Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rencontre nocturne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Rencontre nocturne   Mer 22 Avr 2009 - 15:05

Rencontre nocturne



Je me souviens d’un moment de ma vie, qui marqua le début de nouvelles expériences intérieures.
J’étais alors stagiaire dans une exploitation agricole.
Ma première journée n’avait pas très bien commencé.
En montant au grenier pour aider mon « maître de stage » à poser de la laine de verre, j’avais passé la jambe au travers de son plancher pourri ; le genre de trucs qui n’arrivent qu’aux autres, et à moi.
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, et déclenche en général un processus en chaîne, c’est à la nuit au moment de m’écrouler dans mon lit, transie de fatigue, que je me rendis compte que le trou donnait, devinez où, dans ma chambre…
Il ne pouvait en être autrement, j’ai toujours appris à travailler avec application.
Considérant la chose tout en me déshabillant, j’avoue que j’étais à peine rassurée ; il y a toujours tout un tas de trucs qui traînent dans les greniers, des trucs qui n’attendent qu’une ouverture pour venir nous tourmenter.
Puis, la fatigue prenant le dessus, elle me raisonna malgré moi et m’obligea à m’écrouler sous les draps pour ne plus penser à rien.
Au début, ça marcha ; je commençais même à m’endormir.
Et puis, il y eut ce terrible bruit.
« scritch–scritch… »
J’ouvris les yeux instantanément, oubliant tous mes rêves de sommeil.
«scritch–scritch… »
Nom de – qu’est-ce qui peut bien faire « scritch-scritch » ?
Une fois de plus, ma raison s’éleva contre tout un tas d’idées saugrenues, et j’en déduisis finalement qu’il s’agissait certainement – d’un rat. Oui, un rat, bien sûr, il est descendu par le trou ! Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir d’autre dans un grenier ?
Bien entendu, les habitants de la maison n’avaient pas daigné laisser à une stagiaire une petite lampe de chevet. L’interrupteur se trouvait donc près de la porte, autrement dit, à l’autre bout du trou noir dans lequel grouillait la bête…
Là, j’avais un sérieux problème.
Tapie dans mon lit, j’essayais d’entendre d’où venait le bruit précisément.
Le rat n’allait pas monter sur mon lit, non, ça ne s’est jamais vu, enfin, je crois–
Apparemment la chose se tenait dans un coin.
Bon sang, le coin où était mon sac ! Oui, le « scritch–scritch… » venait de là ! Je ne pouvais pas laisser la bête fouiller dans mes affaires, les dévorer, uriner partout !
Mon sac se trouvant dans le coin opposé de celui de l’interrupteur, je me dis que j’avais peut-être une chance d’y arriver saine et sauve, puis de plonger sur mon lit, seul endroit où je trouverais la sécurité.
Je pris donc tout mon maigre courage et je bondis tel un faune handicapé, jusqu’au bouton magique.
Et la lumière fut- j’étais déjà en plein envol de retour.
Rien.
Je ne voyais pas la bête.
Dans un silence tétanisé, du haut de mon lit, je fixais mon sac.
« scritch–scritch… »
Bon sang, il est planqué dans le sac, je ne vois rien bouger !
« scritch–scritch… »
Bon, le seul moyen de le faire partir, c’est de remuer le sac. En me débrouillant bien, je devrais pouvoir attraper la lanière sans quitter le lit.
Une, deux – j’y vais – ça y est, je le tiens, je tire –
Rien.
Et ça recommence, « scritch–scritch… ».
Sur le coup, je ne l’avais pas vue, puis au « scritch–scritch… »suivant, mes yeux se posèrent sur elle – l’Araignée.
Elle était, énorme.
Elle essayait de monter le long du mur et agitait ses deux immenses pattes avant. Mais le papier peint était décollé à cet endroit, elle n’avait pas de prise et ne parvenait qu’à produire ce petit bruit qui m’avait tant intriguée.
Je me rendis alors compte qu’il y avait plus horrible que la perspective d’un rat.
Je n’aime pas les araignées, j’en ai une peur bleue.
Il m’était tout à fait inconcevable de dormir dans la même pièce qu’elle ; et vu que je ne pouvais pas en changer, il fallait que ce soit elle qui parte.
Il était bien sûr hors de question que je la tue, ça ne fait pas partie des mes aspirations. Quant à m’en approcher et tenter de la capturer, plutôt mourir…
Je dû donc opter pour la solution qui me semblait la plus appropriée, voire, l’unique : entrer en communication avec elle.
Je me dis que l’animal ayant un vocabulaire peu étendu, je devais choisir plutôt la télépathie, rapide, efficace, silencieuse.
Je fixais donc la bête, déployant toute mes énergies ondulatoires pour lui inculquer l’idée de bouger, tant qu’à faire, vers la sortie.
Rien.
Je ne devais pas utiliser le bon canal de transmission, ou peut-être, finalement Madame Rignée n’avait pas de cerveau. Ça allait compliquer les choses.
Etant d’un naturel têtu, je continuais à me concentrer en simplifiant de plus en plus le message, finissant par transmettre directement l’image du coin où elle devait se rendre.
Au bout de deux heures d’une dépense d’énergie portée à son plus haut point, l’arachnée avait daigné avancer de la moitié du parcours, ce n’était pas si mal, mais, insuffisant. Elle se trouvait désormais collée à la plinthe en face de mon lit et refusait à nouveau tout mouvement.
Le taux d’adrénaline qui m’avait submergé commençait à décliner sérieusement et je sentis mes yeux s’accrocher à mes paupières pour les baisser.
Je tins une demi-heure de plus, avant de décider qu’elle était juste lente et qu’elle avait saisi le message. Aussi, se rendrait-elle sûrement à la sortie d’ici quelques heures. Je pouvais bien dormir finalement, elle n’oserait pas s’approcher de moi, elle avait compris.
Par mesure de précaution je fis un dernier effort pour installer des barrières mentales autour de mon lit, avant de m’écrouler, vidée.
La nuit se passa sans encombre ; et lorsque je m’éveillai au matin, ma première pensée, fut pour Elle…
Je scrutai la pièce de fond en comble, un soupçon d’angoisse dans la gorge.
Rien.
Rassurée, je me levai, un peu vasouillarde, mais contente que mon plan ait fonctionné.
C’est en franchissant le seuil de la salle de bain, que j’eus le choc : le cadavre de l’araignée était là, en plein devant l’entrée…
Apparemment, certain avait choisit une solution plus radicale de régler le problème.
Je ne pus m’empêcher d’avoir une remontée acide dans la bouche, c’était peut-être moi qui l’avais conduite là…
Puis, une autre pensée m’envahit.
Je prenais soudain conscience, que mon évolution dans le monde qui m’entourait, n’allait pas être facile...
Revenir en haut Aller en bas
Shan



Nombre de messages : 1176
Date d'inscription : 01/06/2008

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Jeu 14 Jan 2010 - 17:19

Great thunder !! mdr

Faudrait en faire une petite vidéo... Je verrais bien Romane dans le rôle de l'apprentie, drap remonté jusque sous le menton, angoissée, apeurée, tremblante... Y aurait juste un petit problème...

"Je pris donc tout mon maigre courage et je bondis tel un faune handicapé, jusqu’au bouton magique."

Mr.Red mdr
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Jeu 14 Jan 2010 - 19:12

J'adore ce petit récit !
Je l'aurais intitulé plutôt "Scritch-scritch" que "Rencontre nocturne".

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Jeu 14 Jan 2010 - 20:52

C'est une bonne idée Shan, Ro le ferait sûrement bien la : "communication avec la Rignée" ! mdr

Filo, tu as raison, "Scritch-scritch" est un bon titre...

Merci à vous deux d'être passés par là !
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Ven 15 Jan 2010 - 0:02

Un petit délice : j'ai vu la scène comme si j'y étais. Kate, t'as vraiment pas l'air commode quand tu mènes une bagarre télépathique !!!
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Ven 15 Jan 2010 - 9:41

Frissonnant, l'araignée je l'aurai éclatée, genre de bestiole que je déteste... pale
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   Ven 15 Jan 2010 - 11:28

lucaerne a écrit:
Kate, t'as vraiment pas l'air commode quand tu mènes une bagarre télépathique !!!
'Faut être concentré quand on fait de la télépathie, j'ai pas vu ma tête mais ça devait être quelque chose ! What a Face

Sbreccia a écrit:
Frissonnant, l'araignée je l'aurai éclatée
C'était bien mon problème Sbrec ! mdr
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre nocturne   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre nocturne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rêverie nocturne
» Nocturne des Coteaux de la Citadelle - Liège - 3 octobre 2009
» ciel nocturne et filés d'étoiles
» Ballade nocturne.
» La Nocturne des coteaux - Liège - aura lieu le 3 octobre 2009...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: kate-
Sauter vers: