Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Salaud de sourd!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Astérisque
"J'étais pas là"
avatar

Nombre de messages : 1549
Date d'inscription : 21/02/2008

MessageSujet: Salaud de sourd!   Ven 1 Mai 2009 - 21:36

Salaud de sourd!



C’est vrai quoi! Ces gens là vous emmerdent avec leur soi-disant handicap! Que diraient-ils s’ils devaient lire avec leurs doigts, recourir à une canne blanche pour décrypter leur chemin? S’ils devaient se lever une heure plus tôt tous les matins pour faire leur toilette et avoir le temps de charger leur fauteuil roulant dans la voiture qui les mène au turbin? Ils n’ont besoin de personne pour laver leurs carreaux, leur couper les ongles, repeindre leur appart, ou écrire leurs déclarations d’amour! De quoi se plaignent-ils? Ils sont plantés là à vous dévisager, pétant la santé, les bras ballants comme des martiens quand tout le monde s’agite dans la presse d’un déménagement ou à l’annonce de la victoire de la gauche à la présidentielle…
D’abord il existe une journée mondiale rien que pour eux. Au mois de septembre… Si, si, croyez-moi! Bon c’est vrai, le jour n’est pas le même partout, mais bon, c’est pas mortel non plus leur truc. Vu que cent vingt trois pays participent, c’est chacun à sa guise, quand ça dérange le moins les programmes. Après la rentrée des classes, mais avant les chrysanthèmes tout de même. Ils doivent être bouchés, on leur propose absolument tout ce qui peut les réinsérer: le langage des signes pour les natifs, la lecture labiale pour les plus alertes, et puis le fin du fin de la technologie numérique pour les plus argentés. Ce jour-là les programmes sont même sous-titrés. Aux infos, y a une jolie dame qui gesticule dans un insert rien que pour eux, c’est dire le boulot que ça donne, recruter toutes ces interprètes rien que pour une journée, vous imaginez ce que ça coûte? Où vont-ils les chercher? Même qu’à force ça gène un peu, cette image parasite nuit aux plans d’ensemble, ça altère la qualité du reportage, c’est pour ça qu’une journée c’est bien… et puis ils sont grands pour la plupart d’entre eux, bien assez pour se débrouiller avec toutes ces références…
Après tout, ils peuvent opter pour un sous-titrage permanent, c’est prévu dans le menu du poste. Ils ont déjà leurs sites réservés, avec toutes les informations sur les propositions de lois, les associations, les clubs. Certains font de la rando, c’est branché, c’est sain et puis ça ne dérange pas les amours des marmottes. Bon, pour les visites guidées (si, si, y en a aussi) j’imagine que le guide marche en tête et à reculons pour détailler les subtilités de Mondrian. Pour les sorties botaniques, c’est plus compliqué. Si l’organisateur opte pour la découverte du milieu, il lui faut bien adopter l’attitude du guide décrite ci-dessus. C’est fort téméraire, surtout lorsque vous cherchez des edelweiss ou le rhapontique à feuilles d’aunée. On comprend bien que les assurances sont contraintes de faire grimper le prix de la cotisation de façon astronomique, mieux vaudrait pour eux s’en tenir aux bellis perennis.
Moi je dis: ce sont de mauvais coucheurs. C’est ce que pensent aussi tous mes amis, lorsqu’on évoque un pote qui devient sourd, ils sont unanimes sur l’origine de sa surdité…
Tenez c’est simple, j’en connais un. Vous êtes sympa, généreux, vous vous dites que c’est vrai, on va inviter ce pauvre Alfred, c’est pas parce qu’il est devenu sourd qu’il faut le laisser de côté, il a bien droit à la fête lui aussi. Et bien ça ne rate pas, il y va de son accolade, vous serre sur sa poitrine, les larmes aux yeux vous jure que vous êtes un sacré pote… Cinq minutes ne sont pas passées, qu’il est déjà au bar, goinfrant les petits fours, le regard absent comme désintéressé de retrouver ses meilleurs amis. Evidemment, si vous possédez un fonds de littérature cochonne, il se retire dans le fauteuil le plus reculé pour se marrer tout seul… Sincèrement, il ferait aussi bien d’aller à la bibliothèque… Pourtant, sachant ses problèmes, vous lui avez réservé le rocking-chair, juste à côté de la sono, qu’il ne perde rien des progrès qu’a accomplis Nono sur sa Gibson… Mais non, faut qu’il fasse son intéressant. Il sort seul, son verre à la main par moins dix degrés… prétendant qu’il aime respirer les parfums capiteux du jardin qui s’endort… s’assoit sur le mur du fond, le chat ronronnant sur ses genoux… Lorsque vous venez lui annoncer que Justine va chanter, qu’il ne manquera que lui… alors ses épaules s’affaissent et dans un soupir à fendre l’âme il se décide à vous suivre, vous avertissant qu’après il lui faudra rentrer, fermer ses volets, rentrer du bois pour sa vieille mère… Il l’aimait bien pourtant Justine à l’époque où elle imitait Dalida… Il en a perdu les souvenirs des virées de votre jeunesse, ne participe même plus aux réunions syndicales… Un gaga quoi…
Et pourtant, vous avez tout fait pour lui rendre la confiance, le secouer de cette complaisance malsaine qui le pousse à trop s’écouter. Il y a tellement à faire, tellement de plus malheureux que lui. Et son statut est un atout somme toute, il ne manque pas de patrons prêts à embaucher un handicapé pourvu qu’il ne soit pas feignant de surcroît… Oh, il n’a pas nié avoir été l’artisan de sa situation par son attitude défaitiste – mais… a-t-il éludé, ses grands bras ouverts sur le vide. C’est vrai qu’il n’est pas marrant, il cause de moins en moins. Toujours des ébauches de réponses qui se perdent dans un flou qui ressemble, à s’y méprendre, à de l’impensé. Comme de vieux automatismes enrayés. Il est fatigant. Il ne se rend pas compte à quel point il use son entourage à devoir sans cesse lui parler face à face et en articulant. Lors des réunions de travail, il est présent, ça oui, mais que peut-on attendre de lui? Son regard va de l’un à l’autre et s’affole au rythme du débat, à vous donner le vertige. Lorsqu' enfin on lui demande son avis - il a émargé après tout - c’est pour le voir se recueillir sur l’espace d’un point virtuel là devant, ailleurs en bas et un peu à gauche, agrémenté d’un - heu… qui se perd dans le brouhaha des chaises. C’est vrai quoi, nous on est là pour bosser.
D’ailleurs l’Alfred c’est un pervers, un vicieux.À son arrivée, tout le monde s’est montré solidaire, c’est vrai le chef nous avait prévenus qu’il ne répondait pas au téléphone. Bon, ça nous a compliqué un peu le travail. En définitive, bien plus qu’on ne l’avait imaginé, c’est vrai on ne pense jamais à tout. Ainsi le jour où le couteau de Jipé a ripé sur le gigot pour aller se planter dans son aine. Alfred, c’est un peu notre chef de rang, alors c’était à lui d’appeler les pompiers pour leur expliquer. Bon, là encore, tout le monde a fait face, par solidarité avec Jipé. Mais le pire voyez-vous, ce sont les commandes, les consignes. Nous avons un cahier qui sert de liaison entre les équipes, c’est important, ça permet de faire face aux imprévus, les ampoules grillées, les produits manquants à la livraison, les réclamations de la clientèle, une sorte de carnet de bord, pas officiel, mais in-dis-pen-sa-ble. Eh bien! Figurez-vous que ce salaud d’Alfred fait exprès d’écrire petit, mais vraiment tout petit, vous savez une espèce d’écriture de toubib, un truc illisible. Ajoutez à ça qu’il ne s’est pas gêné pour faire remarquer à Yvette que foie ne prenait pas d’e à la fin sur le gâteau de communion d’un môme, moi j’ai toujours mis un e à foie. Mais passons, ça c’est rien, c’est des conneries. Le pire, c’est que notre Yvette est un peu… disons… malvoyante. Elle n’a pas osé lui dire, Yvette, elle a sa fierté. Or voilà qu’un matin on la trouve en larmes, s’arrachant les cheveux, au bord de la crise de nerfs. On lui fait un café, Jipé lui a réchauffé un croissant… Bref, on se la cajole un peu, entre deux sanglots elle nous avoue qu’elle a commandé quatre kilos de truffes… le chef a dit qu’il fallait lire truffade…
Si on l’a revu? Qui ça, Yvette? Ben oui, tiens! Ah, l’autre? Euh… non… Salaud de sourd, quand même !
Revenir en haut Aller en bas
 
Salaud de sourd!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dialogue de sourd avec le Frankfurt
» Sourd et muet
» Nyan cat. (ou le jeu du sourd)
» Un appel sourd
» Chien sourd qui vole

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Littérature :: Vos écrits : Poésie, nouvelles, romans, théâtre... :: Zoé-
Sauter vers: