Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qu'en pensent nos psy?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Vilain
Nain de Jourdain
avatar

Nombre de messages : 9160
Date d'inscription : 20/02/2004

MessageSujet: Qu'en pensent nos psy?   Ven 17 Avr 2009 - 17:42

Citation :
Erotisme et saleté: le drame de la souillure





Et si le complexe d’oedipe n’était pas le vrai problème? Dans son ouvrage L’érotisme ou le mensonge de Freud,
Philippe Laporte pointe du doigt le vrai coupable: nous avons peur de
la sexualité parce que nous avons honte de la saleté. Pipi+caca=sexe?






En 1982, Mary Higgins et Chester Raphael énoncent le fait suivant: “Parmi
toutes les fonctions du corps, c’est la sexualité qui est la plus
soumise aux interdits sociaux. (…) C’est un sujet embarrassant, qui
provoque gêne et culpabilité
”. Reste à savoir pourquoi. Pourquoi
la sexualité apparait-elle toujours transgressive? Pourquoi, même dans
les sociétés basées sur les cultes de la fertilité, ne doit-on faire
l’amour que la nuit ou dans le secret? Disséquant les mécanismes qui
régissent l’apparition des comportements sexuels, Philippe Laporte
suggère une explication: vers l’âge de 4 ans environ, nous apprenons
que les déjections sont nocives, qu’il ne faut pas jouer avec et qu’il
faut contrôler ses sphincters. Le tabou posé sur la souillure
corporelle semble commun à toutes les cultures.

Schneebaum relate son séjour en 1955 parmi les Akaramas, des
indiens de la jungle péruvienne, qui défèquent parfois selon lui à même
le sol à l’intérieur des habitations (…) mais cela n’enlève globalement
rien à cette vérité: comme le montre Hans Peter Duerr
(nudité et pudeur, 1998) la honte de la souillure semble bel et bien
universelle. Les seuls qui semblent l’ignorer sont les enfants
sauvages, en raison de leur isolement. N’ayant jamais été durant
l’enfance confrontés au dégout inspiré par les déjections de leurs
semblables, les schémas mentaux des inhibitions corporelles ne se sont
pas mis en place chez eux. Le résultat en est qu’ils ignorent également
tout désir corporel.
” Pour Philippe Laporte, il existe un lien direct entre la “saleté” et le désir.




Tel est son raisonnement: enfant, nous apprenons que les fesses sont
liées aux excréments; le sexe à l’urine et aux smegma. Comment s’aimer
soi-même quand on a appris, si jeune, à rejeter ce qui sort de notre
corps? Selon lui, il n’existe qu’une seule manière de surmonter ce
dégoût: l’érotisme. “L’érotisme est un travail de revalorisation
qui permet à l’être humain de satisfaire l’une de ses exigences
principales, celle de s’aimer entièrement.
” Assimilant la sexualité
à un véritable travail de cicatrisation, il définit donc l’érotisme
comme une manière de se réconcilier avec soi-même. “Dans le langage
populaire, des expressions comme “cul serré”, “cul pincé”, “constipé”,
“avoir un balai dans le cul”, etc, désignent toutes une inhibition dans
l’ouverture du bassin, une incapacité à la cambrure, au basculement des
hanches et à l’écartement des cuisses et des fesses. Et, autant pour
les hommes que pour les femmes, une incapacité à libérer l’énergie
affective retenue par les tabous corporels
”. En clair: il faut
pouvoir triompher de la honte pour devenir heureux en amour. Il faut
vaincre ses peurs. Il faut revaloriser cette partie de notre anatomie
que nous avons associé à l’idée du “sale”. Rien de moins évident.

La honte qui s’abat sur la région anale frappe en nous un point extrêmement sensible”, dit Philippe Laporte. Et pour cause: l’anus, c’est notre fondement. “Ce
n’est évidemment pas un hasard si le mot viscéral signifie “profond”,
“intime”, “sincère”, “inconscient”. Le mot tripes est souvent employé
pour évoquer ce qui correspond à l’intimité, à l’identité.
” Quant au hara, “centre
de gravité de l’être humain, qui occupe une place fondamentale dans les
arts martiaux et dans certaines formes de spiritualité orientales,
” ne se situe-t-il pas deux doigts au-dessous du nombril, dans les intestins?

De nombreuses personnes éprouvent un plaisir étrange à s’extraire
les points noirs de la peau. Certains se demandent à quoi est dû ce
plaisir. Elles sentent peut-être au fond d’elles-mêmes qu’il est
probablement dû à la ressemblance entre cette activité et la
défécation. C’est une constante de la psychologie humaine d’aimer tout
ce qui est perçu comme faisant partie de soi. L’égo s’identifie au
connu. Des draps, des vêtements, nous paraissent beaucoup plus sales
s’ils ont été salis par d’autres que nous, et ce n’est pas un hasard si
l’adjectif “propre” signifie à la fois “qui appartient” et “dépourvu de
souillure”. Notre analité ne fait pas exception à cette règle, elle
constitue notre intimité, et en tant que telle elle est investie d’une
puissante charge affective dont nous n’avons la plupart du temps aucune
conscience tant elle est refoulée. Tant que l’enfant ne ressent pas les
excréments comme une souillure, il n’effectue aucune fixation sur ce
thème. Mais aussitôt qu’il perçoit une pression par rapport à ce besoin
physiologique, fondamental… Il ressent l’humiliation et l’interdit peser
sur son intimité, son ventre, son anus donc sur ce qu’il a l’impression
d’être intérieurement.


Voilà pourquoi la sexualité, apparait comme une extraordinaire issue de
secours: elle nous permet de reprendre possession de notre corps tout
entier, de restaurer notre image corporelle et de nous laver de toutes
les souillures. “Au moment où les tabous sont transgressés, explique Philippe Laporte, les
stimulation de la région génito-anale est soudainement envahie par un
immense plaisir tactile. Cette région qui d’ordinaire ne subit
qu’ostracisme est tout à coup caressée et admirée.
” Les barrières
de l’opprobre tombent. L’énergie affective torrentielle, jusqu’ici
retenue par les inhibitions, se débloque tout à coup. Victoire. Nous
pouvons enfin, de nouveau, être nous-mêmes. Ce qui explique peut-être
pourquoi la sexualité s’accompagne si souvent d’amour. Mais c’est
encore une autre question, à laquelle Philippe Laporte consacre le
chapitre suivant de son livre, passionnante étude de tous les mécanismes
qui mènent aussi bien à la passion sublime qu’aux déviances sadiques ou
masochistes. Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les perversions,
enfin analysées sous un angle humain.
L'Erotisme ou le mensonge de Freud, de Philippe Laporte, éd.


source: http://sexes.blogs.liberation.fr/agnes_giard/2009/04/erotisme-et-sal.html
Revenir en haut Aller en bas
JoK
Poulet branché


Nombre de messages : 4997
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Ven 17 Avr 2009 - 17:47

Il n'y a pas de "spy" ici... Vilain. What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Ven 17 Avr 2009 - 17:54

Il suffit de voir la réaction des parents quand leurs enfants clapotent dans les flaques d'eau et tripatouillent la boue et de voir leur ardeur à se mirer dans le miroir pour comprendre qu'il faut à tout prix le beau, le beau, le beau. Or, y'a rien de plus agréable que de manger avec les doigts, se vautrer dans l'herbe et se gratter là où ça démange. Quant à l'érotisme et l'amour, j'vois pas comment faire pour passer à côté du sexe, voyez ? AngeR


J'suis normale, docteur ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Ven 17 Avr 2009 - 18:15

Peut-être que Philippe Laporte n’a jamais lu Freud ? Sinon, il ne s’approprierait pas si honteusement la paternité de la théorie sur le stade anal ni ne qualifierait le complexe d’Œdipe comme étant un problème. Maintenant, ce monsieur n’a acquis la propreté qu’à quatre ans. C’est plus généralement l’âge où d’autres apprennent l’art du mensonge. Il y a peut-être aussi quelque chose dans ses études qu’il a mal digéré….
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Sam 18 Avr 2009 - 20:52

Ton article est intéressant, Vilain. Le problème, c'est que je l'avais consciencieusement imprimé et affiché au-dessus du lit conjugal. Et pis môssieur a commencé à le lire, alors, je suis allée me faire une bôôôôté dans la salle de bain, et quand je suis reviendue, toute frétillante... môssieur dormait !

Rage


À part ça, je crois que Vic tord Hugo est contrarié...
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Dim 19 Avr 2009 - 1:50

Romane a écrit:
Il suffit de voir la réaction des parents quand leurs enfants clapotent dans les flaques d'eau et tripatouillent la boue et de voir leur ardeur à se mirer dans le miroir pour comprendre qu'il faut à tout prix le beau, le beau, le beau. Or, y'a rien de plus agréable que de manger avec les doigts, se vautrer dans l'herbe et se gratter là où ça démange. Quant à l'érotisme et l'amour, j'vois pas comment faire pour passer à côté du sexe, voyez ? AngeR


J'suis normale, docteur ?


Que tu sois "normale" Ro, j'ai des doutes mais suis d'ac 5/5 avec toi!

Ben oui, le mômes adorent se salir, les miens avaient inventé un jeu en creusant la terre du jardin, mettre de l'eau dedans et se coller de la boue partout, ce qui m'a valu des remontrances (euphémisme) de mon ex belle mère: "tu les laisse se salir comme ça"?
Ben, si ça leur fait plaisir, juste qu'à les laver aprés, d'ailleurs ils adoraient se laver au jet d'eau!

Manger avec les doigts, ben oui, si on a des doigts, c'est fait pourquoi? Les frites, la salade, les cuisses de poulet ou autres volatiles et j'en passe, c'est bien meilleur avec les doigts! Quel est l'ahuri qui a inventé la fourchette? Lol!

J'ai tisoit oublié ce que j'ai pu lire de Freud!

L'Erotisme relève du sacré, sans sexe pour l'atteindre, je connais pas le portail dimensionnel correspondant si tant est qu'il existe, et sans amour le sexe n'est que du cul ce qui ne présente qu'un "coup tiré" vite fait ce qui ne présente aucun interêt et n'a aucun rapport avec l'érotisme ni l'amour...

Et je vois pourquoi on serait obligés d'attendre la nuit pour faire l'amour si on en a envie en même temps que l'aimé, parce que faut être deux, lol!

Et les doigts ne servent pas qu'à manger, on peut faire plein de choses "érotiques" avec!

J'ai déjà du le dire quelques part, mais si la sexualité est l'objet de tant d'interdit, de tabous et machins qui cherchent à faire honte à ceux qui la pratiquent sans complexe, à empêcher les amants de s'aimer librement, c'est pas tant que les organes génitaux sont aussi ceux de l'excrétion, c'est que c'est de "reproduction " qu'il s'agit, et là...

Pas le droit de se servir de son corps pour aimer son amant/amante, juste pour lui dire qu'on l'aime, juste pour se faire plaisir, se partager, se rencontrer, se connaître, se trouver ensemble...

mdr Luca, tu devrais plutôt afficher des extraits du Kama Sutra au dessus du lit conjugal, ça lui ferait peut être plus d'effet!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Dim 19 Avr 2009 - 13:58

P'tain ! S'il fallait ne faire l'amour que pour se reproduire, pour moi ça serait deux fois (une fois y'a 24 ans, une fois y'a 20 ans), j'vous dis pas l'overdose... mdr


Tripatouillons, mes frères. Ange

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Dim 19 Avr 2009 - 14:32

J'ai une fois de plus que toi Ro: 73, 80, 82...
Sur 61 balais, ça pas lerche!

Mais comme j'ai aucune morale, me suis offert des extras, lol!

Des gens se sont battus pour qu'on soit libres de nos corps, entre adultes consentants, même si certaines pratiques me laissent dubitative, chacun fait ce quil veut.

Loi sur la contraception, passée de justesse, mais passée.
Légalisation de l'IVG, passée aussi et revotée de justesse...

Mais encore une fois, restons vigilants, ces lois peuvent être remise en cause, il y a toujours des lobbys qui travaillent à nous empêcher de nous servir de note corps comme on l'entends!

Aimer, de tout son corps, de toute son âme, ça fait du bien, ça rend heureux, ça libère, on devient meilleur avec les autres! Alors si on se met à y croire, danger , danger, des fois qu'on appliquerait à la lettre les preceptes de l'Evangile qui parle d'abord d'Amour!

Et si on touche le "sacré" qui n'a rien à voir avec les religions de tout poil, on échappe à tout contrôle.
Peuvent pas supporter ça nos intégristes, dirigeants et autres moralisateurs...
Twisted Evil Twisted Evil Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Dim 19 Avr 2009 - 15:11

Le balisage tue l'homme à petit feu.
Certains consultent parce que leurs penchants sexuels en font des obsédés, d'autres consultent parce qu'ils sont en manque. Mettons qu'il s'agisse de problèmes dûs à X source etc.

Hors ces deux cas de figure un peu particuliers, qu'on foute la paix au monde. S'il paraît que ce n'est pas propre de faire touche-pipi avec celui ou celle qu'on aime, comment se fait-il que nos braves et beaux présentateurs d'émissions à la con, posent ces questions vachement existentielles aux stars qu'ils reçoivent sur leur plateau à purin, style : quelles sont vos positions préférées, vous faites ça combien de fois par mois (semaine/jour) etc.

Un de ces quatre, on assistera en direct aux gros plans sur ce qu'on n'a pas besoin de voir. Et tout ça cohabite tranquillement avec la notion du propre.

Ben moi j'dis qu'ils sont plus dégueulasses dans leurs intentions plateau télé et tout le tralala. Pas sain, tout ça. Pas sain.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Dim 19 Avr 2009 - 22:27

Romane a écrit:
Un de ces quatre, on assistera en direct aux gros plans sur ce qu'on n'a pas besoin de voir. Et tout ça cohabite tranquillement avec la notion du propre.

Ben moi j'dis qu'ils sont plus dégueulasses dans leurs intentions plateau télé et tout le tralala. Pas sain, tout ça. Pas sain.

Bien dit Ro!

Que la "morale" qui veut nous brimer cohabite avec ce voyeurisme, enfin, on montre pas encore, pour voir restent les films pornos qui n'ont rien à voir avec l'érotisme!

La pudeur aussi ça existe et certaines choses relévent du strictement privé.
en gros, on fait ce qu'on veut de son c.. mais on l'étale pas à la une!
Ca, ça me dégoûte!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 0:52

Je lis dans l'article en tête de fil :

De nombreuses personnes éprouvent un plaisir étrange à s’extraire
les points noirs de la peau.


mdr mdr

Ben oui. D'autres adorent se coller les doigts dans le nez, paraît que ça détend. Et alors, ben et alors voyez, là, je suis perplexe : on va continuer à étudier à la loupe ce genre de connerie moyennant subventions gigantesques, alors qu'on pourrait plutôt filer du fric à ceux qui crèvent de faim.

Cette fois, je ne ris plus.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 12:15

"En clair: il faut
pouvoir triompher de la honte pour devenir heureux en amour. Il faut
Vaincre ses peurs. Il faut revaloriser cette partie de notre anatomie
que nous avons associé à l’idée du “sale”. Rien de moins évident."

Non, c'est pas évident, pas évident du tout, la déshinibition se travaille, enfin, c'est pas le mot, juste, ça se passe dans ta tête d'abord.
oser, toucher et se laisser toucher,, se découvrir capable de ...

Mais quand on arrive à déjà l'approcher, c'est un pas vers le bonheur avec le partage de l'autre...

Et pas besion 'détudes" à n'en plus finir qui ne fservent aux "spécialistes" de tous poils qu'à se faire plaisir et n'apportent rien aux communs des mortels qui se débrouille tout seul au bout du compte...

J'aime bien le mot "viscéral" Parce qu'il dit bien d'où ça vient, du fond, du tréfond de soi... ca s'explique pas, ça se vit!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 13:59

A mes yeux ça va bien plus loin que la simple notion de saleté pendant l'amour. Il suffit de regarder la vie en entreprise, les couvertures des magazines, la tendance globale, pour comprendre qu'on s'attache au miroir-ô-mon-miroir-dis-moi-que-je-suis-le-plus-beau, et qu'on oublie que nous ne sommes pas faits que de parfum et de paysages tirés à quatre épingles.

C'est pas plus compliqué que ça.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 14:56

Freud a fait découvrir l’importance de la sexualité dans le fonctionnement du psychisme humain à une époque ou ladite sexualité provoquait bien des malheurs. Souvent, à l’époque, une partie de jambes en l’air se terminait plus tard par la mort en couches de l’hypothétique mère et de son bébé. Les maladies vénériennes n’étaient que l’enveloppe supérieure des nombreux désagréments qu’entrainait le fait d’avoir des relations sexuelles. Pour prévenir ce que les médecins ne pouvaient encore soigner, la religion couvrait d’opprobre tout comportement aventureux en dehors de la possible sécurité d’un foyer.
Il ya de cela quelques décennies, deux, trois ou quatre générations tout au plus, la sexualité était fortement liée à la mort. On faisait des enfants aussi bien qu’on les perdait. Quand aux amours déçues, il serait vain de vouloir en parler. Seuls quelques romanciers fortunés s’y employaient. Le romantisme étant d’abord un privilège de la bourgeoisie.
Cette méconnaissance historique de la longue progression du savoir sur le corps peut aussi expliquer les contre-vérités proférées par Monsieur Laporte. Il s’intéresse au stade anal bien après qu’un médecin comme Freud qui a quarante ans quand meurt Louis Pasteur éclaire la science de ses avancées. L’anachronisme de son propos explique sans doute le décalage temporel qu’il fait qu’il confond un enfant cinq ans avec un autre de deux ans. Ceux sont pourtant deux êtres à la pensée bien différente.
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 15:28

T'as raison Vic en ce qui concerne la découverte du fait que nous sommes des êtres "sexués", sauf qu'il a fallut qu'un Freud le dise pour qu'on puisse éventuellement le savoir! Fin XIXème, on y a mis le temps!
Pasdrole

Enfin historiquement, cette "réalité" date de bien plus longtemps sauf que pour des motifs qui m'échappent encore, on a voulu la nier!

Je ne me situe pas sur le plan "Psy", mais sur le plan "nana" donc sexe féminin, donc désir , envie et j'en passe!
Sur la simple dimension du "vécu" de moi, ça paraît trés narcissicique, mais c'est ce que je connaît le mieux, scusez!

Et l'historeinne sait que si ont faisait plein d'enfants mais que trés peu vivaient longtemps, sauf qu'à force de faire des enfants ça finissait pas tuer la mère qui n'était qu'une "pondeuse", et souvent trés jeune parce qu'on prenait les petites à peine pubères!
Ca voulait pas dire que les parents n'aiment pas leurs enfants, mais que le contexte étant ce qu'il était, ils savaient que leurs "petits" pouvaient ne pas durer.
50% des enfants qui naissaient ne vivaient pas au delà de leur première année, et sur les 50% restants, , 50% n'atteiggnaient pas 20 ans, ce qui porte le pourcentage de survivants à une moyenne de 30 ans d'âge!

Mais là, on est plus dans ce contexte! On est au XXI ème siécle, enfin, selon le calcul des humains et encore une fois on fait "Entre Adultes Consentants", je sais je répéte mais la violence sexuelle, bon, je passe, , insupportable.
Entre "adultes consentants "ont fait ce qu'on a envie de faire, même si, au risque de répéter, (me dit pas que c'est un de mes multiples défauts, je sais), certaines pratiques me laissent pour le moins dubitative parce que je me demande comment on peut consentir à ça, mais bon, c'est ceux qui le font que ça regarde!

Mais qu'on ne cherche pas à m'empêcher de dire à l'homme que j'aime en plus des mots qui sont souvent trop faibles, avec, mes gestes, avec mon corps que je l'aime!
Qu'on ne fasse pas de l'"Amour Physique" une chose honteuse et en même temps commerciale!
Bref, laissez nous nous aimer comme on en a envie et le corps n'est pas un "instrument" c'est un moyen de dire quand c'est partagé.
Parce que le "Partage" est absolument essentiel, être sur la même longueur d'ondes pour faire ce qu'on a envie de faire ensemble, à deux , une façon de dire "je t'aime" sans mots!

Suis claire, là pour une fois?

CF:Jem'auto pub, Embarassed dans "Déroulement d'une Spirale Triple" : "Et le port attendra", ça dit bien ce que ça veut dire!
Revenir en haut Aller en bas
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 19:22

Les motifs sont selon moi liés au risque énorme de la sexualité. Méconnaitre les femmes, c’était méconnaitre alors le malheur. On ne fonctionne pas différemment aujourd’hui avec le tiers-monde. On sait qu’il existe, d’accord, qu’il souffre également, mais que voulez-vous qu’on y fasse ? Le statut de la femme n’était plus guère enviable il y a peu de siècles. Elles mourraient si facilement avec leurs enfants. On ne base pas une économie sur la philanthropie.
Les progrès médicaux dans les soins apportés aux femmes et aux enfants ont changé la donne. Viables, les unes et les autres devinrent investissables. Enfin, elles devenaient synonymes de vie. On se demande encore qui du poète qui les célèbra ou du médecin qui leur assura la vie fut le premier à s’intéresser à elles.
J’ai été étonné dans mon travail en ce que les mères qui me consultent ne me révèlent que maintenant la douleur subie lors de fausses couches. Sans doute un privilège de l’âge car quand j’étais plus jeune, on ne m’en parlait pas. On réservait cela à mes consœurs, seules à même de comprendre.
Comme s’il subsistait toujours chez les femmes cette honte à souffrir de la perte d’un futur enfant. Sans doute, demeure-t-il inélégant d’em…er les hommes avec ça….
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 19:46

Encore une fois je te rejoins, Vic.

Il n'y a pas si longtemps (et je me demande même si ce n'est pas toujours en vigueur !), les femmes étaient regardées de travers en raison de leurs règles. On attribuait à cette période mensuelle toutes sortes de méfaits, et de ce fait on interdisait aux femmes un tas de trucs au prétexte qu'elles allaient faire tourner des aliments ou autres réjouissances diverses.

La méconnaissance dûe à un tas de facteurs, y compris les tabous, auront empoisonné la vie des femmes, et elles-mêmes, plongées dans ce sentiment honteux, coupable de saleté, auront mis du temps à comprendre...

Quand même, j'ai un autre exemple qui me vient en mémoire : un homme qui frappait un enfant pour l'empêcher de manger avec ses doigts... cerise sur le gâteau, ce type ne se lavait pas et puait la transpiration à vingt mètres à la ronde.

Bref, entre les règles de l'éducation, les tabous, les inconnues, comment voudrait-on que tout soit limpide...

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 19:50

Que j'opte pour le poèe ne te surprendra pas!

Il a été le 1er à aimer et à dire, le médecin, soigne, le poète amant/amoureux aime, on est plus dans la même dimension!

Honte de la "fausse couche" peut être quand d elle est invonlaire, j'ai pas vécu, je connais pas!
Volontaires IVG, quand c'tait encore illégal, , , je sais j'ai fais, et volontaire aprés, par choix, j'ai fait 3 petits!
Choix, amour, volonté, sans honte, parce qu'à ce niveau, la "pression sociale" j'ignore!
Je suis femme, j'ai mis longtemps à l'apprendre comme disait Simone "On ne naît pas femme on le devient" avec un prix lourd à payer, les mecs sont mecs par principe, et ont tous les droits et encore plus de nos jours quoiqu'on en dise ou fasse semblant de croire!

Mais là, on dévie un peu, à la base et s'il est là pour me dire si je me gourre, celui qui a lancé le fil voulait parler "d'Amour" y compris physique, , je crois!
Rajout aprés avoir lu Ro.
Les "menstruations" sont liées, je sais je répéte mais ç'est, à la reproduction, c'est l'ovulation qui machin..; Et ce "sang menstruel" faisait et fait toujours peur!
En ce qui me concerne, je j'ai vécu sa fin comme un soulagement et je me me sens pas moins femme et capable d'aimer physiquement et avec le plus qui fait que le physique n'a pas de sens s'il n'est que physique!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 19:58

Tryskel a écrit:
Mais là, on dévie un peu, à la base et s'il est là pour me dire si je me gourre, celui qui a lancé le fil voulait parler "d'Amour" y compris physique, , je crois!

Le fil serait bien pauvre si l'on se bornait à cloisonner et je ne vois pas personnellement une quelconque déviance dans le fait de parler des fausses-couches ni même de l'image clean qu'impose notre société dans sa manie de paraître. Au contraire, tout me semble lié, et bel et bien faisant partie d'un ensemble.

Si l'on parle d'amour, on pourrait commencer (comme d'habitude) par parler de l'amour universel, qui consiste notamment à aimer son prochain comme soi-même, c'est-à-dire apprendre à s'aimer soi, c'est-à-dire apprendre de quoi soi est fait pour comprendre de quoi autrui est fait, et d'en retirer la conclusion imparable que nous passons tous sur le trône, nous transpirons, nous sommes en possession de doigts pour toucher, nous marchons sur le bitume mais aussi dans la gadoue, et que la vie est celle là et pas une autre.

L'érotisme n'est qu'une petite partie d'un sujet bien plus global, à commencer par l'hygiène mentale qui ferait bien d'arriver au galop pour nous aider à nous sortir de notre phobie du grain de poussière ou de la tache de graisse ou tout simplement de l'imperfection.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 20:17

Si Dieu dit que le fil ne s'emmêle pas, je veux bien croire!

Alors oui, j'ai assumé, 2 refus d'enfants, j'étais pas prête, c'était illégal, je l'ai fait.
Mais quand je me suis sentie prête , des mômes, j'en ai fait 3 en toute conscience de faire des mômes, , sauf, que, je les porté et élevé seule parce que je n'avais touché qu'un "géniteur", mais ça, c'est une autre histoire!
Femme, libre, refus de maternité, femme libre acceptant et voulant être mère... Femme je dis bien Femme! Et encore femme qui ose aimer à cette heure de son âme et de son corps!
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 20:34

Certes, je crois que nous avons tous bien compris que tu vis librement comme ceci et comme cela.

Sauf que là encore est un cloisonnement qui m'ennuie un peu. Car je ne vois pas en quoi seules les femmes seraient en cause. Beaucoup d'hommes aussi ont la phobie de la saleté. Certaines religions entretiennent savamment la chose dans l'esprit de l'homme, notamment.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 21:06

Côté "sale" oui, ça craint que ce soit mâle ou femelle!

Aux débuts disons jusqu'au XIIIème siècle, on se lavait tout les jours, on prenait des bains, entre homme et femmes et nus et ça gênaient personne!
C''était pas une question de cul mais de "santé" tant physique que mentale, pis des ont décidés que mâles et femelles nus ensemble pour se laver ça pouvait donner des "idées" , probable que ça en donnait et peut être pas tant que ça puisque on pensait qu'être nus pour se laver c'était normal, vous vous voyez vous doucher ou plonger fringués dans votre baignoire???? On pouvait être à plusieurs (mais entre hommes et entre femmes) dans la grande cuve, en gros les thermes romains la technique en moins!

Et pis donc des ont décidé que les bains étaient "émolients" donc nocifs et que surtout on pouvait se laver, limite, (ça c'est les XVII, XVIII, XIXème), mais parce qu'il fallait se laver en ne regardant pas ses "parties intimes", de là à pas les toucher donc de là à pas les laver, vous raconte pas les odeurs!
Les laver c'était les toucher, savez comment faire autrement vous, se laver sans se toucher?

Même qu'on avait inventé des chemises de nuit avec une tite trappe juste pour que Mr sorte l'objet pour honorer Mme qui soulevait à peine sa chemise de nuit, pas question de se voir nus, ni de dormir ensemble sans aucun vêtement! Ca Mr y avait droit au bordel qui était conçu pour, mais Mme était confinée à la maison pour s'occuper des enfants (forcément légitimes estampillés Mr Mari, lol) et diriger les domestiques!

Et ce qu'on a appellé Hygiène dans les années 30, c'était une autre conception qui n'était surtout pas sexuelle! Limite (franchie allégrement par certains facho) mais pas de sexe, surtout pas parce le sexe librement consenti... voir plus haut...
Se baigner ou se doucher à deux, risque qu'on fasse pas que se savonner, lol, et pis sortir tout beaux tout propres, tout chauds l'un de l'autre pour se chauffer encore plus!
C'est t'y pas joindre l'utile (hygiéne) à l'agréable (amour)?
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Lun 20 Avr 2009 - 21:18

Si Vic passe par là, j'ai une question ; est-ce qu'il y a un lien "judicieux" (donc non négatif) entre l'analyse psy saleté/sexe et les interdits relatifs au sexe balancés par la religion quelle qu'elle soit ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Mar 21 Avr 2009 - 10:27

Pour les psys, le stade anal correspond à un temps dans le développement de l’enfant où celui-ci conquiert enfin la « maîtrise » de la totalité de son corps. Le développement de son système neuro-musculaire se termine et son cerveau est désormais capable de commander à des groupes musculaires aussi périphériques que ceux dirigeant les fonctions sphinctériennes. L’enfant ne dépend donc plus de Maman ni des couches pour tout ce qui concerne le pipi et le caca. Mais, bien que félicité d’être propre, l’enfant s’aperçoit que ses propres « créations corporelles » n’intéressent pas grand monde. Les grandes personnes sont plutôt focalisées sur les mots qu’il produit de mieux en mieux avec sa bouche, les jeux auxquels s’adonnent ses mains, ses jambes etc… En fait, les adultes sont plus intéressés par ce qu’il fabrique symboliquement que son pipi ou son caca pourtant bien réels. De plus en plus, pour interagir avec lui, on ne manipule plus son corps comme lorsqu’il était bébé, on lui parle et on lui dit de manger tout seul avec sa cuiller, de marcher en donnant la main plutôt que d’être continuellement porté sur les bras, tout le monde paraissant plus fier de cette conquête d’autonomie qu’inquiet de la perte de quoi que se soit.

Mais, tout comme il existe des parents inquiets de la perte de leur bébé quand celui-ci grandit, il existe des églises qui craignent la désaffection de leurs fidèles. Un peu comme si un bébé ou un fidèle n’étaient pas des sujets à qui on peut parler et qui trouveraient en cela suffisamment d’amour, mais plutôt des objets à contraindre et qu’on garderait dans son giron ou qu’on expulserait à l’envi un peu comme on le fait avec le caca. On mettrait en place des systèmes éducatifs, religieux visant à s’approprier le plus possible des esprits qui, nous nous en doutons bien, ne penseraient qu’à s’égarer du chemin vertueux dans lesquels nous nous efforcerions en vain de les maintenir. Pourtant, ce ne serait pas faute de prévenir ces derniers du vice, du péché, de la souillure dans laquelle ils se vautreraient complaisamment si nous délaissions un temps soit peu notre férule. Malheureusement, plus nous les culpabiliserions de ne pas toucher au sale, plus cela les intéresserait.

J’ai reçu hier, une jeune fille de 15 ans, extraordinairement belle, qui à le profond sentiment de ne pas être aimée. Pourtant, elle dépense beaucoup d’énergie à se rendre aimable. En vain. Elle bénéficie depuis quelque mois d’une famille d’accueil non pas parce que sa maman, alcoolique et toxico la délaisse depuis plus de cinq ans, mais parce que son père qui s’occupait d’elle est de plus en plus impotent. Il a une arthrose importante qui l’empêche de se servir de ses mains et surtout un problème de poids tel qu’il en est devenu grabataire. Il espère qu’une opération à l’estomac va bientôt le guérir et qu’il pourra de nouveau s’occuper de l’éducation de sa fille.

Celle-ci revient pourtant tous les week-ends le voir. Elle s’occupe de nettoyer l’appartement pendant que son père regarde son carnet de notes. Si la moyenne de la jeune fille chute, alors il lui demande de venir s’agenouiller auprès de lui pour qu’il puisse encore lui mettre une gifle. Il insiste également énormément sur son hygiène corporelle de jeune fille, lui-même, transpirant beaucoup et ayant beaucoup de mal à se laver. Bien sûr la jeune fille obéit aux injonctions paternelles de peur que celui-ci ne l’aime plus. Ainsi, le premier jour qu’elle a passé chez son assistante maternelle, elle a pris trois bains.

Comment des parents victimes d’une telle déchéance corporelle du fait de leur dépendance soit à la boisson soit à la nourriture peuvent-ils encore garder l’espoir d’être aimables pour leur enfant ? Pourtant, pour la jeune fille, l’idée qu’elle ne les aimera plus est bien trop cruelle. Depuis qu’elle est placée, elle oscille de plus en plus entre ce qu’elle ressent et son « devoir » d’enfant. Bien sûr, elle a déjà beaucoup fautée, son père lui rappelant souvent que s’il a perdu sa dernière femme, c’est à cause d’elle qui s’est mal conduit. D’ailleurs, et tout le monde est d’accord là-dessus, elle ressemble de plus en plus à sa mère… Elle pourrait profiter de son placement pour le quitter…

Cet exemple pour illustrer le lien étroit qui peut parfois exister entre morale, religion et analité. Parfois, les parents, les familles, les églises prêchent un message paradoxal à leur ouailles et qui est à peu près toujours le même : de gré ou de force, nous allons t’obliger à aimer…
Revenir en haut Aller en bas
Tryskel
Miserere mei
avatar

Nombre de messages : 9703
Age : 69
Localisation : A l'Ouest d'Avalon
Date d'inscription : 25/09/2007

MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   Mar 21 Avr 2009 - 11:15

Interessant Vic ton exemple et bien plus courant qu'on ne crois parce que ça se dit pas, sauf dans le secret des bureux psy (j'allais dire cabinet, lol).

Mais je crois quo'il est impossible d'OBLIGER A AIMER" parce que l'amour ne se commande pas, et qu'imposé à coup de baffes ou de férule, on obtient l'effet contraire. Il ne peux en aucun cas être une contrainte!

La propreté peut être obsessionnelle, combien d'ados par réaction refusent de se laver, ne serait ce que pour montrer une résistance aux parents? En général, ça ne dure pas!

Mais il parît que Napoléon quand il rentrait de campagne, écrivait à Joséphine: "Ne te lave pas, j'arrive!"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qu'en pensent nos psy?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qu'en pensent nos psy?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Warner] Ce que pensent les hommes (2009, Ken Kwapis)
» Croyez vous que les animaux Pensent ?
» Que pensent vos parents du PenSpinning ?
» Pourquoi les hommes ne pensent pas comme les femmes ?
» Ce que ses Co-Stars et amis pensent sur lui ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: