Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Elise   Mer 15 Avr 2009 - 18:47

Réflexions autour d’Elise.

Elise du mot élision : action d’élider.

On élise une voyelle devant un h muet.

Hier soir au journal de vingt heures, Elise, trois ans, fermait la bouche de son père qui expliquait, ravi, aux journalistes avoir enfin récupérer sa fille, préalablement raptée par sa mère, bien que celle-ci à présent lui manqua. Cela fait maintenant plusieurs allers-retours pour cette petite fille entre sa mère et son père qui se la confisque successivement entre la France et la Russie. Il fallut (nous explique-t-on) la vigilance d’un policier hongrois pour que cette enfant ne retrouve non pas (pour l’instant) les bras de sa mère, mais ceux de son père. Ce dernier clame à son tour devant les micros des journalistes vouloir sortir de cette situation absurde après que la mère en fit autant sur les plateaux télévisés moscovites.
Comment la passion d’un couple de parents pouvant élider ainsi les droits de leur propre enfant occupe pour un temps le devant de la scène médiatique ? On suppose que l’enjeu qui déchire ces deux amants est autre chose que leur fille. Pourtant, à l’heure actuelle, on exhibe cette victime sur tous les écrans comme étant le problème insurmontable. Il devrait y avoir des réunions franco-russes d’experts en son nom, le gouvernement français planche sur de nouvelles lois censées protéger les enfants dits bi-nationaux.
Une enfant de seulement trois ans serait ainsi capable d’élider l’histoire de ses parents avec le tambour de toute la presse si friande de scoops émotionnels. Mais vous, parent ou enfant, que pensez-vous de l’utilisation ainsi faite de ce bébé ?
Revenir en haut Aller en bas
lasorciere

avatar

Nombre de messages : 804
Age : 52
Localisation : dans le berry chère à mon coeur
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Elise   Mer 15 Avr 2009 - 18:56

Les enfants seront toujours les souffre douleurs !!

Moi même je n'est pas eue d'enfant , la nature en a décider autrement , je trouve , pas normal des personnes qui ont le titre de PARENTS osent se battre par vengeance et non par respect .
Revenir en haut Aller en bas
http://birette18.skyrock.com/
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Elise   Mer 15 Avr 2009 - 19:08

Elle et tant d'autres, souvent les enfants sont les terrains de "jeux de guerre" des parents ; bi-nationalité ou pas, les conflits se passent à quelques kilomètres d'écart ou bien encore dans la même maison, la distance n'est pas le plus important. Quand les parents jouent tous les jours à "s'attacher" les faveurs de leur progéniture au détriment de l'autre, l'enfant en souffre autant. Et dans ces cas là, où la loi ne peut rien faire, que faire, sinon, essayer déjà de remettre de l'amour et de l'équilibre dans le coeur des hommes ?
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Elise   Mer 15 Avr 2009 - 20:12

Je pense à cette petite fille qui va grandir avec ces souvenirs. Comment va-t-elle se construire au milieu de ce désastre, quelles séquelles psychologiques va-t-elle en garder ?
Bien sûr, elle est un triste enjeu dans l'histoire intime de ses parents. L'histoire INTIME. Que font les médias autour de cela ? Je sais qu'on a probablement les médias qu'on mérite. Mais ça fait froid dans le dos.
Ces parents auraient sans doute bien plus besoin d'une aide psychologique que de journaleux leur tendant des micros.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Elise   Jeu 16 Avr 2009 - 3:23

J'avais aperçu des titres à ce propos sur le net, mais n'ai jamais pris la peine de lire de quoi il s'agissait.
Vic Taurugaux a écrit:
Comment la passion d’un couple de parents pouvant élider ainsi les droits de leur propre enfant occupe pour un temps le devant de la scène médiatique ?
Tu réponds toi-même à la question :
Citation :
...la presse si friande de scoops émotionnels.
Oui, le voyeurisme des gens qui, sans la télé ou le net, ne connaîtraient pas cette histoire, et donc ne s'y intéresseraient pas, et les médias n'en feraient pas leurs choux gras.

Comme je le dis souvent : jetez votre télé et découvrez un pan de liberté insoupçonné !

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Farouche

avatar

Nombre de messages : 3203
Localisation : Sud où il fait beau
Date d'inscription : 29/04/2008

MessageSujet: Re: Elise   Jeu 16 Avr 2009 - 11:51

filo a écrit:

Comme je le dis souvent : jetez votre télé et découvrez un pan de liberté insoupçonné !
Au risque d'être un peu hors sujet, je rebondis là-dessus, parce que pour le reste, je n'empilerais que quelques idées de plus, déjà élaborées, sur le tas.

Je ne la jette pas. Je l'éteins. Je choisis et trie ce que je regarde. Je peux ne pas l'allumer pendant 3 mois, puis me jeter dessus pour voir par exemple, comme mardi dernier le reportage "supersize me", ou un film que j'ai envie de revoir, ou autre chose.
Je comprends l'idée, mais, ne soyons pas intégristes Wink
Revenir en haut Aller en bas
http://laurencebarreau.pythonanywhere.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Elise   Jeu 16 Avr 2009 - 14:39

Elise existe. La preuve, je l’ai vue à la télé. Jeter ma télé n’ôtera nullement à Elise son existence. C’est réellement une enfant.

Ce qui par contre me préoccupe, et c’est le pourquoi de l’ouverture de ce fil, c’est, non pas sa (télé)vision attestant de sa présence, mais plutôt la façon dont ses deux parents tour à tour la regardent puis la façon dont, toujours tour à tour, ils nous la montrent.

A trois ans, l’intérêt d’un enfant est de jouer sinon à cache-cache (ce qui est un jeu encore très excitant) du moins de jouer à cache-tampon. On prend un objet, on le cache derrière un écran et le plaisir consiste à toujours l’y retrouver. En psychogénétique, on appelle cet amusement l’acquisition de la permanence de l’objet. Même hors de ma vue, l’objet continue d’exister. L’acquisition de cette certitude (je ne suis pas obligé de regarder tout le temps l’objet pour assurer son existence) soulage énormément le jeune enfant. Car cela vaut pour soi et pour Papa et Maman. Je vais à l’école, je m’y perds la journée durant au milieu de tous ces enfants semblables à moi, parfois, la maîtresse me dit mon prénom et cela agit comme une piqûre de rappel sur mon identité. A quatre heures ou après la garderie, Maman me retrouve et à ses yeux, je suis toujours le même malgré les nombreux bouleversements que m’a infligé ma journée de petit écolier. Car, moi aussi, je continue à exister vaille que vaille la journée durant en l’absence du regard parental.

Dans le cas d’Elise, la situation est inversée. Tout se passerait comme si l’existence de ses parents serait liée au fait qu’elle les regarde. Son père déclare : Elise a de nouveau son père, mais elle n’a plus de Maman. Je veux collaborer avec la justice pour nous sortir de cette situation absurde. Pendant qu’il dit ça, Elise cache son visage dans le cou paternel puis mais sa main sur la bouche de son père qui continue de dire aux journalistes que maman n’existe plus sans que personne ne réagisse à cette contre-vérité. Mais, visiblement, Elise est fatiguée.

A son âge, elle ignore que son endormissement, la fermeture de ses yeux risquent de livrer à nouveau ses parents l’un à l’autre. Que vont-ils devenir sans elle ? Pourraient-ils disparaître l’un et l’autre à la faveur de la nuit ?

A mon avis, il faudrait pouvoir convaincre ces deux pauvres enfants que, même si Elise n’est pas physiquement à leur côté pour toujours prendre soin d’eux, ils demeureront toujours ses deux parents. Leur nationalité n’a rien voir là-dedans. Ils ne sont ni l’un ni l’autre abandonné dans la forêt ou la toundra. Elise continue à tenir à eux deux même dans ses rêves. Dans le conte d’Hansel et Gretel les deux enfants n’ignorent jamais que leur sort est lié. Ils sont frère et sœur et même quand la sorcière les sépare demandant à la fille de nourrir excessivement son frère pour l’engraisser afin de mieux s’en régaler, jamais la petite fille n’oublie l’idée qu’ils s’en sortiront forcément tous les deux.

Il existe chez nombre d’adultes la croyance que les liens d’alliance valent les liens de sang. Que si, ils divorcent ou se séparent en tant que conjoints, alors leurs enfants risquent de perdre l’un de leur parent. Or, parents et enfants sont liés par des liens de sang. Des liens indéfectibles. Etre parent ou enfant, frère ou sœur, ce n’est nullement un contrat sur lequel on pourrait revenir… Même la mort n’y peut rien. On ne peut divorcer de son parent, de son enfant, de sa fratrie à l’inverse de sa femme ou de son mari.

Il faut espérer pour ces deux personnes qu’une identité retrouvée, celle de parents divorcés leur permettra de vivre autrement qu’aux crochets de leur fille. Car même si à trois ans, on croit encore que se sont les enfants qui font les parents, il faut que les deux adultes de cette histoire se souviennent que dans la réalité, c’est le contraire…
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Elise   Dim 19 Avr 2009 - 12:29

Hélas, chez certains parents, même mariés, l'enfant devient un enjeu et est donc mis dans un "rôle" d'adulte, avec deux parents-enfants. L'enfant se ressent alors comme responsable de ses parents, de leur bonheur, et il endossera tous les échecs, les disputes...
Je souhaite à tous les enfants du monde d'avoir des parents capables de dire "nous sommes les adultes", "tu es l'enfant", "NOUS sommes responsables de notre couple et de toi", "TU n'es pas responsable de ce qui se passe entre les adultes".
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Elise   Dim 19 Avr 2009 - 13:26

Rien ne peut effectivement défaire les liens de sang, ni la distance, ni le temps. A lire cette histoire telle que décrite par Vic, j'ai l'impression que les parents n'ont pas compris cela (ne savent pas ?). C'est quelque chose qui s'apprend par l'expérience, qui se constate j'ai envie de dire, pour s'ancrer dans le coeur et dans la conscience.

Triste histoire, répétée mille fois et si peu comprise...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Klimihi



Nombre de messages : 84
Age : 30
Localisation : Vagabond
Date d'inscription : 05/06/2008

MessageSujet: Re: Elise   Lun 20 Avr 2009 - 3:15

Oui l'histoire est lourde, mais je comprend pas pourquoi vous focalisez sur le lien de sang.
Je vois une petite fille qui dans son univers possède diverses choses dont deux qui sont présentes au premier plan, la personne de sa mère et son père. Je vois que l'histoire se répète régulièrement, et qu'elle en a marre. Cette situation ne lui apporte pas de bonheur. Elle sait que son père dit des bétises, car elle sent comme beaucoup d'enfant, l'émotion qui se cache derrière les paroles.

Mais quel rapport avec les liens de sangs? Regardez les familles en general, bonjour les emmerdes que ça apporte les liens de sang! Je vais prendre un exemple qui m'est propre.

Mes parents divorces quand je suis très jeune, ma soeur et moi on trouve ça genial d'avoir deux maisons et deux fois des cadeaux à noel Very Happy.
Mais les parents s'éloigne et nos choix d'enfants nous font aller vivre chez notre mère. Nous voyons notre père un week end sur deux et la moitier des vacances. Mon père se sent obligé d'organiser des trucs pour quand nous venons. Le rythme est dur à suivre, sorties, musés, cinema, voyages. Mais je m'éloigne de lui, j'ai l'impression que notre lien est artificiel, finalement nous discutons peu et certains week end nous aurions aimé pouvoir glander et faire la grasse mat. J'ai vécu pratiquement sans père.
Puis un jour grosse histoire avec ma mère, j'ai 18ans je rate le bac, je vais vivre chez mon père pour changer d'atmosphère. Et là je découvre enfin l'être humain. On a établis comme base de vie commune que nous étions collocataires et non pas père et fils, autorité et opprimé. Et je découvre un chouette ami avec qui le partage et la vie commune est un vrai bonheur. J'ai trouvé de l'amitier en mon père, et si je ne l'avais pas trouvé, c'est pas le lien de sang qui m'aurai obligé à passer du temps avec cette personne.

A l'age de la conscience et de l'emancipation, je pense que les enfants ont le droit de dire "vous êtes legalement et genetiquement mes parents, mais vivre avec vous fut un cauchemars, je vous laisse, j'ai décidé d'être heureux".
Le sacro saint lien de sang est une entrave. Les membres de notre familles sont des humains comme tout le monde. Ils ne devraient pas avoir plus d'importance. Un lien de sang ne peut rien face à un vrai lien d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Elise   Lun 20 Avr 2009 - 10:23

Je ne dis pas que les liens de sang assurent une meilleure qualité de la relation. On peut s’entendre bien mieux avec des étrangers qu’avec des membres de sa famille. Mais, j’insistais sur le fait que des parents qui divorcent, comme les parents d’Elise, peuvent imaginer perdre leur lien de parenté avec leur enfant du simple fait du divorce. Le père d’Elise déclare à la presse que le drame de sa fille est que revenue avec lui, elle n’a plus de mère de la même façon que lorsque sa mère lui avait raptée Elise, cette dernière n’avait plus de père. Tout se passe pour eux comme si le fait de ne pas partager le quotidien de l’enfant rompait le lien de parenté. C’est aux époux qu’il incombe d’avoir une vie commune : on se marie pour vivre ensemble. On contracte un engagement. Mais, la vie commune, les bonnes relations n’ont jamais fait le lien de parenté. Elles favorisent tout au plus le fait qu’on puisse fabriquer un enfant ensemble. Mais, la durée de la conception est relativement courte malgré les prouesses de certains. Que la vie commune s’arrête avec la partie de jambes en l’air n’empêche nullement la biologie de poursuivre, ou non, son œuvre.
Maintenant, je peux vivre toute ma vie à cent mille lieues de mon père et le détester de tout mon être : il demeurera toujours mon père et moi son fils. Alors que ma femme….

Cette idée, très mortifère, qu’on ne serait plus le parent de son enfant quand on ne l’a pas avec soi (pour douloureuse qu’elle puisse être) décharge souvent des adultes de leur responsabilité parentale. Je peux jouer à voler à son autre parent mon enfant puisque quand elle n’est pas là, je ne suis pas son parent. Je ne lui fais pas de mal. Au contraire, j’agis pour son bien. Car, une fois que je l’aurai à nouveau sous mon toit, alors je redeviendrai un parent attentionné.

C’est pas facile de penser que son enfant est vraiment une personne à part entière et non une simple émanation de soi. Quand le couple parental ne va pas trop mal, voir dans son enfant, les caractéristiques aimés de l’autre parent, les yeux de sa mère, certaines mimiques qu’elle lui a « chipées » alors tout cela m’aide à comprendre que mon enfant est réellement un autre que moi-même. Je suis heureux de voir comment ma petite fille de trois ans tente de singer sa mère pour faire la petite bonne femme. Elle est aussi de sa mère et donc sans doute autre et plus que la réunion de ses deux parents.

Mais, quand on n’aime plus l’autre parent, et même que parfois, on le, la déteste, alors il faut toute une gymnastique psychique pour continuer à demeurer 24h/24h et 7j /7j, l’un des parents de l’enfant de cette union qui n’existe plus. Penser et aimer son enfant même puis différent de soi, dans puis hors de sa maison est une capacité que les parents divorcés doivent acquérir plus rapidement que d’autres durant l’enfance de leur progéniture. Sans doute, n’est-ce pas toujours facile de devoir grandir si vite. Les autres parents restés en couple regardent souvent cela d’un mauvais œil. Ca leur fait peur. Imaginer vivre sans son tout petit. Ce serait certainement aussi dur que de perdre son doudou…

Donc, les liens de sang ne sont en rien un gage d’amour. Ils obligent par contre, faute de mieux, les parents au respect de leur enfant…
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Elise   Lun 20 Avr 2009 - 13:54

A mille pour cent d'accord avec toi, Vic.

Le divorce est un traumatisme en soi, il oblige à traverser une période variable de tourmente pour mille raisons concernant l'image qu'on se faisait du mariage, de l'union quoi (non administrativement, plutôt sur le plan humain de cette relation de couple faite pour construire), les raisons qui ont fait capoter cette union, les conséquences. Un divorce, c'est démolir un édifice, en quelque sorte, et repartir en chemin, en imaginant que peut être il y aura un jour un autre terrain à bâtir et deux autres mains pour ériger un nouvel édifice avec ses propres mains, mais en attendant, on est sur quelque chose qui ressemble à des ruines, avec tout ça épars et ça bouge en dedans.

Les enfants, quand il y en a, font partie du paysage ravagé et il faut apprendre autre chose autrement, ça n'est pas le plus simple à vivre, car s'ajoutent les sentiments de culpabilité avec pour certains, l'emploi du filet de survie pour arriver à surmonter ce sentiment : couper l'enfant de son autre parent.

Il faut tout un apprentissage rapide et efficace en soi, pour dissocier l'effondrement du couple et la pousse des enfants que l'on a fait avec celui ou celle dont on se sépare.

En fait, je dirais qu'il s'agit encore une fois d'une question de regard (tout du moins c'est ainsi que je le traduis). L'enfant n'est ni l'époux ni l'épouse, il est lui-même, issu des deux parents et ne doit être privé ni de l'un ni de l'autre. Avec quelque gymnastique matérielle, il est possible de parvenir à ce qu'il ne soit pas orphelin. Quels que soient ses rails, il doit rouler dessus pour avancer. Les deux rails.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Elise   Mar 21 Avr 2009 - 18:20

Romane a écrit:
Le divorce est un traumatisme en soi
Pour ma part, je pense qu'il est tout aussi ravageur de rester ensemble sans amour, car alors on choisit délibérément de montrer à l'enfant un monde faux, des parents qui font semblant de s'aimer. On peut ainsi leur communiquer "l'obligation" de faire de même. Tout sacrifier plutôt que de briser son couple.
Peut-être que divorcer, quand on le fait intelligemment, leur permet de comprendre que les choses ne sont pas forcément éternelle, que l'amour peut être éphémère sans être blessure, que la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Et que les changements ne sont pas des catastrophes. On leur offre ainsi la liberté de faire leur choix quand ils en auront en faire.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Elise   Mar 21 Avr 2009 - 18:24

Bien sûr, Lucaerne. Mais j'avais volontairement laissé de côté cette facette de l'autre traumatisme, puisqu'il est ici question des enfants déchirés par le comportement des parents séparés.

Ceci dit, évidemment ça existe aussi au sein du couple non divorcé, par d'autres moyens, d'autres manières.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elise
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Etcherelli, Claire] Elise ou la vraie vie
» Fée-Elise
» Elise Fontenaille
» Lotus Elise Mk1 / Mk2...
» Elise ^^

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: