Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...   Jeu 30 Avr 2009 - 17:34

J'écris au kilomètre, comme ça me vient, le plus souvent dans des endroits en transition ou en mouvement, le train ou le quai de la gare ; le metro, le bus, le tram ; la salle d'attente, le bistrot, le banc sur une place...
J'écris, je jette pour ainsi dire sur le papier, je me branche sur un flux, une sorte de voix / voie intérieure, qui fait écho avec l'extérieur. Ca rebondit sans cesse.
Le train pour ça c'est magique. Le paysage dehors défile, et ça fait des trucs dans mon ventre, et alors la voix dit des choses, puis se tait, et l'écho des derniers mots se mélange avec le paysage dehors qui défile et ça fait des trucs dans mon ventre et alors... ....

J'écris j'oublie. Je ferme le cahier et je ne sais même plus ce que j'ai écrit. Je reviens à mon état de conscience ordinaire, je bouge, je vis, je déambule.
J'ai tout oublié de mes mots. Si j'ai un cahier c'est bien pour pas être obligée de me les rappeler.
Quand je n'ai pas mon cahier, je souffre, parce que si vient un mot que je veux garder, alors j'essaye de le tenir, le retenir, mais c'est pas possible. A lui s'en ajoutent d'autres, et ma tentative de retenir fait bouchon, j'essaye d'agréger, de retenir, mais au bout d'un moment la digue lâche et j'oublie tout.

Puis je relis. Je découvre ce que j'ai écrit. En fait je me découvre aussi en même temps.
Ca c'est bon, ça c'est moins bon.
Je trie. Mais mon oeil n'est pas encore assez affuté, parce que ça n'est pas encore assez lointain, alors j'ai les émotions toujours qui sont là, qui se réveillent en lisant les mots. Et je revois les images qui sont passées dans ma tête à cette table de bistrot ; dans ce train, ou sur ce quai de gare.

Alors je "publie" = je donne à lire.
Pas tout, mais certains. Pour avoir des échos, des retours.

Et puis je relis encore, et encore, je m'imprègne de mes propres textes, je me les approprie quelque part, je les apprivoise comme des animaux sauvages que j'aurais laissé sortir de moi un jour de folie. Il me faut les reconnaître comme miens, comme parties de moi, et en même temps leur reconnaître encore cette part qui m'échappe, leur liberté, leur autonomie.

Enfin j'abandonne.
Parce qu'un jour, les textes anciens, les miens, une fois apprivoisés, lus et relus, plus ou moins aimés, plus ou moins défendus...
ces textes deviennent les textes de quelqu'un d'autre. Celle que j'ai été a cessé d'exister, le virage est passé, et j'arrive à ce bout de la courbe où même en se penchant, on ne voit plus du tout l'autre côté, le début de la courbe où on est passé avant.
Je ne renie pas. Mais j'abandonne. C'est à dire que je me lis comme je lirais quelqu'un d'autre.
Alors peut-être à ce stade, je deviens ou deviendrai un jour capable d'évaluer moi-même mes textes, puisque je n'y serai plus partie prenante.

En ce moment, j'ai des textes à apprivoiser, mais je n'y arrive pas bien, pas comme avant. Ils attendent, je les vois, et quelque part, ils m'inquiètent.
Je finirai bien par y arriver, avec le temps.
Je ne voudrais pas les abandonner sans les avoir un petit peu compris, un petit peu approchés, apprivoisés.
Mes renards-textes-sauvages.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...   Jeu 30 Avr 2009 - 20:53

sophiesuite a écrit:
J'écris au kilomètre, comme ça me vient, le plus souvent dans des endroits en transition ou en mouvement, le train ou le quai de la gare ; le metro, le bus, le tram ; la salle d'attente, le bistrot, le banc sur une place...
Dans le train aussi, j'écris au kilomètre. Mais je ne prends pas souvent le train. La plupart du temps, je conduis ma voiture et il n'est pas question d'écrire pendant la conduite, bien sûr. Dommage, parce que viennent souvent des bribes de phrases, des mots, des pistes, parfois des longues enfilades comme des paragraphes.
Sous la douche, aussi. Ou quand j'arrache des mauvaises herbes, quand j'épluche des légumes, bref, en général quand je n'ai pas les mains libres. Il faudrait presque posséder un dictaphone, mais je sais par expérience que dès lors qu'on interrompt le fil de la pensée-indépendante pour verbaliser ou noter, il est déjà presque trop tard ; verbaliser ou noter, c'est revenir en arrière alors que l'idée est en mouvement opposé, vers l'avant. L'interrompre la fait souvent fuir. Dommage, dommage, je suis sûre qu'il y aurait des merveilles...


Citation :
J'écris, je jette pour ainsi dire sur le papier, je me branche sur un flux, une sorte de voix / voie intérieure, qui fait écho avec l'extérieur. Ca rebondit sans cesse.
Le train pour ça c'est magique. Le paysage dehors défile, et ça fait des trucs dans mon ventre, et alors la voix dit des choses, puis se tait, et l'écho des derniers mots se mélange avec le paysage dehors qui défile et ça fait des trucs dans mon ventre et alors... ....
Sinon oui, ça se passe comme ça. Une sorte d'écriture intuitive, mûe par le bousculement des images et sensations, des voix intérieures, comme s'il se jouait une scène tandis qu'on fait autre chose, indépendamment de soi.

En fait, tu décris tout le processus. Il recèle une part mystérieuse, intimement liée à la création et à ce que l'on vit avant, pendant, après. Jusqu'à la lecture "détachée".

Oui, tout pareil.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...   Ven 1 Mai 2009 - 17:43

Toi aussi, Romane, tu as ce truc de devoir "apprivoiser" tes textes ?
Quand je m'en suis rendue compte chez moi, j'ai trouvé ça un peu "étrange", je me demande si d'autres vivent ça aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...   Ven 1 Mai 2009 - 17:46

Oui, ça m'arrive de loin en loin, et justement parce que ce n'est pas habituel ça me pose problème. Je tournicote autour, un peu embarrassée, jusqu'à ce qu'il se produise un déclic... ou pas. En tout cas interrogation il y a.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecrire, oublier, relire, publier, relire, abandonner...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'association Le droit du serf et ReLire (via Marianne)
» comment ecrire?
» Ecrire à Cablecom
» [Collection] Pour oublier la vie (Tallandier)
» Charte de Disney Marketplace: CHARTE MODIFIEE, A RELIRE!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Ecriture :: A propos de l'écriture & infos concours littéraires-
Sauter vers: