Forums Liens Utiles


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand j'entend le mot nature...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scheindorf

avatar

Nombre de messages : 48
Age : 28
Localisation : Somewhere...
Date d'inscription : 02/06/2009

MessageSujet: Quand j'entend le mot nature...   Lun 15 Juin 2009 - 13:26

Quand j'entends le mot Nature...

Je constate un peu plus chaque jours à quel point il est difficile de parler à la plupart des gens des questions relatives aux autres animaux que les hommes. Le problème se situe dans le fait qu'il existe un mythe bien ancré dans les esprits : La Nature, et son acolyte l'instinct.
Avant toute chose, je précise que quand je parle ici de nature, je l'entend dans le sens de l'expression ''mère Nature'' et non pas dans le sens des philosophes grecs pour qui le terme signifiait approximativement ''l'ensemble des lois régissant l'univers''. Je précise également que je m'appuis surtout sur les autres mammifères, je n'ai aucune certitude concernant les oiseaux et poissons, et encore moins sur les insectes et reptiles.
Je le remarque aisément autour de Freki les gens se mettent à ''expliquer'' ses moindres faits et gestes par des assertions comme :
« C'est la Nature », « C'est son instinct », « Son instinct le pousse à... », « La Nature veux que... »
Mais, quelle est donc cette entité supérieure qui dicte les faits et gestes des êtres vivants (autre que les hommes, évidement, hein) d'une manière tel que le moindre comportement est forcement prévu à l'avance par elle? Et quel est cette force qui influence les êtres de manière à obéir à leur ''nature'' et ce que l'on nomme instinct ? A t-on déjà au moins tenté de fournir la moindre preuve à ces allégations? Non, mis à part la même rhétorique pompeuse que celle cherchant à justifier l'existence de Dieu. Car c'est bien le domaine dans le quel on se situe : la croyance.
On remarque aussi, heureux hasard, que la Nature est toujours du coté des dominants. La caste dominante réduit toujours à l'état de pantin asservie par mère Nature, soumis à l'instinct, les castes jugées inférieurs. Ainsi, les femmes étaient dites encore il y a quelques décennies « naturellement aptes à être mère », « naturellement apte aux travaux domestiques »... guidées par leur instinct de femmes ; Au temps de leur esclavage, les noirs et dans une moindre mesure les indiens d'Amérique étaient vus comme des êtres inférieurs, naturellement apte au travaux, sans histoire, dotés d'une culture primitive, qui n'ont pas de pensée propre, dépourvus d'âme, faits pour servir un maître... mués par leur instinct sauvage expliquant leur comportement ; Les juifs aussi ont été réduit à la Nature par les antisémites (pire, ils étaient réduits à une grave erreur de la Nature), ils n'étaient pas des hommes, tout juste des pantins poussés à commettre toute sorte de perversités à cause de leur nature.
En abaissant un être pensant au statut de marionnette guidée par l'instinct, et soumis au régime de la Nature, on lui refuse la possibilité d'être vu comme acteur de sa vie, et on s'octroie de fait, le droit d'en disposer comme bon nous semble, car il est un cadeau de la nature, une ressource, un objet. Et les premières victimes de cet apartheid ne sont ni les juifs, ni les noirs, ni les femmes, mais les autres animaux.
Afin de s'octroyer le droit de disposer des autres êtres vivants comme bon lui semble, l'homme a depuis très longtemps procédé à une exaltation de ses capacités ''supérieures'' et une dénégation de la pensée et des sentiments des autres espèces (Descartes et sa théorie de « l'animal-machine » par exemple). Ou bien, se met à systématiser le monde autour de lui : prédateurs, proies, carnivores, herbivores, cycles et régulations de la ''nature''... tout en le justifiant moralement comme étant ''nécessaire'' et en refusant catégoriquement toute remise en question de ce principe.
La Nature sert avant tout à prétendre : « c'est comme ça, cela doit être comme ça et il ne faut pas que cela soit autrement ». Car bien qu'on le prétende être un système harmonieux où chacun vit en communion avec les autres (personnellement, je ne croit pas qu'un lapin se sente en communion avec le renard en train de le dévorer), il est avant d'être un système rigide qui nous enferme. On le remarque d'ailleurs aisément dans le fait que l'on qualifie le suicide, l'homosexualité, les actes sexuels inter espèces, le végétarisme, comme étant ''contre nature'', on déclare ainsi qu'il s'agit d'un acte exclusivement humain (tiens, c'est bizarre, la parole n'a jamais été qualifié de contre-nature?) car inexistant dans la Nature, et pire, allant à l'encontre des règles que notre grande maitresse aurait fixés. De cette classification des faits et gestes en « naturel » et « contre-nature » découle alors un encouragement ou une répression de ces gestes, tout en cour-circuitant tout débat pouvant contredire l'Ordre Naturel, confinant chacun dans un système immobiliste qu'on ne peut remettre en cause de par son statut divin.
Pourtant, on sait maintenant que tout ces comportements et d'autres tout aussi ''contre-natures'' se retrouvent aussi chez d'autres espèces (j'en ai même été témoins dans certain cas) : animaux bisexuels voir homosexuels (un chien qui refusait obstinément de ''monter'' autre chose qu'un mâle), et recherchant même pour certain des relations sexuelles avec d'autres animaux d'autres espèces (je pense que beaucoup de maîtres de chien ont déjà du voir leur chien ou chienne quémander auprès d'eux ou d'autres personnes via des postures sexuelles évidentes... mais certainement vont il le nier aussitôt) ; ''carnivores'' refusant de s'alimenter de produits carnés ou refusant de chasser (comme les deux histoires similaires, concernant une lionne et une tigresse qui refusait toute deux les produits carnés, pourtant, les félins sont effectivement dépendants d'un apport animal en taurine, ne disposant pas des enzymes nécessaire pour l'extraire des végétaux.), chien se laissant mourir, lapins se suicidant, la liste est longue...
On cloitre les autres animaux dans l'Instinct, leur refusant ainsi toute personnalité, dans le français même le fait est flagrant : on les qualifie de ''ça'', on utilise des termes différents comme ''mettre bas'' pour accoucher, ''monter'', ''saillir'' pour des relations sexuelles... lesquels sont qualifiés ne pas pouvoir être pour le plaisir, mais, pour « satisfaire à l'instinct de reproduction », pourtant, je doute qu'il le feraient si cela s'avérait douloureux ou fort déplaisant.
Je ne dit pas qu'il n'existe pas de comportements ou schémas de pensés stéréotypés et certainement génétiquement programmés. Comme le fait de chercher à préserver son existence à tout prix, ou justement la frustration sexuelle, ou bien encore, la recherche du contact des autres.
Pourtant ce sont des directives qu'il est possible d'outrepasser, notons par là le nombre croissant de suicides, les asexuels et les gens profondément solitaires. Pour les partisans de l'instinct il s'agit la encore d'actes contre natures... qui se retrouvent tous là aussi chez d'autres espèces (pour le dernier point, je n'inclus évidement pas celles dont les mœurs sont généralement effectivement solitaires)
Mais, l'instinct, en temps que force primordiale guidant les êtres soumis à la nature vers les comportements qu'ils doivent adopter pour être fidèles à leur espèces, n'est que pure fantaisie, le fait que l'on rencontre des comportements stéréotypes chez les animaux domestiques s'explique assez facilement par le simple fait qu'ils se transmettent de génération en génération, avec sans doute quelques modifications. J'ai pu observer assez attentivement la façon dont les autres chiens du groupe apprenaient à Freki, qui reproduisait par mimétisme. J'ai vu sa mère lui apprendre à monter une femelle, en jouant avec lui à faire semblant d'accomplir cet acte. Certain y verrons ici une manière de montrer sa domination, certes, il y a surement de ça, mais c'est aussi et avant tout une transmission évidente d'un comportement par mimétisme : sa mère répète sur Freki une action qu'elle veux lui apprendre à faire. Celui-ci va de plus associer cela au jeu et va s'en tenir au jeu jusqu'à découvrir qu'il ne s'agit pas que de cela. Dans le sens inverse, j'ai presque réussi à supprimer certain comportements sur des chiens encore jeunes, comme le fait de lever la patte ou uriner pour « marquer son territoire ». Si il était vraiment guidé par la Nature, cela n'aurais sans doute pas été si facile...
La Nature et l'instinct servent à justifier les crimes de l'humanité, justifier la domination, justifier l'exploitation, justifier le meurtre de millier d'autres animaux afin de satisfaire l'homme dans son rêve de toute puissance. Alors, quand j'entends le mot Nature...

Scheindorf Herljos
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lecorridor.net
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Quand j'entend le mot nature...   Mar 16 Juin 2009 - 21:45

AngeR (Rire !) J'en viens à me citer moi-même...


Rosacée a écrit:

Ce dont je me rends compte c’est que ce qui est inné fait partie intégrante de la vie dans sa forme la plus basique. C’est-à-dire quelque chose qui se suffirait à "lui" seul pour se développer et survivre. (Je ne sais pas si cela existe ?)
Toutefois, dès que l'on a acquis certaines notions de survie ou pour la survie (qui ne se fait pas seul pour nombre d’espèces) - ce que l'on rapporte à l'instinct (à ce qui est inné) c'est la capacité de pouvoir chasser, lutter, combattre, travailler pour survivre. Pour ce que j'en comprends, la notion de survie (peu importe la forme) n'est pas quelque chose d'inné en soi mais d’acquis et donc semble être inscrite en ce que je traduirai « une mémoire ».

Tout compte fait en ce que j'appelle "mémoire" n'est-elle pas en soi une source innée faisant ressurgir cette partie instintive en matière d'auto-défense et de chasse ?

.../...

Je reviendrai m'exprimer sur certains passaged que je trouve intéressants. Bien entendu rien n'est figé... Smile
Revenir en haut Aller en bas
Rosacée



Nombre de messages : 2122
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: Re: Quand j'entend le mot nature...   Mer 17 Juin 2009 - 15:41

Ben mince alors ! En me citant j'ai fait disparaître mon message...
Sniffffff... c'est pas malin, si j'avais su, je ne l'aurais pas fait !
Je vais en prendre conscience...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand j'entend le mot nature...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand j'entend le mot nature...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand j'entend le mot nature...
» Ta femme ne s'entend avec ta famille : Que faire ?
» Problème tonalité quand je passe un appel
» Débat sur un mot : Identité
» "Quand la nature est reverdie...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forums Liens Utiles :: Présentation & Débats :: Paroles et débats :: Société, Politique-
Sauter vers: