Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Du "mensonge" et de la "vérité"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Vic Taurugaux



Nombre de messages : 4816
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Lun 11 Mai 2009 - 10:22

J’ai l’impression en vous lisant d’une dispute stérile voulant à tout prix opposer deux termes : vérité/mensonge dans une dialectique où l’un serait l’envers de l’autre comme sur une pièce de monnaie.

Pour sortir de cette impasse, on pourrait, à l’instar des scientifiques, dire la Vérité n’existe pas, mais comme, il nous faut bien quelques vérités pour vivre, des postulats, des a priori, on pourrait poser des hypothèses. On ne dirait pas alors qu’elles sont vraies, mais qu’en l’état actuel de nos connaissances, elles nous apparaissent vraisemblables. Il est vraisemblable que l’homme est issu d’une lente évolution du règne animal et non qu’il fut créé ex nihilo par une entité supérieure. Cette hypothèse darwinienne face à la thèse divine qui ne peut souffrir aucune contestation, autorise le doute. Chacun est convié à remettre en question ce que Darwin énonce sans que celui-ci s’en trouve offensé. Il attend juste vos arguments soit pour améliorer son modèle, soit pour le révolutionner. C’est l’avantage de l’hypothèse scientifique sur le dogme de religieux de pouvoir subir autant de révolutions que l’on veut, la dernière hypothèse posée relativisant les postulats antérieurs. La science se complexifie ainsi de façon fractale, elle garde en mémoire ses errements, étant entendu qu’elle avance par essais et erreurs. Une hypothèse qui se révèle fausse n’est alors pas classer comme tromperie, mais comme aléa d’une recherche.

Dans le combat qui oppose actuellement le pouvoir administratif au pouvoir médical dans la réforme hospitalière, un des arguments des gestionnaires est d’éviter le scandale de l’erreur médical. Cette manœuvre laisse accroire qu’un hôpital bien géré permettrait aux médecins de ne pas se tromper. Mais, les médecins s’inscrivent en faux contre cette assertion : ils ne possèdent pas la vérité sur votre santé : ils cherchent à vous soigner avec leurs connaissances actuelles, ce qui fait que des erreurs, ils en font tous les jours et que tous les jours dans les hôpitaux, il y a des gens qui meurent car ils n’ont pas su les guérir. Ainsi quand le malade demande la vérité à son médecin, celui-ci répond par un pronostic, c'est-à-dire une probabilité d’évolution mais non une certitude : il n’est pas devin. Qu’un système politique veuille prendre le pouvoir sur l’hôpital afin de réaliser des économies sur la santé des gens ont peu le comprendre, mais delà à laisser entendre que les médecins, à qui ils veulent usurper le peu de pouvoir que ces soignants ont sur la maladie, en les déclarant tout-puissants, est un mensonge digne de Machiavel.
La santé est, et restera, un gouffre économique tant qu’on voudra lutter contre la mort qui est, rappelons-le un phénomène naturel et qui, selon les hypothèses actuelles, surviendra un jour ou l’autre dans votre existence.
Le doute représente donc une grande avancée dans le savoir humain. Mais, croyance et savoir se sont toujours opposés car la croyance, les certitudes permettent un pouvoir sur l’esprit humain alors que le doute oblige à la réflexion.

J’aime l’histoire du bol zen. Le fait que cet objet soit vide lui donne la qualité d’une question. Quoi ? Seuls les humains sont capables de concevoir des objets aussi étranges que les bols et les questions. Un animal s’intéressera plutôt au contenu du bol où à la réponse à la question. Il lui faut quelque chose plutôt que rien. D’ailleurs le bol et la question quoi ?, ce n’est pas le rien, c’est l’idée que celui-ci, le manque, le vide existe. C’est un peu comme l’invention du zéro. L’illusion, le mensonge serait que seule la réponse serait importante. La science nous dit que non ! C’est la question qui est importante. Est-ce bien sûr que le soleil tourne autour de la terre ?

C’est d’ailleurs l’excès de réponses, de certitudes des aînés qui a « vexé » Klimihi et qu’il est sorti du débat. Pourtant, je suis d’accord avec lui sur le fait que trop de réponses peuvent empêcher le savoir, car ces vérités assénées trop rapidement empêchent le mûrissement des questions.
Il est très sain que l’enfant ne sache pas ce qui se passe entre ses parents. Ce qui se passe dans la chambre conjugale. Cela l’oblige, dans sa propre solitude à se poser des questions. M’aiment-ils toujours ? S’aiment-ils entre eux ? Comment on fait les bébés ? Pourquoi ne me disent-ils pas la Vérité ?

L’angoisse de l’enfant l’oblige à développer sa propre réflexion, sa curiosité. Il se forge alors des théories sexuelles souvent pleine de poésie qui s’appuie sur ce qu’il sait désormais de son corps et ce qu’il voit de ses parents. Car, bien souvent, même s’il voulait y croire, les explications parentales demeurent incompréhensibles. De même des explications trop crues ne l’aident pas non plus. Elles bouchent un désir de savoir qui avance à son rythme.

En fait, l’enfant a besoin d’une certaine dose de mystères. Il y aurait une vérité, un graal à conquérir…

Or, le secret que seuls possèdent les parents est que ce n’est pas la possession du graal l’important, mais sa conquête…
D’ailleurs, c’est cette possibilité de cheminement vers la vérité que Reggianni lègue à son fils. Essaie pour voir d’être un peu plus malin que ton père car il y a sans doute une vérité à découvrir derrière la vérité, là où pour ma part je n’ai croisé que le mensonge…
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Lun 11 Mai 2009 - 10:51

Comme d'hab, Vic, ça fait du bien : chinois


Vic Taurugaux a écrit:
J’ai l’impression en vous lisant d’une dispute stérile voulant à tout prix opposer deux termes : vérité/mensonge dans une dialectique où l’un serait l’envers de l’autre comme sur une pièce de monnaie.

C'est bien ce qui m'ennuie ; le manque de nuances. Pour ma part, je crois l'avoir répété assez souvent dans ce fil pour ne pas le redire (j'ai peur de devenir gâteuse, à force Laughing )

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mar 12 Mai 2009 - 14:50

La recherche de la vérité n’est pas toujours chose aisée. Le désir de savoir ce qui est vrai oblige à ne former que des hypothèses à vérifier dans le domaine de la science quand souvent elle entraîne dans celui de l’opinion, sinon des rumeurs, du moins des présomptions. Pour distinguer le vrai du faux, on se perd alors en conjectures. La presse vous abreuve de scoops pour dénoncer un nouveau scandale. C’était donc vrai. La réalité enfin dévoilée corrobore les fantasmes les plus fous.

Un jugement hâtif : la présomption peut induire chacun en erreur et il convient de s’en défendre, Outreau nous l’a appris. Ainsi de la présomption d’innocence qui doit bénéficier à tout mis en examen. Cette présomption artificielle qui fait qu’on ne doit rien juger avant le jugement renvoie à l’idée que la vérité se situe toujours au-delà des apparences.
La présomption légale dispense de toute preuve celui au profit duquel elle existe. Ce principe de la justice rejoint le principe du non dolere en médecine. Il existe parfois la solution du non-lieu lorsqu’on ne statuer.

Mais, quand on recherche la vérité sur soi, son propre ego, on bute également sur ce qu’on aimerait d’abord savoir. Le désir d’étude, toujours antérieur à l’objet de l’étude, plie par sa présence même le résultat. Ainsi de l’adjectif présomptueux : qui présume trop de soi. Il possède comme synonyme avantageux qui dit bien ce qu’il veut dire : on se voit d’abord à son avantage. Plus loin, viennent les termes vaniteux, vain qui expliquent combien l’auto-analyse peut-être une entreprise qui ne sert à rien ; les dés étant pipés dès le départ.

Se forger une opinion requiert donc du travail que se soit dans le champ scientifique, celui de la justice ou plus proche celui de sa propre psychologie.

Hier soir, j’entendais l’interview d’une épidémiologiste qui souhaitait présenter l’objet de sa prochaine étude. Elle se veut d’ampleur nationale et requiert ainsi les médias. Il s’agit, commandité par le ministère de la santé de corréler les habitudes alimentaires et comportementales des français avec l’apparition de maladies dont on constate la disparité sur le territoire français. Grosso modo, vous avez plus de probabilités de souffrir d’atteintes cardio-vasculaires si vous habitez le Nord de la France plutôt que le Sud. Cette différence peut-elle être expliquée simplement par une différence d’ensoleillement ou d’habitudes de vie. Cette étude devrait suivre de façon longitudinale 500 000 français, échantillon impressionnant mais réalisable grâce à Internet. Cette population témoin devant répondre à un questionnaire exhaustif sur le contenu de leur assiette mais aussi sur leur style de vie. Pour l’épidémiologiste l’intérêt de sa recherche c’est d’abord l’ampleur de son échantillon. En effet de telles enquêtes ont déjà été menées auparavant mais grâce à des questionnaires papiers réduisant par là le nombre de participants. Pour cette chercheuse, plus son échantillon est élevé en nombre, plus il est représentatif.

Le journaliste pose alors la question suivante : Pensez-vous que les gens qui vont vous répondre sur Internet vous dirons la vérité ou seront-ils mensongers ?

En effet, il existe dans la tête de ce journaliste la présomption, accordons-lui l’hypothèse, que les internautes seraient plus menteurs que les autres gens.
La scientifique lui répond que son étude a posé le postulat qu’il y a au moins autant de menteurs sur ce qui répondent actuellement sur Internet que ce qui, autrefois répondaient sur les enquêtes-papiers.

La question du journaliste est tout à fait légitime. Elle questionne la validité de l’étude en instillant un nouveau doute. Ce faisant, elle relativise l’étude.
Ce que l’on voit dans l’interview, c’est la différence d’âge du journaliste et la chercheuse. Lui a dépassé la cinquantaine. Elle flirte avec la trentaine. On peut dire autrement que la chercheuse est de la même génération que son échantillon. Comme pour lui, internet fait partie de son quotidien. De plus le résultat de son étude doit servir d’abord à sa génération.

L’idée paranoïaque que les gens répondant librement à un questionnaire sur Internet pourrait mentir est bien une idée de vieux. Gageons que, malgré sa rigueur scientifique, la chercheuse n’avait pas imaginé que des gens se portant volontaires pour aider la médecine viennent apporter à l’étude leur lot de mensonges. Mais, sans doute, ce nouveau paramètre peut avoir une importance dans sa foi de jeune de médecin qui pensait sans doute que ce qu’attendent tout d’abord les malades, c’est de guérir.

L’intention précédent ainsi le jugement, il serait donc tout aussi utile sur ce fil qu’on accordât autant d’importance dans la recherche de la vérité à l’expérience des anciens, tout comme à la « naïveté » des plus jeunes.
Revenir en haut Aller en bas
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mar 26 Mai 2009 - 22:58

Vilain a écrit:
Pour être tout à fait clair..;je vais prendre un exemple:

Ton marri te trompe...il te dis qu'il va en week-end de travail alors qu'il va se tapper sa secrétaire..;bien sûr, il te ment..;bien sûr ( si tu l'apprends ça va te faire du mal )..... Mais bon, y'a pas mort d'homme..;par contre imagine que ton médecin te dise que tu vas bien alors que tu vas crevée dans 6 mois.....Qui est le plus coupable ?

C'est vrai quoi! Qu'est-ce qu'une petite crise d'hystérie passagère, au regard des deux milliards d'homme qu'ont pas l'eau potable au robinet (suis pas sûre des chiffres...)
Ange
J'avais pas suivi la totalité de ce fil très instructif...
Revenir en haut Aller en bas
alejandro
Hors catégorie
avatar

Nombre de messages : 1868
Localisation : Au sud du Nord, au nord du Sud, à l'est de l'Ouest et à l'ouest de l'Est.
Date d'inscription : 30/01/2005

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 27 Mai 2009 - 0:12

Ca me fait penser à un chapitre d’un bouquin de Kundera (La lenteur, peut-être) appelé « Le onzième commandement. » Le onzième commandement serait « Tu ne mentiras point » qui finalement ne figure pas parmi ceux donné à Moïse, car aucun humain n’a la légitimité d’exiger à un autre qu’il lui dise la vérité. Pouvoir mentir est un droit sans lequel il n’y a aucune liberté possible. D’ailleurs, les systèmes totalitaires exigent justement de leurs sujets la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.alexgyg.fr
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 27 Mai 2009 - 1:43

Il n'y a pas plus de menteurs sur internet que dans le réel, non ? Ce sont les mêmes, ils se servent juste de leurs doigts au lieu de leur bouche, pour dire les mots.

Citation :
la recherche de la vérité à l’expérience des anciens, tout comme à la « naïveté » des plus jeunes.
ça me fait penser au cheminement de la maturité.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 15:08

Je reviens sur ce fil pour quelques réflexions...

Filo avait posé ce "postulat", ou du moins son expérience à ce sujet :
Citation :
J'ai remarqué que depuis quelques années que je ne mens plus du tout, ça me rend fort, et libre.

Ca m'a interpellée, je me le suis noté dans un coin de la tête, avec un post-it dessus : à vérifier.

Après vérification / expérimentation (toujours en cours), il s'avère que c'est vrai. Je ne peux que rejoindre ce qu'a exprimé Filo.

Par contre c'est presque un chemin initiatique si j'ose dire de façon aussi "grandiloquente", parce que purée le nombre de trucs que ça fait traverser par rapport à son rapport avec le monde, les autres, le regard des autres sur soi etc....
Là on peut vraiment voir le côté "parano" qui se met en place, en général pour pousser au mensonge. (On va me juger, je vais "perdre la face", ils vont me détester etc etc...)

Bon par ailleurs, une interrogation que j'ai eue ces jours-ci (où pour la première fois de ma vie je crois je me suis fait traiter de menteuse), c'est comment ça se fait que ça puisse irriter autant de se faire accuser de mentir alors qu'on dit la vérité.
Ou alors c'est moi qui suis vraiment trop susceptible, je ne sais pas, mais j'ai trouvé ça pratiquement insupportable, un truc d'injustice criante (et ce même s'il s'agit d'un sujet d'une banalité absolue qui n'a strictement aucune conséquence...).

J'aimerais bien recueillir vos avis et expériences là-dessus...
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 15:27

Ce n'est pas facile, certes, et au début c'est dur, mais ça dépend à quel point tu l'expérimentes. Un peu, ou de façon absolue ?
Par exemple, les mensonges pieux, genre la politesse, la diplomatie, la pudeur, la complaisance nécessaire parfois, la flemme d'expliquer une vérité compliquée, le désir de ménager un proche, etc...
Mais au bout d'un moment, on te connait ainsi, on a l'habitude avec toi, et je t'assure que ça passe très bien. Juste être authentique. On se met d'abord à dos certaine personnes (en valaient-elles le coup finalement ?), mais celles qui restent savent à quel point elles peuvent compter sur toi, et le rapport de confiance et même tout le reste devient sain et sans détour.

Les seules concessions que j'accorde vont vers les enfants, qui n'ont pas à savoir certaines choses (et encore, il y a toujours une façon simplifiée de dire la vérité, même à eux, même sans entrer dans les détails), ou les situations psychologiques particulières (genre politesse dans un commerce, pour ne pas être totalement associable).

De la diplomatie/politesse à l'hypocrisie, il n'y a parfois qu'une simple mais subtile manière de voir les choses.
À nous d'être le plus vrai possible, sans se départir du respect et de la tolérance.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 16:20

Ah c'est bien que tu répondes, puisque c'est toi qui avais lancé ça Very Happy

Je l'expérimente le plus possible de façon absolue.
Sachant que quand je dis "le plus possible", c'est que je ne me fais pas violence.
Parce que j'ai remarqué un truc, c'est que ça modifie la manière de s'exprimer. Je veux dire je me rends compte que parfois c'est ma propre maladresse qui me met dans une situation de mensonge.
Par exemple, il y a certaines choses dont je n'ai pas spécialement envie de parler avec certaines personnes, donc en toute logique pour ne pas mentir, il faudrait que je me "débrouille" pour que je ne sois jamais amenée à répondre à des questions directes de ces personnes sur ces sujets-là.

Mais parfois je me fais avoir encore. C'est à dire que je me fous moi-même dans la merde.
Alors là, je prends bonne note, je me flagelle pas ça sert à rien, je raconte un bobard encore cette fois pour me tirer d'affaire. Mais petit à petit je m'approche de quelque chose où je ne commettrai plus ces maladresses qui m'obligent moi-même à mentir.

J'en suis pas encore à me dire que je peux parler de tout avec n'importe qui (et je suis pas sûre que ça arrive un jour...ne pas mentir n'implique pas pour autant d'être ouvert aux quatre vents et étalé sur la place publique).

Brefje fais l'expérimentation et la transition en douceur.

Le côté positif c'est que même si c'est pas toujours facile, ça l'est quand même plus que je ne l'ai pensé au départ. Parce que je réalise que pour bon nombre de situations de mensonges, on se les crée en fait soi-même.
As-tu fait le même constat de ton côté ?

Je veux dire que la plupart du temps, si jamais j'ai des "dilemmes" du genre ne pas blesser quelqu'un, etc... je n'ai même pas besoin de mentir, il me suffit de me taire.

Le point qui reste encore délicat c'est mes parents, mais pour l'instant je suis pas à même d'y voir clair, j'ai encore trop de difficultés de positionnement par rapport à eux.
Donc je me suis même pas posé cette question de la vérité et du mensonge avec eux, je navigue à vue en essayant déjà de pas tomber à l'eau Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 17:52

Oui, même constat que toi au début.
Tu verras que les chieurs et les menteurs s'éliminent d'eux-mêmes de ton entourage peu à peu, au profit de gens vrais.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 19:44

Concernant le bien-fondé de la vérité par rapport à son propre bien-être, ce qui est je pense la priorité des priorités, j'ai envie de citer cette feue Lucaerne. Allez... encore un peu... paix à son âme... tong

Je crois que l'important est d'APPRENDRE à dire la vérité, enfin, SA vérité (parce que des vérités...). La dire de manière efficace, factuellle, et surtout ne pas entrer dans une agressivité bloquante (facile à dire, bien sûr, et ne surtout pas s'en vouloir quand on foire, c'est déjà bien de vouloir bien faire, non ?)

Je cite donc. Petite anecdote (pardon) :

Mercredi 1er juillet 2009

Ce matin, grosse émotion. Je passe dire bonjour à l'équipe d'à côté. Quand j'arrive, ils sortent de la salle du café et deux personnes que je ne connais pas me disent bonjour. Une femme et un homme. Quand l'homme me serre la main, il me dit ”Bonjour, P.L.”. L'homme est le directeur adjoint de l'unité. Une unité de mille personnes.

Et là, je ne sais pas, je ne calcule rien, ça sort tout seul : ”Ah, voilà donc l'homme qui fait des déclarations mensongères à la sécurité sociale”. Il retire sa main précipitemment, bafouille, ”mais je n'ai fait aucune déclaration, je n'ai fait que transmettre le document qui avait été rédigé” (il est directeur adjoint ou assistant ?). Je lui mets les points sur les i : “Je vous parle de la réponse à l'enquête que vous avez signée, et dans laquelle vous indiquez que je n'étais absolument pas stressée alors que j'étais en pleine dépression et que vous étiez parfaitement au courant. Est-ce que pour vous, une personne en dépression n'est pas stressée par nature ? Votre point de vue pourrait peut-être intéresser les médecins.”

Il bégaye, en prenant la fuite : ”Oh, vous savez, la poule ou l'œuf, nous pourrons en discuter un jour si vous le souhaitez.” Et je lui réponds : ”Non merci, discuter avec vous de poule et d'œuf, ça ne m'intéresse pas particulièrement ”.

Pendant ce temps, les gars de l'équipe sont arrivés et observent la scène très amusés. Ils ont une réunion avec lui, là, tout de suite, et je viens de le mettre bien mal. Moi, j'ai retenu la phrase qui me brûlait la bouche : “Par contre, je veux bien discuter de l'homme ou du connard”. Je repars avec cette phrase au fond du ventre et ne pas la lui avoir crachée à la gueule me rend malade. [Pour moi, cette vérité ne fait aucun doute, mais elle pourrait l'être, forcément... quoique...]

Le pire, c'est que quand, à midi, il regagne sa voiture pour repartir, je marche quelques mètres derrière lui et il m'évite soigneusement. Il fait le tour de sa voiture façon crabe pour ne pas croiser mon regard. Car je le regarde. Et là, je me dis : ”Une carpette ! Voilà ce qu'il est, une carpette… directeur adjoint d'une unité de plus de mille personnes !”


Lundi 6 juillet 2009

(...) [À l'hôpital de jour] Ensuite, il y a le groupe Dépression. Je raconte mon histoire avec le directeur adjoint. Et tout le monde me félicite. La thérapeute me dit ”Vous avez été d'une efficacité personnelle remarquable”. Je lui réponds que non, à mon avis, puisque je voulais le traiter de connard et que je n'ai pas osé. Et elle me répond : ”Mais vous l'avez fait, vous l'avez traité de connard ! Simplement, plutôt que de prononcer ce mot qui ne vous aurait apporté que des problèmes et vous aurait rendue vulnérable, vous lui avez présenté un fait incontestable. Une erreur grossière qu'il a faite et qu'il ne peut plus nier ni effacer puisque vous avez le document en votre possession. Vous lui avez mis le nez dans sa merde. La preuve, c'est qu'après, il n'a pas eu le courage de venir vous parler, ce qui aurait été la moindre des choses de la part de quelqu'un de sa position”.

Et là je me dis “Oui, tu l'as fait, tu l'as traité de connard, sans même exprimer ce mot. Il est parti la queue entre les jambes, piteux. Et chaque fois qu'il voudra m'emmerder, il y réfléchira à deux fois, car il sait que j'ai ce document qui est une bombe pour lui et sa carrière”.

.
.
.
Et puis, à propos de la réflexion de Romane sur son père. Il t'a pourri la vie à cause de ses mensonges. Mais ne t'aurait-il pas tout autant pourri la vie s'il avait dit la vérité ? Est-ce que c'est forcément lié ? (Pardon si je touche un point sensible, je comprendrais que tu n'aies pas envie de répondre.)
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 20:00

Oui après y'a deux choses :
- dire la vérité pour répondre à une question explicitement posée
- exprimer sa vérité parce qu'on en ressent le besoin, l'envie, l'impulsion ou autre...

Sur le premier, je suis à peu près au clair, c'est l'expérimentation dont je parlais plus haut.

Sur le deuxième, que pourtant je "travaille" depuis plus longtemps, je suis pourtant moins au clair, notamment sur l'opportunité ou non de dire certaines choses, et à qui, et dans quel but....

Par exemple l'autre jour je me suis pris les pieds dans le tapis avec ma mère (évidemment Laughing ), en lui disant ma vérité du moment. Malheureusement pour elle, cette "vérité" (la mienne en tout cas) n'était pas très agréable à entendre pour elle.
Moyennant quoi la conversation a pris un tour pénible.

Qui d'ailleurs s'est soldé par une belle hypocrisie (finalement... c'est quand même ironique avec avoir dit la vérité...) afin de masquer le trouble que ce que j'avais dit avait provoqué.

J'en suis encore à me demander, rétrospectivement, si je n'aurais pas mieux fait de me taire.
En même temps, je suis quand même contente d'avoir dit ce que je lui ai dit.
Foutu dilemme Laughing
Revenir en haut Aller en bas
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 20:05

Ah... mais fille/mère, on est hors sujet... grrrr09

J'ai déjà parlé du livre de Pierre Willequet, "Mère et filles, histoires d'une emprise". Un diamant !!! Je voudrais en reparler dans les topics bouquins, mais il faut que je prenne le temps, parce que cet ouvrage est... dense ! Mais... incontournable, à mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
sophiesuite

avatar

Nombre de messages : 467
Date d'inscription : 22/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 20:27

Oui c'est clair que la relation mère-fille est pas la plus simple... Laughing
J'ai déjà lu des trucs sur le sujet, mais ça m'intéressera ton bouquin quand tu auras le temps d'en parler un peu plus...
Revenir en haut Aller en bas
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 20:35

Oui, il ne faut pas confondre : dire la vérité ne siginifie pas dire ses quatre vérités à tout le monde avec agressivité.

Ceux qui sont imbuvables, intolérants et emmerdent leur monde aiment qu'on leur pose la question "c'est quoi toi, ton plus gros défaut ?" à laquelle ils peuvent s'en donner à cœur-joie de répondre : "Moi, je suis trop franc".
J'en ai vu pas mal de chieurs comme ça qui sont en fait fiers de ce qu'ils font, car ils font l'amalgame entre la franchise - honnêteté - sincérité [juste dire la vérité] et la grande gueule du chieur irrespectueux.

Ton exemple Laurence illustre un peu cela : tu ne l'a pas insulté, tu lui as juste dit la vérité, et tu n'es pas spécialement allé le chercher.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
lucarne



Nombre de messages : 5259
Age : 52
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Mer 30 Sep 2009 - 23:16

filo a écrit:
Ton exemple Laurence illustre un peu cela : tu ne l'a pas insulté, tu lui as juste dit la vérité, et tu n'es pas spécialement allé le chercher.
Dis-donc, tu me fais un peu trop de compliments toi en ce moment. Tu me cherches ou quoi ??? What the fuck ?!?
Revenir en haut Aller en bas
http://sisyphe-heureux.blogspot.com/
filo

avatar

Nombre de messages : 8690
Age : 104
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Jeu 1 Oct 2009 - 1:04

Exactement.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
L'art est parfois un sale boulot, mais il faut bien que quelqu'un le fasse
Le site Filosphere ** Filographies : photo & design ** Ma musique récente ou inédite ** Musique de la Juste Parole
Revenir en haut Aller en bas
http://filosphere.com
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91113
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   Lun 5 Oct 2009 - 2:27

Le fil de la conversation me fait penser à ces gens qui ont le chic pour poser des questions intrusives. Il reste deux options : serpenter pour éviter de leur donner la réponse qui forcément tue, ou donner direct la réponse. Je me suis toujours demandé ce qui était préférable, parce que je n'aime pas faire du mal, mais je n'aime pas non plus ce type de questions que je prends pour agressives.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Du "mensonge" et de la "vérité"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Du "mensonge" et de la "vérité"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Du "mensonge" et de la "vérité"
» "Maîtriser le Canon EOS 5D Mk II" en avant-première : choisir l'ouverture du diaphragme
» Epreuve rectangulaire en étain "réglement pour les boues et lanternes 1666"
» Le défi de Masirene: " Quand la lune est tombée du ciel"
» "La fille qui voulait être Jane Austen" ("Enthusiasm") de Polly Shulman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: