Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La phobie des vingt ans

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: La phobie des vingt ans   Sam 16 Mai 2009 - 13:24

Est-ce que quelqu'un saurait me dire s'il a entendu parler des phobies et angoisses des jeunes adultes ?

J'ai l'exemple précis de mon plus jeune enfant, vingt ans tout neufs, qui, du jour au lendemain, vient de présenter tous les signes de l'angoisse. Si puissante qu'elle irradie tout son corps : douleurs intenses de la tête aux pieds, dans les os, les muscles, les organes internes, mais aussi tremblements, et clairement énoncé : si ça se trouve j'ai la grippe du mexique, ou un cancer, et même un ulcère à l'estomac, et de toute manière la fin du monde est annoncée pour le 21 décembre 2012, je vais mourir, on va mourir.

Le médecin généraliste lui a donné un traitement homéopathique en lui indiquant qu'il est juste sujet d'angoisses et que tout cela est nerveux.

N'empêche que je l'ai vu durant deux nuits se tenir la tête à deux mains en errance dans la maison, complètement mal. Moi aussi j'ai décelé l'angoisse, et c'est la raison pour laquelle je lui ai demandé d'aller voir le médecin. Les arguments basés sur la logique ne servant à rien, j'ai bien vu le processus de montée en mayonnaise qui se produit quand on est en période d'angoisse.

Un deuxième passage chez le généraliste a confirmé la teneur du premier.

J'ai l'impression qu'il a commencé à se détendre, mais je reste vigilante.

Alors, d'après mes investigations, il s'agirait de la prise de conscience de l'entrée dans le monde des adultes, avec toutes les responsabilités que cela sous-entend. Et la peur, bien sûr.

En parlant avec l'un de mes collègues, j'ai appris qu'il avait fait l'objet de ce même type de crises, pendant trois mois environ, de manière si violente qu'il avait du interrompre toutes ses activités. Il en conserve un souvenir cuisant et m'a dit : il suffirait de quelques séances chez un bon psy, pour qu'il soit plus vite débarrassé de ses angoisses, plutôt que traîner ça pendant des semaines et des mois.

Allez donc faire comprendre ça à une tête de mule...

Donc je pose ici le thème général en l'illustrant de l'exemple que j'ai sous les yeux, et voilà.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Sbreccia



Nombre de messages : 5085
Date d'inscription : 04/08/2005

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Sam 16 Mai 2009 - 13:47

Il va falloir que tu lui parle beaucoup, le rassure sur l'avenir, mon fils était tres anxieux aussi à cet age... Mais comme il etait fermé et refusait les psys.. Un bon psychotherapeute serait bien, s'il l'accepte, ne pas forcer surtout..
Courage
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Sam 16 Mai 2009 - 14:00

Non mais parler, ça y'a pas de problème, crois moi.
Cependant, je ne me sens pas le droit de le rassurer sous l'angle (je caricature en raccourci, mais je pense que tu comprendras ce que je veux dire) "mais non, tu vas voir, c'est facile"

J'essaye surtout de lui dire qu'il y a des choses plus faciles que d'autres à traverser, mais que d'une part il a des piliers de vie autour de lui pour l'aider en cas de difficultés, que d'autre part il peut parfaitement arriver à gérer les obligations qui vont devenir son quotidien : gestion de son compte en banque, papiers impôts-assurances-etc., loyer à venir lorsqu'il s'installera, etc. etc. gestion de son emploi du temps, etc. etc.

Je n'ai jamais voulu leurrer mes enfants, parce que je trouverais terriblement affreux de leur dire que tout va être rose. Je tente au contraire de les armer, sans noircir ni rosir le tableau, juste dire : il y aura des choses faciles, d'autres plus difficiles, mais on est là pour se soutenir les uns les autres et il ne faut jamais mésestimer les ressources de l'imagination pour trouver des solutions à tous les problèmes, ni ses propres capacités et forces. En gros : Confiance, la vie se vit.

D'autant qu'il est résolument tourné vers la construction. Il s'active sur les points essentiels, tout en faisant un arrêt sur images en d'autres temps, ce qui n'est pas à mon avis négatif, car ces arrêts sur image permettent de faire le point et de bien se planter dans ses baskets.

La question que je pose concernant ce fil n'est bien sûr pas centrée sur mon exemple perso, mais bien sur tous les jeunes de cet âge, qui sont en passe de franchir l'étape décisive leur faisant quitter une partie de l'insouciance de la jeunesse pour entrer dans le monde plus âpre des adultes.

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
lasorciere

avatar

Nombre de messages : 804
Age : 51
Localisation : dans le berry chère à mon coeur
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 8:24

Certains enfants passent le cap s'en rendre compte , d'autres ont du mal , car ils se posent pleins de questions .

Ce passage est très difficile à supporter , de toute façon comme m'avait dit ma mère :"de toute façon que tu veule ou que tu ne veule pas faudra bien que tu grandisse , tu devienne adulte et sa s'est la nature ".
Revenir en haut Aller en bas
http://birette18.skyrock.com/
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 11:23

L’idée de devenir adulte, autonome, faire sa vie, c’est aussi pouvoir penser à son corollaire, la mort.

Citation :
si ça se trouve j'ai la grippe du mexique, ou un cancer, et même un ulcère à l'estomac, et de toute manière la fin du monde est annoncée pour le 21 décembre 2012, je vais mourir, on va mourir.

Penser la mort est une chose très difficile pour les humains mais c’est une tâche à laquelle les adolescents, les jeunes adultes sont rudement confrontés, eux à qui on demande : Mais, qu’est-ce que tu vas faire plus tard ?
L’évidence des parents qui leur ont donné la vie, c’est que leurs enfants vont continuer à vivre sans eux, qu’ils vont leur survivre. Pourtant, l’âge avançant, de plus en plus d’indices signalent la présence de la mort comme événement possible malgré les tentatives de réassurance des parents. Maintenant que ceux-ci ne sont plus tout-puissants, plus forts que la mort comme c’était le cas lors de l’enfance, cette chose irréelle, angoissante car irreprésentable exhibe de la façon la plus gothique qui soit son hideux spectre.

Pour atténuer l’horrible de cette vision, on pourrait croire que la chose n’est pas aussi inéluctable qu’on le dit, qu’on pourrait ressusciter ou, comme dans la Game Boy, posséder plusieurs vies. Ainsi, en perdre une ne serait plus aussi grave et se planter avec son scooter ou s’empoisonner pour un chagrin d’amour, ne serait qu’un banal incident où l’on passe par la case des urgences de l’hôpital pour pouvoir revenir en deuxième semaine sans faire trop de peine aux siens.

On pourrait carrément penser que la mort n’existe pas, du moins que les adultes s’occupant de nous demeurent invincibles et que poignarder son prof lui fera enfin comprendre l’injustice de ne pouvoir réussir mieux sa copie. Ainsi, même si on a déjà foiré sa vie en ayant pas la moyenne, on garderait la certitude que les profs, les parents existeraient éternellement.
L’idéal serait de ne plus penser du tout que la mort existe. Le moyen le plus pratique serait de ne plus penser pour ne plus souffrir. Il suffirait de se suicider car quand on est mort, on ne pense plus.

Mais, les parents rechignent à ces solutions trop radicales. Il paraît que la vie, c’est plus compliqué que ça. Ils souhaitent coute que coute que leurs enfants leur survivent malgré le fiasco de leur propre existence. Sans doute, trouvent-ils des circonstances atténuantes à la vie, ils ne la condamnent pas dans son ensemble.

En fait, les parents, les aînés possèdent un avantage dont les jeunes ne se doutent que très peu. Malgré leur âge qui les rapproche de leur fin, ils possèdent le privilège d’avoir déjà, durant leur existence, vécu plusieurs petites morts dont ils se sont sortis. Ils ont pu expérimenter le travail de deuil nécessaire pour pouvoir revivre après les catastrophes. C’est, je crois, leur capacité ainsi acquise à accepter le scandale de la mort qui les rend un peu plus solides que leurs enfants face à toutes ces questions existentielles. Mais, pour cela, ils doivent accepter la différence de génération, leur vieillesse, ne pas trop s’identifier à la jeunesse bien désirable de leurs enfants, ne pas vouloir revivre par eux une deuxième vie par procuration. C’est, pour éviter cet amalgame qu’il peut être préférable que les jeunes adultes aillent vivre un peu plus loin.

C’est gai pour un dimanche matin !
Revenir en haut Aller en bas
kate100fin
Canta Strophe


Nombre de messages : 8360
Localisation : Bout du Monde
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 12:07

Par rapport à la mort, l'adulte peut avoir deux attitudes avec ses enfants, soit essayer de lui cacher pour le ménager, soit lui montrer mais lui expliquer que c'est la vie et qu'il faut être fort...moi je suis un peu entre les deux, je leur explique que oui la morte existe et que moi elle me rend triste quand je perds quelqu'un de proche qui me manque...je ne sais pas si je fais bien mais je n'arrive pas à mentir. Et pour le reste c'est pareil, joies et peines du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 18:29

Vu que j'ai l'air de me réveiller, je reviens sur ce fil.

La question de la mort est bien sûr celle qui tue (arf, je réalise le jeu de mots Laughing ). Donc Vic, bien sûr que je suis aussi d'accord avec ta démo.
En fait, je lui vois plusieurs formes, à la mort ; la vraie, celle où on dit adieu à la carcasse, et toutes les autres, et je ne parle pas de la petite, toutes les autres donc, qui représentent la fin d'une étape de vie et le début d'une autre, la fin d'une étape en soi et le début d'une autre.

Vrai que nous avons de la chance, nous, les anciens. Si on a pris un peu garde à tout ce qui nous est arrivé, on peut décoder nos propres morts successives, et ne pas craindre les renaissances successives.

Quant on a vingt ans, c'est une autre paire de manches.

Que préconises-tu, dans ces cas là, hormis évidemment le dialogue constant ?

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Vic Taurugaux

avatar

Nombre de messages : 4816
Localisation : 20°16'31.10"S-57°22'5.53"E
Date d'inscription : 27/03/2007

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 19:11

Hier soir, j’ai vu le film de Zabou Breitmann : Je l’aimais.

Chloé vient de se faire larguée par son mari. Elle est effondrée, elle ne s’y attendait vraiment Papa. Elle se retrouve seule avec ses deux filles en bas âge. Le beau-père lui propose alors pour se « reposer » de passer quelques jours avec lui dans un chalet à la montagne. Mais Cloé, du fonds du chaos où elle se trouve, est en colère. Ce n’est pas de repos dont elle a besoin. Alors plutôt que la réconforter, de chercher des excuses à son fils, Le beau-père, Daniel Auteuil va lui raconter comment lui-même à gâché sa vie et celles de deux femmes en ne pouvant choisir entre son amante et son épouse.

Ce film est intéressant car pour aider sa belle-fille, le beau-père parle de lui, de son propre désarroi pour vivre. Il est authentique en avouant qu’il n’est guère plus doué pour les choses de l’amour. Il ne peut donner de conseils mais il offre ce qu’il a : l’expérience de sa vie à celle qui va devoir recommencer la sienne après ce coup de massue.

Je ne sais plus quel philosophe disait qu’à la place du mot crise, il préfère celui de bifurcation. Les jeunes adultes rencontrent souvent ces carrefours de vie qu’ils n’imaginaient pas. Peut-être, que pour les aider à passer ces épreuves, le plus aidant est d’être le plus authentique sur la façon dont nous-mêmes avons mené notre barque. Non pas pour donner l’exemple, mais pour reconnaître avec le jeune que parfois, ça n’a pas été facile non plus pour nous.


Dernière édition par Vic Taurugaux le Lun 18 Mai 2009 - 9:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Romane
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 91099
Age : 62
Localisation : Kilomètre zéro
Date d'inscription : 01/09/2004

MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   Dim 17 Mai 2009 - 20:41

Vic Taurugaux a écrit:
Je ne sais plus quel philosophe disait qu’à la place du mot crise, il préfère celui de bifurcation. Les jeunes adultes rencontrent souvent ces carrefours de vie qu’il n’imaginait pas. Peut-être, que pour les aider à passer ces épreuves, le plus aidant est d’être le plus authentique sur la façon dont nous-mêmes avons mené notre barque. Non pas pour donner l’exemple, mais pour reconnaître avec le jeune que parfois, ça n’a pas été facile non plus pour nous.

Alors c'est tout bon. Je fonctionne correctement, sans leurrer mes enfants et en leur expliquant qu'on est bien faits pareil, eux et moi, eux et nous tous.

J'espère que le fil pourra servir à tous ceux qui se trouvent confrontés à ce type de problèmes.

Merci Vic. bisou

*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*"*
"Bonjour, je suis Romane, alors je m'appelle Romane, c'est pour ça que mon pseudo c'est Romane."
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
http://lessouffleursdereve.jimdo.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://romane.blog4ever.com/blog/index-86614.html
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La phobie des vingt ans   

Revenir en haut Aller en bas
 
La phobie des vingt ans
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Zweig, Stefan] Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
» [Van Cauwelaert, Didier] Vingt ans et des poussières
» Vingt mille lieues sous les mers et L'île mystérieuse
» Nous avons tous eu vingt ans
» [Latifa] Visage volé ( Avoir vingt ans à Kaboul)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Humain, Psychologie-
Sauter vers: