemain de notre départ pour cette autre vie, que mon déclic offrait à ma mère...
Un déclic ? Oui, sans doute, le sien... Elle revit, maman, elle qui donna la vie à 1500 grammes de cris dans cet hôpital où je l'ai soustraite à un hospice promis d'où l'on ne revient pas (j'ai des exemples familiaux précédents). Je lui devait bien ça...
La rééducation sera sans doute longue... Mais le transformation est déjà visible...
Ah, ce sacré déclic !
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 8:28

Putain Alf, là je suis carrément touché par ce que je viens de lire.
Un geste exceptionnel que peu d'hommes auraient le courage (et l'amour surtout) de faire, moi en premier, je l'avoue.
Chapeau bas !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 11:49

Beaucoup d'exemples et en même temps si peu, parce que je les oublie... un jour remplace l'autre, un déclic remplace l'autre...

Certains sont quand même plus marquants, plus mémorables.

Je me souviens d'un en particulier, qui a probablement changé toute ma vie. Il a mis du temps à venir, trois longues années, et pas super géniales les années, mais c'était comme ça.
En résumé, une histoire d'amour de 20 ans, qui se transforme en histoire trop sérieuse, attachement, souffrance etc... bien sûr, y'avait les casseroles qui avaient précédé, tout ce qui avait fait qu'on en arrive là.
C'était finalement une sorte d'aboutissement logique, et du coup, une impasse qui tout à coup s'est transformé en libération. Quand j'ai compris que dans une impasse, pour sortir, il faut rebrousser chemin, et retourner vers la lumière de la rue.

Il y a eu un soir où tout à coup tout est tombé. Jusque là, je savais que j'étais mal, je me levais le matin en chialant, je me couchais le soir pareil... toujours la même vieille histoire, on est malheureux, on le sait, mais on ne veut pas se l'avouer vraiment et surtout on ne veut pas / peut pas trouver le moyen d'en sortir.
J'imaginais pas ma vie sans lui tout simplement. Je me cognais au mur du fond de l'impasse, et avec le tempérament que j'ai, un peu têtu dirons-nous pour faire soft, il a fallu que je me fasse bien mal à me taper la tête dans le mur avant de comprendre.

Et puis ce soir-là, j'ai eu un "flash", j'ai fermé les yeux, et je me suis vue au futur sans lui.
C'était devenu une possibilité. Et du coup... une nécessité...
parce qu'en général, ce genre de chose quand ça se produit, ce genre de libération, c'est pas juste pour faire joli ou pour avoir une possibilité en plus à son arc, c'est parce que c'est une voie de survie ou d'évolution importante pour soi.

C'est quelque chose que je ne peux pas vraiment expliquer ce qui s'est passé. Même si je l'ai revécu de nombreuses fois après, ces fameux déclics, ou lâcher-prise bienfaiteurs...
A ce moment-là qui plus est j'étais complètement la tête dans le noir, donc ça m'a semblé presque un miracle, une illumination, je n'exagère pas, c'est en rapport avec l'état de conscience où j'étais.
Aujourd'hui quand ça m'arrive, c'est pas pareil, j'en fais pas tout un pataquès Laughing
J'ai observé beaucoup tout ça, j'ai observé ce processus étrange, interne, selon lequel nous assemblons des pièces de puzzle, nous nous "réorganisons" à l'intérieur, petit à petit... selon lequel aussi nous utilisons et recevons toutes les aides dont nous avons besoin pour ça, des petits signes de la vie, une phrase dans un bouquin, un truc chopé au hasard... tout vient aider à assembler le puzzle...
Et puis à un moment, pouf. Ca se fait, ça lâche, ça s'assemble complètement, enfin je sais pas comment le décrire, c'est pourquoi le mot de Romane est le meilleur qui soit : un déclic.
Clic.
Et clac.
On enclenche autre chose. La vie continue. On est toujours le même, et en même temps pas tout à fait.

En ce moment je suis dans une phase pré-déclic Laughing
Je sais, je sens que j'ai quelque chose à comprendre, je le sens s'assembler... et je sais que quand ça va "tomber" je vais encore être surprise. Et tant mieux Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 12:42

Alf, ça faisait un bon bout de temps que ça te travaillait le cerveau, et je crois que tu as saisi exactement au bon moment celui qui allait permettre de concrétiser l'accueil de ta maman. Tu sais ce que je pense, on en parle tous deux depuis longtemps. En tout cas chinois bisou

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lison

avatar

Nombre de messages : 7704
Localisation : Gatineau, Québec
Date d'inscription : 22/02/2005

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 19:22

Quel geste significatif, tu viens de poser, Alf. Je te lève mon chapeau et t'admire car c'est tout un travail et comme tu le dis si bien, on leur doit bien cela. baiserbouche
Revenir en haut Aller en bas
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: le declic   Mar 7 Avr 2009 - 20:02

Oui Alf, je ne regrette rien, je les ai eu le plus longtemps possible avec moi, sauf maman, 9 ans en maison de retraite médicalisée à cause de sa maladie mentale. C'est ça qui me fait mal. Mais je les ai eu 20 ans avec moi, et ça, c'est irremplaçable, pour moi et pour les enfants. Alors, je te dis que même si les conditions ne sont pas les mêmes, tu as bien fait et je suis contente pour elle et pour toi. Maman d'Alf:bizzz
Alf bisou
Oui, on leur doit bien ça !
Papa es mort chez moi, parmi les siens, et il avait l'air heureux. Maman, elle est morte en dormant.. sans moi.
Revenir en haut Aller en bas
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Le déclic   Mar 7 Avr 2009 - 20:09

J'étais à Boucau quand tout s'est joué pour toi, Alf. J'ai vu l'expression sur ton visage quand tu racontais tout à Romane. Elle en disait des choses. Des choses fines, certaines contradictoires, du remue-ménage en dedans.
Je te tire mon chapeau, moi aussi. Le bénéfice de cette "surprise" de la vie ne sera pas que pour ta maman, tu verras Wink


Je voulais dire ça à Alf. Pour le déclic, je reviendrai certainement.
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Ysandre
Nonosse Tradamus dodo


Nombre de messages : 2551
Localisation : Alpha du Centaure, juste à droite
Date d'inscription : 10/12/2008

MessageSujet: le declic   Mar 7 Avr 2009 - 20:27

Hier encore... nous les gardions près de nous, ils s'occupaient des enfants, ils faisaient de petites tâches, ils tentaient de se rendre utiles pour ne pas avoir l'impression "de ne plus servir à rien !"
Je me souviens de papa qui s'est mis en colère parce que j'ai fait la vidange de ma voiture toute seule pour ne pas qu'il se coule sous elle ! il a pris une chaise et m'a regardé faire ! et puis, quand je suis sortie, le museau barbouillé de noir et les mains idem, il a rit ! Et je me souviens de son rire, comme si c'était hier ! Il n'avait fallut que ma tête de clown pour le dérider et c'était si bon, si bien ! pire !!!! il était fier que je l'ai fait !

ps Je n'ai pas voulu qu'il le fasse, il avait des problèmes cardio vasculaires et des étourdissements quand il s'allongeait et se relevait
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Le déclic   Mer 8 Avr 2009 - 4:06

sophiesuite a écrit:
Et puis ce soir-là, j'ai eu un "flash", j'ai fermé les yeux, et je me suis vue au futur sans lui.
Ben moi c'est l'inverse. Je me suis vue au futur avec lui.
ZE déclic qui m'a fait prononcer ces mots : je veux divorcer. Laughing

Exemple d'un autre déclic : une catastrophe naturelle. Inondations. Tout perdu dans la nuit. Résultat des courses : j'ai couru rencontrer un psy pour retrouver mon père et me délivrer d'une merde de vie.

Un autre déclic : l'ultime menace de l'homme que j'ai quitté en octobre "je vends la maison et je me barre". Réponse immédiate de ma part : "je cherche un appart, je ne te suivrai pas".

Un autre encore, au théâtre cette fois : une impro pas comme les autres, dans un état de "lâchage" si inattendu que j'en tremble encore quand j'y repense, et que je me souviens de la réaction complètement affolée du public. Depuis, j'ai compris ce qu'est "se lâcher".

etc. etc. une ribambelle de déclics, déverrouilleurs et fantastiques.

Citation :
J'ai observé beaucoup tout ça, j'ai observé ce processus étrange, interne, selon lequel nous assemblons des pièces de puzzle, nous nous "réorganisons" à l'intérieur, petit à petit... selon lequel aussi nous utilisons et recevons toutes les aides dont nous avons besoin pour ça, des petits signes de la vie, une phrase dans un bouquin, un truc chopé au hasard... tout vient aider à assembler le puzzle...
Et puis à un moment, pouf. Ca se fait, ça lâche, ça s'assemble complètement, enfin je sais pas comment le décrire, c'est pourquoi le mot de Romane est le meilleur qui soit : un déclic.
Clic.
Et clac.
On enclenche autre chose. La vie continue. On est toujours le même, et en même temps pas tout à fait.

En ce moment je suis dans une phase pré-déclic
Je sais, je sens que j'ai quelque chose à comprendre, je le sens s'assembler... et je sais que quand ça va "tomber" je vais encore être surprise. Et tant mieux

Oui et oui, et ter oui ! chinois

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9746
Age : 70
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Le déclic   Jeu 16 Avr 2009 - 22:05

Le "déclic" se produit quand on est prêt à "débloquer", dans le sens débloquage, (pas déconnade,) lol! Ou, quand on attend plus rien, mais on attend quand même, enfin, quand on est disponible pour qu'il se passe quelque chose d'autre dans notre vie!
Les pièces du puzzle se sont assemblées sans même qu'on s'en rende compte, et Déclic, ça arrive!!!

Un mot, un regard, une main qui se tend... Et tout bascule...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le déclic   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le déclic
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Squiby (Adoptables à nourrir par un clic pour évoluer)
» 3ème clic sur bouton magic mouse
» [AIDE] 1 clic = root
» Les génériques de Déclic Images - Les Shuudan'Stars
» un casier à bouteille avec un vieux clic-clac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: